Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 6 septembre 2013 | Mise en ligne à 17h14 | Commenter Commentaires (12)

    Le «vol du siècle», suite et fin

    Source : EIA

    Source : EIA

    Juste un petit mot pour ajouter à ce que deux de mes collègues ont déjà dit ce matin au sujet de l’entente secrète entre Pétrolia et Hydro-Québec, qui a été dévoilée hier : allez jeter un œil sur ce rapport de l’Energy Information Administration à propos des réserves mondiales de gaz et de pétrole de schiste (téléchargez le chapitre sur le Canada, puis zieutez la page 3 sur 133).

    Le document est encore tout récent, datant de juin 2013. Et que voit-on à la ligne «Québec» dans le tableau de la 3e page, qui détaille les réserves de gaz et de pétrole de schiste au Canada ? On voit 31 trillions de pieds cubes (tcf) de gaz naturel récupérable sur des réserves en place de 155 tcf dans le shale de l’Utica, cette formation géologique des basses terres que vise l’industrie des gaz de schiste. Et dans la colonne sur le pétrole, on voit… ben, on voit rien dans cette colonne-là. A-rdjin. Sur la soixantaine de pages consacrées au Canada, pas un mot sur le shale de Macasty, la couche géologique de l’île d’Anticosti que Pétrolia, Corridor Resources et Junex aimeraient fracturer pour en extraire du pétrole. Les termes Macasty et Anticosti n’y figurent même pas dans une note de bas de page.

    De toute évidence, l’EIA considère le potentiel anticostien comme pas assez prouvé pour le compter et, je le répète, ce document date de cette année. Alors imaginez le degré de spéculation que représentait le pétrole d’Anticosti en 2008, après que d’autres (notamment Shell) s’y soient cassé les dents et avant que le pétrole de schiste (tight oil, en anglais, à ne pas confondre avec shale oil, qui s’exploite un peu comme une mine et sans fracturation) ne connaisse l’essor extraordinaire que l’on sait. Le risque était énorme, ce qui signifie que les permis d’Hydro-Québec ne valaient vraiment, vraiment pas grand-chose.

    La thèse du vol du siècle et de la grande braderie est peut-être tombée dans un terreau médiatique fertile, mais elle ne tient pas debout. Les faits ont la tête dure. Faudrait que certains acteurs et médias finissent par en tenir compte.

    P.S. Sur l’entente elle-même, on s’entend, ce n’est pas le Pérou, loin s’en faut. On parle d’environ 2 milliards $ de redevances à tout casser, étirées sur une vingtaine d’années. Mieux que rien — encore que le total n’inclut pas d’éventuels dommages environnementaux —, mais ce n’est pas cela qui va bouleverser les finances du Québec. Notons toutefois que l’entente donne à Hydro-Québec la possibilité de prendre une participation directe à hauteur de la moitié des droits de Pétrolia (ce qui mettrait alors fin aux redevances).


    • .
      Parfois, on dirait que l’on parle de bien des dossiers qui ne sont pas réellement important, une sorte de diversion qui nous empêche de se concentrer sur les vrais sujets qui devraient être approfondis.
      Les gouvernements gouvernent sans vision et en se préoccupant seulement de l’opinion publique, laquelle est manipulée ou biaisée par des ballounes médiatiques de moindre importance …
      En ce qui concerne le pétrole d’Anticosti, ce doit être une goutte dans l’univers des hydrocarbures et de l’énergie …. cependant, il faut avouer que 8,1 millions de québécois, c’est peu en comparaison de la plupart des pays … de la planète … donc les gouttes d’Anticosti sont probablement importante toute proportion gardée.

    • Voilà une autre preuve que tant que les diverses coalitions anti-tout, que les artistes et que les médias qui les supportent continueront de contester toute forme d’exploitation des ressources naturelles, le Québec devra se contenter pour survivre de l’économie sociale, de l’agriculture artisanale, du logement social, du bien-être social et bien-sur, des festivals.

      Oubliez-ca l’exploitation pétrolière au Québec, à moins qu’elle soit artisanale comme dans le cas des petits puits pompés en Gaspésie.

    • Il faudrait aussi savoir ce qu’il en coûtera à Petrolie, Corridor Ressource et les autres pour exploiter le pétrole d’Anticosti. Si je ne m’abuse, la facture est autour de 30-50$/baril pour les sables bitumineux et nous pouvons nous attendre à une facture de cet ordre de grandeur pour Anticosti. Il faudra compter ce qu’il en coûtera pour exploiter dans le respect de l’environnement de l’île aussi, pas juste détruire l’endroit comme ça se fait en Alberta. Et il faut comprendre que HQ obtient 3% sur le prix de vente du baril sans égard aux coûts d’exploitation. Donc, pour un coût qui se situerait à 50$/baril et un prix de vente autour de 100$/baril, le 3% devient en quelque sorte un 6% sur les profits. Le gouvernement ira aussi chercher les impôts sur les profits en plus de ce 6%. Tout ça, sans prendre de risques, ni investir un seul sou des Québécois.

      Mais, comme vous dites, avant tout, la taille des réserves est loin d’être avérée à Anticosti. Pour l’instant, il s’agit toujours de spéculation concernant ces 30 milliards de barils. Et Daniel Breton, en bon économiste calculait un coût d’extraction nul lorsqu’il a déposé sa plainte à la SQ. Non, mais quel bouffon!

    • C’est vrai que sur ce sujet juteux y a peut être eu un certain emballement des médias mais il faut aussi tenir compte que les cie d’exploration minières et pétrolières se financent avec des actions en bourse et une minière n’as aucun intérêt à avouer que le métal jaune qui brille dans ses échantillons est juste de la pyrite ( communément appelé …l’or des fous !) rappelons nous Bre-x qui ne prenait pas de chance ajoutait un petit peu d’or a ses échantillons , juste un ti-peu !….les Cie de pétrole juniors ont financièrement tout intérêt a laisser gonfler la baloune et surtout les actions et ils flottent litéralement quand une rumeur se gonfle autant et perdure … on devrait toujours chercher à qui profite la baloune …

      J’ai vu plusieurs fois également le même comportement dans la techno voiture électrique révolutionnaire ou le promoteur à fuit en Suisse avec l’argent des investisseurs, ou en éolien une usine d’éolienne bidon sans client ni technologie propre qui a coasté longtemps en brulant l’argent écrèmé des actionnaires à coupe de rumeurs aussi farfelues les unes que les autres par le même Clown et deux fois plutôt qu’une …

      J’ai même réussi a prouver juste pour voir qu’on arriverais à vendre assez facilement des action dans des «mines de Poivres» étrangères si on disposait d’un bon réseau …y aura toujours des investisseurs intéressés à faire les coins rond pour aller plus vite ..Amateurs de «terres rares» préparez vous ….

      Pour le pétrole d’Anticonsti le dévoilement faux «secret de Fatima» remet les pendules à l’heure et ça se pourrait même, oh sacrilège, qu’il ait «plusse» de pétrole avec le déversement accidentel dans la baie de sept Ile qu’a Anticosti même … a moins que, tant qu’à Rumeurer d’aplomb , qu’une énorme craque (médiatique ?) se soit faite et que les gigantesques réserves d’Anticosti suintent jusqu’à Sept Iles …

    • Parfois faut faire des liens et lire les articles jusqu’au bout…car la vérité est souvent dans les petits caractères

      «Fracturation par gaz à Anticosti : le titre de Pétrolia bondit…
      L’action du groupe pétrolier québécois Pétrolia (V.PEA) a bondi de 13 % lundi à l’ouverture des marchés, après l’annonce qu’il allait tester la technique de fracturation au gel de propane à l’île d’Anticosti pour tenter d’en extraire le pétrole.»

      RIMOUSKI, QUÉBEC–(Marketwired – 30 juillet 2013) – Pétrolia (TSX CROISSANCE:PEA) est fière de l’appui du Milieu pour la phase d’exploration pétrolière à l’île d’Anticosti..
      «La municipalité adopte une résolution pour favoriser l’exploitation«
      Pétrolia croit que ces appuis sont UN SIGNAL FORT DONNE AU GOUVERNEMENT et à tous les Québécois de la nécessité, dans un premier temps, d’acquérir les informations essentielles à l’évaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux avant toute prise de décision pour une mise en production des hydrocarbures.»

      Rappelons cependant que l’ancien maire de la municipalité, Denis Duteau, a été embauché comme lobbyiste par Pétrolia en mai…
      Maire veilleux!

      Pourtant c’est clair car le communiqué rappelait également en TRÈS PETIT CARACTÈRES :

      «Énoncés prospectifs

      Certaines déclarations faites aux présentes peuvent constituer des énoncés prospectifs. Ces déclarations se rapportent à des événements futurs ou à des résultats économiques futurs de Pétrolia et COMPORTENT DES RISQUES, INCERTITUDES ET AUTRES FACTEURS CONNUS ET INCONNUS, qui pourraient modifier de manière appréciable leurs résultats, rendements ou réalisations par rapport à ce qu’expriment ou laissent entendre les déclarations de Pétrolia. LES EVENEMENTS OU RESULTATS REELS POURRAIENT ETRE TRES DIFFERENTS. Conséquemment, la décision d’investir dans les titres de Pétrolia ne devrait en aucun temps être basée sur ces énoncés. Pétrolia décline toute intention ainsi que toute obligation de mettre à jour ces déclarations prospectives.
      La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation N’ASSUMENT AUCUNE RESPONSABILITE QUANT A LA PERTINENCE OU A L’EXACTITUDE DU PRESENT COMMUNIQUE. »

      CQFD ( CE QU’IL FALLAIT DEMONTRER )…. MAIS QUI S’AMMUSE A LIRE LES PETITS CARACTERES DES PROSPECTUS ?

    • Si les faits ont la tête dure, les émotions se comparent à des chars d’assaut ma foi. Les en verdeurs n’en ont que faire des faits. Ce ne sont même pas des scientifiques pour la plupart.

    • @mononke La voiture électrique révolutionnaire, ce ne serait pas par hasard la Microvelle? Un truc insensé qui avait eu une grande visibilité médiatique.

    • @yvan_dutil
      A part un tissu suédé hydrofuge, je ne trouve rien sur Microvelle. Avez-vous un lien ? Ca m’intrigue.

    • @gl000001

      http://www.rtflash.fr/auto-vapeur-fabriquee-quebec/article
      http://archives.vigile.net/pol/bouchard/lafortunejonquiere.html

      http://cnrp.ccnmatthews.com/news/releasesfr/show_print.jsp?action=toolbox&showText=all&actionFor=354387&industry=false

      http://cnrp.ccnmatthews.com/news/releasesfr/show_print.jsp?action=toolbox&showText=all&actionFor=360327&industry=false

      http://www.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2005/12/16/004-robert_menard_sentence.shtml

    • @yvan_dutil
      Merci. Quand c’est trop beau pour être vrai …

    • @gl000001 On m’a dit qu’un fonctionnaire avait évalué la technologie et que les prometteurs ne comprenaient pas des notions de base de thermodynamique. Il avait refusé de donner une subvention, mais la décision avait été changée plus haut.

    • @ yvan_dutil

      9 septembre 2013

      Désolé du délai , oui genre , excellente déduction … et pourtant la balounne étais si grosse même pour un profane… et je vous fait grace de la classique quasi turbine…une coche au dessus !

      10 sept : Même pas! ce genre de fin renard sachant que son dossier ne résistera pas a la moindre analyse sérieuse coaste constamment sur du Flou mou avec raison … ( tous les prétextes sont bon et connus ( se faire voller l’idée du sciècle , brevet en instance, confidentialité peu asssurée , manque de temps , partenaire financier refusant de dévoiler le coeur du projet ,etc ) mais une couple de brun investi dans un bon diner arrosé en choisissant un cadre mou bien placé ou une sortie médiatique calculée ou un proche du pouvoir a beaucoup beaucoup plus de poid que l’analyse d’un comité technique compétent ( une emerde inutile! ) …

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité