Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard s’intéresse à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 19 juillet 2013 | Mise en ligne à 11h52 | Commenter Un commentaire

    Le «iKnife», un bistouri détecteur de cancer

    Démonstration de l'iKnife sur un foie de porc au St Mary's Hospital à Londres mercredi dernier. (Photo: AP)

    Démonstration de l'iKnife sur un foie de porc au St Mary's Hospital à Londres mercredi dernier. (Photo: AP)

    VALÉRIE SIMARD

    L’invention soulève l’enthousiasme de la communauté médicale. Un bistouri intelligent qui permet de détecter les cellules cancéreuses. L’instrument est prometteur. Mis au point par des chercheurs européens, le bistouri électronique, baptisé «iKnife», est capable de faire la différence entre des tissus sains et des tissus cancéreux en temps réel, lors d’une opération. Ses prouesses ont récemment été publiées dans la revue Science Translational Medecine.

    Le iKnife permettrait aux chirurgiens de savoir instantanément s’ils ont retiré l’entièreté d’une tumeur. Lors de l’incision, le couteau chauffe les tissus sectionnés, produisant une fumée qui est alors analysée par un appareil relié au bistouri. En trois secondes, celui décrypte la composition moléculaire des tissus et signale si ceux-ci sont sains ou cancéreux.

    >>> Voir les explications du fonctionnement de l’appareil sur le site de la BBC

    Puisqu’aujourd’hui, les médecins doivent attendre que les tissus soient analysés en laboratoire pour savoir si la tumeur a été entièrement enlevée –ce qui peut prendre jusqu’à 30 minutes, le iKnife permet de gagner beaucoup de temps. Souvent, le chirurgien doit enlever une grande partie de tissus sains pour s’assurer de retirer complètement la masse cancéreuse. Lorsqu’il n’y parvient pas, le patient doit alors passer à nouveau sur la table d’opération ou subir des traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie.

    Des essais concluants ont été réalisés sur 81 patients d’hôpitaux européens entre 2010 et 2012. Taux de succès: 100%. D’autres tests seront menés avant la commercialisation de l’appareil, dans lequel ses inventeurs fondent beaucoup d’espoirs. «Il peut changer le monde», a souligné le professeur Jeremy Nicholson, chef du département de Chirurgie et du Cancer à l’Imperial College de Londres (ICL), où l’outil a été créé.

    Enthousiaste, le Dr Len Lichtenfeld, médecin-chef adjoint à la Société américaine du cancer,  fait tout de même preuve de prudence. «La question que tout le monde va se poser, c’est : “Est-ce applicable à la pratique quotidienne ?”, affirme le Dr Lichtenfeld, dans une déclaration rapportée par Le Figaro.C’est possible, mais il leur reste encore beaucoup de travail à faire. Il faut notamment prouver que cet outil va vraiment améliorer les soins apportés au patient et ne pas être plus coûteux pour le système de santé en général.» Pour l’instant, s’il était commercialisé, le iKnife coûterait 290 000 euros (395 000$).

    Une utopie, le bistouri intelligent? On a appris avec le robot chirurgical da Vinci, qui fait l’objet de plaintes et de poursuites dues à des complications lors d’interventions, qu’un enthousiasme marqué pour un appareil apparemment révolutionnaire n’est pas un gage de succès.


    • Belle invention. J’espère que de nombreux malades pourront en profiter, dont ma petite cousine! Quand il ne reste plus d’espoir, je pense qu’une personne sera prête à essayer.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité