Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard et Valérie Simard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard et Valérie Simard s’intéressent à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 4 mars 2013 | Mise en ligne à 12h29 | Commenter Commentaires (5)

    Le pessimisme, c’est la santé !

    Le bonheur, c’est la santé. On ne cesse de le répéter. Plusieurs études scientifiques vont d’ailleurs dans ce sens: l’optimisme fait vivre plus longtemps, éloigne les maladies cardiaques, aide à tolérer la douleur, etc.

    Par exemple, les aînés qui se disent heureux ont un risque de 35 % moins élevé de mourir dans les 5 prochaines années que leurs pairs éternels mécontents, selon une étude britannique publiée en 2011 dansla revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Selon les Français, le rire est le moyen le plus efficace de rester en bonne santé : 94 % d’entre eux croient que le rire a un effet majeur sur leur santé psychologique, selon les données d’un récent sondage.

    Au Québec, nous sommes particulièrement heureux. Une bonne nouvelle ? Pas selon des chercheurs allemands qui, à leur grande surprise, sont arrivés à la conclusion que les aînés pessimistes vivent plus longtemps et en meilleure santé !

    Les chercheurs de l’Université Friedrich-Alexander de Nuremberg se sont basés sur les données d’une étude multidisciplinaire à grande échelle (30 000 personnes) de 1993 à 2003. Selon les données obtenues, les personnes âgées les plus inquiètes face à leur avenir ont 10 % moins de risques de décès et de voir leur état physique se dégrader.

    Les explications tournent autour du mode de vie. L’optimiste se penserait à tort invincible. Le pessimiste consulterait davantage les professionnels de la santé, vivrait moins de déceptions, il serait plus cultivé et plus lucide, selon l’auteur Jean-Marie Paul. On parle d’aînés pessimistes, mais que penser des jeunes pessimistes ? Ont-ils une meilleure santé ? Pas certain.

    Plus on vieillit, plus on est pessimiste… et plus on vieillit.

    Bien sûr, il faudra attendre que d’autres études confirment ou pas ces résultats. En attendant, cette étonnante découverte peut nous porter à réfléchir sur cette incessante quête de bonheur… Selon vous, l’importance du bonheur avec un grand B est-elle surévaluée aujourd’hui ?


    • “les aînés qui se disent heureux ont un risque de 35 % moins élevé de mourir dans les 5 prochaines années que leurs pairs éternels mécontents”

      Vous inversez pas la cause et la conséquence là? Me semble que je serais pas mal moins heureux si, mettons, j’avais un cancer qui allait me tuer d’ici 5 ans. C’est peut-être pas d’être heureux qui augmente vos chances de vivre, c’est peut-être d’avoir de basses chances de vivre qui vous rend malheureux.

      Je dis ça juste de même…

    • Gardez votre pessimisme…

      C’est le doux cynisme qui nous aide à rester en santé!

    • ..Le bonheur, c’est de gagner au 6/49 le samedi alors que tu viens de te faire sacrer dehors le vendredi. C’est arrivé à quelqu’un que je connais et vous n’imaginez pas la largeur du sourire. :-)

      Vous avez dit «bonheur»? Mets-en!!
      Et moi, c’est la tronche de son ex-patron que j’aurais aimé voir.

    • Si ce que vous dites est vrai, on peut s’attendre à ce que les chômeurs canadiens et les assisté sociaux québécois vivent très longtemps.

    • Ma théorie : le bon dieu n’en veut pas des chialeux! Alors il les garde sur la Terre aussi longtemps que possible!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité