Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 septembre 2012 | Mise en ligne à 14h24 | Commenter Commentaires (25)

    Gentilly-2 : on se calme et on se documente un peu, OK ?

    Comme une grande partie de ceux qui s’intéressent aux sciences en général, à l’environnement et aux questions énergétiques en particulier, je regarderai avec attention le documentaire Gentilly or not to be, qui sera projeté en première le 10 septembre et diffusé à Télé-Québec le lundi suivant, 17 septembre. Cependant, si le compte-rendu paru ce week-end dans Le Devoir est un reflet fidèle de son propos, cela risque fort d’être une perte de temps.

    gentillyAfficheJ’ai failli m’étouffer avec ma pinte de bière, samedi sur une terrasse de Baie-Saint-Paul, quand j’ai lu à la une du quotidien montréalais : «Autour de Gentilly-2, les taux de cancers infantiles dépassent de 27% la moyenne québécoise.» Faut l’admettre, ça frappe. Puis j’ai réalisé qu’il s’agissait d’un pourcentage tiré d’un documentaire — et comme, malheureusement, les notions de documentaire et de pamphlet sont souvent confondues, je me suis dit qu’il valait mieux faire quelques vérifications avant de s’énerver.

    Verdict : c’est du mou, pour reprendre une expression (que j’aime bien) de Yannick Villedieu. La statistique vient de ce document, divulgué l’année dernière par l’Agence de santé de la Mauricie et qui présente les résultats d’une compilation des cas de cancer dans les municipalités voisines de la centrale nucléaire Gentilly-2. Comme on le voit dans le document, cette agence fait ce genre de suivi quinquennal depuis 1994. Et si les chiffres rapportés son exacts — 40 cas observés chez les moins de 20 ans entre 2000 et 2004, alors que la moyenne québécoise en laissait attendre 29,1 pour la population observée —, il apparaît qu’ils sont grossièrement incomplets. Les deux autres suivis (pdf, voir deux dernières pages) de l’agence mauricienne, portant sur les périodes 1994-98 et 1997-2001, montrent pour leur part qu’il y a eu, autour de Gentilly-2, moins de cas de cancers que la moyenne ces années-là : 28 cas observés dans chacune des deux périodes alors que l’on s’attendait à en voir près de 34. Au total, cela fait 96 cas de cancer chez les moins de 20 ans qui ont été observés au cours de ces trois périodes, ce qui est extrêmement proche de la valeur attendue (96,8) et contredit de plein fouet l’idée d’un surplus de cancers.

    Voilà qui était pourtant très, très, très facile à vérifier, mais il semble que personne n’ait jugé pertinent de le faire. Ce qui, du point de vue de la rigueur, est absolument indéfendable, tant de la part des militants que des journalistes.

    Autre «stat» balancée sans contexte : sur la rue Des Glaïeul, à moins de 10 km de la centrale, le documentaire fait état de 11 fausses-couches, dont 5 dûes à des malformations congénitales. À vue de nez, ça en jette, mais quand on sait qu’environ 60 % des avortements spontanés sont causés par ce genre de malformation, cela devient complètement insignifiant.

    Et une «démarche» du même acabit est déployée quand vient le temps de parler des études qui «démontrent» le danger de vivre à proximité d’une centrale nucléaire : on fait grand cas d’une étude allemande qui a trouvé un taux de leucémie de 2,2 fois plus élevé chez les enfants vivant à moins de 5 km, mais on se garde bien de dire que ses auteurs ne font aucun lien de cause à effet avec les centrales nucléaires. Et on ne dit surtout pas que la quasi totalité des études sur ce genre de question n’a trouvé aucun lien entre le fait de vivre à proximité d’une centrale nucléaire et l’incidence de cancer/leucémie chez les enfants ou les adultes. Des Américains ont cherché et n’ont rien trouvé qui soutienne cette hypothèse. Des Français ont cherché, et cherché, et cherché encore, mais n’ont vu dans leurs données aucune raison de croire que des radiations autour de leurs centrales causent un surcroît de cancers. Des Anglais ont fait la même chose, avec le même résultat : pas moyen de déceler «any evidence of a tendency for childhood leukaemia rates to be higher nearer to these sites». Des Espagnols s’y sont essayés, sans plus de résultats. Même chose pour les Japonais.

    Mais bon, quand on dispose d’un aussi bon épouvantail que le nucléaire, pourquoi diable risquer de le détruire en faisant les efforts de documentation qui, pourtant, devraient s’imposer naturellement ? Pourquoi chercher à avoir une vision complète de la question quand le petit bout que l’on aperçoit entre nos œillières fait notre affaire ? Voulez-vous bien me dire ?

    Il est à espérer que les réalisateurs de Gentilly or not to be auront su éviter les pièges intellectuels dans lesquels tant de militants se jettent avec un enthousiasme aberrant. On verra le 17 septembre. Mais quand je lis leur synopsis, qui parle du «puissant lobby nucléaire» (au Québec !?! Vraiment ?), j’ai mes petits doutes…


    • De toute manière, 40, c’est à peine différent de 29,1, statistiquement parlant. La nullité apparente des journalistes du Devoir dans plusieurs domaines (nullité apparente qui n’a sans doute qu’une cause: un militantisme et un activisme excessif) ne cessent de m’étonner. En conséquence, le seul intérêt véritable du Devoir ne réside que dans les écrits à droite de la page éditoriale, i.e. ce qui est gratuitement contribué par des non journalistes. Non pas que la plupart de ces contributions soient intéressantes, mais certaines, parfois, le sont.

    • Excellent “debunkage” d’une propagande pseudo-scientifique de votre part, M. JFC. J’aime particulièrement votre référence aux “documentaires”-pamphlets. Vous savez ce qui me ferait plaisir? Un “debunk” du “documentaire” de Al Gore, An Inconvenient “Truth”. Je sais, ça a déjà été fait, mais il semble que la plupart des habitués de votre blogue ne sont pas au courant!

      Peut-être qu’Al Gore a commis des erreurs ici et là, mais «son» message (qui n’est pas le sien et qu’il ne faisait que colporter) demeure vrai. Ce n’est donc pas un «debunk» intéressant, contrairement à celui que je viens de faire. Mais merci pour les compliments…
      JFC

    • À force de crier au loup…

    • Merci pour l’analyse. J’attendais les chiffres pour faire une analyse statistique. Grosso mode, on supposant la statistique de Poisson cela nous donne, 29,1±5,4 et 40±6,3. La différence entre les deux est donc de 10.9±8.3. On a à peu près 10% de chance d’obtenir un tel résultat au hasard, ce qui est en bas des normes même dans le domaine médical. C’est pas très rigoureux, mais cela donne une idée de l’ordre de grandeur.

    • L’énergie nucléaire est beaucoup moins dangereuse que l’on nous le laisse croire. La quantité de morts reliés a Tchernobyl ou a Fukushima sont beaucoup moins grandes que l’on en as l’impression. Les dommages au sols et aux terres arables le sont tout de même et il serai idiot de dire que c’est une énergie sans danger. Tout de même quand on compare a la quantité de mort a travers le monde pour sécuriser les puits de pétroles et les dégâts écologiques que brûler ce pétrole et le charbon font, l’énergie nucléaire est loin d’être la pire dont dispose l’humanité. Dans les endroits ou les ressources éoliennes, hydroélectriques et solaires sont moindres, l’énergie nucléaire est avantageuse en plusieurs points. Pas que j’ignore e problème des déchets. Quand même le nucléaire se soucie de ses déchets contrairement aux autres énergies a combustibles. Disons que c’est plus facile quand tu n’as qu’a construire une cheminé pour te débarrasser de tes déchets.

    • Excellent recentrage. Il est triste de constater le peu de cas que certains font de la science et de la connaissance objective. Malheureusement, votre billet n’aura pas autant de visibilité et de diffusion auprès du grand public que le pamphlet en question. Si on décide de fermer G2 au moins faisons-le pour des raisons valables et non pas sur des leurres et des demi-vérités.

    • Tout cela est très représentatif du milieu scientifique qui fait dire tout et n’importe quoi aux statistiques pourvu qu’elles servent les objectifs de ceux qui les publient. Plusieurs scientifiques, et c’est malheureux, vont émettre des hypothèses plus ou moins farfelues mais qui frappent pour hausser leurs chances de faire augmenter leurs budgets de recherche. Ainsi, moi qui suis biologiste (mais pas chercheur), je pourrais annoncer que (c’est juste un exemple) que sur 30 victimes du cancer du pouce gauche, 21 vivent dans une maison où il y a des souris. Plusieurs personnes prendraient cela pour du cash et moi, je demanderais à l’association canadienne des exterminateurs de me donner une subvention de recherche. Vous ne me croyez pas? Soyez attentifs aux nouvelles scientifiques et on s’en reparlera.

      Ce ne sont pas des scientifiques qui ont réalisé le documentaire ou écrit les articles de journaux qui en parlent. L’immense majorité des chercheurs sont honnêtes et rigoureux ; le problème, c’est ce que l’on fait de ce savoir.
      JFC

    • “Al Gore a commis des erreurs ici et là”, vous dites? Mmmm… vous devriez tester votre objectivité sur ce point. Al Gore a délibérément introduit une série de faussetés et d’exagérations, dans le but de mousser une idéologie – d’où le terme climato-alarmiste. Savez-vous qu’en Angleterre, un jugement de cour force les écoles, avant de présenter ce film aux enfant, à les avertir que ce qu’ils vont voir est truffé de faussetés? Mais le vrai drame, c’est qu’on continue à montrer ce pamphlet à des enfants!

      PS bien sûr que j’apprécie vos articles, la plupart sont excellents. À ma connaissance, vous n’avez qu’un seul “blind spot”!

    • @chip: si sur 30 maisons contrôles où il n’y a aucun cancer du pouce gauche, 4 sont infectées par des souris, alors que c’est 21 pour ceux qui souffrent du cancer du pouce gauche, vous auriez de bonnes raisons d’ESSAYER de demander une subvention sur le sujet. (On ne vous donnera pas de subvention sur la base d’une seule sorte d’évidence suggestive…)

      Si sur 30 maisons contrôles, 13 sont infectées, vous seriez un charlatan si vous attachiez une grande importance à la différence entre 13 et 21.

      Si vous êtes vraiment biologiste, votre formation scientifique est vraiment déficiente.

      @yvandutil, “candidat PVQ, Jean-Talon”: quels ont été vos résultats aux élections. The Gazette ne vous mentionne nulle part dans sa liste finale, même si elle mentionne les résultats de nombreux autres candidats PVQ.

      M. Dutil n’était pas candidat dans Jean-Talon. http://monvote.qc.ca/fr/resultatsPreliminaires.asp?circ=643
      JFC

    • @JFC: sur votre propre blogue, on trouve ceci:

      “yvan_dutil

      9 août 2012
      18h20
      @honorable ( …etc…)

      Yvan Dutil, PhD
      Candidat du PVQ, Jean-Talon”

      D’où ma légitime interrogation…

    • @chip Le genre de problème que vous décrives est caractéristique de sciences biomédicales. Un article récent dans Nature indiquait de 95% des études préliminaires étaient infirmées par la suite. Dans les autres sciences naturelles, le ratio doit être inverse. La simple existence d’une revue dédiée aux impacts des champs électromagnétique (et à l’homéopathie) en est la preuve.
      De telles pratiques nuisent à l’ensemble de la communauté scientifique.

      @gasston La fixation sur Al Gore est une indication que vous vous informez sur des sites dénialistes. Il y a des milliers d’articles qui vont dans le même sens que ce film, même si certains points sont exagérés.

    • @honorable Suite à une erreur administrative, je ne me suis pas présenté finalement. Je vais me garder un devoir de réserve, mais disons que cela ne m’attriste pas outre-mesure.

    • Gentilly 2 : On se calme, on regarde le film et on observe ce qui nous entoure

      Moi aussi, j’ai failli m’étouffer avec mon café ce matin en vous lisant. Ça fait beaucoup de bon breuvage répandu. Premièrement, vous commentez un film que vous n’avez pas vu sur la base d’un compte rendu de presse. Au chapitre de la rigueur, on repassera (en passant, j’ai moi-même vu le film en question « Gentilly or not to be »). Un simple coup de fil aux producteurs vous aurait sûrement permis d’en obtenir une copie.
      Si vous aviez vu le film, vous auriez constaté que la santé publique donne son interprétation de l’étude en question et que le film n’est pas un pamphlet, comme vous le condamnez à l’avance. Il donne même à mon sens une trop large place aux pro nucléaires. Mais c’est vrai, vous ne l’avez pas vu.
      Vous avez cependant obtenu l’étude de la Direction de la santé publique. Mais votre façon de diluer les résultats en amalgamant les 3 périodes étudiées pour n’en faire qu’une seule de 15 ans m’apparaît pour le moins douteuse sur le plan de la méthode. La centrale Gentilly vieillit. Elle rejette des radionucléides dans l’environnement depuis maintenant trente ans. Les cancers ont des périodes d’incubation longues, le fait que dans les 5 dernières années étudiées, il y ait 27% de plus de cas de cancers observés chez les moins de 20 ans est significatif sur le plan statistique. On ne peut absolument pas se permette d’amalgames comme vous le faites. En tout respect, c’est votre critique qui est molle.
      Elle me rappelle la façon de tenir des statistiques que font certains opérateurs de barrage, en indiquant les moyennes de débit réservé écologique sur une longue période plutôt que pendant les périodes d’étiage. Or il ne suffit que d’une journée sans eau dans une rivière pour anéantir une population de poissons, et ce, même si la moyenne mensuelle de débit réservé est excellente.
      Dans le cas qui nous préoccupe, si la statistique ne vous plaît pas, vous n’avez qu’à la diluer sur une plus longue période et le tour est joué. Nous attendons avec impatience et appréhension la prochaine étude qui devrait couvrir la période de 2005 à 2009. Nous sommes en 2012. Ne trouvez-vous pas curieux qu’elle ne soit toujours pas publiée? tout comme nous avons trouvé curieux que la présente étude (2000-2004) n’ait été rendue publique (et plutôt en catimini) qu’en avril 2011? Paranoïa de militant direz-vous…
      Votre critique de l’étude allemande (KiKK 2008) fait elle aussi preuve d’une mauvaise foi évidente. En quoi une étude faite dans un autre pays que l’Allemagne avec des centrales de conception différente, des densités de population différentes peut-elle, du simple fait qu’elle n’ait pas trouvé de résultats significatifs, invalider la méta analyse allemande?

      Vous aimez jeter des hyperliens. En voilà un, d’une source non militante rassurez-vous (l’École Normale Supérieure) http://www.environnement.ens.fr/IMG/pdf/Vivre_pres_d_une_centrale.pdf qui contredit vos dires en ce qui concerne l’étude allemande et la situation en France. En voici un extrait qui cite l’étude de l’INSERM (2002-2007) en France « Il ressort donc un excès de cas dans la zone des 5 km autour des sites sur cette période. Ce résultat est retrouvé quel que soit le protocole d’étude. Il apparait dans toutes les tranches d’âge considérées. L’excès observé ne dépend pas de la puissance des centrales ou de leur situation (bord de mer ou rivière). L’excès observé n’est pas associé à une centrale en particulier (persiste après exclusion tour à tour de chacune des centrales). »

      Passons rapidement sur votre coup de griffes à un collègue réputé (Louis-Gilles Francoeur du Devoir) parlant de manque de rigueur « indéfendable » des journalistes… tout en n’en citant qu’un seul et encore, sans le nommer.

      Là où le jupon dépasse et la science prend vraiment le dessous, c’est lorsque du haut de je ne sais quoi vous émettez vos doutes sur la présence d’un «puissant lobby nucléaire » en ajoutant « au Québec !?! Vraiment ? » (sic). Je ne sais pas où vous étiez lorsque Pierre Duhaime défendait du même souffle la prison de SNC Lavalin et la reconstruction de Gentilly 2. Quand SNC Lavalin a acheté la majeure partie des actifs d’Énergie Atomique du Canada pour une bouchée de pain? En ne se cachant pas que la reconstruction de G 2 lui ferait une belle vitrine? SNC Lavalin? Faire du lobby? Quelle idée saugrenue selon vous! Je vous réfère au discours de Duhaime le 19 janvier 2012 devant le cercle finance et placement. (http://www.snclavalin.com/pdf/speeches7.pdf)

      L’ensemble des fournisseurs nucléaires sous le parapluie des chambres de commerce a fait une campagne intense avant et pendant la dernière campagne électorale. Avec un certain succès, car François Legault semble avoir trouvé la lumière à peine 4 jours avant l’élection en qualifiant l’idée de ne pas reconstruire G 2 « d’irresponsable » et ce, sans chiffres en mains et sans évaluation indépendante.

      En terminant j’aimerais vous citer les propos de l’astrophysicien Hubert Reeves, un « militant pamphlétaire » bien connu, à propos de l’énergie nucléaire. Il considère que la recherche du profit et la sécurité nucléaire ne vont pas ensemble et que le nucléaire est une technologie pour les anges. « Le nucléaire, c’est trop dangereux pour les humains, c’est comme laisser les enfants jouer avec les allumettes. » http://www.leprogres.fr/france-monde/2011/04/08/le-nucleaire-c-est-trop-dangereux-pour-les-humains

      Ah oui, allez voir le film quand même…

      Christian Simard
      Directeur de Nature Québec

      M. Simard,
      Ne vous en faites pas, je le regarderai, ce documentaire. Je l’ai d’ailleurs écrit deux fois plutôt qu’une dans mon billet…
      Il n’y a aucune «dilution» dans le fait d’agréger les données. La plupart des études épidémiologiques s’étalent d’ailleurs sur beaucoup plus que 5 ans. En outre, l’idée que vous lancez pour séparer la dernière période des deux premières, selon laquelle les niveaux de radioactivité s’accumule dangereusement autour de Gentillly-2, est fausse. HQ prend des échantillons chaque année, des contre-vérifications sont demandées à des labos indépendants (à l’Université Laval, notamment), et ces résultats sont publiés annuellement. Alors à moins d’accuser tout ce beau monde de manipuler les données depuis 15-20 ans, il faut accepter le fait que le niveau de radiation autour de Gentilly-2 est sécuritaire.
      Soit, je trouve comme vous un peu bizarre que l’on n’ait pas encore vu les taux de cancers pour la période 2004-09, mais contrairement à vous, je ne présumerai pas de leur teneur. J’attendrai de voir les chiffres avant d’en juger.
      L’idée de mon billet, c’est de dénoncer le «cherry-picking» d’études ou de données auquel se livrent trop de militants, et que trop de mes collègues — même de très réputés — répètent sans faire les vérifications qui s’imposent. Et présenter uniquement la période 2000-04 sans les deux précédentes, c’est du cherry-picking pur et simple.
      On pourrait d’ailleurs dire la même chose votre citation de l’étude de l’INSERM : s’il est vrai qu’elle a trouvé une association significative pour la période 2002-07, il faudrait aussi préciser que l’étude au complet a porté sur 1990-2007, et qu’il n’y a aucune association significative quand on tient compte de toute la période. Il faudrait peut-être aussi mentionner que les auteurs de cette étude rejettent l’idée que la radioactivité des centrales soit en cause. Voir ici.
      Vous demandez par ailleurs, en m’accusant de mauvaise foi : «En quoi une étude faite dans un autre pays que l’Allemagne avec des centrales de conception différente, des densités de population différentes peut-elle, du simple fait qu’elle n’ait pas trouvé de résultats significatifs, invalider la méta analyse allemande?» Franchement, vous avez dû faire exprès pour manquer mon point, M. Simard. Ce n’est pas une étude qui invalide les résultats allemands, c’est un ensemble d’études. C’est assez clair dans mon texte.
      Encore une fois, ne focuser que sur l’étude KiKK, c’est faire du cherry-picking. Soit le même procédé intellectuel par lequel certaines personnes parviennent à ignorer la majorité d’études qui démontrent que le réchauffement climatique est anthropogénique. On ne peut pas dénoncer ce genre de procédé dans un cas et, quand ça fait notre affaire, l’employer dans un autre dossier.
      Alors au final, et en tout respect moi aussi, je n’ai vraiment pas l’impression que la «mauvaise foi» et la «critique molle» se trouvent de mon côté.
      Bien à vous,
      JFC

    • @christiansimard1: “significatif”, ce 27 %? Pas très, ou encore à peine… Vous gagneriez à être plus nuancé et prudent. Ce 27 % est à peine significatif (et j’utilise ici une notion très accomodante du mot significatif). Les détails sont à 15h39…

    • @christiansimard Je pense que l’on peut difficilement me considérer comme un militant pronucléaire. Cependant, j’ai moi-même appliqué les résultats de l’étude KiKK à Gentilly-II. Avec ces chiffres on arrivait à une leucémie de plus en 20 ans. En effet, il n’y a personne qui habite en dedans d’un rayon de 5 km à toute fin pratique. De plus, l’étude allemande souffre d’un problème subtil. Les données sont regroupées suivant trois blocs de distance. Or, cette façon de faire présente un risque. En effet, on a tendance naturellement à maximiser le signal en ajustant la taille de groupes. Cela introduit de façon subtile une variable cachée qui augmente artificiellement la signifiance statistique.

      Pour ce qui est de l’étude française, on parle de 14 cas donc on est carrément dans le régime de Poisson et des corrélations aléatoires apparaissent spontanément dans ce régime, ce qui crée des biais observationnel dangereux. La littérature astrophysique contient de nombreuses mise en garde à ce sujet. Normalement pour éviter ce problème, il vaut mieux travailler sur des valeurs cumulative qui enlèvent l’arbitraire du choix des sous-classes.

      En passant, l’étude de l’École Normale Supérieure que vous brandissez est un travail d’étudiant, similaire à ce que l’on demande à nos étudiants à l’ÉTS dans le cadre du cours sur les énergie renouvelable: http://www.environnement.ens.fr/enseignement/travaux-des-etudiants/sante-et-environnement/article/travaux-des-etudiants-de-l-atelier

    • Il faut qu’il y ait quelque chose comme un lobby puissant pour que l’on hésite encore à fermer Gentilly II. Normal, 800 jobs bien rémunérés, ça en fait des cotisations syndicales et des consommateurs en moyens !

      Et puis Gentilly II s’inscrit dans un réseau de centrales régit par Énergie Atomique du Canada/ SNC-Lavalin. Ça fait pas mal de monde qui ont intérêt à maintenir cette filière vivante; et pas que des impécunieux. Mais tout de même, le KWh à 15 ¢ (très vraisemblable), au Québec c’est totalement injustifiable.

      « Le 29 mars dernier, le recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Ghislain Bourque, a cru bon s’associer en conférence de presse avec le maire de Bécancour, celui de Nicolet, celui de Trois-Rivières et avec le président de la Chambre de commerce et industrielle de Bécancour.

      Cet auguste amalgame réclame que le Gouvernement du Québec aille de l’avant avec la réfection de la centrale nucléaire de Gentilly-2 »

      À lire, un ancien d’Hydro, François A. Lachapelle, confronte le recteur de l’université de Trois-Rivières.

      http://www.pressegauche.org/spip.php?article7000

    • Si les propos du directeur de sante publique rapportés dans cet article du journal Le Nouvelliste sont exacts, il semble que le taux de cancer soit revenu à la normal en 2005, 2006 et 2007.
      http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/gentilly-2/201209/05/01-4571157-aucun-lien-a-faire-entre-gentilly-2-et-le-cancer.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_actualites_442_section_POS1

      Pour les populations de petite taille comme celle entourant G2, une variation, à la hausse comme à la baisse, ne signifie pas grand chose si elle ne se maintient pas dans le temps. Pour entrevoir une tendance significative, il faut dans ce cas penser long terme. Surtout si l’exposition potentielle est à très faible dose.

    • @infophile Vous avez mis le doigt sur le bobo. C’est exactement pour le même genre de raison que l’on construit encore des barrages et des éolienne, même si on a de gros surplus de production: il faut protéger l’industrie.

    • Excellente intervention de Christian Simard, qui, lui, suit le dossier nucléaire québécois depuis belle lurette… Il remet les pendules de M. Cliche à l’heure…

      Celui-ci aurait avantage à améliorer ses connaissances sur le dossier nucléaire québécois en allant entre autres consulter les nombreux articles, lettres d’opinion, études qui sont rassemblés dans au moins 3 sites incontournables. Il en a pour des heures de lectures…

      Le site du Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire ( MSQN) : http://www.sortonsquebecnucleaire.org/index.php

      Le site Météopolitique ( Fiche Nucléaire) : http://www.meteopolitique.com/Plan/Fiches/environnement/nucleaire/nucleaire_tritium_radioactivite_irradiation.htm

      Le site du Regroupement pour la surveillance du nucléaire : http://www.ccnr.org/index_f.html

      Il pourrait aussi consulter l’étude “Énergie nucléaire et risque pour la santé : une perspective québécoise”, publiée par Docteur Éric Notebaert.

      Mais au-delà des batailles de chiffres de tous les scientifiques et scientistes de toute allégeance… le principe de précaution ne semble pas effleurer l’esprit de ceux-ci ni des « bonzes » de la CCSN.

      Concernant le nucléaire, la lecture de l’article de Jean-Jacques Delfour paru dans le Monde : ” La dangereuse imposture du nucléaire” pourrait « calmer et documenter » les “ON” de M. Cliche et suggérer une autre perspective plus humaniste :
      http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/07/la-dangereuse-imposture-nucleaire_1757119_3232.html

      Quand M. Cliche aura tout lu sur le sujet, il pourra revenir – mieux informé – pour analyser ce dossier très complexe sans user de superficielles pseudo-analyses qui frisent la démagogie comme le font depuis 4 ans les libéraux et récemment les caquistes en serinant ad nauseam “Attention aux 800 emplois à préserver”

      Si le coeur lui en dit, après avoir assisté à la projection du film GENTILLY OR NOT TO BE, qu’il vienne échanger objectivement avec plusieurs acteurs du film qui seront présents à Trois-Rivières le 10 sept à 19h au Théâtre du Cegep et au cinéma Beaubien à Montréal le 11 septembre.

      Quand on sait que le projet de réfection de Gentilly-e promus par l’ex-gouvernement Charest en 2008 est R.I.D. ( Risqué – Inutile – Déficitaire), ( lire l’analyse de François Lachapelle sur http://www.vigile.net/Le-nucleaire-de-Gentilly-2-est-R-I ) pourquoi se disputer sur des interprétations de chiffres?
      La meilleure chose à faire pour le nouveau gouvernement de Mme Marois est de révoquer le décret libéral d’août 2008 et de se lancer dans la création de la Société québécoise de déclassement de sites nucléaires (SQD) comme le suggère Jacques Dagenais dans sa lettre publiée sur Gaïapresse : http://gaiapresse.ca/nouvelles/lettre-dopinion-gentilly-2-cest-termine-place-a-la-societe-quebecoise-de-declassement-de-sites-nucleaires-sqd-34683.html

      Vive le Québec Vert hors du Nucléaire pour nos générations futures.

    • @pgiroul @christiansimard Malheureusement, votre position se base encore sur la peur des radiations, ce qui est irrationnel. L’environnement est naturellement radiatif. La contribution des radiations de sources artificielles est inférieure au rayonnement naturelle. Les seuls sources artificielles importantes sont les retombées nucléaires des années soixante et le traitement médicaux. Si vous ignorez ce simple fait, c’est que vous voilez la face.

    • @christiansimard J’ai estimé les probabilité avec une autre méthode un peu plus rigoureuse et j’arrive à 10.6% de chance d’observer une telle fluctuation au hasard. Je note aussi qu’il y a trois sous groupes de 5 ans (ce que JFC à fait remarquer). Dans ces condition, il y a 27% de chance d’observer un tel taux de cancer sur une des période. Je note au passage que c’est EXACTEMENT la même stratégique qu’utilise les climatosceptiques (”dénialistes”) quand il nous dise qu’il n’y a pas eu de réchauffement depuis 1998.

    • @pgiroul

      christiansimard et les sources que vous citez font exactement ce que vous dénoncez, c’est-à-dire de la démagogie basée uniquement sur la peur et non sur les faits. Les chiffres et l’analyse que propose JFC sont beaucoup plus rigoureux et réalistes que les arguments truqués et sans valeur scientifique que proposent les militants anti-nucléaires qui n’y connaissent rien du tout en passant: c’est quoi un sievert? C’est quoi une dose équivalente normalisée? C’est quoi la différence entre une source gamma, une désintégration bêta et un émetteur alpha? Aucun d’entre eux ne pourra vous dire autre chose que “je sais pas mais c’est dangereux pour nos enfants alors arrêtons tous ça”.

      Les niveaux de radiation ça se mesure très facilement. Comme le disait Yvan_dutil, le taux de radiation naturel que nous recevons est beaucoup plus élevé que ce qui est généré par une centrale nucléaire à l’extérieur de son périmètre non-sécurisé (et même à l’intérieur). Le taux de radiation que nous recevons naturellement est autour de 2 mSv/an. Santé Canada fixe la limite d’irradiation artificielle pour les citoyens ordinaires à 1 mSv/an (radiographies et traitements médicaux principalement). Pour les travailleurs exposés aux radiations (transports de matériaux radioactifs, centrales nucléaires, recherche scientifique) la dose limite est fixée à 50 mSv/an, soit 50 fois celle acceptée pour le grand public!

      Pourtant, ces travailleurs n’ont pas plus de problèmes de santé que la population en général. Bien-sur ils sont plus surveillés et doivent porter des dosimètres mais la dose qu’ils reçoivent est en moyenne beaucoup plus élevée que celle de la madame qui demeure à 5 km de Gentilly-2. Donc, arrêtez de faire peur aux gens avec des stats bidons sans même connaitre le sujet dont vous parlez. Je pourrais décider que demain matin je serai un pourfendeur de l’hydro-électricité. Je vais vous en trouver des stats tronquée “prouvant” que ça donne le cancer. Mais je le ferai pas car je ne suis pas un escroc démagogue.

    • Merci pour cet excellent article.

      Les bienfaits de l’énergie nucléaire ne sont pas reconnus par la population en général entre autres la diminution de plus de 90% des émissions de gaz à effet de serre. C’est pourtant la solution énergétique de l’avenir.

      Il y a des enjeux reliés à la disposition des déchets mais il est tout à fait possible de contrôler efficacement ces risques, d’autant plus que d’ici 10 ou 20 ans ces déchets pourront être réutilisés dans des nouvelles générations de réacteurs. Les français semblent d’ailleurs tout près d’y parvenir. Et d’ici une cinquantaine d’années la technonolgie par fusion nucléaire, qui ne génère aucun déchet nucléaire, sera fort probablement à point.

      Il semble bien toutefois que l’opinion publique soit en majorité contre l’exploitation de centrales nucléaires. Merci aux groupes anti-nucléaire qui semblent avoir gagné (pour le moment) grâce à leurs campagnes de peur basées sur l’exploitation de l’ignorance et du deni de la vaste majorité des scientifiques.

      Pourtant, à la fin, l’évidence scientifique prévaudra et la peur sera vaincu.

    • @fernet_g, je me demande presque si nos anti-nucléaires ne sont pas subventionnés par l’industrie du pétrole et du charbon. Le status quo équivaut à encourager ces deux industries. Tôt ou tard on n’aura pas le choix d’arriver au nucléaire car il ne restera plus de source d’énergie. Paradoxalement ce sera le problème de nos enfants que de s’y remettre. On a voulu développer une expertise au Québec et au Canada en ce domaine, même un réacteur à fusion. Malheureusement on a tout fermé ça en catimini et nos chercheurs sont partis dans d’autres pays chez des entreprises qui voient loin dans le futur. Lorsque tous ceux qui réclament aujourd’hui la disparition du nucléaire seront morts de leur belle mort, leurs enfants seront pris pour acheter la technologie nucléaire à des groupes étrangers. Mais bon, moi aussi je vois le monde avec mes œillères.

    • Je viens d’écouter le documentaire sur Radio- Québec et je me pose 2 question.
      1- est ce que ce documentaire est fait par des Charlatant et si oui pourquoi ferait-ils cela.
      2- Quest ce que les gouvernements ont a gagner a neutraliser ces information, si c’est vrai.
      parcontre je me dis une chose ce n’est pas le gros bon sens qui dirige le monde, c’est l’argent et l’argent n’a ni coeur, ni tête.
      Je vais faire différentes recherches pour me renseigner et me faire une vrai idée sur le sujet mais disons que a base j’ai un parti pris pour l’anti-nucleaire. il est vrai que beaucoup de pays développés essayent de se débarasser de leurs usine, a commencer par le Japon.

      merci de m’informer sur le sujet. et c’est plus ou moins les cas de cancer qui me font peur, ce sont plûtot les déchets radioactifs. si ce qui est dit dans le documentaire est vrai, quest ce que l’humain va faire avec cela.
      bonne lecture tout le monde

      J’écris dès ce matin (mardi) un billet à ce sujet. Prière d’attendre pour y écrire vos commentaires.
      JFC

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité