Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard s’intéresse à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 11 juillet 2013 | Mise en ligne à 11h57 | Commenter Commentaires (34)

    Greffer une tête humaine

    Archives, La Presse

    Archives, La Presse

    SOPHIE ALLARD

    La greffe d’une tête humaine sur le corps d’un mort sera-t-elle bientôt possible ? La transplantation des organes connaît un réel succès aujourd’hui. On greffe avec brio des coeurs, des reins, des mains et, depuis peu, on greffe même des visages. Mais qu’en est-il de la tête ?

    «Bien que l’idée paraisse saugrenue, elle est envisagée depuis bien des années, et le neurochirurgien italien Sergio Canavero estime dans un article paru dans la revue Surgical Neurology International que le dénouement est proche, indique-t-on sur Futura Sciences. Il l’affirme : d’ici deux ans, on pourra transférer la tête d’un être humain sur le corps d’un autre grâce au projet Heaven.» Cette possibilité pourrait être fantastique pour des patients dont plusieurs organes sont gravement malades, pour les personnes tétraplégiques, pour les cancéreux en phase terminale… ou autres personnes atteintes de maladies mortelles.

    Le neurochirurgien américain Robert White a déjà tenté l’expérience chez le chien dans les années 60, et le cerveau était resté bien vivant. «Dans les années 1970, il est devenu célèbre en transférant tout entière la tête d’un singe sur le corps d’un autre, écrit-on sur Futura Sciences. Cette première tentative a permis au greffé de ne vivre que quelques heures seulement, mais avec un peu de perfectionnement et de pratique, les animaux semblaient vivre plus longtemps, bien qu’on n’ait pu réellement le mesurer dans la mesure où ils finissaient euthanasiés.»

    Le problème à l’époque, c’est qu’on n’arrivait pas à «connecter» la moëlle épinière. Les sujets, malgré leur nouveau corps, demeuraient complètement paralysés sous le cou. Or, la connexion serait désormais possible selon le docteur Canavero. Comment ? En mettant « les extrémités de moëlle épinière dans une solution de polyéthylène glycol et le chitosane», les cellules nerveuses fusionneraient. Le neurochirurgien tentera l’expérience sur des singes et, ensuite, sur des cadavres humains. Le grand test est prévu dans aussi peu que deux ans !

    Et l’éthique dans tout ça ? L’opération coûtera jusqu’à 13,5 millions $, prévoit-on. Qui y aura droit ? Les plus riches auront-ils des passe-droits ? Que penser de la reproduction ? Le bagage génétique transmis serait celui du donneur. Tout un lot de questions surgissent.

    Rien n’est encore fait (on se demande d’ailleurs si c’est réaliste!), mais rien que d’en parler nous fait réaliser, une fois de plus, que la réalité n’est jamais loin de la fiction… Qu’en pensez-vous ?


    • C’est exactement pour des cas de folie pareille que je ne signe pas ma carte de don d’organes. Ça suffit, la science complètement capotée!
      Il faut apprendre à apprivoiser la mort plutôt que la déjouer par des moyens aussi farfelus.

    • Les pauvres des bidonvilles avec des beaux body vont devoir se surveiller! De même que les étudiants Nord-Américains en voyage au tiers-monde! :-)

      En dehors des dérives éthiques que cela va entraîner que va être l’effet sur un corps jeune de la greffe d’une vieille tête? Est-ce que le vieillissement des cellules du cerveau va influencer sur le vieillissement des cellules du corps?

    • C’est très intéressant.
      Mais ça peut mener à des dérives.

      J’avais lu un livre de science-fiction durant mon adolescence où le principal antagoniste, un dénommé Wei, dirigeant suprême dans une utopie communiste, avait greffé sa (vieille) tête sur une succession de personnes condamnées à mort beaucoup plus jeunes.

      Le livre s’appelait “Un bonheur insoutenable” de Ira Levin:

      https://en.wikipedia.org/wiki/This_Perfect_Day

      Ira levin a aussi écrit “Rosemary’s Baby” et beaucoup d’autres livres à succès desquels des films ont été inspirés.

      Questions:

      Le pricipales causes de décès : cancer, maladies cardiovasculaires etc. concernent surtout le reste du corps et plus rarement la tête.
      Aujourd’hui quelqu’un de suffisemment fortuné et/ou influent a présentement la possibilité d’acheter et se faire greffer des organes provenant de condamnés, principalement des condamnés Chinois.
      Est-il complètement impossible d’imaginer une situation où le principal antagoniste du livre de mon enfance devienne réalité ?
      Qu’un(e) richissime personnage se fasse greffer la tête, pas parce qu’il(elle) est en train de mourir mais simplement par précaution ou par vanité afin d’avoir le corps d’un jeune individu dans la vingtaine.

      Dans tous les cas si cette technologie devient réalité c’est une excellente nouvelle pour tous les tetraplégiques du monde, j’espère seulement que l’opération sera gratuite pour tous ces gens-là qui souffrent énormément, eux et leur familles.

    • Si on peut reconnecter la moelle épinière, aussi bien commencer par les paralysé que par greffer des têtes…

    • Si on balise pour que ce soit possible (et gratuit) uniquement dans les cas où l’autonomie et/ou les chances de survie du patient sont nulles ou quasi-nulles, pourquoi pas? Pourquoi une personne devrait « accepter son sort » parce qu’elle a perdu à la loterie génétique ou pire, parce qu’elle a été fauchée par un conducteur ivre ou s’est fait tirer dessus?

    • Nous allons bientôt assister à la naissance de la réalité de Frankenstein. J’adore les films sur Dracula, surtout lorsqu’il mord à pleine dents dans le cou des jeunes femmes pour se gaver de leur sang qui doit être délicieux. J’aimerais mieux que la science recrée des Dracula (Coppola) que des Frankenstein.

    • Moi je ne suis pas très forte en médecine. J’ai songé un jour y aller, mais j’ai vite réalisé que ce n’était pas pour moi. Cette question de greffe de tête me laisse donc perplexe étant donné mes connaissances médicales limitées.

      Je me demande comment ça va fonctionner. Si on prélève la tête sur un mort, cette tête sera-t-elle vivante? Sinon, ça pose problème car le récipiendaire va se retrouver avec une tête morte. Si on prélève la tête sur un donneur vivant, que va-t-il lui arriver? On peut bien sûr envisager qu’il va recevoir une nouvelle tête de quelqu’un d’autre et qu’une chaîne de donneurs va se former. Mais au bout de la ligne, il va quand même manquer une tête.

    • Je suis absolument contre l’expérimentation animale, mais si je meurs et que mon corps peut servir à quelque chose d’utile, alors pourquoi pas? On pourrait en faire des biscuits pour chiens, cela ne me dérangerait absolument pas. Cela pourrait choquer ceux qui m’aime, qui aurait besoin de vivre un deuil et donc qui aurait besoin d’un symbole auquel s’accrocher… mais moi? Je n’existerais plus! Je trouve complètement ridicule l’idée de vouloir que son propre corps soit traité avec « dignité » une fois qu’on existe plus.

      Quelqu’un pourrait utiliser mon corps pour lui permettre de vivre plus longtemps? Tant mieux pour lui! En fait, j’ai même une idée : si je meurs, que mon corps soit vendu aux enchères et que l’argent aille à mes proches. Je suis en forme, je n’ai pour ainsi dire aucun problème de santé (je porte des lunettes pour corriger ma myopie), alors j’imagine qu’un vieux riche pourrait bien payer quelques millions pour ce tas de viande et mes proches pourraient vivre une belle vie grâce à cela. Je signe où?

      Au sujet du bagage génétique… Quelle importance? En fait, l’idée que le bagage génétique pourrait avoir de l’importance me choque. Cela voudrait-il dire qu’il est normal pour un couple ayant deux enfants, dont un adopté, de toujours donner leur préférence à l’enfant possédant leur bagage génétique?

      Un donneur de sperme devrait-il être considéré comme le vrai père? Pourrait-il demander un droit parental le jour où il le désire?

      Et si nos gènes nous définissent, alors la conclusion ne serait-elle pas que la pilule du lendemain, ou toute forme d’avortement, est un meurtre?

      Je ne suis pas un corps et je ne suis pas des gènes. Mon corps et mes gènes me permettent d’être, mais ce n’est pas ça le « je ». Dans ces conditions, où est le problème éthique de la reproduction en utilisant mon corps? Cela ne serait qu’un don de sperme posthume.

    • @JeuneFille

      Vous avez bien fait de ne pas faire medecine. C’est le corps qui vient d’un donneur, pas la tete.

    • @ jaylowblow 20h18

      Moi-même je m’étais posé cette question (”great minds think alike”, comme on dit en Angleterre). Le problème n’est pas résolu pour autant. Si la tête récipiendaire a besoin d’un nouveau corps, il va falloir séparer la tête du corps du donateur (mort ou vivant?) et il va falloir couper la tête du récipiendaire (encore vivant, je présume) pour lui attacher un nouveau corps, en espérant que sa tête ne meure pas pendant ce temps.

      Vous avez raison d’écrire que j’ai bien fait de ne pas faire de la médecine.

    • @jolico

      Une fois mort, qu’est-ce que ca peut bien faire que l’on vous prélève des organes si ca peut améliorer la vie d’une personne ou améliorer sa qualité de vie… c’est du pur égoisme

      Moi ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent avec mon corps lorsque je serai mort et si je peux contribuer à redonner espoir de vie meilleure à quelqu’un , j’aurai au moins servi à ca…

    • Pour que sa famille puisse en faire le deuil, comment exposerait-on le corps du donneur? Exposerait-on seulement la tête, ou son corps avec la tête de l’autre attachée avec de la broche? Autre questionnement: en supposant la réussite d’une telle opération, est-ce que l’ancienne tête vieillirait au même rythme que le reste du corps? Assisterait-on à une solution au problème de la vie éternelle? Personnellement, je crois que l’on devrait mettre plus de ressources sur le développement du remplacement via la régénération plutôt que par la greffe. Personnellement, je préférerais avoir un nouveau corps genre Robocop que Frankenstein. Je préférerais la greffe “bionique” à celle biologique. Mais plus important encore, on devrait réaliser et accepter, une bonne fois pour toute, que nous avons tous une date d’expiration et que c’est très bien comme ça.

    • Pff… y a rien là. Je connais plein de gens au boulot qui ont l’air de fonctionner sans tête.

    • Je viens de relire…. J’aime mieux dire que c’est la greffe potentielle d’un nouveau CORPS que la greffe d’une tête.

      Le donneur est mort mais on prend son corps au complet, le receveur lui est toujours vivant avec un cerveau en activité mais avec un corps dont pratiquement tous les organes sont finis alors on prend un corps sain d’un mort et on le branche à la tête du vivant.

      C’est pas la tête qui est greffée… C’est le corps complet. Comme un coeur qui est donné c’est celui d’une personne décédée là plutôt que de donner son coeur on va prendre le corps en entier ?

      Pourquoi pas alors un corps provenant de plusieurs personnes avec les meilleurs organes et pourquoi pas un corps bionique comme l’homme de six millions ;) ?

      Oui, le donneur n’est pas celui qui donne sa tête mais son corps. Et le receveur est celui avec le nouveau corps et la même tête et le bagage génétique doit être dans le cerveau alors… C’est lui qui prolonge sa vie en s’achetant un nouveau corps fonctionnel.

    • Tiens, moi j’aimerais ça mesurer 6 pieds 5 …

      13 millions, vous dites ? Pas de problème.

    • @JeuneFille

      Ce qu’il faut comprendre, c’est que le corp est ici comme un organe provenant d’un donneur. On ne coupera la tete de personne qui est encore en vie. Par exemple, quelqu’un qui decederait d’un traumatiste cranien et dont le corp est encore en parfait etat pourrait etre rapidement greffe a la tete d’une personne sur la liste d’attente pour cette operation, comme les poumons ou le foie d’une personne morte dans un accident de la route.

      Selon votre logique, il faudrait trouver un nouveau foie au donneur et il manquerait donc toujours un foie quelque part mais le probleme ne se pose pas car le foie est toujours preleve sur un mort.

    • Petite rectification: on ne coupera la tete de personne encore en vie pour lui prelever son corp. Le greffe lui devra bien-sur se faire enlever la tete pour recevoir son nouveau “body”.

    • @pizzaguy : Rien ne laisse supposer que le cerveau cesserait de vieillir sur un corps plus jeune. Les effets de l’âge sont l’accumulation de dommages quotidiens irréparables, ce n’est pas quelque chose qui est contrôlé par le corps (même si un corps qui fonctionne mal va probablement accélérer la dégénérescence).

      Juste pour mettre les choses en contexte, le cerveau atteint son développement maximum vers l’âge de 14 ans, après, il dégénère jusqu’à la mort. Pendant un temps, on croyait que la dégénérescence commençait surtout à partir de 40 ou 50 ans, mais cette idée est maintenant remise en question et on considère que la dégénérescence est plus ou moins continuelle depuis l’adolescence. Donc en supposant que le corps joue un rôle sur le vieillissement du cerveau (et encore une fois cette hypothèse n’est qu’imaginaire), il faudrait greffer la tête sur le corps d’un enfant… et changer de corps chaque fois que celui-ci atteint ses 14 ans!

      L’idée de la régénération est intéressante, mais elle n’est pas applicable au cerveau. Il est possible qu’un jour nous soyons en mesure de reconstruire nos organes à partir de cellules souches, mais ce que nous définissons comme « nous » est avant tout lié à l’état de notre cerveau. Si nous régénérons notre cerveau, alors nos souvenirs, nos idées et notre façon de penser vont disparaître. Dans le meilleur des cas il y aura des similitudes de comportement, mais en gros ce sera le même corps, mais quelqu’un de complètement différent.

      Pour ce qui est d’un corps mécanique, très peu pour moi. La plupart de mes plaisirs de base sont liés au corps. Le sexe, les caresses ou simplement être collé contre celle qu’on aime sont des plaisirs qui nous ne pourrions plus avoir. Le plaisir d’un bon repas perdrait probablement de son sens. S’étendre au soleil, faire un plongeon dans une piscine par une chaude journée d’été, ou au contraire se réchauffer près d’un feu de foyer, tous ces petits moments qui apportent du plaisir disparaîtrait. La vie serait extrêmement terne.

      @snooze : Notre pensée et notre comportement sont influencés par nos émotions, qui elles sont influencées par notre métabolisme et donc par notre corps. En changeant de corps, votre comportement risque fort probablement de changer lui aussi. Votre famille et vos amis risquent de ne plus vous reconnaître. Cela peut être en mieux, peut-être allez-vous être plus heureux, mais cela peut aussi être en pire.

      Quand l’issue est la mort, disons qu’on n’a pas grand-chose à perdre. Par contre, pour quelque chose d’aussi superficiel que la taille, je ne suis pas sûr que cela vaille le coût. Avec 13 millions, on peut s’acheter une Ferrari, un yacht et une superbe maison au bord du fleuve, ce qui impressionne beaucoup plus qu’un 6 pieds 5.

    • @ jaylowblow 13h25

      Moi je ne vois toujours pas comment le greffé va se faire couper la tête sans que celle-ci meure. Même en supposant qu’elle ne meure pas, ça risque d’être assez difficile de rattacher les vertèbres, l’oesophage, les nerfs, les muscles et les vaisseaux sanguins. Ça risque de tenir assez mal.

      Il faudrait que j’assiste à une démonstration sur un volontaire pour que je sois convaincue du concept.

    • Es-ce-que les ”échanges” de tetes sont possibles?
      Exemple: Une lesbienne qui veut avoir l’air + masculine et un homosexuel qui veut avoir l’air + féminin.

    • Si Ron Jeremy décidait de se faire greffer un autre corps, il y aurait un grande chance qu’il se sentent diminué…

    • @JeuneFille

      Comme le mentionne la blogueuse, cela a deja ete fait sur des animaux, notament sur un singe qui a survecu plusieurs heures avec son nouveau corp. Tout ce qui manque est le rattachement de la moelle epiniere et il semble que le probleme sera resolu bientot selon les sources de madame Allard.

    • ils ont encore ben de la misère quand il y a seulement un ou quelques nerfs sectionnés , à remettre le tout en état de fonctionnement , alors une tête complète c est pas demain la veille , depuis quand faites vous dans la science fiction

    • “Qu’en pensez-vous?” J’en pense que la greffe de tête est un projet absolument stupide digne des exactions commises par Mengele et sa bande dans les camps nazis.
      En plus, utiliser des animaux pour ce genre d’atrocité me révulse complètement.
      Au fait, le “bon” docteur White va les trouver où et comment ses donneurs?
      Bon sang que le genre humain vole bas, parfois!

    • Ça fait penser à <> quand les extra-terrestres font des expériences avec des têtes et ils sont en en bobettes dans leur soucoupe!

      Déjà que le truc des condamnés à mort chinois qui servent de banque d’organes pour une industrie, est du point de vue éthique discutable, les progrès des transplantations ne fera que pousser le délire d’une coche de plus. Aux donneurs d’organes, vient se greffer les voleurs d’organes!

    • @jaylowblow,

      je pense que la question de JeuneFille mérite d’être discutée. Parce que rien ne laisse supposer que dans le cas des expériences pratiquées, la tête des animaux tenait toute seule. Qu’ils n’avaient pas placé un carcan et des tiges, etc pour que tout ça tienne le temps de collecter des données sur les résultats.

      Il y a 5 ans je me suis coupé profondément un doigt avec une gouge de sculpture, cela a sectionné quelques nerfs. Après tout ce temps, la sensibilité de ce doigt là où il a été coupé et en amont n’est jamais revenue à l’état normal. Les animaux sont peut-être vivants après une greffe de ce type, mais ils ne parlent pas et ne peuvent pas dire comment ils se sentent.

      J’ai aussi un ami neurochirurgien qui me dit que dans certains cas, des opérations à la colonne vertébrale ne sont pas pratiquées parce que les corrections qu’elles apporteraient au patient sont loin d’être garanties et les inconforts qui résulteraient d’une opération qui ne serait pas totalement réparatrice seraient équivalents ou pire que la situation actuelle du patient. Et là, on ne parle pas d’aller sectionner des nerfs dans la colonne mais d’enlever un kyste. Je pense que cette nouvelle est peut-être sensationnelle pour la presse, mais je pense qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

    • En tout cas, les talibans risquent d’entrer dans la business, parce qu’ils savent faire quand il s’agit de couper des têtes.

    • @piedcoq : La moelle épinière n’est pas des nerfs (axones), mais des neurones. C’est en quelque sorte une partie de ce que comprenons généralement par le mot « cerveau ». Par exemple, beaucoup de réflexes ne sont pas traités par des neurones de la tête, mais bien par ceux de la moelle épinière.

      Par conséquent, il ne faut pas comparer une opération visant à ressouder des nerfs et une autre visant à ressouder la moelle épinière.

    • Juste pour mettre les choses en contexte, le cerveau atteint son développement maximum vers l’âge de 14 ans

      je dirais plus vers l age de 25 ans , après il ne dégénère pas il s optimise , il fait plus avec moins

    • @piedoq : Nous croyons plus à ce que nous avons envie de croire qu’à la réalité…

      Je n’ai pas dit 14 ans au hasard. Le cerveau cesse en moyenne d’augmenter sa masse vers l’âge de 12 ans pour les filles et 14 ans pour les garçons. C’est un fait, pas une opinion.

      Il y a une trentaine d’années, il était généralement admis que cette masse se maintenait jusqu’à l’âge de 30 ans. Ensuite, la dégénérescence commençait lentement et devenait plus rapide avec l’âge. Il était courant de dire que nous commencions à perdre 10 000 neurones par jour à 30 ans, 100 000 à 40 ans et que cette perte continuait à s’accélérer.

      De meilleures connaissances permettent maintenant de dire que la perte de la masse est plus ou moins constante dès 14 ans et que l’accélération qui était constatée avant était en fait due à des facteurs environnementaux. En gros, en vieillissant nous adoptons un comportement « d’adulte » et c’est ce comportement qui accélère la dégénérescence naturelle du cerveau (et du corps en général).

      Donc oui, le cerveau commence à dégénérer à partir de 14 ans. C’est plate pour l’orgueil, mais c’est comme ça.

      Quant à votre hypothèse « d’optimisation », rien n’a été constaté pouvant laisser croire que le cerveau devient globalement plus efficace avec l’âge. J’imagine donc que c’est du wishful thinking.

    • @89170

      Ce n’est pas mon domaine d’expertise mais ce que vous dites ne correspond pas à ce que j’enseigne (à l’Université). J’enseigne plutôt que les différentes régions atteignent leur maximum à des âges distincts. Voir par exemple :

      http://www.nature.com/neuro/journal/v2/n10/abs/nn1099_861.html

    • @youhou : Le contexte était l’hypothèse que le cerveau, s’il était greffé sur un corps plus jeune, pourrait cesser de vieillir. Les détails sur les différentes régions du cerveau ne me semblaient pas pertinents.

      Le cerveau n’est pas mon domaine d’expertise non plus. Je ne suis qu’un informaticien. Un de mes centres d’intérêt est l’intelligence et les émotions artificielles, donc tout ce qui touche aux neurosciences est intéressant pour moi.

      Cela dit, je vais admettre que j’ai un « pet peeve » sur cette manie que les gens ont de prendre leurs désirs pour des réalités et je prends un malin plaisir à m’attaquer à leurs illusions, surtout quand ces illusions peuvent amener à justifier un comportement discriminatoire irrationnel contre les jeunes. La portée de mon commentaire était plus sociale que scientifique.

    • Sincèrement, moi je pense aux deux singes (de Robert White dans les années 70) qui se sont fait endormir, trancher tête et qui se sont réveillé tétraplégique avec le corps d’un autre singe.

      J’espère que ce genre de boucherie ne serait plus acceptée aux comités éthiques des universités.

    • @89170

      Moi c’est mon domaine d’expertise. Et honnêtement, selon mes connaissances, il n’est pas clair que de greffer un cerveau âgé sur un corps plus jeune n’aurait pas comme impact de diminuer drastiquement le vieillissement du cerveau. Par exemple, il est assez bien connu que l’exercice physique chez les personnes âgées diminue de façon importante le vieillissement cérébral. Avec un corps plus jeune, je vois un avantage marqué en ce qui a trait à l’oxygénation du cerveau. etc. Cela reste une hypothèse de travail bien sûr! Pas certain que je vais vivre assez vieux pour voir ça (et j’ai mon Ph.D depuis moins de 10 ans).

      Mais je comprends que vous ayez le gout de ramener les gens sur terre…(par ailleurs)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité