Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 2 mai 2013 | Mise en ligne à 10h45 | Commenter Commentaires (27)

    Cannibalisme chez les premiers colons américains

    How shocking… D’après une étude rendue publique hier, les tout premiers colons américains, ceux qui ont fondé la célèbre Jamestown, ont eu recours au cannibalisme pour survivre, rapporte Science (compte-rendu en français ici).

    Un peu comme la rumeur qui faisait des Filles du Roy des prostituées (fausse, celle-là), le bruit courait depuis très longtemps que les colons de Jamestown, assiégés par les Powhatans et affamés par l’hiver de 1609-10, s’étaient résignés à manger de leurs congénères. On connaissait des allusions dans les sources écrites de l’époque, mais quand la vertu de la Nation est ainsi mise ne danger, on ne se contente pas des on-dit, n’est-ce pas ?

    En fouillant le site, cependant, l’archéologue William Kelson a toutefois trouvé des dents humaines à travers des restes de chiens et de chevaux, lesquels portaient des marques de boucherie. Puis il a fini par tomber sur des ossements humains qui portaient eux aussi des traces suggérant que la chair en avait été détachée avec des outils, mais il ne pouvait pas écarter la possibilité que les colons avaient endommagé ces os avec des pelles, en creusant la fosse pour y enterrer leurs morts.

    Pour en avoir le cœur net, il a envoyé ses découvertes au Musée d’histoire naturelle Smithsonian, dont l’expertise a confirmé la thèse : certains colons de Jamestown ont bel et bien mangé leurs semblables.


    • On a pas vu ça dans le film de Pocahontas! Me semble une belle scène de buffet de colons (ou on mange du colon) avec une petite chanson à la Disney ça aurait eu de la gueule!

    • Les rumeurs couraient depuis longtemps. Ça démontre combien difficile fut la colonisation du Nouveau-continent.

      Puisque les Amérindiens Pan-Amérique étaient anthropophages, rejetons le blâme sur l’environnement…

      Il est intéressant de constater que les «enquêteurs» peuvent élucider des crimes des siècles, voire des millénaires après leur commissions.

    • Bin la. Rien de choquant ! L’anthropophagie, ça fait partie du curriculum des congressistes, lobbyistes et sénateurs de tout acabit ….

    • On a enfin trouvé l’origine du Big Mac….

    • Thanksgiving aux États-Unis célèbre en grande pompes le fait historique que la Colonie de Plymouth, qui était en train de crever de faim aussi, fût épargée de subir le même sort que la colonie de Jamestown de par la générosité des Amérindiens:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Thanksgiving#Origines_aux_.C3.89tats-Unis

      Bien mal leur en pris.

      Tous les amérindiens de la Nouvelle Angleterre furent par la suite soit réduits en esclavage, soit contaminés par les nombreuses maladies infectieuses que les Européens apportèrent avec eux, soit déportés dans des réserves incultivables, soit massacrés.

      Pour quelques groupes amérindiens, le jour de la Thanksgiving représente le point de départ de la destruction de leur continent et des guerres indiennes.
      Aujourd’hui on appèlerait ça un génocide.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_indiennes

      Et

      http://en.wikipedia.org/wiki/Population_history_of_indigenous_peoples_of_the_Americas

    • @jim777,

      Les Européens auraient, aussi, eu bien du mal à traverser leur premier hiver au Canada sans l’aide des Amérindiens qui étaient aussi des anthropophages. On a qu’à se rappeler de l’histoire des Saints-Martyrs canadiens.

      Aussi, le cannibalisme des Sud-américains a été l’un des motifs que les Conquistadors se sont donné pour les piller.

      Puis, pourquoi vous êtes-vous affublé du manteau de la culpabilisation ? Toutes les puissances de la Terre ont cherché à s’imposer sur les autres peuples et les Européens ont été massacrés par million par les Mongols, les Turcs, les Sarrasins…

    • La faim justifie les moyens

    • @ walt68

      C’est juste qu’on donne plus d’importance dans les médias et dans les livres d’histoire à certains génocides qu’à d’autres.

    • @jim777,

      Je crois qu’il faudrait lire des traités portant sur les batailles impliquant les Mongols, les Turcs, les Turco-mongols, les Huns, la Horde d’or, la Chine, le Japon, divers tribus africaines, les Mayas, les Incas… etc. pour constater que les Européens étaient de grands sensibles… Snif ! Snif ! Sûrement que nos ancêtres ont été castré par la christianisation…

    • Mode de dernier recours acceptable, en autant que le cannibalisme se fasse sur des gens qui sont morts naturellement. Il y a les principes qui s’ appliquent en temps normal; et il y a l’esprit de la loi ou des principes pour les circonstances exceptionnelles. Il ne faut pas se comporter en “pieux imbécile” (chasid shoteh). Un exemple récent de “pieux imbéciles”: en Arabie Saoudite, un incendie s’est déclaré dans une résidence pour filles il y a quelques années. Les pompiers musulmans ont refusé d’aller à l’intérieur pour sauver ces filles de peur qu’ils n’en voient qui sont habillées de manière immodeste. Quinze jeunes filles sont mortes.

    • Au début du XIXe siècle, des pêcheurs madelinots ont découvert sur l’île d’Anticosti, dans la baie du Renard, le théâtre d’actes de cannibalisme s’étendant sur plusieurs mois. Le brigantin Granicus, parti de Québec à l’automne y fit naufrage en novembre 1828. Quand les madelinots sont arrivés pour s’installer en mai 1829 pour la pêche dans le golfe du St-Laurent, ils ont trouvé des barils de saumure contenant des restes humains débités, des chaudrons contenant des jambes et bras humains et le seul survivant du naufrage qui venait à peine de trépasser d’une indigestion en s’étouffant dans ses déjections alors qu’il était installé dans un hamac. Aucun survivant n’a pu faire le récit de ce qui était arrivé au brigantin, à ses passagers et à son équipage.

      Depuis 1808, des dépôts de nourriture étaient entretenus par la gouvernement fédéral sur l’île reconnue pour constituer un danger à la navigation à cause de ses hauts-fonds, mais ceux-ci étaient régulièrement pillés par les pirates venus s’installer plus au nord suite aux razzias réussies contre eux par la marine britannique dans les Antilles. Vraisemblablement, les dépôts étaient vides quand le Granicus s’est abîmé.

    • Ces colons ont pratiqué le recyclage extrême…

    • C’est pas à cause d’un épisode de cannibalisme que l’Étape à été ouverte?

    • @honorable,

      Pieux imbéciles ? La majorité, depuis toujours, sait faire la différence entre un crime et la transgression d’un tabou par nécessité.

      Il y a ainsi plusieurs cas qui suscitent la compréhension, voire la compassion.

    • @jim777

      D’ailleur Benjamin Franklin avait proposé la Dinde plutot que l’Aigle à tête blanche comme emblême des USA ce qui aurait été un choix logique dans les cisconstances …

      Et c’est toujours un peu inquiétant de se faire inviter pour Dinner en anglais … having someone for dinner!

      En l’absence d’article l’anglais est souvent imprécis on se demande toujours un peu si on va traduire par :

      «invité à dîner» ou «invité pour dîner !»…

      Il faut aussi demeurer en contexte jusque vers 1800 la grande question philosophique se résumait à «les nègres ont -ils une ame comme la notre?…ce qui sous tend qu’on ait servi les esclaves en premier le tabou étant moindre….. faudrait tester si les restes étaient du «blanc» de l’aile ou du brun de la «cuisse» …

      Et pouqoi se surprendre puisque nos livres d’hisoiire faisaient grand état que nos amérindiens se régalaient des coeurs de nos robes noires martyrs missionnaires tel du caviar sans aucune obligation alimentaire juste pour avoir leur courage après les avoir copieusement martyrisés…

    • @momonke,

      J’essaie de trouver la pertinence et le fil conducteur dans ce que vous avez écrit… Vais-je le trouver ?

    • @dcsavard,

      Les cas de cannibalisme de survivance dans l’histoire maritime ne sont pas rares. Cela a même laissé des traces dans une chanson populaire : «Il était un petit navire».

      Chronologiquement plus près de nous, on a qu’a pensé au film « Alive» ( il me semble) basé sur un fait vécu.

    • @walt68,

      en effet, l’histoire maritime comporte plusieurs histoires vérifiées de cannibalisme. Le naufrage de la Méduse en 1816 au large du Sénégal en est un autre exemple bien documenté. Toutefois, ce sont en général des épisodes assez courts où l’on s’attaque à des cadavres. Dans le cas du Granicus, le cannibalisme s’étend sur une longue période de survivance et le massacre semble avoir été planifié pour constituer les reserves de vivres et surtout, l’état et les circonstances de la mort du dernier survivant. Etouffé suite à une indigestion de chair humaine.

    • @ walt

      «On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.” – st exupery

      Vous êtes peut être trop cérébral ! … Comme en pub l’important c’est de suciter la curiosité le moteur de l’invention…

      Mais ne vous en faites pas , je les comprend pas toujours toutes moi même du premier coup!

      Mettez vous une semaine uniquement a la soupe au Brocoli et malgré tous vos tabous comme disais «nousnoune » plus haut ……même un Big Mac vous semblera acceptable … pis le canibalisme a coté de ça ben ….

    • @mononce,

      «Comme disait nousnoune…», méchante nounoune !… C’est une blague. C’est une blague.

      Passez une bonne fin de semaine.

    • @dcsavard,

      Le Radeau de la Méduse… dans «parfum de femme», le personnage joué par Pacino y fait allusion lors de son plaidoyer .. C’est une belle référence lorsque l’on veut illustrer l’ambiance qui règne dans certaines entreprises.
      *****
      Dans l’Empire romain, l’anthropophagie avait été interdite en je ne me rappelle plus quelle année, mais savez-vous ce que faisaient plusieurs romains pour contourner la loi ? Bien, au cas ou vous ne le sachiez pas, voici : Je n’ai pas de références, car ce soir cela me tente pas de chercher, mais apparemment des vieillards et des malades achetaient les entrailles de fauves qui venaient de dévorer des humains… Ils étaient fous ces romains…

      Aussi, les Romains justifiaient, en partie, leurs persécutions contre cette secte issue du judaïsme en colportant des rumeurs voulant que ce groupe pratiquait le cannibalisme. Sûrement à cause qu’ils mangeaient symboliquement le corps du Christ.

    • y a pas de limite à aimer son prochain , avec de la sauce

    • @pensez-y

      Est bonne…

    • @ walt68

      Intéressant cette anecdote sur les entrailles de fauves rassasiés qui contiennent du condamné à
      la fosse au lions.
      Une très habile préparation culinaire si j’ose me premettre.

      Avoir été un saucissier prévoyant de l’époque romaine j’aurais humblement demandé au divin Empreur s’il aurait été possible de laisser mariner mon Saint Ignace d’Antioche quelques jours au préalable dans une saumure au cognac, à l’ail et aux aromates afin d’ajouter un petit goût de revenez-y à mes saucisses de tripes de lion.

      Pour accompagner notre dégustation nous avons aussi droit au Saint Laurent grillé-toasté en robe des champs comme amuse-gueule et au Saint Bartholomé épluché en salade.

      Comme dessert pourquoi pas de la marmelade de Sainte Agnès lentement mijotée à feu doux dans le sirop-cassonade avec de la cannelle ?

      D’autres juteuses reçettes de nos amis les gastronomes Romains ici:

      http://www.oddee.com/item_96697.aspx

    • @walt68,

      en effet, pour qui connaît un peu l’histoire du naufrage de la Méduse, ça ressemble beaucoup à certains épisode corporatifs qui défilent depuis quelques années. Et pour cause, un capitaine de vaisseau totalement incompétent nommé par favoritisme et des bourgeois totalement insensibles comme passagers ou actionnaires.

    • Pour ajouter à mon commentaire précédent. Je ne sais pas s’il faut y voir un signe quelconque, mais cela fera bientôt deux siècles que la Méduse a fait naufrage, c’est un beau chiffre rond pour un gros hoquet de l’histoire.

    • Dernièrement, j’ai discuté avec le député du comté de Jean Lesage, monsieur André Drolet. Je luis disais que chez-moi, dans l’arrondissement du Vieux-Moulin, l’air était irrespirable à certains jours. Lors de vents du sud, ou du sud-ouest, il faut respirer l’air chargé de cochonneries de l’incinérateur, de cheminés du moulin à papier et la cerise sur le gâteau, les particules de nickel.

      C’est donc pour cette raison, que j’ai de plus en plus de bronchite et des problèmes d’asthme. J’ai du consulter en clinique l’an passé et je dois surveiller pour revoir mon spécialiste en maladies pulmonaires.

      Les citoyens de Limoilou devraient se serrer les coudes pour régler cette situation car il est impossible de se fier à nos Gouvernements pour protéger notre santé. Jusqu’à maintenant, on sait très bien que tout ce cirque va engendrer des chicanes fédérales, provinciales et des chicanes d’armateurs et de direction du port de Québec.

      Cette pollution dure depuis plus de quinze ans et pourquoi personnes en parlaient? J’imagine que pour chaque individu résident depuis longtemps à Limoilou, il vient à en découvrir ses limites à respirer autant de cochonnerie et son système pulmonaire est rendu à saturation. En tout cas, le mien, bien que n’étant pas immédiatement dans le secteur suspect, j’en éprouve des inconvénients.

      Je ne rêve pas en couleur, on a le temps de mourir avant que la qualité de notre air redevienne respirable.
      Gilles Pelletier, Québec

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2010
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité