Sciences dessus dessous

Archive du 21 août 2012

Mardi 21 août 2012 | Mise en ligne à 19h21 | Commenter Commentaires (35)

Bagage scientifique des candidats : avantage CAQ

On entend souvent dire, surtout en période électorale, que la science n’arrive pas à se faire entendre dans le débat public, peut-être en partie parce que, dit-on aussi, les scientifiques ne participent pas assez à notre vie démocratique. Alors en attendant le débat de tantôt, je me suis livré à un petit exercice scientifico-électoral (avouez que vous n’avez jamais vu ces deux mots accolés ainsi) : compter les candidats qui ont une formation scientifique dans chacun des partis.

On prendra soin, évidemment, de ne pas trop faire de millage sur la foi d’un pareil indicateur, mais les résultats sont tout de même intéressants. Voici mes constats, vous me direz ce que vous en pensez.

1) C’est la Coalition avenir Québec qui a le plus de candidats ayant une formation en science, avec 18. (For the record : j’ai inclus dans cette catégorie uniquement les formations universitaires complétées ou en cours dans les domaines «classiques» (maths, chimie, physique, bio, tous les génies, etc.), auxquels j’ai ajouté l’informatique et les diplômes en enseignement des sciences.)

2) Cependant, l’écart entre la 1re et la dernière place est assez mince : le Parti québécois se classe second avec 15, suivi de Québec solidaire (14) et du Parti libéral (12). Tous les partis restent donc à peu près dans le même ordre de grandeur.

3) Alors au final, est-ce qu’il y a «peu» ou «quand même pas mal» de candidats qui possèdent un bagage scientifique ? Difficile à dire. Personnellement, je m’attendais à ce que leur proportion sur l’ensemble des candidatures tourne autour de 5 %, mais à l’évidence, je l’avais très nettement sous-estimée — elle varie plutôt entre 9,6 % (PLQ) et 14,4 % (CAQ). À presque 15 %, il me semble qu’on «commence à jaser», comme on dit. Mais cela ne reste quand même qu’un candidat sur sept, et dans un monde où la science et la technologie occupent autant de place que le nôtre, on pourrait aussi dire que c’est très peu.

À votre avis ?

P.S. Vous pouvez maintenant me suivre sur Twitter : @clicjf

AJOUT, 22 août (15h20) : On me signale que le candidat de la CAQ Éric Caire n’a pas de formation universitaire en informatique, contrairement à ce que j’avais déduis du site de son parti, qui le décrit comme un «programmeur-analyste». Cela fait donc passer le nombre de caquistes ayant une formation scientifique de 19 (dans la version originale de ce billet) à 18 (version actuelle). Mes excuses.

Lire les commentaires (35)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité