Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard s’intéresse à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 14 mars 2014 | Mise en ligne à 16h18 | Commenter Commentaires (4)

    100 millions de consultations en ligne

    Unknown

    SOPHIE ALLARD

    «Les médecins du monde entier réaliseront cette année cent millions de consultations par internet», nous apprend une dépêche de l’AFP publiée sur La Parisienne. C’est une hausse de 400% par rapport à il y a seulement deux ans, selon une étude publiée hier au Panama.

    C’est aux États-Unis et au Canada que les patients seront les plus enclins à consulter leur médecin de façon virtuelle. On prévoit environ 75 millions de consultations en ligne en 2014. Selon  l’AFP, «les médecins de famille américains et canadiens reçoivent chaque année 600 millions de patients dans leurs cabinets, et, dans environ la moitié des cas, il s’agit de cas “qui pourraient se résoudre avec une consultation virtuelle”, affirme l’étude.»

    Une bonne idée pour désengorger le système de santé ?


    • Une bonne idée serait que les médecins généralistes lâchent leur os. C’est d’un ridicule consommé que de devoir avoir une recommandation du médecin de famille, pourvu qu’on en ait un, pour avoir accès à un spécialiste.

      Une femme enceinte ou ayant des problèmes gynécologiques a besoin d’un gynécologue. Elle n’a pas besoin que la carte-soleil fasse double chic-a-chic et qu’elle perde du temps à prendre deux rendez-vous pour se faire dire qu’elle doit voir un gynéco. Il en va de même pour une bonne partie des problèmes de santé qu’on pourrait adresser directement au spécialiste comme ça se fait dans d’autres pays civilisés. Moins payant pour les généralistes, je l’accorde!

      Les super-infirmières dont on parle depuis longtemps et qu’on s’ingénie à saboter. Une autre solution au désengorgement. Certaines cliniques ont eu le bon sens de donner les cytologies à des infirmières: bonne chose!

      Plus de pouvoirs aux pharmaciens: un diabétique ne va pas miraculeusement guérir, un asthmatique non plus. Les pharmaciens ont souvent plus de compétence que les médecins avec la médication. Tant que ce n’est pas barbiturique, ils pourraient renouveler les prescriptions. C’est incroyable qu’il faille prendre la place d’une personne malade pour faire renouveler la médication. Certains médecins font maintenant des prescriptions pour 2 ans.

      Consultations en ligne? Je me méfie un peu. On peut prendre la tension en ligne? La température? Écouter le cœur? Le patient ne se trompe pas dans la lecture du thermomètre? Un œil rouge, c’est une conjonctivite ou une kératite? Ça se distingue sur webcam?

      Le problème réside dans la “procédurite” à mort. C’est ça qu’il faut soigner pour avoir un système de santé qui n’attendra pas que vous soyez gravement atteint pour vous prendre en charge et pour donner accès à un médecin au plus grand nombre possible de patients.

      Exemple. Blessure au genou. 4 mois avant d’avoir un rendez-vous avec le médecin de famille. 9 mois avant d’avoir accès à un examen par IRM. Un autre mois après l’examen pour avoir le résultat chez le médecin. Le chirurgien orthopédiste ne prend pas de rendez-vous avant deux semaines. Rendez-vous pris pour 2 mois plus tard. Attente de quelques mois pour la chirurgie…. Est-ce qu’il est possible de croire qu’un bon 14 mois auraient pu être sauvés? Mais ça aurait fait quelques chic-a-chic de moins…En plein ce dont notre système de santé qui pète par toutes les coutures aurait besoin. Moins de taponnage, moins de dépenses. Moins d’attente, plus d’efficacité, moins de personnel débordé, épuisé.

    • J’ai bien hâte que se développe un systeme de consultations en ligne au Québec, ca serait une grande amélioration au niveau de l’accessibilité et de désengorgement du système. Avec le gros bon sens, je suis d’accord que bien des consultations ne nécessitent pas d’examen.

      À Loubia, quelques exemples qui ne sont pas tout à fait vrai, selon moi. Prenons les 1 à 1. Une femme enceinte peut être accouché par un médecin de famille et ne nécessite pas obligatoirement un obstétricien, tout comme 80% des problèmes gynecologiques.
      Les supers infirmieres sont très utiles, leur implantation devrait aider le systeme
      Pharmaciens. Des excellents et des moins bons, comme les MDs. Le renouvellement ca sert aussi à vérifier leur utilités et leur pertinence aux préscriptions, pas juste à passer la carte.
      Blessure au genou; le vrai probleme cest de ne pas pouvoir voir un médecin rapidement au début, pour en suivre l’évolution. Des genoux qui nécessitent une chirurgie sont facile à voir (durée des symptomes, laxité de l’articulation) lors des suivis. Les IRMs c’est pour les cas plus difficile et ne devrait pas retarder la consultation en chirurgie pour les cas évidents.

      Mais bon, l’important c’est de s’entendre que le système a des failles, mais que ces failles ne sont pas toute de la faute au Md de famille. Je crois que les consultations en ligne pourrait aider le système à court, moyen et long terme.

    • Oui, oui je trouve l’idée excellente tout en y apportant des bémols et suis en grande partie d’accords avec les deux commentaires précédents. Pour que cela fonctionne bien, faudrait qu’et le patient et le praticien se servent un peu de leur gros bon sens. Ce genre de consultations auraient bien sur des balises à respecter. Ce serait bien surtout par exemple si on consutle pour un problème déjà diagnostiqué et dont l’évolution/stabilité demande des révisions ou ajustement de médication (quoique comme dit Loubia les pharmaciens sont parfaitement aptes à le faire dans la plupart des cas). Il y a tant de gens qui consultent pour rien, coutent cher et semble ignorer que la ligne info-santé existe et est souvent la seule consultation nécessaire. Je crois que tout ce qui peut etre fait pour alléger la facture des couts de santé au Québec sans nuire à la qualité des soins est bienvenu. Ce serait au médecin de déterminer si la consultation virtuelle suffit ou non et pourquoi pas référer directement au spécialiste. Exemple. J’ai une bosse sur un sein. Le généraliste examine la chose et réfère à tout coup (du moins j’espère) au spécialiste. Cela pourrait très bien se faire virtuellement car quelle que soit l’apparence, la texture , la localisation de la chose, l’étape suivante sera la meme.
      Je saigne souvent du nez depuis quelques temps. Quelques questions puis le conseil d’humidifier l’environnement, d’éviter les bains ou douches trop chaudes qui dilatent forcément les muqueuses et les veines qui s’y trouvent, etc. Je ne suis pas médecin mais il me semble que ce genre de bobos mineurs pourraient se traiter ici. Toujours temps si les symptomes persistent à investiguer plus profondément…
      Je ne peux resister de dire meme si cela est légèrement hors propos, que native du Québec, j’habite en Suède depuis 5 ans. Ici, oh surprise! on paye pour chaque consultation dans une clinique ou meme parfois au téléphone. Pas beaucoup mais on paye. On attend jamais plus d’une demi heure pour voir le médecin et si jamais cela arrivait , on vous rembourse le cout de la visite. Dans la réalité, sauf urgences et c’est l’infirmière au triage qui décide, il vous faut un rendez-vous et vous passez dans les secondes suivantes…Extra. On parle ici de la clinique médicale pas de l’hopital. Non ici pas de cliniques sans rendez-vous, pas de médecin de famille non plus. On peut demander pour voir le meme médecin mais rien n’est moins sur. A l’hopital, á moins que vous soyez à risques pour diverses raisons, pour une opération pas trop grave, c’est une infirmière anasthésiste qui vous prends en charge. L’anasthésiste en chef est sur les lieux et peut intervenir en tout temps quand meme. Et il est tout à fait possible de passer toute sa grossesse sans jamais voir un médecin à moins que l’on y tienne vraiment ou que des complications surviennent. La sage-femme vous voit 3 fois et vers la fin, toutes les semaines. Vous accouchez dans une maternité et non à l’hopital ou chez vous. Leur raisonnement est que la grossesse n’est pas une maladie donc pas l’affaire des gynécos ou autre sauf cas particuliers bien sur. Le résultat est que le taux de mortalité périnatale, le taux de césarienne, le taux d’épisiotomie est l’un des plus bas des pays occidentaux. Pas mal non? Et je peux vous dire que le bébé qui nait en Suède a beaucoup, beaucoup de chance et ses heureurx parents aussi. Ici c’est l’endroit idéal pour etre parents. Donc, on paye pour tout, le lit à l’hopital, les repas, etc. une somme minime je l’ai dit mais qui sert de ticket modérateur en quelque sorte. Mais on a la qualité des soins en conséquence, les équipement fine pointe de technologie etc. J’ai été hospitalisée ici à deux reprises pour problèmes assez sérieux et je n’ai que des louanges pour les soins et les infirmières qui ne sont pas à bout de souffle, débordées comme chez nous. Donc elle vous sourient, vous écoute un peu et vous traite aux petits soins. En résumé, au Québec on a je crois beaucoup à faire de ce coté et d’abord, renoncer à ce système de soins gratuits pour tous que nous n’avons soyons réalistes, pas les moyens de nous payer. Et en tant que citoyens, les gens de chez nous ont plein de qualités (qui me manquent d’ailleurs) mais pas assez de sens citoyen je dirais, courtoisie, pas assez de vue d’ensemble des responsabilités que nous avons en tant que société oui, mais aussi sur le plan individuel. Le québecois est un peu comme un adolescent mal élevé qui profite de tout ce qu’on lui offre sans gene et à outrance sans se demander ce que ‘lui’ il a à faire et sa part de responsabilité et s’imaginant que l’état est un puit sans fonds. Donc, pour revenir à nos moutons, je crois que tout ce qui peut améliorer, soulager, désengorger et diminuer les couts des soins de santé au Québec est à considérer. Et en terminant, je me demande pourquoi on a cette attitude défaitiste qui fait dire que non tel ou tel modèle ne marcherait pas au Québec. Sommes-nous si différents des autres peoples civilisés?
      Faudrait peut-etre essayer? Des mentalités ca se change! Pensez à la cigarette, ce que des publicités et une politique efficaces ont fait en quoi 20 ans?
      Bon dimanche et je suis tout ce qui se passe ‘ au Québec via CyberPresse
      Chantal

    • @xhhongbo
      ” Le québecois est un peu comme un adolescent mal élevé qui profite de tout ce qu’on lui offre sans gene et à outrance sans se demander ce que ‘lui’ il a à faire et sa part de responsabilité ”
      Facile votre commentaire. Ce n’est qu’un manque d’information sur comment ça pourrait être mieux. La Grande Noirceur Duplessiste est soi-disant terminée depuis longtemps. Mais beaucoup sont restés dans le noir. C’est plus d’éducation que ça prend. Comme vous dites si bien “des mentalités ça se change”.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité