Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 18 avril 2013 | Mise en ligne à 11h45 | Commenter Commentaires (8)

    Mon moment «wow !» de la semaine

    Wow et re-wow… Quand on sait qu’il a fallu 10 ans et 3 milliards $ pour séquencer le génome humain pour la première fois, ce qui ne remonte qu’à 2003, on se dit qu’il est déjà beau que nous puissions extirper des génomes (du moins des pans significatifs) de vieux ossements plusieurs fois millénaires, comme on l’a fait récemment avec l’homme de Néanderthal. Le fait que les coûts aient fondu jusqu’à ne coûter que quelques milliers de dollars aujourd’hui donne une idée des progrès réalisés en seulement 10 ans, mais voilà qu’on apprend dans le New Scientist qu’il est désormais possible d’étudier l’épigénétique de vieux ossements !

    Connaître le génome d’une espèce en dit évidemment très long sur elle. Mais comme beaucoup de gènes peuvent être activés ou désactivés selon le contexte ou l’étape de la vie où un organisme se trouve, on ne peut pas voir toute l’«image» si l’on se contente des gènes. Afin d’avoir un certain degré d’adaptation au niveau individuel, tous les organismes vivants sont capables de moduler l’expression de leur gène par méthylation, comme disent les biochimistes, c’est-à-dire en «collant» à un gène un ou des groupes méthyle — soit un «bout de molécule» composé d’un carbone et de trois hydrogènes (CH3). Selon le degré de méthylation, l’expression du gène sera soit encouragée (faible méthylation), soit inhibée (forte).

    Il faudra sans doute perfectionner la technique, mais elle fait déjà saliver abondamment l’ancien étudiant en histoire qui vous sert maintenant de blogueur favori. Plusieurs facteurs environnementaux sont connus pour altérer durablement l’épigénétique, notamment les mauvais traitements en bas âge. Juste là, il y aurait de belles applications en histoire de l’enfance — et on ne fait que commencer à lever le voile sur l’épigénétique.

    Enfin bref : slurp…


    • Wow! en effet! Il se passe des choses extraordinaires à une vitesse impensée il n’y a pas si longtemps que ça.

    • J’aime. ;-)

    • Mr. Cliche, je ne commente jamais ici mais je lis tout !
      Et je m’ennuie jamais.
      Continuez votre bon boulot !

      Ah ben marci, comme disait l’autre… ;-)
      JFC

    • ..@JFC. Même si je ne commente qu’à doses homéopathiques, je tiens à partager le commentaire de q.terreux à 19h57. Avec sa permission, bien sûr.

      Bon printemps.

      Sachez que mes remerciements sont, eux, allopathiques. ;-)
      JFC

    • J’ai lu sur un autre blog scientifique qu’il est possible maintenant de connaître son “historique génétique”. Dans un commentaire, quelqu’un prétendait avoir un 3% de Néanderthal. C’est possible ou je suis trop crédule..?

    • @be-bop

      Personnellement, je suis à au moins 97% Cro-magnon…

    • @be-bop-a-lula
      Je serais prêt à parier que des intervenants sur les blogues (pas celui-ci) ont bien plus que 3% ;-)
      Mais avec tout ce qui s’écrit sur le Net, on est peut-être en train de développer une nouvelle version : homo credulis.
      Et si vous croyez que Elvis est toujours vivant on va le nommer be-bop-a-lula-pithèque.
      (blague et j’aime bien Gene Vincent).

    • @guy et gl
      C’est un blog sérieux, celui de Jerry Coyne qui enseigne la théorie de l’évolution à l’Université de Chicago. Il expliquait qu’il voulait savoir d’où ces ancêtres juifs venaient exactement car son non de famille irlandais brouillait les pistes. Grâce à je ne sais trop quel test génétique, il a pu connaître la provenance exacte de ses ancêtres.
      Quelqu’un lui a répliqué qu’en faisant le même test, on a pu décelé un 3% de Néanderthal dans son background génétique. Et comme plusieurs avancent que l’homme de Néanderthal ne se serait pas éteint mais aurait plutôt été “assimilé” génétiquement par l’Homo Sapiens, il se pourrait qu’il en reste des traces dans notre patrimoine génétique, non?

      P.S. : Maxime doit vous manquer Guy…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité