Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 17 décembre 2012 | Mise en ligne à 15h32 | Commenter Commentaires (40)

    Quelques morceaux de science sur les armes à feu et les taux d’homicide

    Alors que le débat s’ouvre sur l’opportunité de resserrer le contrôle des armes à feu aux États-Unis, il est intéressant de consulter cette page de publications d’un groupe de recherche de l’École de santé publique de Harvard. On y trouve quelques articles scientifiques rédigés par des chercheurs de l’endroit, textes qui tournent tous autour de la même question : est-ce que les taux d’homicides augmentent avec le nombre d’armes à feu qu’il y a dans un endroit donné ?

    Réponse, résumée dans cette revue de littérature : peu importe que l’on compare des nations entre elles, ou des États américains, ou des milieux (urbain/rural), ou encore des époques, «le portrait est toujours le même. (…) Les endroits où la population possède le plus d’armes à feu sont ceux où il y a le plus de meurtres».

    Cela tombe sous le sens, bien sûr, mais il se trouve toujours des gens et des lobbies, comme la National Rifle Association, pour répliquer que ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les gens qui s’en servent (mal). Et ils n’ont pas complètement tort, remarquez. C’est vrai que cela prend quelqu’un pour charger l’arme. C’est vrai que ça prend quelqu’un pour viser. C’est vrai que ça prend quelqu’un pour appuyer sur la gachette.

    Mais le problème est ailleurs. Contrairement à la NRA qui insiste sur les individus, ce que soulignent les travaux de Harvard, c’est que plus vous avez d’armes à feu dans un environnement donné, plus vous avez de chances que l’une d’elles tombe entre les mauvaises mains, au mauvais moment. Ou, dit autrement : quand une personne profondément frustrée et enragée entre dans une très mauvaise passe, son histoire a plus de chances de se terminer dans un bain de sang s’il y a plein d’armes à feu dans son environnement immédiat ou si elle peut s’en procurer aussi facilement qu’une caisse de bière. Pas compliqué : une envie de meurtre est beaucoup plus facile à assouvir avec une arme à feu qu’avec n’importe quoi d’autre.

    Et à plus forte raison, pourrait-on ajouter, si on parle de semi-automatiques et de fusils d’assaut comme la mère du tueur de Newton gardait chez elle — ce qui, franchement, me dépasse complètement. Car il est là, il me semble, le nœud du problème.

    On peut certainement faire des choses innommables avec des armes de chasse (avec des armes blanches aussi, un coup parti), mais le fait est que ce n’est à peu près jamais avec des 30.06, des «12» ou d’autres calibres de ce genre que les meurtres de masse sont commis. Adam Lanza avait deux pistolets semi-automatiques et une arme d’assaut dans son auto (volés à sa mère). Jared Lee Loughner, du massacre de Tucson, avait un pistolet semi-automatique (avec un chargeur de 33 munitions). Seung-Hui Cho, coupable du massacre de Virginia Tech, avait deux pistolets semi-automatiques. Et ainsi de suite.

    Sais pas pour vous, mais moi, je ne connais personne qui chasse avec ça…

    Si les États-Unis veulent diminuer leur problème de meurtres de masse, il y aurait peut-être là une avenue intéressante qui ne devrait pas, en principe, indisposer le lobby des chasseurs. (Transparence totale : je suis moi-même un mordu de chasse.)


    • Comme vous dites, ça tombe sous le sens. Le fait que des publications scientifiques viennent supporter de tels propos permet de croire de plus en plus que du changement s’opérera. Je le souhaite…

    • Entièrement d’accord. Personne ne chasse avec des armes automatiques ou semi-automatiques. Les permettre en stand de tir, avec un système sécuritaire pour les déplacer devrait permettre de satisfaire les amateurs de tir et les chasseur. Personne n’a besoin d’une arme semi automatique pour se défendre, sauf dans un milieu ou les armes de ce type abondent.

    • Il suffit d’aller faire un tour sur des sites web de journaux américains et lire les commentaires des lecteurs pour réaliser que les données n’ont pas beaucoup d’importance dans ce débat chez bon nombre d’américains. Le droit de posséder une arme est inscrit dans la constitution, ils y croient dur comme fer et n’importe quelles données qui démontrent que leur environnement est moins sécuritaire parce qu’ils possèdent autant d’armes ont été “manipulées” ou proviennent de “sources libérales et communistes”. D’ailleurs, c’est le gouvernement qui, selon eux, complote pour leur enlever leurs armes et devenir socialiste et totalitaire.

      En fait, les fêlés de la NRA mettent maintenant ces tueries sur le dos de la “maladie mentale” et disent que c’est de ce côté qu’il faut agir, pas du côté des armes. Bien sûr, ce sont les mêmes personnes qui sont anti-Obamacare et qui ne veulent rien savoir d’un système de santé universel, qui garantirait un minimum d’accès à des ressources en santé mentale pour les moins fortunés.

      Quand il est question de guns, une grande partie de la population américaine est incapable de réfléchir. Ça me désole d’autant plus pour le +/- 50% de la population de ce pays qui en a vraiment marre d’être entouré de conservateurs extrémistes.

    • Le bon vieux fusil de chasse, qu’il soit 12, 16, 20 ou 410, parait bien sympathique: une cartouche ou deux. La chasse n’en devient que plus sportive: quand on n’a qu’une ou deux cartouches dans le canon, elles ne sont habituellement pas gaspillées en tirs prématurés. Personne n’a besoin de plus, sauf en territoire d’ours blancs ou d’ours grizzly pour ce qui concerne le Canada.

    • A moins de vouloir dépecer un orignal au fusil pour n’en tirer que de la viande haché personne ne chasse avec les armes qui servent habituellement aux tueries. Plein de sens . Le second amendement protège le droit de posséder un arme mais rien ne dit qu’elle doit être en votre possession tous le temps …

      Comme le proposait un des participant l’entreposage en centre de tir ( ou ils restent propriétaire de leur armes ) ou en entrepôt hors du temps de la chasse devrait être obligatoire et serait plus efficace qu’un registre . On a même pas de problème à le faire pour des pneus d’hiver, les manteaux de fourrures , les garages temporaires , les caravanes et le système est bien en place etc alors pourquoi pas pour des armes, les associations prônant les armes devraient au moins offrir cette possibilité au lieu de défendre l’indéfendable . Les vrais chasseurs ne s’en formaliseraient certainement pas et rien ne restreindrait leur plaisir légitime. De plus j’imagine qu’on devrait être capable de faire la différence entre un 12 a deux coup et une arme automatique qui n’as rien de défensif.

      Même dans l’armée les armes ne sont pas disponible en tout temps , j’ai fait deux ans de réserve et les guns étaient sous clef dans un voute les percuteurs enlevés et dans une autre voute et les chargeurs et les balles dans une autre, et on ne les sort en temps utile et pas uniquement sur un coup de tête…

      Mais la stat qui ravage c’est le : ‘’males committing approximately 90 percent of all homicides and representing 75 percent of the victims’’ dur coup pour les féministe quel pente à remonter à venir ! Les hommes auraient –t-il culturellement plus de difficulté a s’exprimer et a discuter pour résoudre les conflits une incapacité qui aurait pour alternative la solution autre plus disponible ? C’est vrai que Ken a souvent un gun alors que Barbie est rarement armé ….

      On peut se demander également si dans les pays en conflit armés ou les armes sont visibles partout et même souvent dans les mains des enfants si ce genre de dérapage existe ou si on les éduque suffisamment tôt pour identifier clairement les bonnes cibles en incluant suffisamment de crainte si la consigne n’est pas respecté… Peut être que les stat ne sont pas disponible ou que les journalistes qui enquêtent dans ces pays n’en sont pas revenus vivants.

      Je n’ai pas d’arme à la maison mais a bien y penser si ma femme se choque pour vrai je risque de finir avec un manche de cuillère a soupe dans le dos…pas sur que c’est moins souffrant …mais bon je fais attention pour pas trop l’écoeurer….

    • @cjulie,

      il est vrai que l’interdiction pure et simple des armes n’a aucune chance de déboucher sur une loi. Ce serait aussi le cas ici. Par contre, la limitation de la taille des chargeurs, la limitation sur certaines armes, l’obligation d’un test psychologie/psychiâtrique ou au moins une vérification des antécédants, ce genre de mesures suscitent l’adhésion d’une majorité d’Américains dans certains cas. J’avais mis un lien au Washington Post hier qui résume dans un tableau les mesures qui suscitent l’adhésion. Et il serait bien suffisant de s’attaquer à ces mesures ponctuelles plutôt que de faire déraper le débat sur l’interdiction complète et la démonisation des individus qui possèdent des armes à feu.

      Et pour être totalement transparent comme l’auteur du blogue: Je NE suis PAS chasseur et je NE possède AUCUNE arme et je n’ai tiré qu’une seule fois de la carabine dans toute ma vie.

      Si ce débat doit mener à des mesures concrètes, il faudra adopter un point de vue plus pragmatique. D’ailleurs l’Etat du Connecticut a déjà les lois les plus restrictives de tous les USA.

      http://www.washingtonpost.com/blogs/the-fix/wp/2012/12/17/connecticut-gun-laws-among-the-nations-strictest/

    • Pourquoi pas des armes à chargement par le canon comme les mousquets de l’époque. Une seule balle dans le canon. La chasse n’en sera que plus sportive.

      @cjulie
      Encore mieux. Quand il est question de “constitution” une grande partie de la population américaine est incapable de réfléchir. C’est aussi pire que d’autres pour le Coran.
      En espérant que cet événement en réveille quelques-uns pour faire pencher la balance du bon bord.

    • @dcsavard

      J’ai longtemps possédé une arme, puisque je pratiquais le biathlon… Je ne l’ai jamais gardée à la maison par contre.

      Je suis d’accord avec vous que certaines mesures ponctuelles pourraient passer relativement facilement, mais ce qui me décourage, c’est la mentalité de nombre d’américains qui sont obsédés par la constitution et leur “god-given right” de posséder n’importe quelle arme, comme le fait remarquer gl000001, c’est pratiquement une religion. C’est d’autant plus affligeant pour les américains qui veulent du changement et qui voient depuis des années tout débat sur les armes à feux pratiquement éliminé par le lobbying de la NRA.

    • J’en ai parlé ailleurs, mais ça me semble pertinent:

      Fabriquer une arme avec une imprimante 3-D:

      http://www.extremetech.com/extreme/133514-the-worlds-first-3d-printed-gun

      Résultat de l’exercice:

      http://www.youtube.com/watch?v=wuDCW_Rn5JI

      La technologie progresse et on risque bientôt être capable d’”imprimer” une arme complète avec son imprimante 3-D.

      Comment le législateur peut réagir à ça ?

      Jean Émard

    • Je vois ça d’ici un esquimau qui tente de charger le canon de son arme par la bouche pendant qu’un ours polaire le charge.

      Il y a peut-être des cas en dehors de ceux que ceux qui ne sont pas chasseurs peuvent imaginer qui nécessitent plus qu’une arme manuelle à un coup. Un fermier ayant un élevage bovin ou autre aux prises avec des coyotes, par exemple. La chasse n’est pas toujours sportive pour les éleveurs d’animaux ou même de céréales et de plantes potagères, elle devient utilitaire.

      J’ajouterais que même avec un «12 pompeux» à trois coups, comme on en utilise pour le canard, la chasse est déjà assez sportive comme ça. Ces bêtes-là sont petites, elles volent vite et elles ne s’annoncent pas, je vous prie de me croire.
      JFC

    • “Ces bêtes-là sont petites, elles volent vite et elles ne s’annoncent pas, je vous prie de me croire.” JFC

      ===

      J’espère sincèrement que vous les raterez toutes.

      Jean Émard

    • Une question peu abordée est le coût des armes à feu pour la société.

      Une étude de 1995 estimait à 1,7 milliards au Québec et 6,6 au Canada le « coûts économiques annuels liés à une mauvaise utilisation des armes à feu ». Bien sur ces résultats furent fortement critiqués quant à l’interprétation des données. Les opposants y ajoutaient l’économie que les armes peuvent occasionner à la société, tout en voyant à la baisse le coût social des pertes de vies et blessures, en se basant sur une étude américaine de Heritage foundation :
      According to the RAND Corporation, career criminals commit 187 to 287 crimes per year, each of which costs society $2300 US on average. Consequently, the death of each such person represents a saving to society of over $500 000 US per year. When a typical, nonproductive, chronically depressed patient succeeds in committing suicide after repeated attempts, there is little or no productivity loss to society and a considerable saving in mental health care costs. The person who commits suicide takes this course to escape the pain and suffering of his or her quality of life.

      Cette page du département de la justice explique le déroulement des études (pas très récente) sur le sujet. http://www.justice.gc.ca/eng/pi/rs/rep-rap/1998/wd98_4-dt98_4/p39.html#a311

      Malheureusement les données sont peu fiables et chacun peu prendre les chiffres qui lui plaisent, certains chercheurs comparant la précision des hypothèse au fait de tirer dans le noir.

      Personnellement, je ne suis pas un chasseur et je n’ai jamais tiré avec une arme à feu, sauf une fois au chalet.

    • @dcsavard Larmée canadienne utilise des carabine Lee-Enfield datant de la première guerre mondiale! Leur intérêt est qu’elles fonctionnent dans les conditions arctique. De toute façon, l’armée utilise normalement des moyens non-létal pour repousser les ours. Même constat chez les biologistes qui visitent le nord. Des armes de chasse standard de gros calibres suffisent à la tâche. L’important est qu’elles soient opérationnelle, car on aura pas le temps de tirer plus de 2 coups sur l’ours nous charge.

    • @dcsavard
      Ils faisaient quoi les esquimaux avant qu’on leur vende des armes à feu ?

      Pour le fermier, il n’aurait qu’à engager quelqu’un qui aurait le droit de porter manipuler cette arme. Ou bien il demande un permis temporaire pour une arme à plusieurs coups.
      Dites-moi pas comment c’est impossible s.v.p. Dites-moi comment c’est possible.

    • .
      Peu de pays sont propices et offrent des conditions pour la chasse ! …. Le Canada est un des pays où la chasse peut encore se pratiquer à un coût raisonnable !
      On dira ce que l’on voudra, mais la chasse fait partie de l’identité canadienne, … pas les armes.
      La plupart des pays européens ont perdu cet aspect de leur culture ancestrale. Les américains ont reliés la possession d’armes à un besoin de défense personnelle ! …. C’est une partie du problème. En fait, aux E.U. les armes sont pour la défense et pour l’attaque.
      Avoir des armes d’attaque qui ne servent pas (autrement que dans ton imagination de jeu vidéo) peut devenir frustrant, tentant, ou autre pour un possesseur déviant … d’où le problème, surtout que les possesseurs d’armes se retrouvent souvent en ville ce qui n’est pas nécessairement le cas au Canada.
      La quantité de possesseurs d’armes de chasse amène son problème …. sur le nombre, il y a plus de chance que des animaux soient abattus de façon illégale !

      La raison d’être de l’arme a aussi une importance sur l’étincelle cérébrale du déviant !

      Pour ce qui est des oies, bernaches ou outardes, il y en a tellement (c’est comme les phoques) …. à un moment donné, ça devient un problème !

      Donc, bonne chasse … au bon moment, …. au bon endroit !

    • Et pourtant un pays comme la Suisse qui a aussi un très haut taux de possession d’armes (45% de la population si je ne me trompe pas) incluant des armes militaire ne semble pas avoir se problème.

      En passant, je ne suis pas contre le controle des armes mais je me dis que le noeud du problème doit être ailleur.

    • Ce n’est pas pour rien que les Américains, probablement plus que tout autre peuple sur terre ont un lien très fort avec les armes àfeu.

      Les États-Unis ont été fondés suite à une rébellion contre la tyrannie.

      De donner la liberté, la démocratie et la liberté d’expression au peuple Américain n’était pas jugé suffisant pour se protéger contre la tyrannie éventuelle d’un futur gouvernement.
      Il fallait aussi armer le peuple pour qu’ils aient les moyens de se rebeller de nouveau au besoin.
      C’est en partie par ça qu’est justifié le 2e amendement.

      http://en.wikipedia.org/wiki/Second_Amendment_to_the_United_States_Constitution#Experience_in_America_prior_to_the_U.S._Constitution

      De plus, lors de leur fondation, les États_Unis étaient un véritable coupe-gorge.

      Il y avait les Amérindiens qui avaient combattu les Américains aux côtés des Anglais et qui représentaient une menace constante, les bêtes sauvages, le brigandage, les vols, les viols, les asservissements etc.
      Il faut ajouter que les colons vivaient souvent isolés les un des autres dans un vaste territoire et que l’auto-défense était le plus souvent la seule défense possible.

      À l’époque de la fondation des États-Unis, les armes les plus évoluées étaient au pire de vulgaires pétoires artisanales faites à la maison, au mieux un mousquet à canon lisse dont la balle partait dans toutes les directions après quelques mètres.

      Comme la fabrication d’armes représentait un besoin essentiel pour la population, il était normal qu’une industrie florissante se développe.

      Bien avant les usines automobiles, le travail à la chaîne, la standardisation, et les progrès techniques étaient bien présents dans les usines d’armement. au début du 19e siècle.

      Il fallait que toutes les munitions soient identiques et qu’avec les morceaux de deux fusils brisés on puisse en faire un qui fonctionne.

      De plus la guerre de sécession avaient réussi à faire des usines Américaines d’armes à feu des leaders mondiaux en la matière.

      Faisant la fortune de nombreux entrepreneurs comme Colt, Remington, Smith &Wesson, Gatling etc.

      Maintenant pour combattre les bêtes sauvages, les Amérindiens ou la tyrannie les Citoyens Américains ont-ils vraiement besoin de fusils d’assault M-16, de grenades ou de tanks ?

      Oui oui, on peut acheté un Tank fonctionnel (désarmé) aux États-Unis:

      http://www.armyjeeps.net/armor1.htm

      $295,000.00 pour un Tank léger, mais les tanks plus massifs et plus récents sont aussi en vente pour les amateurs de protection contre la tyrannie, les bêtes sauvages et les Amérindiens.

      Et puis bien sûr on peut “réarmer” le tank acheté “désarmé” en allant chercher un canon de 88 fonctionnel ailleurs dans un autre “magasin” mais ça je suis pas supposé de le dire.

      :-D

      Le 2e amendement devrait être amendé.
      Il a eu sa raison d’être, mais comme bien des choses il est devenu anachronique.

    • @thib, de plus, le haut taux de possession d’armes en Suisse a exactement la même justification que la justification constitutionnelle américaine, qui est : «Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé» (2ème amendement).

      En fait, la Suisse pousse cette logique jusqu’à ne se fier qu’à cette milice citoyenne (elle n’a pas d’armée!)

      http://en.wikipedia.org/wiki/Gun_politics_in_Switzerland

      Aux É-U, les milices sont anti-état ; en Suisse, elles défendent l’État. Drôle de retournement que de dire que les deux procèdent d’une même logique.
      JFC

    • @gl000001,

      ils se faisaient manger par les ours. J’imagine qu’ils ont perdu goût à la chose. Saleté de confort hein?

    • @-thib-

      Le cas de la Suisse est tellement unique… La Suisse n’a pas d’armée, elle compte donc sur une “milice” pour se défendre, ce qui explique le fort taux de possession d’armes. La vaste majorité des jeunes hommes du pays ont donc un entraînement militaire, et savent très bien manier les armes. Les armes sont prêtées par le gouvernement aux membres de la milice (ie une grande proportion du pays). Par contre, les munitions sont très sévèrement contrôlées – les armes prêtées par le gouvernement ne viennent avec aucune munition. En fait, il est impossible d’acheter des munitions à l’extérieur des champs de tir, et toutes les munitions achetées doivent être utilisées au champ de tir. C’est TRÈS différent de la situation aux USA.

    • .
      De toute façon, on a le don (les américains en particulier) de mélanger l’objectif et le moyen …. c’est à dire de prendre le moyen comme objectif …. l’arme est un des moyens pour se défendre, pas l’objectif. …. Ça me fait penser à la finance (Wall street et banquiers), créer pour favoriser le développement de la société, ils sont devenus un objectif d’enrichissement plutôt qu’un outil !

      Comme on dit … When the shit hits the fan !

    • @dcsavard
      Non. Ils ne partaient jamais tout seul. Un ours n’attaquera pas six hommes ou plus.

    • @JFC: la logique initiale demeure la même, ne vous en déplaise… Le dire n’est pas un détournement. Je n’ai fait que citer la constitution américaine. Dans les 2 pays, on permet de s’armer au cas où il faut se défendre congre une menace extérieure ou intérieure (gouvernement qui usurperait de ses pouvoirs dans le cas des USA). Avec le temps, l’évolution de cet armement et les conditions de son utilisation ont évidemment changé dans la mesure où les USA ont une armée, mais pas la Suisse.

    • @honorable
      “Avec le temps, l’évolution de cet armement et les conditions de son utilisation ont évidemment changé dans la mesure où les USA ont une armée, mais pas la Suisse.”

      Avec la conclusion évidente que les américains n’ont pas besoin d’armes pour se défendre car ils ont une armée pour le faire.

    • Fallait y penser, ils se promènent en six-packs.

    • @dcsavard
      C’est en plein ça. On offre une tite-frette à l’ours.
      On ne mord pas la main qui nous nourrit.

    • @gl00001: vous oubliez la possibllité que le gouvernement américain lui-même devienne totalitaire. L’ideé de la milice était de protéger contre les menaces extérieures Et intérieures. Si chaque famille syrienne et libyenne avait une arme à feu, peut-être que Assad aurait déjà perdu le pouvoir et que Khadafi l’aurait perdu plus vite.

      Il est vrai que les armes individuelles sont de faibles calibres comparé aux avions, mais une guerrilla urbaine antigouvernementale peut être très efficace.

      Etant proaméricain, je considère que la possibilité d’un gouvernement totalitaire aux USA sont à peu près nulles. Bien des antiaméricains, par contre, ont une opinion différente…

    • “Etant proaméricain, je considère que la possibilité d’un gouvernement totalitaire aux USA sont à peu près nulles.” honorable

      ===

      Erreur de logique.

      La probabilité objective d’un événement n’a rien à voir avec le fait que vous soyez personnellement pro-américain ou anti-américain.

      Jean Émard

    • @honorable
      “Bien des antiaméricains, par contre, ont une opinion différente…”
      Dans leur cas, ça n’est presque plus une opinion mais une maladie : la paranoïa.

    • N’oubliez pas que c’est la fin du monde dans trois jours les amis alors j’espère que vous avez réservé votre place dans la prochaine fusée soyouz en direction de la Station Spatiale Internationale pour ne rien manquer du spectacle.

    • Lors de la révolution américaine les anglais ont devant la menace en premier lieu essayé de désarmer la population le deuxième amendement a un contexte qui ne s’applique plus mais qui a une origine bien réelle… De plus avant d’avoir une armée organisée les miliciens du général Arnold devaient fourir eux même leur armes c’était le cas durant l’invasion américaine de 1813…

      @ gl000001

      paranoia … un peu sévère si ton président drettiste avait justifié l’invasion d’un pays sous prétexte que y avait des armes de destruction massive et qu’on en ait jamais trouvé l’ombre d’une poussière après plusieurs années … ce serait une peu normal que tu ait un petit doute et que tu dévelope une attitude un peu ”parano” envers ton bon gouvernement …

      Dans ce pays ou la majorité des preachers et moraliste finissent par être obligé de présenter leurs maitresse au public…on en est pas à un paradoxe près il y a de tout dans le melting pot du meilleur et du …mettons surprenant que les médias ne se gène pas de monter en épingle…..

      A force de chercher l’insolite il ne manque plus qu’on nous assure «qu’aucun animal n’est mort, ni n’a été blessé, durant ou après la tuerie ni dans les reportages qui ont suivis…» dans ce pays ou Pitou et Minou vallent souvent plus cher que bien des vies humaines….

    • @ramses2.1: vous errez. Le biais (favorable ou défavorable) de quelqu’un envers une chose influence ses considérations et ses impressions.

    • @jim777
      La météo pour les prochains jours ;-)

      http://www.fourthirds-user.com/forum/showthread.php?t=11819

    • Il y a un marché de 100 millions d’armes aux États-Unis. A une moyenne de $500 par armes, cela fait un marché de 50 milliards, c’est une explication de la force de la NRA et de son intérêt à faire la promotion des armes. Ce marché est beaucoup plus important que le marché militaire. Les militaires utilisent leurs armes longtemps et l’armée américaine n’est pas si grosse.

      La beauté du marché civil des armes, c’est que lorsque vous armez une partie de la population l’autre partie de la population voudra des armes pour se défendre. Lorsque ce sera fait, la première partie de la population voudra des armes plus puissantes et ainsi de suite.

      Sauf pour se défendre d’une meute de zombi qui vous attaque, un fusil d’assaut n’est pas très utile. C’est une arme légère qui tire des balles légères qui sont efficace dans une zone de 300 mètre. La principale qualité de ces armes est de tirer beaucoup de balles en très peu de temps. Elle sont efficace pour blesser un homme qui est un animal pesant entre 50 et 120 kilo.

      Une arme de chasse doit avoir une portée utilise beaucoup plus grande et elle doit être capable de tuer des animaux beaucoup plus gros. Il n’y a aucune justification à utiliser des fusils d’assaut sauf pour affronter un groupe armé de plusieurs individus, ce qui n’est pas fréquent.

      Affronter un ours blanc affamé avec ce type d’arme est suicidaire, c’est pourquoi l’armée canadienne utilise des vieux fusils qui sont fiables et surtout qui ont de grosse balle puissante.

      Il n’y a pas de justification scientifique à posséder de telles armes, mais les vendeurs d’armes ont un très bon lobby et un excellent service de marketing.

    • “Le biais (favorable ou défavorable) de quelqu’un envers une chose influence ses considérations et ses impressions. ” honorable

      ===

      Surtout ses préjugés.

      Et ses préjugés n’influe aucunement la probabilité de l’événement (dixit: “la possibilité d’un gouvernement totalitaire…”)

      Jean Émard

    • Bien cher gl00001: vous lisez dans mes textes comme d’autres dans les feuilles de thé des choses tout à fait étonnantes que même en rêve je n’ai pas formulées.

    • @mononke
      Ceux qui s’arment sous Bush, s’arment encore plus sous Obama. Ils sont tellement pro-américains que trop c’est comme pas assez. Ils deviennent anti-américains contre tous ceux qui ne sont pas “trop” comme eux.
      C’est similaire aux jaloux batteurs de femmes, à mon oncle qui prenait pour les Bruins car il ne pouvait supporter de voir les Canadiens en perdre une …
      C’est un cas pour Janette Bertrand ;-)

    • @honorable
      Comme quoi ?
      Ce que j’ai écrit, je l’ai pensé moi-même. MOI, je les trouve parano.
      Et je parlais de la paranoïa des crinqués aux armes à feu. Pas de vous (???).

    • @ gl000001
      J’espère que la réponse de «Honorable» qui vous a, par ruse ou inconscience, privé d’un légitime« zero» lors de sa précédente réplique n’est pas une attaque subtile visant augmenter votre taux de cortisol, hormone de stress indicatrice de changement épigénétique, et que votre niveau de «méthylation» génétique n’a pas affecté irréversiblement le transport de votre sérotonine le «messager chimique» dont la vigueur vous caractérise d’habitude assez bien.

      En repensant à la situation dramatique de votre Oncle amateur de Bruins je me demandait cette année si IL allait être capable de parler d’un sujet quelconque compte tenu d’une quasi inactivité dans la ligne nationale. Ce drame risque d’affecter un nombre important de réunion de famille ou les deux sujets unique abordé par les mononkes et certains beau frères sont les «chars» qui sont réduits a du très plate 4 cylindre et le hockey, puisqu’on ne peut parler de sexe avant que les enfants soient couchés.

      Ce genre de «situation» me pose un stress chronique pendant la période des fêtes , ou pour réguler l’expression de divers gènes, de manière à diminuer durablement l’activité de ceux qui doivent être inhibés et pour ne pas aggraver mon taux de méthylation déjà à pas mal hypothéqué j’ essayais de trouver des sujets pour éviter l’intimidation de mes oncles et beaux frères qui ont pris l’habitude de me traiter injustement d’intello, puisque trop feluette pour trouver comme tout le monde normal une bonne job après mon secondaire 5, j’ai dû me résoudre à continuer mes études pour gagner ma vie ce qui a provoqué chez moi une forte carence en hockey 101 que je compensait en lisant juste avant les fêtes quelques statistiques sur le hockey afin de pouvoir tenir une discussion intelligente lors des soirées des fêtes.
      Pensant au sort dramatique qui attend votre mononke fan des Bruins, je me demande en période de grève de hockey comment pourrait- on compenser l’absence de sujet de niveau familial relatif à notre sport national sans gâcher complètement les précieuse réunions de familles traditionnelles .

      J’ai essayé d’établir une liste en adaptant légèrement quelques sujets d’actualités mais j’ai manqué d’inspiration et je suis pas sur…. un effort collectif serait préférable !

      L’«intimidation» laisse des traces jusque sur les gènes des goons du canadiens

      Quelques morceaux de science sur les batons de hockey et les taux slap shot

      Première image d’une patinoire extraterrestre

      Psychologie de l’horreur, les punitions en troisième périodes

      Qu’est-ce qui élimine les jeunes joueurs au camp d’entrainement comme des bélugas ?

      Nouvelle hypothèse en «biologie de l’homosexualité» pour prévenir les accidents dans les douches

      Bruits humains dans l’Atlantique Nord : «reprise des négociations ?»

      La Lune prend des couleurs contrairement à la NHL !

      Comme disait autrefois l’impayable Rose Aimée on peut parler de tous les sujets en autant qu’on parle de Pierre Marcotte… Mais comment et quoi faire pour trouver un autre sujet que le canadien ? :-)

    • @mononke
      Je ne crois pas que l’intimidation ait eu une influence sur les gènes des goons mais définitivement sur certains joueurs moins rudes. On se rappellera de Russ Courtnall dit “le chevreuil” (5′11″ pour 174 livres). Il patinait très vite parce que réputé être peureux comme un chevreuil.

      Pour les punitions en 3e période, je crois qu’ils ont du velcro sous les bras qui leur collent les bras au chandail. Et l’innovation est que ce velcro est contrôlé par un “remote” qui est dans les mains du superviseur dans les gradins (notez la conspiration ici).

      Quel est le deuxième sujet après les Canadiens … la politique bien sur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité