Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 24 février 2010 | Mise en ligne à 15h06 | Commenter Commentaires (17)

    Dramatique coucher de soleil sur Encelade

    Picture 2 NASA-JPL/Space Science Institute

    La NASA a publié hier une magnifique série de photos d’Encelade, une des lunes de Saturne, prises par la sonde Cassini l’automne dernier. On y voit de nombreux panaches de vapeur d’eau s’échapper de la surface glacée du satellite, ce qui préserve la possibilité qu’une vie primitive se trouve en profondeur. Notons que la nuit tombera bientôt (et pour 15 ans), si ce n’est déjà fait, sur cette région d’Encelade.

    Plus de détails et d’images sur le site de la NASA. Ça vaut le détour…


    • Fantastiques ces images. J’en ai le “vertige”. On en apprend beaucoup grâce aux sondes spatiales, beaucoup plus utiles qu’avec la station orbitale.

    • @adhemar.pion,
      La station spatiale pourrait servir de plate-forme d’assemblage pour des missions complexes vers la Lune, Mars ou des astéroïdes. Les Russes prévoient déjà l’ère post-ISS, et leurs modules en orbite terrestre seront justement “recyclés” en plate-forme de ce type.

      Voir le projet OPSEK:
      http://www.russianspaceweb.com/opsek.html
      On parle aussi d’une station permanente autour de la lune, pour faciliter les futurs voyages.
      http://www.russianspaceweb.com/los.html

      L’intérêt est énorme. Plus besoin de méga-fusées style Saturn V pour mettre tous les composants sur une trajectoire directe. On peut utiliser plusieurs petites fusées pour mettre les composants en orbite terrestre basse, amarrer les composants à une station spatiale (de manière semi-automatique, style ATV ou Soyouz). Puis on inspecte les composants (plus de mauvaises surprises), on assemble, on insère les astronautes et on lance la mission. La NASA étudie aussi la possibilité de placer un réservoir style station-service au point de Lagrange entre la Terre et la Lune. Histoire de transporter beaucoup moins de carburant dans les réservoirs du véhicule principal.

    • @hdufort

      Intéressant, mais il faut faire des choix car les ressources ne sont pas illimitées. J’ai de mauvais souvenirs du Skylab, combien d’années la station orbitale sera-t-elle opérationnelle? Combien d’années avant de pouvoir envoyer des humains sur Mars?

    • @adhemar.pion,
      Moi je vois surtout l’économie de ressources au niveau des fusées. Des énormes fusées à la Saturn V (ou la défunte Ares V), ça coûte affreusement cher à concevoir, c’est trop complexe, c’est peu fiable; lorsqu’on augmente la charge utile de manière linéaire, les difficultés explosent littéralement. Les Russes ne s’y aventurent même plus; le Soyouz est un lanceur lourd, mais pas un mastodonte.

      Imaginez lancer une mission en quatre composants: le module de transport et de retour, le module d’alunissage, le réservoir de carburant pour le voyage, puis les astronautes. Les quatre lanceurs pourraient être des fusées très moyennes; il pourrait même s’agir d’un groupe de fusées hétéroclites, selon les disponibilités et les préférences. Des Soyouz, des Zenit, des Ariane (charge moyenne), des Delta, etc. Plus besoin de grosses fusées débiles, on assemble la mission dans l’espace. L’économie se calculerait en dizaines de milliards.

      Plus, les petites stations orbitales (et les stations-service) augmentent la sécurité des missions; il s’agit d’arrêts tout au long du trajet, et peuvent servir de refuge ou encore à modifier le plan de mission après un problème.

    • @ hdufort

      Vous dites:

      “Imaginez lancer une mission en quatre composants: le module de transport et de retour, le module d’alunissage, le réservoir de carburant pour le voyage, puis les astronautes. Les quatre lanceurs pourraient être des fusées très moyennes; il pourrait même s’agir d’un groupe de fusées hétéroclites, selon les disponibilités et les préférences. Des Soyouz, des Zenit, des Ariane (charge moyenne), des Delta, etc. Plus besoin de grosses fusées débiles, on assemble la mission dans l’espace. L’économie se calculerait en dizaines de milliards.”

      Bien d’accord.
      C’est en effet une manière bien plus intelligente de faire les choses.

    • Bonjour M. Cliche,

      la sonde cassini est actuellement autour de la planète Saturne et non Jupiter.

      Encelade est une des lunes de Saturne.

      Bonne journée!

      Merde, quelle erreur d’inattention ! Toutes mes excuses…
      JFC

    • jolie

    • C’est le cas de le dire, Mr Cliche était dans la lune. Mais laquelle ? ;-)

    • Ce que je me demande c’est avec tout ce liquide qui sort depuis des millions, peut-être des milliards d’années, comment ça se fait que cette lune est encore la ?

      Peut-être qu’une partie retombe dessus mais avec une si faible gravité, la majeure partie doit partir vers Saturne ou dans l’espace non ?

    • @Jim77 Les lancement combiné ce n’est pas de la tarte. Le projet Orion prévoyait deux lancements, un pour l’équipement et un pour le module habité. Le problème, c’est que tu point de vue logistique, tu as plusieurs lancement à faire partir du même site. Historiquement, deux lancement cela s’Est fait sans trop de problème, mais quatre c’est une autre histoire. C’est sûr que l’on peut laisser les morceaux en orbite en attente, mais cela complique le design de la mission. D’autre par, le carburant utilisé doit être stockable pendant de longue période, ce qui n’est pas nécessairement plus simple.

    • @ yvan_dutil

      Bonjour.

      vous dites:

      “Les lancement combiné ce n’est pas de la tarte. Le projet Orion prévoyait deux lancements, un pour l’équipement et un pour le module habité. Le problème, c’est que tu point de vue logistique, tu as plusieurs lancement à faire partir du même site. Historiquement, deux lancement cela s’Est fait sans trop de problème, mais quatre c’est une autre histoire. C’est sûr que l’on peut laisser les morceaux en orbite en attente, mais cela complique le design de la mission. D’autre par, le carburant utilisé doit être stockable pendant de longue période, ce qui n’est pas nécessairement plus simple.”

      —————-
      D’accord mais comme le mentionne hdufort, n’était-ce pas une des fonctions de la station spatiale internationale de permettre d’amarrer les différents morceaux d’un vaisseau dans un premier temps, puis de les assembler plus tard soit par des astronautes soit par des bras robotisés ? Évitant ainsi de faire rejoindre les morceaux en orbite ?

      Je me suis dit qu’au moins ça, ça rendrait utile la Station Spatiale Internationale.

      Quant au carburant et au comburant dans l’espace pendant de longues périodes, l’ISS elle-même doit en avoir en réserve pour corriger son orbite et fournir l’oxygène aux astronautes, et elle le fait depuis de nombreuses années.

      Alors une “station-service” à mi-chemin entre la Terre et Mars ou à un point de Lagrange pendant de longues périodes comme le mentionne hdufort ça doit être possible aussi ?

    • @jim777 Utiliser la station spatiale comme poste d’assemblage a été proposé dans le passé. Cependant, il est apparu bien vite que ce n’était pas option réaliste. D’une part, ce n’est pas une très bonne idée d’assembler des grandes structures près d’une station orbitale habitée. D’autre part, sur cette même station on fait des expériences qui demandent le moins de vibrations possible. La station en tant que telle est loin d’être un dépôt de carburant. Chaque vol de navette, soyouz, progress, ATV, etc amène son propre carburant pour remonter la station sur sont orbite. La plupart du temps, ce sont les vaisseau eux même qui font le travail.

      Finalement, l’orbite choisie pour la station n’est pas compatible avec les lancements vers des orbites plus hautes.

      Pour ce qui est des dépôts de carburant, il s’agit d’une option qui fait du sens uniquement si la source de carburant n’est pas la Terre. En effet, lancer une tonne de carburant depuis la Terre et la stocker dans l’espace, ne simplifie pas les choses. Par contre, à partir de la Lune c’est une autre histoire, mais cela n’est pas demain la veille que l’on va voir cela.

    • @ yvan_dutil

      Merci pour ces explications.

      La Station Spatiale Internationale aurait pu remonter dans mon estime mais maintenant je la trouve plus inutile que jamais.

      Au moins vu que ce gouffre financier orbital est trminé, on va pouvoir mettre des fonds pour améliorer les technologies spatiales comme le moteur VASIMIR qui permettrait de se rendre vers Mars en quelques semaines plutôt que 6 mois, comme il est expliqué ici: http://www.physorg.com/news186161411.html

    • Yvan Dutil,
      Vous semblez être très catégorique sur le sujet. Mais les experts ne le sont pas tous.
      http://www.aviationweek.com/aw/generic/story_channel.jsp?channel=space&id=news/ULA08109.xml
      Même Boeing s’y intéresse:
      http://www.popularmechanics.com/science/air_space/4224660.html

    • @ hdufort

      Merci pour les hyperliens, je les ai mis dans mes favoris.

      C’est clair qu’il y a de très bonnes idées là-dedans, mais que souvent elles sont mises de côté pour des raisons politiques.

      Maintenant que l’entreprise privée (Spaceship Two de Virgin Galactic, SpaceX démarée par le cofondateur de Paypal) est de la partie et que d’autres pays (Chine Japon et même l’Inde) veulent aller sur la Lune et sur Mars, on va peut-être sortir du marasme dans lequel se traîne la NASA depuis la fin des missions Apollo.

    • @hudufort Je viens d elire l’Article et je comprend un peu mieux pourquoi cette approche pouvait présenter un intérêt. L’idée ici était d’approvisionner le dépôt de carburant avec des fusées plus petites de “fournisseur de services”. Ce concept ne donne aucun avantage physique, mais offre une possibilité de sauver de l’argent, si le marché fonctionne comme il faut. Il offrait aussi une certaine possibilité de redondance des lanceurs.

      Il est à noter que ce projet, vivait grâce au projet Constellation. Il n’existe donc plus.

    • Normal que les divers projets du genre se soient arrimés à Constellation, c’était la seule manière d’avoir une part du gâteau avec la NASA. Avec la prochaine génération, on verra d’autres projets du même genre. Remplacer “Constellation” par “DIRECT 3.0″ ou tout autre lanceur proposé par la NASA.

      Quant aux Russes, j’ai bien hâte de voir leurs plans de station post-ISS. Ça semble bouger de ce côté-là.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité