Sciences dessus dessous

Archive du 14 septembre 2011

Mercredi 14 septembre 2011 | Mise en ligne à 10h01 | Commenter Commentaires (36)

Ne me dites pas si cela vous fait mal…

Il y a de ces découvertes, des fois, qui vous font sursauter : «Comment ? On ne savait pas ça ?» Ou encore : «Hein ? On est allé sur la Lune 50 ans avant d’être capable de faire ça ?»

Cette belle percée d’une équipe américaine entre dans cette catégorie : la médecine dispose maintenant d’une manière de détecter la douleur, autre que les trois méthodes traditionnelles que sont le réflexe de retrait, les grimaces et le bon vieux «Ça fait mal docteur !» Bien des recherches avaient été entreprises pour trouver autre chose, ne serait-ce que parce que certains patients ne peuvent ni bouger ni parler, mais la tâche s’était avérée plus complexe qu’on pouvait le penser a priori — du moins, en regardant tout ça avec un œil de profane.

Dans un article publié hier dans PLoS ONE, les chercheurs dirigés par Justin E. Brown, du département d’anesthésie de l’Université Stanford, ont fait «lire» des images du cerveau de 24 personnes, prises par résonance magnétique, à un type de programme informatique de type «machine à vecteurs de support» — sorte de méthode générale qui permet notamment à un ordinateur de reconnaître par lui-même des patterns. Huit de ces sujets ont servi en quelque sorte de «pratique», et les patrons de douleur découverts ont ensuite été testés sur les 16 autres.

Résultat : dans 81 % des cas, la méthode de Dr Brown a permis de distinguer un stimuli thermique douloureux d’un autre stimuli thermique indolore. Cela reste
relativement bas, bien sûr, mais c’est apparemment beaucoup mieux que ce qu’on était parvenu à faire jusqu’ici.

Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2010
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité