Le blogue santé

Archive du 6 décembre 2012

Jeudi 6 décembre 2012 | Mise en ligne à 13h30 | Commenter Commentaires (13)

Mon psy, bientôt gratuit ?

Photos.com

Photos.com

Êtes-vous pour ou contre la gratuité des services d’un psychologue en bureau privé ?  Le commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois, recommande la gratuité pour le traitement des cas d’anxiété et de dépression.

Dans son rapport Pour plus d’équité et de résultats en santé mentale au Québec publié mercredi, il déplore le système actuel «à deux vitesses», inéquitable envers les personnes plus démunies et ceux qui n’ont pas d’assurances collectives. Dans les hôpitaux et les clsc, les délais sont souvent longs. On parle de plusieurs mois. Pour quelqu’un qui se porte mal, cela peut être interminable. Ces délais «peuvent avoir des conséquences importantes pour la clientèle déjà vulnérable, dont le risque de chronicité et le risque suicidaire», dit-on dans le rapport.

On en parle ici, ici et ici.

Il serait certes coûteux de couvrir les frais de psychothérapie par l’assurance-maladie, mais cela s’annulerait. Les coûts qu’entraînent les problèmes de santé mentale étaient estimés à 6 milliards $ au Canada l’an dernier. Au privé, une séance coûte au bas mot 80 $.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a réagi positivement au rapport. Il demandera à l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) de lui fournir une analyse coûts-bénéfices avant de prendre une décision.

La présidente de l’Ordre des psychologues du Québec, Rose-Marie Charest, se réjouit de cette proposition. «C’est une très bonne nouvelle, a-t-elle affirmé au Soleil. C’est une recommandation qui est soutenue par la grande majorité de la population. Ça va permettre de diminuer la souffrance que vivent de nombreuses personnes et leur famille. On entend souvent dire que les gens ne sont pas portés à consulter pour un problème de santé mentale. La raison première est la barrière que représentent les coûts. La psychothérapie est un traitement qui fait consensus.»

La Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM) salue les résultats de la vaste consultation et les recommandations qui s’inscrivent en cohérence avec la « loi du gros bons sens », a-t-on annoncé jeudi par communiqué. «Malgré la pertinence des recommandations, si la volonté politique n’est pas présente, il s’agira encore une fois de vœux pieux.»

Une personne sur cinq risque d’être atteinte d’un problème de santé mentale dans sa vie. Mais la majeure partie de la population n’a pas accès aux psychologues. Pourtant, le Québec compte déjà le plus grand nombre per capita au Canada : 95 psychologues pour 100 000 habitants.

Les visites chez le psy devraient-elles être couvertes par le gouvernement ?

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité