Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 15 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h31 | Commenter Aucun commentaire

    Un petit boson presque trop sage

    Une autre grosse nouvelle est ressortie du Symposium sur la physique des collisionneurs de bosons, qui se tient cette semaine au Japon. Encore que cette fois-ci, c’est à la limite de la «non nouvelle» : d’après une véritable montagne de nouvelles données, la particule que l’on soupçonnait être le boson de Higgs, dont la découverte a été annoncée l’été dernier, semble bel et bien être ce que l’on croyait. Et comme on le devinait il y a quelques mois, elle s’insère jusqu’à présent bien sagement à la place (et avec les caractéristiques) que le Modèle standard prévoyait, ce qui — comme pour l’annonce sur la supersymétrie, plus tôt cette semaine — a de quoi décevoir ceux qui espéraient voir là une «poigne» pour une nouvelle physique.

    Le Modèle standard est, grosso modo, la somme de nos meilleures connaissances sur la nature et le comportement de la matière, à son échelle la plus «intime». Il décrit de façon magistrale une foule de choses fondamentales, comme la composition des protons et des neutrons, qui forment le noyau des atomes, ou encore la façon dont plusieurs grandes forces de la nature (comme l’électromagnétisme) sont communiquées. Mais ce Modèle laisse encore de grandes zone dans l’ombre, ne faisant aucune place à la gravité (oups…) et à la «matière sombre», qui constitue plus de 80 % de la masse de l’Univers, mais que nos instruments ne peuvent pas «voir», autrement que par ses effets gravitationnels.

    Comme l’explique la physicienne Pauline Gagnon sur son blogue (autres comptes-rendus ici et ici en anglais), ce n’est jamais le boson de Higgs lui-même que l’on détecte, puisqu’il est extrêmement instable, mais plutôt les «fragments» qu’ils laissent en se désintégrant. Le Modèle standard (MS) prévoit que ces «éclats» ne sont pas toujours de même nature (il s’agit parfois de photons, parfois d’autres choses), mais que chaque type de fragment devrait apparaître à une fréquence donnée. Si l’on voyait un écart significatif entre les prédictions du MS et les observations, on pourrait espérer qu’il s’agisse d’une sorte de «fenêtre» ouverte sur une «nouvelle physique» qui sortirait du MS — autant dire un nouvel univers —, mais jusqu’ici, les observations du LHC sont très proches des prédictions standards.

    Donc le boson (présumé) de Higgs s’enligne pour être désespérément sage…


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité