Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard et Valérie Simard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard et Valérie Simard s’intéressent à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 6 mars 2013 | Mise en ligne à 8h47 | Commenter Commentaires (12)

    Les femmes courent !

    course-blogue

    Je cours, tu cours, ils courent… elles courent ! Les femmes sont de plus en plus nombreuses à courir – près d’un demi-million le font au moins une fois par semaine ! -, c’est ce qui m’a incitée à me lancer dans un projet fou, un guide d’accompagnement, avec pour but d’aider les débutantes et les coureuses expérimentées à courir en santé et avec plaisir. Le livre sera disponible en librairie dès demain, 7 mars, tout frais sorti pour souligner la Journée internationale de la femme.

    La course à pied au féminin est un livre qui parle aux femmes, un livre dans lequel elles peuvent se reconnaître et, bien sûr, y trouver la motivation et des réponses à leurs questions. Il était primordial pour moi d’accorder une place importante aux témoignages de coureuses – certains de ces témoignages sont présentés en exclusivité sur la page Facebook «La course à pied au féminin» – afin de bien illustrer toute la diversité de la course au féminin. Certaines trottent, d’autres galopent. Certaines courent un peu, d’autres souvent et passionnément.

    Les lectrices pourront s’identifier à des coureuses de tous horizons, de tous calibres, de tous âges. Les récits d’Achaymaa, d’Annie, de Josée, de Nathalie, de Mélanie, de Lysanne, d’Emmanuelle, de Yolande, de Gabrielle et de Jennifer sont particulièrement inspirants, touchants. Des témoignages de coureuses connues ? Quelques-uns, celui de Luce Dufault, de Caroline Allard, de Sophie Desmarais et d’Alexandra Diaz. Quelques témoignages de coureuses élites aussi qui pratiquent la course à pied autrement, via le triathlon, la course à obstacle ou le canicross.

    Ceci dit, les femmes courent-elles différemment des hommes ? Du point de vue biomécanique, pas vraiment. Pour le reste, les différences abondent ! Les femmes passent à travers diverses étapes de leur vie qui modulent leur corps et influencent l’entraînement : l’adolescence, le cycle menstruel, la grossesse, la ménopause… et se posent beaucoup de questions.

    Les menstruations sont-elles signe d’une baisse de performance ? Est-ce que la course à pied prévient le cancer du sein ? En quoi le port régulier de talons hauts peut nuire à la course à pied ? Est-ce que courir provoque la descente d’organes ? La course à pied peut-elle blesser la poitrine ? Peut-on courir si on souffre d’ostéoporose ? Qu’est-ce que la triade de la sportive ? Jusqu’à quand peut-on courir lors d’une grossesse ? Comment trouver du temps pour courir entre les enfants et un boulot exigeant ? Voilà quelques exemples de questions auxquelles je tente de répondre le plus clairement possible. La marathonienne Jacqueline Gareau a généreusement accepté de signer la préface.

    À toutes, bonne lecture, bonne course et bonne Journée de la femme vendredi !


    • Les femmes courent : elles courent pour aller porter les petits à la garderie et arrivé à l’heure au travail, elles courent pour aller chercher les enfants à temps à la garderie, elles courent pour faire le souper, le lavage, la vaisselle, etc.

    • J’ai hâte de vous lire! J’ai commencé la course à pied l’été passé et j’ai l’intention de m’inscrire à quelques épreuves de 5 km et 10 km cet été encore. Je suis dans une passe de manque de motivation/restants de grippe, mais avec votre livre et le retour du printemps, la motivation risque de revenir.

    • Voilà maintenant 3 ans que je fait de la course à pied. Je cours hiver comme été et je ne saurais m’en passer. L’été dernier, j’ai reçu un diagnostic de cancer du sein à 40 ans. Si la course ne m’a pas empêchée d’avoir un cancer, elle m’a aidée à passer au travers! Car oui, j’ai continué de courir, même pendant les traitements de chimio et de radio (qui s’achèvent d’ailleurs). Evidemment, le rythme n’était pas le même, les sorties étaient plus courtes aussi. Mais rien de tel qu’un petit jogging pour s’aérer la tête et refaire le plein d’énergie! Et puis on est tellement fier des résultats aussi! C’est avec plaisir que je lirai votre livre!

    • Je connais des gens qui ont commence a courir et apres un temps, ils arretent. Ils ont mal aux genous. La natation est bien meilleure.

    • Mh88888 vient de marquer un point. Les fins connaisseuses en physiologie ne courent pas. Ça magane trop les genoux. Il ne faut pas hypothéquer nos genoux, nos hanches etc. Le vélo est davantage conseiller que la course, ça pèse moins. La natation est idéale. Le ski excluant bosses (ect) Je connais un Docteur qui a couru une bonne partie de sa vie avec des poids et il a dû se faire installer des hanches, des ménisques etc Marcher oui mais courir c’est risqué n’importe quel physiatre vous le dire. Même sur un tapis c’est pas bon. C’est pas encore connu ça va l’être dans 10-15 ans. Soyez visionnaires.

    • Évidemment mieux vaut courir que rien faire. Je voulais dire : s’il y a une possibilité de choix qui s’offre à la femme elle doit choisir le plus rationnel et non le choix du look.

      J’ai une voisine qui jog. Une vraie psychologue et elle veut que tout le monde le sache. Je m’amuse avec elle en lui disant : « petite marche de santé c’est bien » elle me répond tout le temps nanon je cours, je cours. Faque je continue. Quand je l’a vois pour aller jogger, je lui dit : Temps idéal pour votre marche et elle continue à dire qu’elle coure. Elle ne passera pas au travers de moi. De ses genoux peut-être mais pas de moi. Surtout que j’adore les psychologues.

      Elles sont si certaine d’êtres ô si supérieures. Cela me fait bien rire.

    • Je préfère marcher, c’est moins dur pour les genoux; disait mon kiro.

    • @respectable

      Pauvre voisine, je la plains. Si votre anecdote est véridique bien sûr, ce dont on peut douter comme d’habitude.

    • @angeleyes : J’aimerais que mon histoire ne soit que pure fabulation. Imaginez d’avoir une psychologue comme voisine qui tient mordicus que toute la planète sache qu’elle coure. Mon autre voisin veut utiliser les frais commun pour engager zoom médias pour mettre des affiches partout dans le complexe l’a montrant en train de courir. Ce dont je ne suis pas d’accord. N’oubliez pas que je ne l’ai jamais vu courirr dans rue. Je l’a vois quand elle part et quand elle revient. Mon cerveau refuse de croire qu’elle coure. Genre de bloquage. Et elle au lieu de m’aider elle continue à marteler qu’elle coure. C’est insupportable pour moi. Surtout que l’été s’en vient. Je dois me préparer psychologiquement peut-être à la voir courir (enfin!). Ouf!

    • Courir est mauvais pour les genoux si vous pratiquez le sport sans respecter vos limites, sans une progression appropriée. Et puis, chez les femmes, la course à pied est particulièrement intéressante parce qu’elle sollicite les os et qu’elle améliore la densité osseuse et aide à prévenir l’ostéoporose, ce que ne fait pas le vélo et la natation (ou très peu). D’ailleurs plusieurs coureurs ont même moins d’arthrose du genou !

    • @respectable

      “Mon autre voisin veut utiliser les frais commun pour engager zoom médias pour mettre des affiches partout dans le complexe l’a montrant en train de courir. Ce dont je ne suis pas d’accord.”

      Vous croyez vraiment que quelqu’un va croire ça ?

    • @respectable,

      C’est comme suer… il ne faut surtout pas laisser perler des gouttes d’eau le long de notre corps, tout d’un coup que l’on pourrait affiner son corps et, par le fait même, remonter l’estime personnelle.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité