Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 22 janvier 2013 | Mise en ligne à 10h33 | Commenter Commentaires (13)

    Le frère martien du fleuve Saint-Laurent

    Un fleuve énorme de 7 km de large et 300 mètres de profondeur, qui coulait sur Mars... (Image : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

    Un fleuve énorme de 7 km de large et 300 mètres de profondeur, qui coulait sur Mars... (Image : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

    Ce n’est pas qu’un petit ruisseau que la sonde européenne Mars Express a pris en photo. En fait, c’est ce qu’il reste d’un fleuve littéralement gigantesque qui coulait dans une région de la planète rouge nommée Reull Vallis, s’étendant sur environ 1500 km de long, 7 km de large et 300 mètres de profondeurs ! Par comparaison, rappelons par exemple qu’en face de Québec, le fleuve Saint-Laurent fait entre 1 et 2 km de large…

    L’image ci-haut est une reconstitution en perspective faite à partir des images prises du haut du ciel par Mars Express. L’image ci-bas, une «vraie» photo celle-là, replace le fleuve dans son contexte ; on notera que la montagne solitaire, sur la droite, s’élève à 2500 m d’altitude.

    Le «fleuve» montré ici a dû se former quand de l’eau liquide coulait encore abondamment sur Mars. Il est aussi possible que de la glace ait pu laisser certaine des traces que l’on voit dans le lit du cours d’eau.

    Le «fleuve» martien dans son contexte... (Image : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))

    Le «fleuve» martien dans son contexte... (Image : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum))


    • L’”entaille” qu’on voit sur la rive droite est peut-être une ancienne descente de bateaux ;-)

    • Bien que je n’aie aucune inhibition à l’idée d’un passé martien “mouillé”, cette vallée a une bien drôle de gueule pour un environnement paléo-fluviatile dans un envirennement aride. Il ne ressemble pas du tout aux “rivières en tresse” (braided-river channels) auxquels je me serais attendu dans un contexte pareil (Aridité + grande charge sédimentaire). De plus, ces espèces de bandes plus ou moins foncées parallèles aux bords, lesquels sont au plus un peu courbes me fond davantage penser à des dépôts morainiques alpins qu’à des dépôts fluviatiles… Peut-être y-a-t’il eu surcreusement glaciaire dans une vallée fluviale quand les conditions thermiques sur Mars ont commencé à touner?

    • “on notera que la montagne solitaire, sur la droite”

      Où est Smaug ?

      Ha ha ha ! Voici la preuve que je n’ai pas encore vu The Hobbit : je n’avais pas pensé au dragon du Mont solitaire !
      JFC

    • Je ne suis pas un spécialiste des rivières ou des fleuves, j’avais fait un peu de géologie dans mon cursus. Mais un fleuve pour faire 7 km de large il faut qu’il y ait un liquide répandu sur 7km, rien ne prouve que c’est le cas. On a une sorte de vallée, de gorge, ou les deux points culminants sont séparés par 7km.

      là on voit un lit qui apparait taillé droit de 300m de profondeur mais mal défini ce qui -instinctivement- nous fait croire qu’il y a eu un écoulement monstre et subit dans une région sédimentaire puis un arrêt brusque comme les petits sillons sur la plage à marée basse.
      Si le fleuve faisait 7km, il manque un contexte, si le fleuve fait 1Km il manque de la définition.

      “Nous grondons et relevons la lèvre supérieure au cours d’un accès de colère, pour découvrir des canines de combat qui n’existent plus” Stephen Jay Gould

    • @_boulga
      Voici le dragon martien:
      http://en.wikipedia.org/wiki/Red_Dragon_(spacecraft)
      Il crache réellement le feu !!

    • Pour fins de comparaison, voici de quoi une vallée de glacier alpin a l’air:

      http://geology.about.com/od/glaciers_ice/ig/glacier-pictures/valley-glacier.htm

      Parmi les autres choses que je trouve louche pour une interprétation fluviatile de cette vallée: sa profondeur assez constante (plutôt qu’une bordure érosive plus profonde et une bordure accrétive moins profonde), ses bords abrupts, sa largeur constante, la rareté des tributaires (une rivière de 7 km, çà s’alimente…).

      Il n’y a pas que de l’eau (liquide) qui peut s’écouler dans des vallées; les glaciers le font aussi.

    • Ces photos vont susciter beaucoup de discussions je crois. On a pas la latitude, mais je serais pas surpris que se soit près d’une calotte polaire. On dirait une venue subite de liquide (disons que c’est de l’eau!!). On voit, sur la photo du bas, que “l’entaille” semble une structure de débordement et qu’il y a eu épanchement. Les petits canaux semblent des rigoles qui se seraient produite à la fin de l’écoulement. Ça ressemble à ce qu’on voit en Afrique lors des changements de saison et que le pluie “innonde” la steppe aride. En somme , le “fleuve” semble résulter de plusieurs écoulements périodiques (fonte saisonnière de la calotte??).

    • @Le_Pierre Effectivement, une vallée glaciaire provenant d’une “langue” s’échappant d’une calotte glaciaire? On approche, on approche!!

    • @jpthom1
      Allez sur http://www.google.com/mars/
      Et cherchez “Reull Vallis”. C’est juste un peu à gauche que ce que Google va vous montrer. Il y a beaucoup de ramifications en aval (ou en amont ?).

    • Le grand rond en mauve à -6km d’altitude devait être un lac glaciaire (?)

    • @gl000001 J’ai trouvé la dépression, mais j’ai pas reconnu la “fleuve” faisant l’objet du blogue. Nul doute que cette dépression devait se remplir d’eau (on voit les affluents) en provenance des berges et des montagnes. Et possible que cette eau devait geler en hiver, si la dépression est proche des pôles.

    • J’ai habité à Bic près de Rimouski pendant 5 ans. Là-bas le fleuve, ou devrait-on dire l’estuaire, fait plus de 30 km de largeur. Et il y avait de l’eau dedans. Mars ne fait pas le poids. ;)

    • Tiens, un autre truc bizarre: d’une part il ne semble pas y avoir de nivelage de ce qui tiendrait lieu de “plaine alluviale” autour de cette vallée; d’autre part je ne vois rien qui ressemble à un complexe deltaique “perché” du côté d’Hellas. Si ce machin là a canalisé une rivière, ou sont ses dépôts sédimentaires? Il devrait y avoir un paquet de sédiments à l’embouchure, sur une “rivière” de cette importance.

      S’il y a vraiment coulé de l’eau à l’état liquide là-dedans, il n’a pas du en couler longtemps et/ou régulièrement.

      @jpthoma1 et gl000001: possiblement que cette dépression en amont se remplissait périodiquement de neige/eau/glace et qu’elle se drainait de façon épisodique et catastrophique, un peu comme le lac glaciaire Missoula dans les rocheuses?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2011
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archives

  • publicité