Sciences dessus dessous

Archive du 2 août 2012

Jeudi 2 août 2012 | Mise en ligne à 19h06 | Commenter Commentaires (44)

Je suis un maudit menteur

Hmmm bon… C’est vrai, c’est vrai, je vous ai dit dans mon dernier billet, pas plus tard que lundi d’ailleurs, que ce blogue serait inactif jusqu’à la fin des élections. Eh ben il s’avère que je tiendrai pas promesse-là. Je suis comme ça, irrécupérable, pas capable de faire ce que je dis. Et puis, vous savez quoi ? Je vous avais aussi promis de ressusciter ce blogue après mes vacances, le 30 juillet, mais je ne l’ai pas fait non plus, à cause des élections. Alors si vous m’aviez encore cru, c’est pas ma faute. ;-)

Enfin, si je reviens sur ma parole comme le dernier des politiciens véreux, c’est pour vous parler brièvement d’un certain Richard. Richard A. Muller, de son nom complet. Le gars est chercheur en physique à Berkeley, et de tout temps fut un farouche climatosceptique. J’en avais touché un mot ici l’automne dernier quand, après avoir examiné des montagnes de données, il s’était rendu à la conclusion de la majorité : la planète se réchauffe bel et bien.

Mais M. Muller ne s’est pas arrêté là. Avec son équipe, il a poursuivi ses recherches, ses croisements de données, etc. Et le voilà qui, en début de semaine, a conclu dans les pages du New York Times que non seulement il y a bien réchauffement, mais aussi que celui-ci est fort probablement d’origine humaine. Comme il l’explique dans ce court résumé (pdf) qu’il a mis sur le site de son groupe de recherche — le Berkeley Earth Surface Temperature —, il base cette conclusion sur le fait qu’à sa «grande surprise», la courbe qu’il a trouvée qui serre au plus près celle de la température est la courbe de la teneur de l’atmosphère en CO2. Il précise que cela ne prouve pas complètement la relation de cause-à-effet, mais que cela la rend certainement très plausible et que toute autre hypothèse concurrente devra montrer une association encore plus forte.

Ajoutons, pour faire bonne mesure, que M. Muller et son équipe ont également examiné jusqu’à un degré de détails qu’ils disent inégalé l’incidence des fluctuations de l’activité solaire sur le climat, et qu’ils ont trouvé que cet effet était «négligeable» dans le réchauffement des 250 dernières années.

Voilà. Je vous promets maintenant de ne pas réécrire ici avant… Enfin, jusqu’à la parution (prochaine) d’un dossier sur la performance des athlètes que j’ai préparé récemment.

P.S. En plus d’être un maudit menteur, je suis aussi désormais sur Twitter, @clicjf…

Lire les commentaires (44)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité