Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 19 novembre 2012 | Mise en ligne à 15h49 | Commenter Commentaires (9)

    Pleine lune et santé mentale : mythe déboulonné

    Bien intrigante étude que celle que vient de faire paraître la chercheuse en psychologie de l’Université Laval Geneviève Belleville. Publiée dans le dernier numéro de General Hospital Psychiatry, elle s’en prend à un mythe qui a la peau très dure, soit celui qui prétend que les gens atteints de maladie mentale sont plus actifs à la pleine lune.

    Mme Belleville a suivi pendant trois ans les entrées dans les urgences de l’Hôtel-Dieu de Lévis et de l’hôpital Sacré-Cœur, à Montréal, en portant une attention particulière aux patients qui se présentaient avec une douleur à la poitrine d’origine indéterminée. Si l’on laisse de côté les patients véritablement cardiaques, en effet, ce genre de douleur est très souvent associée à des problèmes mentaux — crises de panique, troubles anxieux, émotions intenses, etc. La chercheuse et son équipe se sont ainsi constitué un échantillon de plus de 750 personnes, qui ont toutes été interviewées afin d’avoir un diagnostic psychiatrique pour chacune.

    Ne restait ensuite plus qu’à comparer les dates d’entrée à l’urgence avec les phases lunaires. Résultats : 190 visites à la pleine lune (incluant trois jours avant et trois jours après), et à peu près autant pour la nouvelle lune (192) et le dernier quartier (189). Le premier quartier a attiré un peu moins de visiteurs (146), mais la différence n’était pas statistiquement significative — mythologiquement non plus, d’ailleurs. Plus de détails dans mon article sur le site du Soleil.

    Verdict : busted !


    • Ah biais de confirmation quand tu nous tient. Le simple fait d’y être plus attentif aura tendance a faire en sorte que l’on aura l’impression que plus de cas se produisent ces journées, et le mythe sera propagé. Mais comme toute fausse croyance, elle sera plus dure a faire disparaitre que seulement démontrer qu’elle est fausse car elle vient s’incrir dans la vision du monde qu’ont ceux qui lui donne de l’importance.

    • J’en profite pour dire que lunatique fait référence à quelqu’un au caractère instable et mentalement dérangé, ce qui est en lien avec la pleine lune justement et qui a certainement contribué pendant des siècles à propager la croyance.

      Bien qu’aujourd’hui la plupart des gens utilisent lunatique pour désigner quelqu’un qui est dans la lune, cela n’a absolument rien à voir et ceux qui connaissent le sens véritable du mot ont toutes les raisons de s’offusquer de se faire traiter de lunatique, ce qui équivaut à traiter quelqu’un de malade mental.

    • C’est quand même aberrant de constater que le corps médical lui-même croyait à ces lougarouperies-là. Ils sont supposés être formés à la science, 80% des infirmières et 64% des médecins, c’est énorme! Pas rassurant pantoute.

    • L’article suivant écrit en 2001 dit la même chose tout en apportant d’autres points intéressants…

      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article60

    • @lecteur_curieux,

      il me semblait aussi que ce n’était pas la première fois que j’entendais parler d’une étude sur le sujet. Dans les références bibliographiques de l’article que vous référez, je vois qu’en 1991 M. Allouche a fait sa thèse de doctorat en médecine sur le sujet. J’ai peine à croire que l’on puisse obtenir une doctorat en médecine sur la base d’une étude statistique aussi simple.

      (Allouche M., (1991). Influence de la pleine Lune sur les urgences médico-chirurgicales de l’hôpital Lariboisière. Thèse de doctorat de médecine, Paris VII, n°2051.)

    • En matière de douleur à la poitrine d’origine indéterminée, peut-être que de trop nombreux médecins urgentologues ne pensent pas du tout au fait que des personnes peuvent souffrir du syndrome de Tietze, de névralgie intercostale, de spondylarthrite ankylosante, toutes conditions qui impliquent des douleurs thoraciques. Mais ce n’est pas évident.
      Et dans le domaine de la médecine, quand c’est une femme qui se plaint, on va vite dire qu’il s’agit de maladie mentale, croyez-moi sur parole. Comme on dit chez les anglais: “Been there, done that”.

    • Reste à voir s’il est vrai qu’il y a plus d’accouchements en période de pleine lune.

    • Lorsqu’on entreprend une recherche il faut au départ savoir pourquoi et ce qu’on cherche … et non pas essayer de prouver une idée préconcue…

      En éliminant les gens normaux par un test «des gens avec une douleur à la poitrine d’origine indéterminée.» ou on les classe psychotique on ne regarde que les anormaux.

      Or pour utiliser un langage plus cru mais clair … si t’est déja fou ben pleine lune ou pas tu le reste! Et rien n’indique que les normaux qu’on examine pas sont affecté par la pleine lune… ce qui serait surprenant … mais la méthodologie semble plutot bizare…

      Probablement que je comprend mal ou alors mon alzeimer est plus avancé que je croiyais et mon médecin fait partie du 65 % des originaux qui nous racontent n’importe quoi !
      De toute façon le simple fait d’être médecin n’est pas toujours une garanti de normalité … pour preuve y en a certains qui se choutent au lave glace cheap pour se donner bonne conscience avant de charcuter leur progéniture …

    • @guiguibob, @monoke et cie,

      Vous devriez vous rendre sur le site de 98.5 fm à l’émission de Dutrizak. La chercheuse explique sa méthodologie et aussi que l’aspect de l’influence de la pleine Lune n’est qu’une partie d’une étude, dont l’autre part fut divulguée il y a deux ans.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité