Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 juin 2013 | Mise en ligne à 10h50 | Commenter Commentaires (13)

    «Hillbillies» préhistoriques

    C’est un cliché qui a été repris d’innombrables fois par le cinéma américain : au fond d’une forêt, quelque part dans les Appalaches, quelques maisons sinistrement délabrées sont habitées par des famille très nombreuses de gens complètement incultes et que l’on devine tous plus ou moins consanguins — désigné péjorativement en anglais par le terme hillbillies. Eh bien il semble que ce «modèle», du moins pour la consanguinité, remonterait aussi loin que les toutes premières fermes, ont trouvé des chercheurs allemands.

    Dans leur étude publiée dans PLoS-ONE, les archéologues ont examiné des squelettes provenant du même village néolithique, où environ 1000 personnes vivaient d’agriculture entre 9500 et 9000 ans avant aujourd’hui. Les pratiques funéraires de l’époque ne favorisant pas la conservation de l’ADN, ils ont établi la parenté entre les individus par diverses malformations sur les squelettes dont une en particulier, l’agénésie des incisives latérales maxillaires (AILM) Les incisives sont ce que l’on appelle vulgairement les «dents d’en avant», au nombre de quatre en haut et quatre en bas ; sur le maxillaire supérieure, il s’agit des deux «palettes» et des deux dents situées de chaque côté — ces dernières étant les «incisives latérales maxillaires» dont on parle ici. Leur «agénésie» signifie qu’elles sont absentes.

    Sur les 56 squelettes différents déterrés dans ce village pour cette époque, la moitié permettaient de dire si l’individu souffrait d’AILM — et sur ces 28 maxillaires, pas moins de 10, ou 36 %, montraient des signes clairs de cette agénésie. Par comparaison, cette malformation génétique, souvent observée au sein d’une même famille, survient chez environ 2 ou 3 % de la population, d’après cette autre étude. Le cas documenté d’AILM collectif qui s’approche le plus de ce village néolithique est celui d’un petit hameau des Alpes suisses nommé Illgau, où l’on a recensé 21 % d’AILM dans les années 30 et où 77 % des mariages avaient été consanguins (!) au cours des 230 (!!) années précédentes.

    De là à dire que les fermiers néolithiques étaient incestueux, il y a un pas que les chercheurs refusent de franchir, mais il demeure que, curieusement, ce village néolithique n’était pas particulièrement isolé. Plusieurs fouilles ont déniché de nombreux artéfacts attestant que les habitants de l’endroit faisaient beaucoup de commerce avec les bleds voisins, ce qui signifie que la consanguinité aurait, là-bas, été un choix — mais allez savoir pourquoi.

    D’après ce compte-rendu de Science, cependant, tous les experts ne se montrent pas convaincus. Il reste en effet la possibilité d’un «effet du fondateur», ce phénomène par lequel un trait peut être très fréquent dans une population sans que cela n’implique de consanguinité si ledit trait s’adonnait à être fréquent (par hasard) chez les premières personnes qui se sont établies dans un endroit. Mais il faudrait, pour tester cette hypothèse, trouver de l’ADN bien conservé — ce qui nous ramène à la case départ.


    • Qu’est-ce qu’un gars peut faire quand c’est ces cousines les plus belles du villages!

      Ben, rien ne l’empêche d’aller draguer les belles chasseuses dans les bois, me semble… ;-)
      JFC

    • Oups! quand ce sont ces cousines…

    • Reoups! ses cousines….

    • Justement, la recherche c’est de retourner souvent à la “case départ”. C’est ce qui la rend passionnante.

    • @JFC

      Faut croire qu’une cousine avec des incisives manquantes qui jour du banjo sur le perron c’est plus attirant pour un néolitique que les charmes d’une chasseuse dans le bois.

    • Hum, faut dire aussi que l’idée selon laquelle il ne faut pas marier ses cousines est relativement moderne

      Faut dire aussi qu’à certains endroits, encore aujourd’hui, si tu élimine tes cousines de ta liste de conquêtes potentielles, il reste la chèvre…

      Des fois quand t’as pas le choix
      @JFC – Me semble d’avoir lu quelque part que le nombre de couples nécessaires pour assurer un bassin génétique en santé (et donc populer un endroit), est relativement bas. C’est pas une affaire comme 4 ou 5 couples?

      ça me fait penser à cette application pour téléphone intelligent, en Islande, qui leur permet de déterminer discrètement si la belle belle blonde au bar est une cousine inconnue.

    • Cet article me fait penser aux jumeaux de Candido Godoi, parfois appelés aussi “jumeaux de Mengele” :

      http://www.al-imane.org/forums/showthread.php?t=11112

      Explora a également diffusé un documentaire sur ces jumeaux exceptionnels:

      http://exploratv.ca/emissions/mengeles-twin-myster

      Les miracles de la génétique!

    • Les phénotypes familiaux évoquant la possibilité de consanguinité sont aussi très présents dans les familles royales d’Europe.

      Juste en passant, les hillbillies ne sont pas dans les Apalaches mais bien les Ozark.

      Ils sont dans les deux chaînes de montagnes, d’après wiki…
      JFC

    • Dans les Simpson, les gens de Shelbyville, ville rivale de Sprinfield, ont l’habitude de se marier entre cousins.

      @macmac,

      Une des théories expliquant le tabou de l’inceste est que les clans mariaient leurs jeunes pour solidifier des alliances entre les clans. Les cousins qui solidifiaient leurs unions avec les sacrements du mariage étaient éloignés.

      Il y a des unions endogames, entre gens de mêmes groupes sociaux, et des mariages exogames qui renforçaient les liens entre les différentes classes de plusieurs sociétés.

    • D’arpès Modern Bluegrass Player on a trouvé les restes du premier banjo ainsi que ceux de deux touristes de Babylone qui ont passé un très mauvais quart d’heure.

    • Ou bien c’est l’esprit de clocher ou bien les Suisse préfèrent les pipes.

    • Des hillbillies au néolithique? Est-ce que les fouilles ont également trouvé un alambic préhistorique pour faire du moonshine?

    • Si l’AILM a une forte tendance à se transmettre, il est donc normal qu’une population donné soit grandement atteint sans nécéssairement être consanguin.

      N’empêche, les joke de redneck sont toujours drôle!
      Pourquoi O.J. Simpson a déménagé au Nebraska?
      Parce que tout le monde a le même ADN.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité