Sciences dessus dessous

Archive du 18 mai 2010

Ceux qui ne sont pas encore convaincus de l’utilité de s’informer à plus d’une source feraient bien de lire quelques uns des articles parus hier au sujet d’une vaste étude explorant le lien présumé entre l’usage du cellulaire et le cancer du cerveau, publiée dans l’International Journal of Epidemiology. Les résultats (peu clairs) ont en effet donné lieu à de nombreuses manchettes contradictoires — ainsi qu’à des interprétations presque aussi antinomiques de la part des experts, faut-il ajouter.

Ainsi, alors que le Globe and Mail y allait de la manchette : «L’usage intensif du cellulaire peut augmenter le risque de tumeur», l’Agence France-Presse titrait qu’il n’y a «aucun lien entre le cancer du cerveau et l’usage du cellulaire». La revue Nature, que l’on peut considérer comme un arbitre fiable, se rangeait quant à elle résolument dans le camps des rassurés, notant en sous-titre que «les risques de cancer posés par l’utilisation du téléphone mobile ont été exagérés».

Il faut dire que l’étude elle-même n’est pas très claire, puisque des problèmes méthodologiques majeurs en ont retardé la publication depuis 2008, rapporte ici le magazine Sciences et Avenir. Menée de 2000 à 2006, elle repose sur la mémoire des participants, à qui on a demandé de se rappeler la fréquence de leurs appels sur cellulaire et de quel côté ils tenaient habituellement leur appareil. Les résultats suggèrent paradoxalement qu’un usage intensif du cellulaire augmenteraient les risques de développer une tumeur, mais qu’un usage modéré aurait un effet protecteur. Il semble toutefois que les usagers réguliers et en santé aient été surreprésentés dans l’échantillon, rapporte le New Scientist.

Comme le temps moyen d’utilisation des cellulaires a nettement augmenté depuis la période étudiée, l’auteure principale, Elizabeth Cardis, du Centre de recherche en épidémiologie environnementale de Barcelone, recommande prudemment de limiter son usage des cellulaires… mais elle est contredite par d’autres experts, qui n’y voient pas d’inconvénients.

Bref, s’il n’y a pas de quoi ranger votre téléphone portable, ce n’est pas cette étude qui mettra fin à la controverse.

Lire les commentaires (26)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2011
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité