Jean-François Plante

Lundi 26 janvier 2015 | Mise en ligne à 14h16 | Commenter Commentaires (3)

Le pour et le contre

5339a7c135704095cab52664

Les Olympiques ont gagné un quatrième match sur cinq dimanche contre les Foreurs de Val-d’Or. Le problème, c’est qu’ils n’ont pas encore gagné un seul rang dans cette séquence qu’ils devront vraisemblablement répéter à quelques reprises d’ici la fin de la saison pour se sortir d’impasse.

Il y a du positif et un peu de négatif dans la dernière séquence.

Le pour:

- À leurs quatre derniers matches, les Olympiques n’ont pas été dominés par leurs adversaires au chapitre des tirs au but comme c’était souvent le cas en décembre et début janvier: Rouyn-Noranda (29-29), Saint-Jean (39-32), Drummondville (25-15) et Val-d’Or (49-26). On sent qu’ils peuvent enfin ouvrir la machine.

- Ils ont gagné un match sans Benoît Groulx derrière le banc. Ils avaient été 1-11-0 pendant son séjour avec Équipe Canada junior. Encore mieux, ils ont gagné le match contre Val-d’Or malgré une égalité de 5-5 en troisième période. Pendant leur léthargie, ces matches basculaient toujours de l’autre côté.

- Marc Beckstead, en gardant les jeux simples et en patinant comme un défoncé, est sorti du lot. S’il peut jouer comme cela en permanence, les Olympiques auront une nouvelle arme à l’attaque. Il a 5 points à ses 3 derniers matches.

- Mickaël Beauregard a joué le match de sa carrière en doublant sa meilleure récolte de points dans un match (4) contre Val-d’Or. Qui a dit que les matches de 4 points étaient réservés aux défenseurs offensifs?

- Sur le but de Beauregard en première période, Alexandre Alain et Yakov Trenine ont obtenu des passes, mettant fin à des séquences respectives de 11 et 6 matches sans point. Alain cherche toutefois à atteindre le plateau des 10 buts depuis le 16 novembre. Vingt-trois matches sans marquer. Pourtant, le travail est là. Les occasions aussi.

- Yan-Pavel Laplante a enfin brisé la glace en comptant son 1er but en 10 matches dans l’uniforme des Olympiques. Il s’était toutefois fait refuser un but au début de janvier.

- Quinze des 19 joueurs impliqués dans le match (excluant le gardien Nicholas Lachance, mais incluant François Brassard) ont récolté au moins un point dans la dernière victoire. Pour Brassard, qui a préparé le but de Tommy Veilleux en troisième période, c’était un 14e point en carrière. Il est troisième dans l’histoire de la LHJMQ derrière José Théodore (18) et Jean-François Labbé (16).

- Louick Marcotte a atteint le plateau des 25 buts en comptant le but d’assurance dans le match très offensif contre les Foreurs.

- Les Olympiques sont allés chercher Valentine Zykov pour qu’il fasse la différence. Il n’a récolté qu’un seul point dimanche, mais c’est lui qui a inscrit le but de la victoire.

- Tommy Veilleux continue de contribuer à l’attaque gatinoise. Il est rendu à 10 points en 12 matches à Gatineau. Son différentiel de +9 est intéressant.

Le contre:

- Les Gatinois ont perdu un match 1-0 contre un adversaire qu’ils se devaient de battre vendredi à Drummondville. Match intra-division contre un club qui a vendu ses meilleurs éléments aux Fêtes. L’insulte à l’injure, le jeu blanc d’Anthony Brodeur! Chassé de Gatineau parce qu’il allouait trop de buts, voilà qu’il arrive à blanchir son ancienne équipe. Il a deux victoires en cinq décisions à Drummondville. Brandon Whitney a eu trois victoires en 15 décisions à Gatineau. Le jeu en valait-il la chandelle? On dit que les gardiens jouent aussi bien que l’équipe devant eux…

- Whitney et Brodeur à Gatineau ont partagé le même pourcentage d’arrêt de ,876. Whitney à Victo? ,924. Brodeur à Drummond? ,915

- La défaite contre les Voltigeurs veut dire que les Olympiques devront se payer un des gros clubs de la ligue pour compenser les deux points perdus contre un adversaire qui était absolument à sa portée.

- Marc Beckstead a récolté trois points dimanche, mais il n’a presque pas joué de la troisième période en raison d’une blessure au haut du corps. Il a été blessé souvent cette année. On se croise les doigts. On espère que sa blessure soit mineure.

- Les Olympiques ont compté huit buts dimanche, mais ils en ont donné cinq. Les Foreurs n’attendent que les occasions de revirement. Ils en ont profité pour compter trois buts sur des échappées. Grâce à leur grande vitesse, ils se sont échappés quatre fois contre François Brassard. Des défenseurs ont aussi offert deux cadeaux aux Foreurs en leur remettant directement la rondelle dans l’enclave.

- L’avantage numérique est à son plus bas niveau de la saison. Zéro en 7 hier. Zéro en 34 dans les derniers matches. Dimanche, les Olympiques ont joué à 5 contre 3 pendant 2:27 sans compter, mais à leur défense, les deux gardiens des Foreurs ont fait leurs meilleurs arrêts de la soirée pendant ces avantages numériques doubles.

- Malgré les victoires, les Olympiques restent coincés au 17e rang, mais au moins, ils sont un peu plus près des équipes à rejoindre. C’est un travail de longue haleine. Rien ne sert de regarder trop loin parce que ce sera décourageant! Les Gatinois sont à Rouyn-Noranda et Val-d’Or cette semaine avant de revenir chez eux contre Sherbrooke samedi. Matches intra-division cruciaux. Même trois victoires en trois matches ne seront sûrement pas suffisantes pour les placer dans le top-16, mais au moins, ils seraient au coeur de la course dès le début de février.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 21 janvier 2015 | Mise en ligne à 11h59 | Commenter Commentaires (2)

Le vent tourne

wind

Après la pluie, le beau temps.

Les Olympiques viennent enfin de gagner leurs trois derniers matches. Ils ont joué avec fougue et détermination contre deux bons clubs le week-end dernier à Robert-Guertin. Le retour de quelques blessés a fait du bien. Le retour de Benoît Groulx a redonné confiance aux joueurs. Le jeu solide de Nicolas Lachance (dans la première victoire) et de François Brassard à ses deux premiers matches avec l’équipe de sa ville natale a également été apprécié.

Les Olympiques ont fait des pas dans la bonne direction, c’est évident. Sont-ils sortis du bois? Pas encore. Malgré leur récolte de six points sur une possibilité de six, ils n’ont pas gagné de terrain au classement. Vous aviez été avertis la semaine dernière. Il va falloir plus qu’une petite série de victoires pour sortir les Gatinois de leur position fâcheuse. La ligue est très compétitive cette année. Même les Remparts de Québec, malgré leurs additions impressionnantes, viennent d’en perdre six sur sept.

Devant les Olympiques, les Screaming Eagles ont gagné cinq matches de suite et ils ont toujours deux matches en main. Chicoutimi a toujours quatre matches en main. Ces matches ne sont pas gagnés, bien sûr, mais ils ajoutent à l’élément de difficulté pour gravir les échelons. Les autres clubs à rattraper ont au moins cinq points de plus au classement. Même en continuant à gagner, il faudra encore quelques semaines avant de voir une progression. S’ils réussissent à rejoindre le groupe devant eux cependant, ça pourrait toutefois aller vite, car plusieurs équipes se retrouvent dans le même paquet.

Les Olympiques joueront contre les Voltigeurs et les Foreurs en fin de semaine prochaine. À moyen terme, ce sont des clubs qui sont à leur portée. Idéalement, ils poursuivraient leur série victorieuse vendredi à Drummondville et dimanche à Robert-Guertin. Il reste trois matches contre Val-d’Or. Ceux-ci seront cruciaux.

L’important sera de ne pas regarder trop loin devant et de continuer à jouer avec le sentiment d’urgence. La rentrée de Tommy Veilleux et Yan-Pavel Laplante commence à porter ses fruits. Ils permettent enfin aux Gatinois de lutter à forces égales sur le plan physique. La production offensive de Laplante tarde à venir, mais Benoît Groulx sent que ça s’en vient. Il rappelle qu’il a raté six semaines de jeu et qu’il n’a pas encore repris sa pleine forme. Son K.-O. dans le duel contre les Huskies a toutefois fait basculer la partie en faveur des Olympiques.

Devant le filet, il s’est écoulé 13 parties consécutives où les Olympiques ont accordé un minimum de trois buts avant la rentrée de Brassard. Le gardien de 20 ans a été rassurant à ses premiers matches, mais Brandon Whitney avait procuré le même sentiment à son arrivée. Le gardien hullois devra éviter de baisser sa garde.

Ce que j’ai noté aussi, c’est le nombre de fois où les joueurs m’ont parlé du retour de Benoît Groulx sans même que je leur pose la question. Louick Marcotte, Alex Dostie, Jake Coughler, François Brassard et Tommy Veilleux m’ont tous parlé de leur coach comme étant un élément important de leur renaissance au cours de la dernière semaine. Groulx est dur. Ses propos peuvent parfois blesser, mais au moment où on se parle, les joueurs sont à l’écoute parce qu’ils veulent se sortir du trou qu’ils se sont creusé pendant son absence. Ils ont confiance en ses moyens de redresser l’équipe.

L’autre point à retenir, c’est que les Olympiques ont gagné leurs trois derniers matches sans Valentine Zykov. Le Russe est prêt à revenir au jeu et il le fera dans un environnement positif vendredi. On l’oublie un peu, mais pour la première fois depuis des mois, les Olympiques ont joué leurs deux derniers matches sans joueur(s) affilié(s).

Ça aussi, ça fait une différence.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 16 janvier 2015 | Mise en ligne à 11h44 | Commenter Commentaires (7)

La côte à remonter

uphill-struggle

Benoît Groulx sera de retour derrière le banc des Olympiques à Robert-Guertin ce soir. Il n’y a pas mis les pieds depuis le 29 novembre, une victoire de 4-2 contre les Cataractes de Shawinigan.

Depuis son départ, les Gatinois n’ont gagné qu’un seul de leurs six matches locaux. Ce n’est pas mêlant, le «House of Pain» est devenu le «House of Gain» de l’équipe adverse cette année. Nullement intimidés par les fantômes du «Vieux Bob», les équipes visiteuses ont une fiche gagnante contre les Olympiques à domicile.

C’est un peu — beaucoup — pour ça que Benoît Groulx est allé chercher des joueurs à la Tommy Veilleux, Yan-Pavel Laplante et Valentine Zykov pendant la dernière période des transactions. Pour ajouter du caractère à son attaque. Pour être plus redoutables le long des rampes. C’est aussi pour cela que Jonathon Masters est arrivé de l’Ontario. Je ne sais pas si Zykov sera en mesure de jouer ce week-end, mais s’il devait s’absenter, Masters le remplacerait dans le premier trio complété par Alex Dostie et Yakov Trenine. Défenseur naturel, il a été déplacé à l’attaque à l’occasion chez les Wolves de Sudbury et il a évolué aux deux positions dans ses deux matches avec les Olympiques. En ce sens, son acquisition me fait penser à celle de Derek Sheppard il y a quelques années.

En ajoutant des joueurs avec de la fougue, les Olympiques espèrent améliorer le spectacle à Guertin. On ne se fera pas de cachette, les partisans sont toujours moins nombreux que la foule annoncée cette année. Pour mettre des fesses dans les bancs de Guertin, ça prend des victoires et une équipe qui met ses bottes de travail. La foule apprécie toujours quand ses préférés dominent ses opposants sur le plan physique.

Ceci dit, Benoît Groulx et de retour et on sentait que sa présence réconfortait l’équipe cette semaine. Louick Marcotte a été le premier à m’en parler hier quand il disait que «ce retour fait du bien à tout le monde.» L’équipe se sent plus en confiance quand il est là, même s’il peut être très grognon pendant les entraînements. Il n’a ménagé personne cette semaine en envoyant des flèches acerbes qui ont dû surprendre les nouveaux!

«Ben est comme ça. Il nous a dit qu’il exigeait la perfection tout en sachant qu’il ne l’aurait pas. Des fois, ça fait mal (ses commentaires), mais ça en vaut le coût à la fin quand les résultats sont là», m’a expliqué Marcotte.

Benoît Groulx se retrouve devant un défi de taille. Il a «acheté» à la période des transactions en «vendant» un excellent joueur d’avenir. Le problème, c’est que son club est 17e au classement général. Même s’il devrait être en mesure de gagner au moins un rang pour faire partie des séries, il lui faudra du temps pour remonter la côte que son club a descendue à la vitesse de l’éclair pendant son absence.

Ce soir, les Olympiques affrontent les Huskies de Rouyn-Noranda, des rivaux de division qui ont 11 points de priorité sur les Gatinois (36 points). Rien ne sert de regarder trop loin. Ce serait trop décourageant de penser à rattraper 11 points. Il reste 24 matches à joueur en saison régulière et les Gatinois doivent commencer à gagner à la maison.

Devant eux, le Cap-Breton (37 points) n’a qu’un point d’avance, mais les Screaming Eagles ont disputé deux matches de moins et viennent de gagner trois matches de suite.

Ensuite, Chicoutimi (40 points) a quatre points de priorité sur Gatineau, mais avec QUATRE matches en main. Si les Sags gagnent les quatre, ils auraient 12 points d’avance…

Ensuite, Val-d’Or (43 points) a sept points de priorité et Charlottetown (44 points) en a huit. En 12e place, Drummondville (45 points) demeure la dernière cible atteignable pour les Olympiques à mon avis. Ils ont échangé plusieurs éléments importants. Ils ont un coussin de neuf points sur Gatineau, mais il reste trois matches (6 points) à disputer entre les deux clubs. Ces duels seront cruciaux.

Les Olympiques ont aussi 3 parties à jouer contre Val-d’Or et Sherbrooke. Ces rencontres intradivisions pourraient peser lourd dans la balance.

Pendant ce temps, au sommet du classement, on doit prier pour que les Olympiques restent en 17e place. Je suis convaincu qu’aucun membre du top-4 (Rimouski, Québec, Moncton ou Blainville-Boisbriand) ne voudra avoir les Olympiques dans les pattes au premier tour des séries!

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité