Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 17 décembre 2012 | Mise en ligne à 10h19 | Commenter Commentaires (10)

    Première image d’une rivière extraterrestre

    Aux températures qu'il fait sur Titan, ce sont vraisemblablement du méthane et de l'éthane qui coule dans cette rivière. (Photo : NASA/JPL-Caltech/ASI)

    Aux températures qu'il fait sur Titan (–179°C), ce sont vraisemblablement du méthane et de l'éthane qui coule dans cette rivière. (Photo : NASA/JPL-Caltech/ASI)

    L’idée même semble tout droit sortie d’un roman de science-fiction : les agences spatiales américaine et européenne a publié récemment les premières images d’une rivière extraterrestre «active», où du liquide coule encore. Et pas qu’un petit ruisseau : ce grand fleuve, même si le terme sonne un peu bizarre, coule sur 400 kilomètres de long.

    C’est la sonde spatiale Cassini, en orbite autour de Saturne depuis 2004, qui a croqué le cliché sur la lune Titan, le plus gros satellite de la vaste «collection» de la géante gazeuse. Aux températures qu’il fait sur Titan, autour –179°C, ce n’est évidemment pas de l’eau qui coule dedans, mais vraisemblablement du méthane (CH4) et de l’éthane (C2H6).


    • Cette image éveille l’instinct d’explorateur qui someille en moi. J’ai beau savoir que la rivière est trop froide pour se baigner, que l’atmosphère est irrespirable, qu’il n’y a rien qui pousse ou qui grouille, j’ai le goût d’y aller quand-même. Cet instinct est bien ancré dans nos gènes et je suis certain que nous sommes condamnés à explorer.

      Et l’amateur de rapides en moi se demande bien s’il n’y aurait pas dans cette rivière un ou deux petits R3 «avec pas trop de roches», comme on dit… ;-)
      JFC

    • Avec le Vendée Globe qui est en cours et qui m’incite à en apprendre un peu sur le monde fascinant de la voile, cette photo pique ma curiosité à moi aussi!

      Et même d’un point de vue purement scientifique, c’est une découverte intriguante. En fonction de la viscosité du méthane liquide et de l’éthane liquide (que je ne connais pas), on a peut-être affaire à un très joli problème de dynamique des fluides!

      Je serais curieux de savoir si l’érosion est plus rapide dans ce fleuve que dans ceux sur Terre.

    • Ouais bien à -179° C, Il ne faut pas trop se planter sous peine de se fracturer en milliers de morceau.

      Mais en lisant sur les sondes spatiales, les missions d’explorations et tout, je me dit qu’il faudrait vraiment trouver un moyen plus efficace de se déplacer dans l’espace pour pouvoir explorer tous le système solaire dans un délai raisonnable.

    • L’amateur de rapides devrait être discrêt sur les R3 …. y a des ingénieurs d’Hydro qui lisent la chronique qui en bavent déjà et qui eux aussi on l’instinct bien ancré dans les gènes mais du genre obsessif pas nécessairment ceux qu’on pense…

    • @David BOurque, si Eistein disait vrai, on ne peut aller plus vite que la lumière. Même à cette vitesse, cela prendrait des années et des années pour arriver à rejoindre d’autres sytème. Dommage!!

    • Fortress

      oui si on ne peut pas déjouer les règles de la physique.

      Cependant, entre aller à la vitesse de la lumières pour rejoindres les systèmes stélaires proches, et trouver un moyen de propulsion spatial plus efficace pour se déplacer dans le système solaire, il y a un gouffre !

      On atteint quoi en utilisant l’assistance gravitationnel ? 0,01% de la vitesse de la lumière ?

      Il me semble y avoir une bonne marge de progression, si on veut un jour explorer le système solaire avec autre chose que des sondes.

    • @davidbourque
      Si au moins on pouvait se servir des sondes comme on le fait pour les drones ici. Mais, nous sommes à plusieurs minutes-lumière. C’est comme si on se donnait un coup sur le genou et la jambe “kickait” plusieurs minutes après. C’est frustrant.

    • @mr Cliche
      Ils ont fait s’écraser sur la Lune les deux satellites qui nous ont donné les belles images magnétiques de l’autre jour.
      http://www.gizmag.com/grail-impact-announcement/25460/

    • @fortress
      En fait, même si on ne peut se déplacer plus vite que la lumière, mais plutôt à des vitesses “proches” de celle de la lumière, le temps “ralentit” pour le voyageur, si bien que pour lui, le voyage pourrait paraître très court. Ce serait plutôt pour ceux qui attendent les résultats que le temps va malheureusement être plus long.

    • Ce ne pourrais pas etre qu’une immense fissure très creuse qui donnerait cette ombrage ?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité