Jean-François Plante

Jean-François Plante - Auteur
  • Jean-François Plante

    Après un passage aux faits divers entre 2002 et 2006, Jean-François Plante assure la couverture quotidienne des différentes équipes de hockey junior et mineur de la région pour Le Droit depuis 2007.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 28 novembre 2012 | Mise en ligne à 23h52 | Commenter Aucun commentaire

    Autriche: Richer fait des «merveilles» avec ses 99ers

    richermario

    Les Olympiques de Gatineau ont peut-être perdu leurs repères au cours des 12 derniers mois dans la LHJMQ, mais cela n’empêche pas leurs anciens membres de briller ailleurs grâce à l’identité qui leur a permis de soulever des coupes du Président dans le circuit Courteau.

    Les 99ers de Graz traversent une heureuse séquence dans le Championnat d’Autriche alors qu’ils partagent le troisième rang du classement général de cette ligue à 12 équipes. Le Thursolien Mario Richer attaque sa deuxième saison à titre d’entraîneur-chef à Graz et l’ancien adjoint de Benoît Groulx n’a pas hésité à piger dans le bassin des Olympiques pour se bâtir une équipe axée sur les habiletés, l’intensité et le caractère.

    L’ex-Olympique, Herbert Hohenberger, lui sert d’entraîneur-adjoint. Olivier Labelle et Jean-Michel Daoust font également partie de ses meilleurs attaquants. Olivier Latendresse, frère de Guillaume des Sénateurs d’Ottawa, est le meilleur compteur de cette fougueuse équipe. Frédéric Cloutier, un ancien des Cataractes de Shawinigan et du Titan d’Acadie-Bathurst est son gardien numéro un.

    Tomas Vanek, vedette des Sabres de Buffalo, a également passé un mois avec l’équipe de sa ville natale de Graz avant la pause de la Fédération internationale de hockey sur glace. Vanek a inscrit 15 points en 11 matches avant de retrouver sa famille aux États-Unis il y a deux semaines.

    Le passage de Vanek à Graz a été infernal selon Richer. «C’était la folie furieuse. Soudainement, tous nos matches étaient présentés à la télévision. Les parties étaient suivies de longues conférences de presse. Tous les arénas que nous avons visités étaient pleins à craquer. La petite routine de notre équipe a été bousculée!», a expliqué Richer dans un échange de courriels.

    Même si les 99ers ont connu une baisse de régime pendant le passage de la fierté d’Autriche (3-3-5), Richer juge que la présence de Vanek a été positive. «Sa présence a permis d’augmenter la popularité du hockey en Autriche. À Graz, il a mis beaucoup de monde dans les estrades. Notre organisation n’est pas la plus riche, ni la plus connue de la ligue. Vanek a permis de nous faire connaître.»

    Quant à l’athlète, Richer a pu apprécier son professionnalisme. «Il avait de bonnes habitudes de travail. Il était très sérieux. Il était engagé envers son sport. Il tenait à gagner. Il était toujours bien préparé.»

    Sur la glace, les 99ers sont en train de terroriser la ligue avec leur style de jeu «nord-américain». Ils mènent la ligue au niveau des pénalités. En 26 matches, ils ont déjà été pénalisés pendant 783 minutes. C’est une moyenne de 30,12 minutes par match! La moyenne de la ligue se situe à 15 minutes par partie. L’équipe la moins punie, Znojmo, a purgé un total 254 minutes de punition cette saison.

    «Je suis entouré de joueurs que je connais mieux cette année. Herbert et moi, on se sert du modèle des Olympiques pour se bâtir une équipe gagnante dans un endroit (Graz) où il n’y avait pas de tradition. Nos joueurs de caractère montrent le chemin aux autres», a lancé Richer lors d’un appel téléphonique la semaine dernière.

    Pour vous donner une idée les affaires vont rondement à Graz, Richer devance largement son ancien club du Red Bull de Strasbourg. L’équipe aux poches profondes est dirigée par Pierre Pagé et elle héberge maintenant les lock-outés de la LNH Derick Brassard, Johnny Boychuk et David Clarkson. Le Red Bull occupe la 9e position du classement général.

    Les 99ers font des merveilles sur la patinoire. Ils bûchent fort. Ils sont intenses. Ils sont intimidants.

    De l’autre côté de l’Atlantique, les Olympiques forment l’équipe la plus punie de la LHJMQ, mais ils se retrouvent en queue de peloton.

    Faut croire qu’il y a une différence entre des punitions liées à la robustesse et celles liées à l’indiscipline. Ce n’est pas parce qu’ils passent beaucoup de temps au banc des punitions que les Olympiques, version 2012-13, sont «tough». Les Olympiques ont toujours eu la réputation d’équipe difficile à affronter. Ce n’est pas encore le cas cette saison.


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité