Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard s’intéresse à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 24 janvier 2013 | Mise en ligne à 12h56 | Commenter Commentaires (5)

    Blues du lundi : une invention !

    Photo, Martin Chamberland

    Photo, Martin Chamberland

    Janvier n’est pas particulièrement jojo pour le moral. On peste contre le froid extrême (particulièrement cette semaine!), contre le manque de luminosité, contre les comptes des cadeaux de Noël à payer, contre les kilos en trop qu’ont laissés les festins des Fêtes, contre le rhume et la gastroentérite particulièrement virulents. Pas de quoi fêter !

    Avez-vous été particulièrement déprimé ce lundi ? Le troisième lundi de janvier – le 21 janvier cette année – serait la journée la plus déprimante de l’année. On l’appelle le «Blue Monday» (ou blues du lundi), selon le concept mis de l’avant par le psychologue britannique Cliff Arnall. Il a fait un calcul… qu’il prétendait scientifique, mais qui ne tient aucunement la route en mathématiques. Pourtant, année après année, plusieurs médias en font une nouvelle et reprennent l’expression et le concept. On donne même des trucs pour combattre ce pic de déprime de 24 h !

    Tous déprimés la même journée ? Allons donc ! En fait, ce fameux «Blue Monday» serait un bon coup de publicité, puisque le psychologue en question a été payé par l’agence de voyage SkyTravel en 2005 pour mousser ses ventes. Certains s’insurgent du fait que c’est un manque de respect pour ceux et celles qui vivent véritablement un épisode de dépression, saisonnière ou pas.

    L’équation du psy est farfelue. De la pseudo-science. Il a fini par avouer que sa formule avait peu de sens (sans toutefois dire que c’était de la frime !). Il a d’ailleurs inventé des formules aussi douteuses pour déterminer quel est le parfait long week-end et quelle est la journée la plus heureuse de l’année… pour le compte d’une marque de crème glacée !

    http://www.guardian.co.uk/education/2005/jun/24/highereducation.uk


    • “Lies, damned lies, and marketing” ;-)

    • Pour ce qui est de l’ensoleillement au Québec les mesures effectuées en Watt par m2 démontrent que c’est Novembre qui est le mois le moins lumineux malgré que les jours soient plus court en Décembre simplement parce que la luminosité dépend surtout du couvert nuageux. Et contrairement aux croyance les mois de Janvier et Février même si il sont très froid apportent une luminosité supérieure à celle retrouvé en Europe pour les mêmes raisons .( Paris et Londres sont dans des cuvettes géographique par très particulièrement ensoleillées) .

      Pour ce qui est de déclarer à partir de données en Angleterre un jour de la dépression pour la planète entière… c’est totalement ridicule puisque dans l’hémisphère sud on est en plein été et que à Rio ils crèvent littéralement de chaleur à 40 C!

      Être en mesure de prédire un comportement s’avère un élément essentiel de la vie en société et fait également partie de l’apprentissage de l’humain. Cro Magnon à son époque a été forcé d’identifier et de choisir la bonne nourriture ou la bonne stratégie. La plupart des comportements humains se répètent et se ressemble. Tous les efforts de fidélisation à une marque jouent sur cette faiblesse et sur la diminution de l’effort qu’il faut faire pour identifier le bon produit, une dépense importante en temps et énergie que la civilisation et le marketing ont rapidement comblé. Mais comme le posait il y a quelques jours le blogue chronique science (JFCliche), un trio de chercheurs en psychologie à démontré que les humains sont terriblement mauvais pour prévoir la nature et, surtout, l’ampleur des changements qui les transforment ou les affectent.

      Prédire ce genre de chose à partir d’une simple équation ( probablement du genre régression linéaire conventionnelle ou une table statistique ) me semble effectivement une lubie mais derrière ce fait apparemment banal se cache une réalité bien plus intéressante.

      On en est plus à ces méthodes dépassées ( statistiques, régression linéaire , prospective , analyse marketing, sondages) depuis le développement des outils internet et des transactions en ligne et si le terme «analyse prédictive» ne vous dit rien ceux qui savent ce que c’est, en savent beaucoup plus que vous pensez sur vous !

      L’analyse prédictive ( nom de code ibm: BIG DATA ) englobe une variété de techniques issues des statistiques, d’extraction de données et de la théorie des jeux qui analysent des faits présents et passés pour faire des hypothèses prédictives sur des évènements futurs. Les modèles prédictifs exploitent des schémas à l’intérieur des ensembles de données historiques et «transactionnels en temps réels » et celle dérivées acquis des «réseaux sociaux» pour identifier les risques et les opportunités d’affaire, les motifs de comportement ou d’actions politiques ou répressives. L’analyse prédictive est utilisée en actuariat, dans les services financiers, l’assurance, les télécommunications, le commerce de détail, le tourisme, la santé, l’industrie pharmaceutique et bien d’autres domaines encore. L’augmentation de la vitesse des ordinateurs, des systèmes de modélisation peuvent maintenant simuler le comportement humain en réponse à des stimulus ou à des scénarios dans un environnement de simulation appelés analyse d’Avatar ! À l’opposé des modèles prédictifs qui se concentraient sur la prédiction d’un seul comportement de client (tel que le risque client), les modèles descriptifs actuels identifient plusieurs relations entre les clients ou entre produits.

      Sur les sites de IBM on retrouve des exemples qui expliquent l’intérêt pour ces nouveaux outils, par exemple la banque «First Tennesse» a obtenu un rendement sur son investissement de 600 % en utilisant l’analyse prédictive pour mieux cibler les besoins de ses clients actuels et futurs.
      Si l’expression « analyse prédictive » ne vous dit toujours rien, un article sur le sujet a été publié par le New York Times récemment sur la manière dont les compagnies apprennent maintenant les secrets des consommateurs.
      Un homme se présente dans un grand magasin dans les environs de Minneapolis et demande à voir le gérant. « Ma fille de treize ans a reçu des coupons rabais par la poste! Elle est seulement à l’école secondaire et vous lui envoyez des coupons pour du matériel de bébé ! Le responsable statistique du magasin en analysant les habitudes d’achat par les méthodes d’analyse prédictives (plus de lotions hydratantes, de suppléments de zinc et de calcium par exemple), avait réussi à déterminer assez précisément le mois au cours duquel la naissance d’un bébé était prévue. Le hic c’est que la jeune femme bel et bien enceinte n’avait pas encore trouvé le moyen d’en informer son père !

      Dans le domaine de la santé l’analyse prédictive sert à déterminer d’avance quels sont les patients susceptibles de développer des maladies telles que le diabète, l’asthme, les maladies cardiaques, dépressions, et d’autres affections potentiellement dangereuses, devinez pourquoi ! Les modèles prédictifs effectuent même souvent des calculs en temps réel durant les transactions en ligne, pour évaluer le risque pour un client donné.

      Bien sûr depuis décembre même les mayas peuvent peut être aller se rhabiller pour la prédiction, et tout ce charabia était bien théorique et surtout pour les autres, mais l’analyse prédictive «BIG DATA» m’est apparu concrètement en pleine face il y a quelques mois alors qu’en ouvrant le compte de banque électronique une nouvelle option budget s’était ajouté, en cliquant je fus surpris de voir que le système avait ajouté à une tarte de dépenses une case «soins animaux», que j’e n’ai jamais pensé avoir sur mon budget … le système avait calculé automatiquement directement à partir des transactions bancaires de débit et de crédit le montant exact à quelques sous près des dépenses à partir de paiement de factures pour animaux chat et chien incluant les frais de vétérinaires, magasin de bouffe animale etc.

      Combien de gens réalisent que leur institution financière sais beaucoup mieux qu’eux même ce qu’ils ont dépensé ce mois-ci pour leurs animaux domestiques!» …

      Mais la vrai question que je me pose : est-ce que ma banque et tous les fournisseurs qui y sont associés qui savent mieux que moi ce que je dépense par mois pour mon chat…. ne s’intéressent-ils vraiment seulement qu’à mon chat?

    • @mononke
      Quel texte !!
      En théorie, la banque ne peut pas partager sans votre consentement cette information avec Mondou, le magasin pour animaux, par exemple. Il y a des lois sur le partage d’information personnelle. Mais en Amérique du nord, elles sont moins restrictives qu’en Europe. On l’a vu avec Google et ses caméras pour Google Maps. Ca a été plus ardu d’avoir les autorisations de “mapper” les rues.
      Je crois que le “service” d’analyse donné par les banques est un outil marketing (encore lui) pour attirer la clientèle.
      Mais je vois d’un plus mauvais oeil les cartes de fidélisation comme la carte Métro Plus (?). Les informations qu’elles compilent sont jugées moins “sensibles” même si on rencontre certaines dérives comme la jeune file enceinte. J’espère qu’elles suivent les lois sur le partage d’information. Certains employeurs pourraient être tentés de faire des “spot check” du genre “Combien de bière achète-t-il par semaine ?” Ou plus tordu: Natrel qui vérifie que ses employés n’achètent pas du lait Lactantia !!

    • Une vérification informelle auprès d’un ami qui travaille dans le système de santé pour le mois noir Novembre indique une augmention des consultation pour dépression durant ce mois… apréhensin des rencontre de Noel qui ne sont pas joyeuses pour tous ou température … qui sait…

      @gl000001

      Je pensais également a ”Capitalos unos” (le meilleur des deux mondes ?)et ”Ère Mal” pour éviter de les nommer qui dans leur contrats signés ont surement dans les petits caractères totalement illisibles en arrière un article du genre , «j’autorise la cie à utiliser les données comme bon lui semble e….et je décharge toute responsabilité etc» ce genre de contrat ont des clauses contradictoires ou une dit le contraire d’une autre ce qui semble curieusement normal en droit !

      Et je suis sur que la pharmacie ( no de condoms) et le motel ( nombre de réservations ) et le détenteur dela carte de crédit savent mieux qu’une épouse qui ne se doute de rien, combien un mari à trompé sa femme dans le mois !

    • @mononke
      En effet. Il n’y a pas de loi qui les force à être “éthique” . On l’a vu avec les jus Oasis récemment.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité