Sciences dessus dessous

Archive du 2 mars 2010

Mardi 2 mars 2010 | Mise en ligne à 13h28 | Commenter Commentaires (5)

Champignons fantômes

Petite devinette : si la liste des espèces menacées ou vulnérables compte 18 espèces animales et 59 espèces végétales au Québec, combien d’espèces de champignons jouissent d’un statut de protection ? Allez, tentez votre chance… Une vingtaine ? Une cinquantaine ?

Réponse : zéro. Aucune. Ardjien. Le Québec a une liste pour les animaux, une autre pour les végétaux, mais pas de liste pour les champignons, dont on compte pourtant plus de 2500 espèces dans la Belle Province. Je suis tombé sur ce trou béant il y a quelques jours en préparant un dossier sur les espèces menacées au Québec (à paraître bientôt) dans le cadre de l’Année internationale de la biodiversité, et je n’en reviens toujours pas.

Remarquez, il y a des raisons pour cela : on connaît beaucoup moins les champignons que les plantes vasculaires. On n’en sait pas assez, en tout cas, pour déterminer si telle ou telle espèce risque la disparition, m’ont dit différents spécialistes — dont Raymond McNeil, retraité du département de biologie de l’UdeM et auteur du Grand livre des champignons du Québec et de l’est du Canada, sorte de bible de la mycologie québécoise. En outre, certaines espèces ont des cycles capricieux et ne produisent de carpophore (la partie hors de terre) que sous certaines conditions réunies tous les quatre ou cinq ans, ce qui complique énormément toute entreprise de recensement.

Mais cela n’en reste pas moins un vide énorme dans nos efforts de protection de la biodiversité, et cela illustre à quel point la mycologie a été (historiquement, du moins, mais elle l’est sans doute toujours) le parent pauvre des sciences de la vie au Québec.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Mardi 2 mars 2010 | Mise en ligne à 9h30 | Commenter Commentaires (2)

De l’espoir pour Spirit

Le robot explorateur Spirit, enlisé dans une fosse de sable sur Mars depuis mai dernier, pourrait être capable de se tirer de ce mauvais pas même si la NASA avait jeté l’éponge et le considérait comme une sonde statique.

Alors que les progrès précédents se mesuraient en millimètres, une nouvelle technique consistant à faire pivoter les roues d’un côté à l’autre (ce qui enlève du sable de sous les roues et compacte un peu ce qu’il reste) a permis de reculer de 34 centimètres entre le 15 janvier et le 8 février, a-t-on appris hier à la Lunar and Planetary Science Conference, à Houston, dont le New Scientist fait un compte-rendu ici.

Mais avant de crier victoire, il faudra toutefois que Spirit survive d’abord à l’hiver martien qui vient de commencer. Ses mésaventures ont laissé ses panneaux solaires orientés dans la mauvaise direction, et s’il n’a pas suffisamment d’énergie pour chauffer ses circuits électroniques, ceux-ci risquent de se briser. On en saura plus l’automne prochain, quand Spirit devrait théoriquement sortir de son hibernation.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2012
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité