Québec cité

Québec cité - Auteur
  • Le blogue de la capitale

    Québec se développe. Mais comment? Nos journalistes vous invitent à échanger sur les sujets de l’heure touchant la vie dans la capitale.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 23 octobre 2013 | Mise en ligne à 12h26 | Commenter Commentaires (8)

    Une bibliothèque dans une église

    La nouvelle bibliothèque Monique-Corriveau est l'oeuvre des architectes Dan Hanganu et Côté, Leahy, Cardas. (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

    La nouvelle bibliothèque Monique-Corriveau est l'oeuvre des architectes Dan Hanganu et Côté, Leahy, Cardas. (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

    Stéphanie Martin

    Ce n’est pas tous les jours qu’on déménage une bibliothèque, encore moins pour l’installer dans une église.

    Depuis quelques semaines, ça bouge autour de la bibliothèque Monique-Corriveau. On déménage les collections qui quittent l’édifice de la rue Roland-Beaudin pour celui de la route de l’Église.

    Ceux qui passent régulièrement dans le secteur ont vu la transformation s’opérer depuis 2012 sur l’ancienne église Saint-Denys-du-Plateau. L’édifice religieux, conçu en 1963 par l’architecte Jean-Marie Roy, a été rénové dedans comme dehors, tout en conservant sa forme caractéristique, y compris son clocher rectiligne qu’on a craint de perdre après qu’il eut été endommagé par les intempéries il y a deux ans. Un bâtiment vitré y a aussi été adjoint à l’arrière.

    De facture résolument moderne, la bibliothèque a été aménagée selon les plans des architectes Dan Hanganu et Côté, Leahy, Cardas. Elle mise sur la fluidité, la transparence et des ambiances propices à la lecture.

    Un projet de 17 millions $ qui se concrétise finalement après des années de reports et de rebondissements.

    La nouvelle bibliothèque Monique-Corriveau, que la Ville de Québec promet à la fine pointe de la technologie, sera ouverte au public le 30 novembre. En attendant de pouvoir découvrir son hall, son café, son aire d’exposition, son jardin intérieur, ses allées, que pensez-vous de son allure extérieure ?


    • Bonne idée. En plus, ce qu’ils ont fait au point de vue architectural est plutôt bien. Vivement qu’ils améliorent l’aspect visuel de certains coins de la ville, genre l’extrême ouest de Charest.

    • Bien beau! Ça va faire du bien au secteur aussi cet agrandissement.

    • Plutot bien.

      Quelqu’un sait ce qu’ils vont faire avec l’ancien édifice sur roland-beaudin?

    • Petit pincement au coeur puisque j’allais régulièrement à l’”ancienne” bibliothèque au début des années 70… Mais je dois avouer que cela répond à la question que je me posais: comment fait la bibliothèque pour ne pas avoir eu à s’agrandir depuis si longtemps?
      Excellente idée de se servir de cette ancienne église: non seulement le lieu est superbe, mais en plus, on ne change pas les habitudes de personne en ne se déplaçant que d’un coin de rue…

    • Honnêtement… on dirait que le toit de cet édifice vient de s’effondrer!

    • Ce que je pense de son allure extérieure? Si je regarde le projet “en surface”, je trouve que les architectes ont fait une bonne job de donner un “look” jeune et contemporain à un bâtiment brun terne, aux formes droites et laides.

      Si j’examine ce dossier plus en profondeur et que je n’arrête pas mon regard simplement aux”apparences”, je vois des taches sombres sur ce tableau aux allures transparentes et pures. Tout d’abord, je ne suis pas une nostalgique. Je n’avais donc aucun attachement à la vocation d’église du bâtiment. Investir 17 millions $ dans ce projet de béton, de fenêtres miroirs et de matériel “à la fine pointe”me questionne. Surtout quand je sais ce qui se passe avec les employés de cette même bibliothèque…

      Il y a quelques mois à peine, la Ville de Québec a décidé que les services offerts dans les bibliothèques seraient désormais offerts par “sous-traitance”. Le projet de la bibliothèque Monique-Corriveau est ben beau en surface, mais je vous assure que les employés de cette bibliothèque, eux, ont le coeur gros. Ils ont l’impression – et peut-être ont-ils raison – que notre maire a choisi d’investir dans le “matériel” plutôt que dans “l’humain”.

      Cet été, tout le personnel temporaire occasionnel employé dans une bibliothèque par la Ville de Québec a été avisé que leurs contrats ne seraient plus renouvelés. Tous, sans exception. La Ville a décidé, comme ça été le cas pour d’autres secteurs d’emploi dans les dernières années, de passer par un sous-traitant pour offrir les services dans les bibliothèque. C’est environ 50% des employés des bibliothèques qui ont été touchés par cette mesure. C’est énorme. Pourtant, le maire n’en parle pas. Pour lui, c’est probablement de la gestion efficace. ll va enfin pouvoir remplacer le service personnalisé, par des machines. Une machine ça fait ce qu’on lui dit, tout de suite. Ça n’a pas d’attentes. Ça ne demande pas d’être traité de façon équitable ou respectueuse. Ça n’a pas d’attentes. Ça obéit. Et quand elle ne marche pas comme on veut la machine, on la remplace par une plus neuve, plus performante…

      Alors, la prochaine fois que vous allez regarder la BMC, dites-vous que les apparences, aussi belles soient-elles, sont parfois trompeuses…

      La nouvelle bibliothèque Monique-Corriveau, que la Ville de Québec promet à la fine pointe de la technologie, sera ouverte au public le 30 novembre. En attendant de pouvoir découvrir son hall, son café, son aire d’exposition, son jardin intérieur, ses allées, que pensez-vous de son allure extérieure ?

    • Ce que je pense de son allure extérieure? Si je regarde le projet “en surface”, je trouve que les architectes ont fait une bonne job de donner un “look” jeune et contemporain à un bâtiment brun terne, aux formes droites et laides.

      Si j’examine ce dossier plus en profondeur et que je n’arrête pas mon regard simplement aux”apparences”, je vois des taches sombres sur ce tableau aux allures transparentes et pures. Tout d’abord, je ne suis pas une nostalgique. Je n’avais donc aucun attachement à la vocation d’église du bâtiment. Investir 17 millions $ dans ce projet de béton, de fenêtres miroirs et de matériel “à la fine pointe”me questionne. Surtout quand je sais ce qui se passe avec les employés de cette même bibliothèque…

      Il y a quelques mois à peine, la Ville de Québec a décidé que les services offerts dans les bibliothèques seraient désormais offerts par “sous-traitance”. Le projet de la bibliothèque Monique-Corriveau est ben beau en surface, mais je vous assure que les employés de cette bibliothèque, eux, ont le coeur gros. Ils ont l’impression – et peut-être ont-ils raison – que notre maire a choisi d’investir dans le “matériel” plutôt que dans “l’humain”.

      Cet été, tout le personnel temporaire occasionnel employé dans une bibliothèque par la Ville de Québec a été avisé que leurs contrats ne seraient plus renouvelés. Tous, sans exception. La Ville a décidé, comme ça été le cas pour d’autres secteurs d’emploi dans les dernières années, de passer par un sous-traitant pour offrir les services dans les bibliothèque. C’est environ 50% des employés des bibliothèques qui ont été touchés par cette mesure. C’est énorme. Pourtant, le maire n’en parle pas. Pour lui, c’est probablement de la gestion efficace. ll va enfin pouvoir remplacer le service personnalisé, par des machines. Une machine ça fait ce qu’on lui dit, tout de suite. Ça n’a pas d’attentes. Ça ne demande pas d’être traité de façon équitable ou respectueuse. Ça obéit. Et quand elle ne marche pas comme on veut la machine, on la remplace par une plus neuve, plus performante…

      Alors, la prochaine fois que vous allez regarder la BMC, dites-vous que les apparences, aussi belles soient-elles, sont parfois trompeuses…

    • @ bazingotcha

      Commentaire pertinent.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité