Le blogue santé

Le blogue santé - Auteur
  • Sophie Allard

    À l’affût des dernières découvertes et tendances en matière de santé, Sophie Allard s’intéresse à tout ce qui permet de conserver un esprit sain dans un corps sain.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 décembre 2012 | Mise en ligne à 9h01 | Commenter Commentaires (4)

    Kate: fœtus star, grossesse sous pression

    AFP

    AFP

    Le prince William et son épouse Kate ont annoncé lundi qu’ils attendaient leur premier enfant. La nouvelle a rapidement fait le tour du monde entier et réjoui les sujets britanniques. Le premier ministre David Cameron a félicité le célèbre couple, tout comme le président américain Barack Obama.

    La bonne nouvelle a rapidement fait place à l’inquiétude, puisque la duchesse de Cambridge a dû être hospitalisée à l’Hôpital King Edward VII. Dans certains médias, on a parlé de nausées matinales. En fait, elle souffre d’hyperémèse gravidique (hypermesis gravidarum). Il s’agit de nausées et de vomissements sévères qui peuvent menacer la santé de la mère et du bébé, en raison d’une perte de poids et de déshydratation.

    Cette complication de grossesse, qui survient lors du premier trimestre, environ 1 % des femmes, alors que plus du tiers femmes enceintes ont des nausées matinales. Une fois le pire passé, les femmes qui ont souffert d’hyd’hyperémèse gravidique peuvent être plus stressées que les autres, avoir des sentiments dépressifs. La duchesse se porte mieux.

    Déjà une star, le futur héritier a fait la une de tous les journaux au Royaume-Uni. On spécule sur le prénom du bébé (Diana, James, Mary, George, Elisabeth?), on lance de faux comptes twitter du fœtus princier et on parle déjà de succession au trône. Les règles de succession ont été modifiées l’an dernier, lors d’une entente informelle entre les dirigeants du Royaume-Uni et d’anciennes colonies. La disparition du principe de primauté masculine permettra (si le projet de loi est accepté) au premier-né du prince William de devenir monarque, fille ou garçon.

    Mais, a-t-on oublié un fait important ? Le bébé n’est pas encore né et la grossesse n’est pas toujours rose bonbon ! Kate Middleton doit accoucher à la fin du printemps, la grossesse est encore précoce, même pas douze semaines. Elle est toujours hospitalisée.

    Comme le souligne la psychologue Laure Camborieux sur le blogue du Nouvel Observateur, le duchesse vivra sa grossesse avec, on suppose, beaucoup de pression. Médiatisée, elle devra jouer les femmes enceintes épanouies, malgré la fatigue, les pépins. On attend beaucoup d’elle, de son petit. Quelles conséquences psychologiques sur la future maman ? Et si ça ne tourne pas rond ? L’accusera-t-on d’avoir privé les sujets britanniques d’un futur roi ?

    La grossesse n’est pas une maladie, au contraire, mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas toujours un conte de… princesse !


    • Sous pression? Tout à fait. Surtout que Kate n’a pas l’air très très fertile.

    • “le duchesse vivra sa grossesse avec, on suppose, beaucoup de pression. Médiatisée, elle devra jouer les femmes enceintes épanouies, malgré la fatigue, les pépins. On attend beaucoup d’elle, de son petit. Quelles conséquences psychologiques sur la future maman?”

      Ma foi, Kate Middleton a choisi cette vie en épousant le prince Charles. Elle connaissait très bien tout ce que ça impliquerait. La pire pression ne viendra pas du public, mais de la famille royale elle-même!

      Je ne l’envie pas. La monarchie, le titre de Duchesse, ce n’est pas si rose bonbon qu’on le croit. Comment à peine 30 ans alors qu’on vient déjà d’une famille riche peut-on choisir de vivre dans un milieu aussi protocolaire, aussi conservateur, aussi rigide? Elle a déjà perdu sa liberté, et quand une fois devenue mère de famille, elle s’en rendra compte et se tapera une belle dépression.

      Triste.

    • C’est malheureusement le prix à payer pour avoir marié son prince. Je ne voudrais pas de cette célébrité pour rien au monde mais il faut avouer qu’elle a déjà fait son choix.

      Elle ne sera pas la première femme enceinte à vivre des difficultés et des complications. Comme toutes les autres, elle devra faire avec ce que la vie lui envoie. Bien sûr, il y aura toujours des gens pour lui reprocher certaines choses. Elle aura à s’y faire aussi. Comme on fait son lit, on se couche.

      Ceci dit, je suis bien contente pour le couple princier et leur souhaite que l’HG de la duchesse rentre dans l’ordre rapidement.

    • ..«Médiatisée, elle devra jouer les femmes enceintes épanouies, malgré la fatigue, les pépins.»
      ++++

      Quand je lis de trucs pareils, mes oreilles n’en croient pas mes yeux. Comme le disait si bien René Lévesque: «Y’a toujours bien un sacré bout». Grossesse princière ou pas, il me semble que l’on devrait avoir la décence de lui ficher la paix. «Jouer la femme épnouie….». Non mais qu’est-ce qu’il ne faut pas lire. Un coup parti, pourquoi ne pas ressusciter la fonction de «Curateur au ventre» et retomber dans le Moyen-âge?

      Pauvreduchesse. Je lui souhaite bien de la patience et du courage. Et un prince avec de la «colonne». Elle va en avoir besoin.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    D L Ma Me J V S
        oct »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité