Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard s’intéresse à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 15 août 2013 | Mise en ligne à 11h51 | Commenter Commentaires (38)

    Quel âge ont vos oreilles ?

    VALÉRIE SIMARD

    On sait tous qu’écouter de la musique à plein volume est dommageable pour les oreilles. On se dit qu’on est raisonnable et on s’indigne devant ce jeune écervelé, croisé dans le métro, qui écoute la musique de son iPod tellement fort que vous pouvez reconnaître la chanson. Puis, on fait le test proposé dans cette vidéo (en anglais) réalisée par Asap Science et on réalise qu’on n’a peut-être pas été si sage que ça finalement.

    La vidéo explique qu’en vieillissant, le spectre des fréquences perçues par notre ouïe rétrécit. Contrairement à d’autres organes, l’oreille interne n’a pas la capacité de se régénérer. Au fil du temps, les cellules ciliées de l’oreille interne deviennent progressivement endommagées par l’exposition continue au bruit. Ces cellules sont celles qui permettent d’entendre les hautes fréquences et ce sont généralement elles qui disparaissent en premier. Ce qui explique pourquoi  certaines personnes ont de la difficulté à entendre les voix aiguës.

    Pour faire le test, il est important de porter des écouteurs et d’augmenter la qualité de la vidéo à 1080p. Vos oreilles sont plus vieilles que vous ? À lire les commentaires qui accompagnent la vidéo sur YouTube, il semble que vous êtes loin d’être le seul. Mais, ne cédez pas trop rapidement à la panique. Un test réalisé chez soi sur son ordinateur ne vaut certainement un examen en règle chez un audiologiste.


    • bon, c’est pas pire, j’entends légèrement les 18000, soit under 30.

      Pas pire pour un un pépère qui approche la quarantaine et qui pratique des activités bruyante régulierement.

    • Je crois que la qualité des écouteurs est pour quelque chose.
      Je n’entendais pas la fréquence 30 ans, mais très bien celle de 24 ans…
      J’ai mit les hautparleurs de mon ordinateur et là j’entendais bien celle de 30 ans.

    • Homme de 32 ans ici. Pas de problème avec la fréquence moins de 30 ans, mais je n’entendais pas celle des moins de 24 ans. L’âge de mon oreille se situe donc, selon ce test maison tiré de Youtube, quelque part entre 24 et 30 ans.

      Pas de panique, surtout que j’écoute de moins en moins de musique forte avec écouteurs!

    • Mesdames Allard et Simard, à vous mille mercis de nous aider à prendre soins de ce que je considère comme étant un inqualifiable cadeau…qui exige beaucoup d’entretiens…qu’est ce cadea u de la santé.
      Ne possédant pas d’écouteurs, je ne puis malheureusement vérifier quel âge ont mes oreilles ? La réflexion qui m’est venue en lisant…uniquement…le titre de votre sujet du jour est celle-ci :« Ce que mes oreilles veulent bien entendre…sous-entendant que j’entends bien ce que je VEUX…et que j’occulte ce qui «ne fait pas mon affaire». Je souris voire ris de moi parce qu’il est vrai que j,entends bien…parfois…ce que je VEUX entendre de peur de me faire «déranger», me faire déstabiliser.
      Je vais faire des efforts…et «ma femme» en sera fort plus heureuse…avec justes raisons.
      Gaston Bourdages,
      Simple citoyen – ex-bagnard – conférencier – écrivain publié sur: http://www.unpublic.gastonbourdages.com<
      Saint-Mathieu de Rioux, Qc.

    • Ça test pas juste les oreilles, mais aussi le matériel.

      Si le 18k passe dans les haut parleur du PC, rien en haut de 15k dans un casque supposément “haut de gamme”. Les écouteurs et haut parleur n’ont pas tous la même réponse en fréquence.

    • J’ai 50 ans mais j’ai des oreilles de 40 ans selon ce test. Mais le test ne s’accorde pas avec les résultats que j’ai eu au musée de la musique à Vienne il y a quelques années. C’était légèrement moins bon là-bas.
      Mais, il n’y a pas que les fréquences impliquées. Comme dit Jas183, ça ne semble pas égal à toutes les fréquences. J’ai plus de problèmes avec des conversations lorsqu’il y a des bruits ambiants plus fort. C’est un autre test qu’il faut passer.

    • Moi, en lisant le titre de votre blogue, je pensais que vous faisiez référence à la longueur des oreilles. Les oreilles grandissent quand on vieillit et sont révélatrices de l’âge. Je vois souvent des femmes d’un certain âge qui se font faire de la chirurgie plastique pour avoir l’air plus jeune. Toutefois, leurs oreilles demeurent toujours aussi longues et ne mentent pas.

    • D’apres ce test mes 2 oreilles sont bonnes, mais c’est entre
      les 2 que cela se gate…

    • @jutamat
      Tout simplement tordant, relaxant, reposant voire même pacifiant votre propos. Je me suis éclaté et ma rate de s’en porte que fort mieux. Que je vous comprends ! En même temps que mes oreilles et ce qu’il y a entre les deux, j’aime…leurs imperfections perfectibles. De combien d’âges y aurai-je alors besoin(s) ?…tout sourire.
      Mercis «Jutamat»
      Gaston Bourdages,
      Simple citoyen – ex-bagnard – conférencier – écrivain publié.
      Saint-Mathieu de Rioux, Qc. Petit, coquet et superbe «bled» du Bas Saint-Laurent où la vie se laisse….désirer et vivre.
      http://www.unpublic.gastonbourdages.com

    • @JeuneFille
      C’est pour cela que les amateurs de deltaplane s’ameliorent
      avec l’age.

    • On avait rendu public il y a quelques années qu’on émettait des sons à haute fréquence, entendus des adolescents seulement, quand on ne voulait pas les voir s’attrouper quelque part.

      C’est donc à mon avis un processus naturel. Je n’ai jamais été un pilier de discothèque ou de bar, ni amateur de système de son dans le tapis, mais je suis certaine que je n’entendrais pas ces hautes fréquences.

      C’est une conséquence normale de vieillir, comme se ramasser avec des lunettes vers 40 ans ou avoir du poil dans les oreilles comme certains messieurs d’âge très mûr….

    • @loubia
      On dit que les poils qui ne poussent plus sur la tête sortent plutot par les oreilles.

      @jeunefille
      Les oreilles grandissent de 0.22 mm par année. Ca ne fait une si grosse différence.

      http://www.cotral.com/fr/pourquoi-le-bruit-est-nocif/les-oreilles-grandissent.html#.Ug17k23CaM0

    • @gl000001

      Moi je veux bien croire la régression linéaire à laquelle ces chercheurs sont arrivés. Il n’en demeure pas moins que 0.22 mm par année sur 40 ou 50 ans, ça finit quand même par être perceptible.

    • Avec mes haut-parleurs d’ordinateur (en fait un petit système cinéma maison bon marché de marque Denon), j’entends à peine le 15000 Hz (je suis obligé de monter le son).

      Avec les haut-parleurs de ma tablette (Nexus 10), je n’entends absolument pas le 15000 Hz.

      Avec une première paire d’écouteurs cheap (Philips SHL9500 achetée environ 25$ chez Addison, mais pas trop mauvaise tout de même), je n’entends absolument pas le 15000 Hz. Quoique ce n’est pas étonnant. Une critique de ces écouteurs sur « Les Numériques » dit : « On appréciera l’excellence du rendu sonore en basses fréquences [...] mais les aigus sont effacés et les haut-médiums sont laissés pour compte. »

      OK… Je passe à une deuxième paire d’écouteurs. Je suis vieux, mais j’ai ma fierté!

      Donc je récupère une deuxième paire d’écouteurs (achetée environ 30$ il y a peut-être 5 ans chez Wal-Mart), pratique pour la course, mais avec un son très cacane. J’entends cette fois distinctement le 15000 Hz, pas du tout le 16000Hz et un peu le 17000 Hz (?).

      Je n’ai pas essayé mon système cinéma-maison dans le salon…

      Conclusion, je ne sais pas quel âge ont mes oreilles, mais je sais que mon équipement audio fait dur!

      @gl000001 : J’ai toujours eu énormément de difficulté à comprendre une conversation dans un endroit bruyant. Dès que le volume sonore devient trop élevé, mon cerveau tombe en overload et tout devient de la bouillie. Le problème n’est pas au niveau des oreilles, mais au niveau du cerveau. Par contre, dans un milieu calme, je suis excellent pour percevoir le moindre petit bruit.

      C’est la même chose pour les yeux. Par une journée d’été ensoleillé, quand le soleil est au zénith, si je n’ai pas de lunettes de soleil, je suis souvent obligé de fermer un oeil. Sinon, si je garde les deux yeux ouverts, je deviens complètement ébloui.

    • Oups! Je retire ce que j’ai dit. Je me suis amusé et… la compression de YouTube, même en qualité HD est vraiment un problème.

      J’ai utilisé Audacity pour générer des ondes sinusoïdales (si cela intéresse des gens, cliquez sur le lien pour le télécharger, c’est un bon programme gratuit pour le traitement audio).

      Tout d’abord, je me suis rendu compte qu’à partir de 18 000 Hz, si je restais avec la fréquence d’échantillonnage de 44 100 Hz, les artéfacts devenaient plus audibles que le son lui-même. Je suis donc passé à une vitesse d’échantillonnage à 96 000 Hz.

      Avec les haut-parleurs de mon ordinateur, j’entends le son jusqu’à 18 600 Hz. Ensuite, jusqu’à 18 900 Hz, je n’entends plus vraiment de son, mais je continue à perçevoir un inconfort significatif. À partir de 19 000 Hz, je ne perçois plus rien du tout.

      Conclusion finale : Mon matériel audio n’est pas aussi pourri que cela et… je suis encore jeune! Yeah!

      (En passant, mon ordinateur à une carte audio Asus Xonar DX et elle est connectée à l’ampli par un câble optique. Une carte son intégrée et un câble audio analogiques ne m’auraient probablement pas permis d’entendre une fréquence aussi élevée.)

    • Rectification #2 : Je ne sais pas pourquoi, mais en passant à une fréquence d’échantillonnage de 192 000 Hz (le maximum pour ma carte son), j’entends les sons jusqu’à une fréquence de 19 300 Hz. Par contre, il faut que mon oreille soit dans l’axe du haut-parleur.

      Qui dit mieux?

    • @89170
      Ca peut être le cerveau. Comme ça peut être qu’une oreille n’a pas la même acuité auditive que l’autre dans un environnement bruyant et le cerveau à de la misère à se recalibrer. Ultimement, c’est le cerveau, mais l’oreille y joue un grand rôle. Dans mon cas, c’est ça. Si je me bloque l’oreille faible, je peux discerner tout ce qui se dit dans un party. Il faut que je tourne la tête par-contre.
      C’est à se demander comment font les chiens et les chats avec une oreille par en avant et une autre vers le coté (et toutes les variations possibles). Trop de CPU pour les oreilles et pas assez pour l’intellect. C’est pour ça que l’humain est très moyen physiquement comparé aux animaux mais supérieur en intelligence.
      En passant, ma chatte a commencé à me trouver vaguement fatiguant autour de 40000 Hz. Elle a ouvert un oeil pour interrompre sa sieste.

    • @jeunefille
      8.8 mm sur 40 ans. Comment savoir si la personne avait déjà de grandes oreilles ?
      J’ai connu un gars très costaud qui avait de toutes petites oreilles. On l’appelait Hippo.
      A l’opposé, le Prince Charles a de très grandes oreilles. Ont-elles toujours été aussi grandes.

      Pour que ça soit perceptible, il faut comparer le “avant/après” sur une période de temps pas trop longue qui nous permettra de voir et se rappeler la différence. 1 cm sur 40 ans est plus imperceptible que la dérive des continents (1 à 13 cm par an). 1 cm de cheveux plus longs sur 2 semaines est perceptible. Voyez-vous la différence ?

    • Moi-même, je n’ai jamais fait d’observations systématiques sur un même groupe de personnes au cours d’une période de 40 ans à l’aide d’instruments spécialisés. Mes seules observations portent sur une population observée à un moment précis. En moyenne, j’observe que les vieilles personnes ont des oreilles plus longues que les plus jeunes. Les chercheurs qui ont fait une droite de régression pour relier la longueur des oreilles à l’âge ont probablement procédé de la même façon. Donc, pour utiliser les termes communément admis en méthodologie de la recherche, eux et moi faisons des analyses de variance plutôt que des études longitudinales. Par ailleurs, j’ai observé que les oreilles de mes parents deviennent plus longues avec l’âge, mais je ne les ai jamais mesurées car ce sujet de recherche ne m’a jamais vraiment intéressée avant hier soir. On peut donc parler ici d’une étude longitudinale assez imparfaite sur un échantillon de taille 2. Et le mot “longitudinale” convient bien ici car on étudie quelque chose qui s’allonge. J’espère que vous allez me comprendre du premier coup cette fois-ci, contrairement à la dernière fois quand je vous ai parlé des saules pleureurs près des étangs d’Ixelles et que vous avez mis un certain temps à voir de quoi je parlais.

    • @gl000001

      Moi, avec toute l’étourderie qui me caractérise, j’ai oublié de spécifier que mon dernier message s’adressait à vous. Je suis sûre que vous l’avez compris, mais peut-être pas les autres lecteurs. Je vous présente toutes mes excuses.

    • @jeunefille
      Je crois avoir compris. Mais ce que je ne comprends pas, c’est comment, sans les mesurer et noter les résultats, vous arrivez à dire que les oreilles de vos parents grandissent.
      Parfois, notre perception nous fait voir ce qu’on veut bien.

    • @gl000001 15h04

      Moi, je ne puis que m’incliner devant la force de vos arguments. Comment peut-on en effet affirmer que les oreilles de quelqu’un se sont allongées si on ne les a pas mesurées avant et après? La scientifique en moi capitule devant un tel jugement critique. C’est comme pour les enfants. Comment peut-on dire qu’un enfant de dix ans a grandi depuis qu’il avait un an si on ne l’a pas mesuré aux deux dates pertinentes? Il faut se méfier des erreurs de perception.

      Bonne fin de journée à vous et à votre chatte. Contrairement à la vôtre (gl000001, 8h32), la mienne n’entend pas et ne pense pas.

    • @JeuneFille : “la mienne n’entend pas et ne pense pas”

      Et comment reagit-elle aux caresses?

    • @jutamat 16h28

      Moi, je vous trouve très perspicace. Il m’est malheureusement difficile de répondre à votre question faute d’un instrument de mesure précis. Toutefois, si le sujet vous intéresse, je vous suggère de consulter le blogue de Monsieur Gilbert Lavoie sur les vacances, 8 août 2013, 16h49 et 19h29.

    • @JeuneFille
      Vous êtes de mauvaise foi. Jamais de toute l’histoire de l’humanité, un enfant est né en mesurant 3 pieds de haut (j’exagère, 6.2Kg et 62 cm le plus gros bébé au monde). Hors presque tous les enfants de 10 ans mesurent plus de trois pieds. Sans même mesurer, il est parfaitement perceptible pour quelqu’un qui a moindrement de mémoire, de voir que son enfant a grandi. Sans même formellement le mesurer vous allez assez vite vous apercevoir que ses vêtements ne lui font plus. C’est une forme de mesure de comparer avec un objet. En fait, c’est juste ça. En quelques part, dans un labo, il y a un morceau de métal qui est l’étalon pour le mètre. En comparant à lui, on mesure.
      C’est juste une question d’ordre de grandeur et ça m’étonne que la scientifique en vous (!) ne le sache pas.

    • @gl000001 : Votre chatte est incroyable! Surtout que le maximum pour des haut-parleurs haut de gamme est dans les 24 000 Hz.

      J’ai une certaine difficulté à comprendre votre explication sur la « calibration » du cerveau. À moins qu’une de vos oreilles fasse des free game quand le volume sonore devient plus important, en quoi une différence d’intensité change la calibration? En fait, je dirais même que vous boucher l’oreille faible entraîne une différence entre les deux oreilles encore plus grande. En suivant votre explication, cela devrait donc demander une recalibration plus importante et devrait ainsi vous rendre encore plus incapable de discerner les sons.

      @JeuneFille : Si vous regardez la lune quand elle se lève, elle paraît beaucoup plus grosse que lorsqu’elle est au zénith. Pourtant, si vous la mesurez objectivement, elle a exactement la même taille. Il ne faut jamais vous fier à vos perceptions.

      Quant à votre chatte, elle a globalement le même fonctionnement cérébral que vous. Elle pense comme vous, elle ressent les émotions de la même façon que vous et elle… Heu… On parle bien d’un animal qui fait miaou là, hein?

    • @JeuneFille
      Merci pour la reference, mais cela m’en apprend plus sur vous que sur
      votre animal de compagnie.
      Cela dit, je ne tiens pas a approfondir le sujet ou a m’etendre sur
      des hypotheses, respectant vos petits secrets intimes.

    • @89170 17h58

      Moi je n’ai jamais vraiment compris la lune, ni quand elle se lève, ni quand elle se couche. Tout ceci me dépasse un peu. Pour le reste, lisez mon message de 17h12.

      @gl000001 17h20

      Je ne suis pas de mauvaise foi. Je fais juste m’amuser un peu, présumément comme votre chatte. Histoire de chatte: j’ai un ami qui a une chatte, une locataire (qui vit en bas de chez lui) et une ex-femme (qui vit à deux rues de chez lui). Or, cet ami voyage beaucoup. Quand il est absent, sa chatte va (d’elle-même) chez sa locataire pour qu’on s’occupe d’elle. Quand mon ami et sa locataire sont tous les deux absents, elle va (d’elle-même) chez son ex-femme. Je n’ai pas de chatte au même sens que vous et je m’y connais très peu en animaux. Mais je trouve que le comportement de cet animal est très intéressant. Il faut croire que les chats sont assez intelligents.

      @jutamat 16h28

      J’ai eu envie de vous répondre Moiaaahhh! ou Miaouhhh! à votre message de 16h28 mais j’ai préféré être plus modérée et vous donner des références.

      @jutamat 18h06

      Vous faites bien de ne pas vouloir aller plus loin. Telle est la nature du monde virtuel.

    • @89170,

      la capacité de discriminer une conversation dans un environnement bruyant provient de la stéréoscopie auditive. Le fait d’avoir deux oreilles qui entendent un signal légèrement différent. Le cerveau est capable de traiter cette différence de signal pour en faire ressortir les sons utiles et donc, la conversation que l’on tente de capter.

      Ce que gl000001 dit, c’est que si une oreille a une perte d’audition plus importante que l’autre, cette capacité de discrimination du cerveau se trouve aussi handicapée du fait que l’un des deux signaux perçus ne l’est pas avec le volume requis.

      Il y a une grande différence entre dire que nous captons un son et décodons le langage. Les pertes dans certaines fréquences handicapent plus la reconnaissance de la parole que d’autres. Quelqu’un peut percevoir avec acuité une fréquence de son et être incapable de suivre une conversation. Son acuité auditive étant parfaite dans des fréquences peu sollicitées par le langage.

      @unpublic,

      c’est un reproche souvent fait par l’entourage à une personne qui est en train de subir une perte auditive de lui dire qu’elle entend bien ce qu’elle veut entendre. C’est complètement faux et c’est une accusation cruelle à la fois. La perte auditive est beaucoup plus complexe que la myopie où une paire de lunette corrige parfaitement la perte. Aucun appareil auditif ne corrige parfaitement la perte auditive.

      Les handicapés auditifs passent pour des gens rebelles, têtus et souvent pour des imbéciles parmi la population. La capacité de discerner le langage ne dépend pas uniquement du volume du son. Ce qui fait que dans beaucoup de cas, crier en parlant à un handicapé auditif ne règle rien et souvent ne fait qu’empirer la situation en créant un climat hostile. Une personne en perte d’audition développe inconsciemment une série de mécanismes pour palier et compenser sa perte auditive. Souvent elle lira sur les lèvres sans s’en rendre compte ou prêtera attention au langage gestuel pour compléter les blancs dans une conversation. Quelqu’un peut comprendre 60% des mots d’une phrase et se fier sur ceux-ci en plus du langage gestuel pour découvrir le sens de la phrase. Dans certains cas, la personne parlera avec le même volume, mais fera dos à la personne. Dans ce cas, elle sera incapable de se fier à la lecture labiale pour compenser et ne comprendra pas la phrase. La personne qui parle déduira faussement que la personne n’entend que ce qu’elle veut entendre.

      Comme un handicapé auditif est rarement identifable extérieurement, il fera la plupart du temps face à de l’incompréhension et parfois de l’hostilité parce qu’il ne saisit pas la conversation du premier coup.

    • @89170
      Dans un endroit bruyant l’efficacité de l’oreille diminue plus pour certaines personnes. Donc dans un bruit ambiant normal, le cerveau est bien adapté pour discriminer les sons même si une oreille est un peu plus faible que l’autre. Dans un milieu bruyant, les oreilles sont moins efficaces, la qualité du signal diminue et le cerveau a du mal à s’ajuster car il est 90% du temps dans un milieu moins bruyant.
      Si je me bloque une oreille, je suis en mono. C’est plus facile pour le cerveau de se concentrer sur une seule oreille. L’adaptation est plus facile qu’en stéréo (ma théorie).

      Pour ma chatte, probablement qu’elle ne réagit pas vite. Je vais réessayer.

      @Jeunefille
      Vous êtes dure à comprendre. Lorsque vous semblez sérieuse, vous blaguez. Et vice-versa.

    • @gl000001 12h22

      Moi je pense que vous pourriez être dur d’oreille, ce qui expliquerait votre difficulté à me comprendre. Comment peut-on comprendre si on entend mal? Comme votre chatte, la mienne aussi ne réagit pas toujours vite.

    • @dcsavard : La stéréoscopie auditive permet de localiser le son. Je n’ai rien lu qui laissait supposé qu’elle jouait un rôle dans l’analyse des sons pour le décodage de la parole. Si vous avez une source crédible sur ce que vous dites, je suis très intéressé, car si c’était vrai, cela serait une révolution dans la reconnaissance vocale par ordinateur.

      Quant à votre argument sur la fréquence, lui aussi ne semble pas avoir de sens. Les fréquences touchées par la perte auditive sont avant tout les aigus et un peu dans les graves extrêmes. Les fréquences où se situe la parole sont celles qui sont le moins affectées.

      @gl000001 : Dans un endroit bruyant, la force du signal augmente, elle n’est jamais plus faible que dans un endroit calme, peu importe la perte auditive.

      Quand vous dites que le cerveau est bien adapté pour discriminer les sons dans un volume sonore normal, je suis tout à fait d’accord. C’est justement cela mon hypothèse. Vous vous bouchez une oreille pour diminuer la force totale du signal et ainsi permettre à votre cerveau de mieux discerner les sons. C’est donc un problème lié au cerveau et non dû à la perte auditive.

      Le cas des gens dans le spectre de l’autisme montre clairement ce phénomène.
      Nous avons tous un mécanisme au niveau du cerveau pour filtrer la plupart des signaux et ne garder que ceux qui sont importants. Par exemple, notre cerveau est conçu pour laisser passer en priorité la parole. Si vous écoutez une chanson, la musique va être beaucoup plus filtrée que la parole.

      Chez les autistes, ce filtre est beaucoup moins puissant. La conséquence est que lorsque le volume sonore devient trop important, le cerveau ne filtre pas suffisamment le signal, la partie qui sert à l’analyse est complètement submergée et l’autiste, même s’il perçoit physiquement les sons, n’est absolument plus capable de rien analyser.

      Dans mon cas, je ne souffre pas d’un trouble du spectre de l’autisme, mais il est évident que mon « filtre » est plus faible que la moyenne. C’est un avantage dans le sens où je suis capable de discerner des détails très facilement, mais quand je suis dans une situation où je reçois trop d’informations sensorielles à la fois, je deviens très mal à l’aise et j’ai donc tendance à chercher l’isolement.

      Dans votre cas, que préférez-vous le plus souvent : un repas tranquille avec un ou deux couples d’amis ou bien un party avec trente personnes? Préférez-vous la vie tranquille de la banlieue ou bien le dynamisme du centre-ville?

      L’un ou l’autre de ces choix pourrait indiquer si votre « filtre » laisse passer beaucoup d’informations ( dans ce cas vous allez préférer une situation tranquille pour ne pas être submergé)  ou au contraire s’il en bloque beaucoup (et dans ce cas vous allez préférer un endroit où il se passe beaucoup de choses pour avoir un minimum d’information à analyser).
       

    • @89170,

      je pense que vous interprétez de façon restrictive ce que j’ai écrit. Il me semble bien y avoir des conditions à mes énoncés. Lorsque les pertes auditives concernent les fréquences de la parole, alors cela rend la reconnaissance de la parole plus difficile, voire impossible aux handicapés auditifs. Il va de soit que si la perte est hors de ces fréquences, la reconnaissance de la parole n’est pas affectée. Je ne sais trop pourquoi vous me parlez des aigües, les pertes auditives varient d’une personne à l’autre et ne sont pas toutes dans les mêmes gammes de fréquences.

      Deuxième chose, la discrimination de deux conversations est réalisable par traitement numérique du signal, mais pour ce faire, il faut au moins deux sources de signaux qui diffèrent légèrement. Voyez toute la théorie du traitement du signal, les méthodes d’analyse PCA, ICA et c’est la base du travail que fait naturellement et inconsciemment le cerveau. La stéréoscopie auditive permet de localiser un son, mais ce n’est pas son unique possibilité.

      Et pour votre information, la reconnaissance vocale utilise déjà ce genre de traitement lorsqu’il s’agit de séparer la conversation. Mais, comme vous l’aurez peut-être saisit ou pas, il faut deux microphones séparés par une certaine distance pour obtenir deux signaux. Ce qui est rarement praticable lorsqu’il s’agit de reconnaissance vocale au téléphone, par exemple.

      Toutefois, il est possible de séparer deux conversations dans un cocktail grâce à ce genre d’analyse.

    • @89170,

      contrairement à ce que vous dites à gl000001, la force d’un signal dans un endroit bruyant n’augmente pas du tout. Le signal est au contraire noyé dans un bruit de fond. Vous confondez signal et bruit de fond. Le signal, c’est l’information utile.

    • @89170
      Je me bouche une oreille pour faciliter le travail du cerveau du à l’inefficacité de mes oreilles causée par le milieu bruyant. Chose que je n’ai pas besoin de faire dans un milieu plus calme.

    • Très curieux, mais dans la famille, nous entendons les ultra-sons. Examen passé auprès de mon fils qui est de par son métier (preneur de son) avec son attirail, il a mesuré que malgré l’âge, 69 ans, j’entends toujours ces sons très spéciaux.. Disons que ce n’est pas non plus un cadeau de la nature! ça peut parfois vous empêcher d’être dans un endroit où les fréquences sont absolument infernales.. tellement qu’il faut quitter… et ce n’est pas seulement pour la musique…mon fils à le même problème et je crois que mon père, dans le temps, ne savait pas, mais il était intolérant à certains bruits et sons!

    • J’ai fait le test ci haut mentionné et j’entends tous les sons diffusés !

    • Effectivement, la qualité de votre casque peut vous jouer des tours. Il faut prendre en considération que les écouteurs bon marché ne couvriront pas totalement le spectre des fréquences audibles par l’oreille. Pas besoin de s’endetter outremesure non-plus. Juste à vérifier l’arrière du boitier, quand vous acheter. Le spectre des fréquences que peut reproduire le casque devrait s’y trouver. L’oreille humaine, à la naissance, couvre de 20 hertz à 20 megahertz. Donc si vous voulez profiter pleinement du test, ces fréquences devraient pouvoir être reproduites par votre casque. Malheureusement pour moi, j’entends pas grand chose entre 18000 et 20000 et je ne suis pas très vieux. On va faire passer ça sur le dos du batteur, qui joue trop fort…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité