Québec cité

Mercredi 20 août 2014 | Mise en ligne à 17h00 | Commenter Un commentaire

Des tomates et des petits pois pour embellir la ville

potager

Annie Morin

Pour reconnaître les efforts des pionniers et susciter des vocations, le Réseau d’agriculture urbaine de Québec organise pour la deuxième année le concours «Mon potager en façade».

Des jardiniers ont soumis des photos des aménagements comestibles qui enjolivent leur cour avant ou latérale. L’important, ici, c’est d’être visible de la rue.

Le défi en agriculture urbaine, c’est l’espace. Comme il est limité, il faut bien planifier chaque mètre carré — des fois moins! — et ne pas avoir peur de s’épivarder en hauteur. Et contrairement aux jardiniers des champs, groupe choyé auquel j’appartiens, les jardiniers des villes sont tenus à un minimum d’esthétisme et de propreté.

Certains potagers urbains ont l’air de tableaux de grands peintres, d’autres sont conçus pour le plaisir du ventre avant celui des yeux. Qu’importe, ils embellissent la ville au même titre que les fleurs et les arbustes en plus d’ouvrir une discussion sur l’origine des aliments qu’on consomme.

Les votes sont comptabilisés jusqu’au 22 septembre à 23h59.

Je ne vous dis pas quel potager je préfère… après le mien, bien sûr.

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Lundi 18 août 2014 | Mise en ligne à 15h08 | Commenter Un commentaire

Déjà la rentrée

Accueillir une quarantaine de grands voiliers coûterait environ 10 millions $. (Photo Patrice Laroche, Le Soleil)

Accueillir une quarantaine de grands voiliers coûterait environ 10 millions $. (Photo Patrice Laroche, Le Soleil)

Annie Morin

Les collègues Valérie Gaudreau et Stéphanie Martin ont identifié cinq dossiers qui retiendront l’attention de la Ville de Québec et de son maire Régis Labeaume dans les mois qui viennent.

Ça démarre en lion cette semaine avec la commission parlementaire sur le projet de loi n° 3, Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal. Régis Labeaume sera l’un des premiers intervenants entendus. Il donnera son point de vue déjà largement médiatisé mercredi, pendant que les syndiqués poursuivront leurs manifestations.

Le bulletin de santé du lac Saint-Charles et le rapport de l’étude de faisabilité sur le tramway nous donneront à lire et à réfléchir un peu plus tard cet automne.

Pour ceux qui ont toujours le coeur à la fête, le grand dialogue sur la culture et l’aide fédérale pour le 150e du Canada seront du plus grand intérêt.

Un autre gros projet, piloté celui-là par l’Administration portuaire de Québec, doit également se préciser. Les plans du réaménagement du bassin Louise, attendus depuis 2012, doivent être rendus publics incessamment. (Notez qu’on se garde toujours une petite gêne en l’écrivant car l’échéance est constamment repoussée.) La consultation publique qui doit suivre promet de bons échanges sur fond de Vieux-Québec et d’accès au fleuve Saint-Laurent.

Et vous, quelles sont vos priorités à court terme?

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Vendredi 8 août 2014 | Mise en ligne à 10h32 | Commenter Commentaires (6)

Des corridors pour vélos bien identifiés

Le marquage de la chaussée au coin des rues Rachel et Molson, à Montréal, a coûté 5000 $. (Photo journal Métro)

Le marquage de la chaussée au coin des rues Rachel et Molson, à Montréal, a coûté 5000 $. (Photo journal Métro)

Stéphanie Martin

Si les piétons ont leurs zones de traverse bien identifiées sur la chaussée, pourquoi pas les cyclistes? La Ville de Montréal teste en ce moment une technique de marquage du bitume pour créer des zones réservées aux vélos.

On les appelle les sas à vélos. Ce sont des corridors prioritaires qui permettent aux adeptes du vélo en ville de se déplacer ou d’attendre aux feux de circulation de façon sécuritaire.

Les grandes métropoles comme Vancouver, New York et Paris ont déjà adopté ces corridors colorés. Mais la différence avec le Québec, c’est le climat, qui dans ces villes favorise le maintien en place de la couche de peinture.

Montréal teste depuis un moment diverses techniques pour que la couleur dure plus longtemps qu’une saison, rapporte le journal Métro. On place beaucoup d’espoir dans un nouveau procédé qui consiste à appliquer une couche d’epoxy entre l’asphalte et la peinture verte qui contient du thermoplastique. Pour le sas aménagé au coin des rues Molson et Rachel, il a fallu débourser 5000 $.

Et Québec ? La Ville ne prévoit pas l’aménagement de tels corridors. La rigueur des hivers les met à mal, nous indique-t-on au service des communications. Mais peut-être pourrait-on s’inspirer des expériences de Montréal?

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité