Le blogue santé

Archive, décembre 2012

Jeudi 20 décembre 2012 | Mise en ligne à 11h30 | Commenter Commentaires (15)

Quelles sont vos résolutions santé ?

Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

C’est la tradition. Après les excès du temps des Fêtes, on prend des résolutions santé… année après année. On ne les tient pas toujours. Avez-vous en tête des résolutions santé que vous souhaitez prendre en 2013 ? Faire plus d’exercices, diminuer vos sorties au restaurant, vous concocter des lunchs santé, couper le sucre et\ou marcher pour aller au boulot ?

Partagez vos idées. Qui sait, ça nous incitera peut-être à faire comme vous !

D’ici là, le blogue Santé fait relâche et ce, jusqu’au 8 janvier.  Mais pas le cahier Santé, qui sera publié dans l’édition de La Presse du 27 décembre. Vous pourrez alors répondre à notre jeu questionnaire sur la santé en 2012.

Je vous souhaite de très joyeuses Fêtes, du plaisir en famille, du repos et surtout de la belle neige pour vous amuser dehors autant que vous le pourrez.

Santé !

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






Mercredi 19 décembre 2012 | Mise en ligne à 14h49 | Commenter Commentaires (11)

Newtown: le réconfort par les chiens !

AP

AP

Au lendemain de la terrible fusillade survenue vendredi dernier à Newtown au Connecticut, une escouade spéciale a été déployée au sein de la petite ville : dix golden retriever ! Leur mission: apporter du réconfort aux survivants de la tuerie, aux proches des victimes (au nombre de 28) et à tous les résidents de Newtown immanquablement touchés par le drame.

Organisme de charité chapeauté par Lutheran Church Charities, K-9 Comfort Dogs compte une soixantaine de chiens, tous des golden retrievers ! Les chiens sont habituellement utilisés pour visiter les patients dans les hôpitaux et les résidents de centres pour personnes âgées dans la région de Chicago. Ils ont fait le périple jusqu’à Newtown.

Au contact des animaux, on sait que le stress est réduit chez les enfants autistes, tandis que les personnes âgées récupèrent mieux après une chirurgie, rappelle-t-on sur livescience.

En dépêchant des chiens à Newtown, on souhaite créer un pont avec les intervenants, aider les gens à s’exprimer, à se confier, ou tout simplement, à vivre un peu de douceur dans cet horrible cauchemar. Les «intervenants canins» ont visité l’église, ils ont participé avec les jeunes à des activités, rapporte le Chicago Tribune.

Le programme K-9 a vu le jour en 2008, à l’Université Northern Illinois, après une fusillade faisant cinq victimes parmi les étudiants. Des propriétaires de chiens ont décidé de se promener sur le campus pour réconforter les étudiants. Avec succès. Plus récemment, ils ont aussi visité les victimes de l’Ouragan Sandy.

Une belle idée, non ?

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Archives, Lapresse.ca

Archives, Lapresse.ca

L’intimidation chez les enfants n’a rien de bon, on le sait. Les victimes (et intimidateurs) souffrent davantage de dépression que les autres élèves. Les risques de décrochage scolaire, d’automutilation et de tentative de suicide sont augmentés. On savait déjà qu’il y a un impact réel sur le cerveau.

Ça va plus loin : des chercheurs montréalais suggèrent maintenant que l’intimidation chez les enfants va jusqu’à changer la structure entourant un gène impliqué dans la régulation de l’humeur, nous apprend ce mardi un communiqué du Centre d’études sur le stress humain (CESH) de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Dans une étude publiée dans Psychological Medicine, Isabelle Ouellet-Morin et ses collègues du Centre d’études sur le stress humain avancent que les petites victimes subissent, au fil du temps, un dérèglement de la réponse à un événement stressant. L’environnement peut donc changer les gènes qui sont… muables. Les chercheurs ont comparé des paires de jumeaux dont un avait été victime d’intimidation, et l’autre pas.

Lors d’une étude précédente pour l’Institut de psychiatrie de Londres, la chercheure montréalaise avaient montré que les enfants victimes d’intimidation sécrétaient moins de cortisol (hormone du stress), mais présentaient plus de problèmes d’interactions sociales et de comportements agressifs. Or, ses nouveaux travaux révèlent que cette diminution de cortisol survient deux ans après la modification génétique affectant la régulation de sérotonine, liée à l’humeur.

Peut-on renverser les effets psychologiques de l’intimidation par des interventions et du soutien offert aux enfants ? Voilà une piste de recherche intéressante, souligne la Montréalaise.

En savoir plus sur l’intimidation : ici.

Qu’en pensez-vous ?

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité