Jean-François Plante

Vendredi 24 avril 2015 | Mise en ligne à 10h03 | Commenter Commentaires (3)

Groulx et l’échange Laberge

Repêché au deuxième rang de la séance 2014 du repêchage de la LHJMQ, Pascal Laberge n'aura fait que passer à Gatineau.

Repêché au deuxième rang de la séance 2014 du repêchage de la LHJMQ, Pascal Laberge n'aura fait que passer à Gatineau.

Benoît Groulx devient irritable lorsqu’on remet ses transactions en question. Cette saison, lui et son équipe (pendant qu’il était parti avec Équipe Canada junior, Alain Sear dirigeait les négociations) en ont fait tout plein.

Personnellement, j’ai toujours trouvé qu’il manquait de patience et qu’il effectuait trop d’échanges. Il en fait tellement que nous avons de la difficulté à suivre le fil de ses transactions. Le meilleur exemple est la transaction de Jean-Gabriel Pageau. Essayez de retracer tous les joueurs et tous les choix au repêchage qui ont été acquis et échangés à nouveau dans ce marché. Bonne chance!

Cette année, parmi toutes ses transactions, celle de Pascal Laberge n’a pas fini de faire couler de l’encre. Considérant le prix exorbitant qu’il avait payé pour s’assurer de le repêcher au deuxième rang du dernier repêchage, je trouve qu’il a surpayé pour obtenir Yan-Pavel Laplante (auteur d’un seul point en 11 matches des séries) et Tommy Veilleux, un plombier de luxe qui a passé du temps sur le quatrième trio pendant quelques matches des séries. Non seulement a-t-il échangé l’un des attaquants les plus prometteurs de son groupe d’âge, mais il a ajouté un choix de première ronde en 2016 dans l’équation.

À ce prix-là, je me serais attendu à ce qu’il obtienne un véritable game changer, un genre de Nikolaj Ehlers, mais non. Paraît que les prix étaient gonflés en cette année de coupe Memorial au Québec. Groulx a même avancé qu’il avait offert Laberge et un premier choix pour soutirer Jérémy Grégoire au Drakkar de Baie-Comeau, mais que ceux-ci avaient refusé. Le DG Steve Ahern avait dit qu’il voulait du filet mignon pour son guerrier des séries, mais qu’on lui avait offert trio McDo… Je trouve que Laberge et un premier choix, pour trois mois de hockey, c’était très bien payé, mais il faut croire qu’il manquait au moins un chausson avec ça.

En entrevue de fin de saison, Benoît Groulx a indiqué qu’il n’avait pas de remords et qu’il ne regrettait pas d’avoir acheté à gros prix cette saison. D’ailleurs, il avait complété certaines transactions avant même de partir avec Équipe Canada junior. À ce moment-là, son club n’était qu’à cinq points de l’Armada et se situait en milieu de classement. Il a avoué qu’il n’avait jamais pensé voir son club sombrer jusqu’en 17e place pendant son absence.

Groulx a cependant indiqué qu’il ferait la même chose s’il avait à refaire l’échange de Laberge.

Quand je suis revenu sur le sujet au début de la semaine, il a inversé nos rôles et c’est lui qui a commencé à me poser des questions!

- Est-ce que Blainville a bien fait de ne pas faire de transactions aux Fêtes? Ça fait deux ans qu’ils auraient pu faire du chemin, mais qu’ils ne font rien dans les séries. (Hum, ils ont quand même une demi-finale, mais je comprends qu’avec une transaction importante, ils auraient pu atteindre la finale au lieu de perdre le 7e match)

- Est-ce que Baie-Comeau a bien fait de laisser partir Zykov, Vanier et Imama? Ils seraient probablement encore dans le carré d’as avec ces joueurs-là.

- Est-ce qu’Halifax a bien fait d’échanger Fucale et Murphy? Ils auraient peut-être pu gagner la coupe cette année.

- Est-ce que le Cap-Breton a bien fait de payer un premier choix et Jason Bell contre Olivier Leblanc? Ils n’ont pas passé la première ronde.

- Est-ce que Drummondville a bien fait de donner son premier choix l’an dernier pour William Carrier?

- Est-ce que Victoriaville, qui était 8e au classement général, a bien fait d’échanger Veilleux et Laplante pour tomber en 16e place?

«Chaque équipe a sa façon de faire les choses. À Gatineau, on ne peut pas échanger nos meilleurs joueurs année après année et finir dans la cave et reconstruire. Pour certaines organisations, faire les séries, c’est bon. Pour certaines organisations, gagner une ronde, c’est bon. Ici, nous avons mis la barre très haute et les gens s’attendent à ce qu’on gagne la coupe. C’est la beauté de la chose. En tant qu’organisation, notre but, c’est de rentrer dans le carré d’as presque chaque année. Pour y arriver, il faut faire des sacrifices.»

Groulx demeure convaincu que Laplante et Veilleux connaîtront de grosses saisons à 20 ans s’ils ne signent pas leurs premiers contrats professionnels.

Pour le reste, quelques transactions ont bien tourné. Alex Breton contre un 11e choix et Gabriel Bilodeau + deux choix de 2e ronde pour Alexis Pépin semblent être ses meilleurs coups, mais l’échange avec les Foreurs aurait été ficelée par Alain Sear.

Le problème avec toutes les transactions des dernières années, c’est que les Olympiques n’ont pas atteint le carré d’as depuis 2011. À quelque part, certaines d’entre elles n’ont pas rapporter les effets escomptés.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 23 avril 2015 | Mise en ligne à 11h46 | Commenter Commentaires (3)

Le potentiel demeure là

Yakov Trenine a été exceptionnel au premier tour des séries. Il n'avait que 17 ans et il a été en mesure de faire différence pour son club. Il ne va que s'améliorer l'an prochain.

Yakov Trenine a été exceptionnel au premier tour des séries. Il n'avait que 17 ans et il a été en mesure de faire différence pour son club. Il ne va que s'améliorer l'an prochain.

Vous avez été plusieurs à me demander si de moins bons jours attendaient les Olympiques la saison prochaine à la suite des départs de Louick Marcotte, Valentine Zykov, Mickaël Beauregard et François Brassard.

La perception populaire, c’est que les Olympiques ont beaucoup hypothéqué leur avenir sur le marché des transactions cette saison. Vrai qu’ils ont donné beaucoup de choix au repêchage et un super espoir (Pascal Laberge), mais dans l’immédiat, je crois que les Gatinois seront plus forts la saison prochaine.

J’en ai parlé avec Benoît Groulx dans une rencontre au début de la semaine. Je vous laisse avec ses impressions. Je reviendrai avec les miennes dans un blogue à venir.

C’est avec sa brigade défensive que Groulx se sent le plus à l’aise. C’est la position où il a le plus de profondeur et c’est une lacune chez plusieurs équipes.

Lundi, il a parlé de 10 défenseurs qui pourraient être avec l’équipe. Élie Bérubé (20 ans), Alexandre Carrier (19), Marc-Olivier Crevier-Morin (19), Jonathon Masters (19), Alex Breton (18), Gabriel Bilodeau (17), Matt Sartoris (17), Marc-Olivier Duquette (17) et Loïc Parent (17). Il a indiqué qu’Anthony Beaulieu (20) pourrait revenir aussi, mais qu’en même temps, sa valeur sur le marché de transactions pourrait lui rapporter un choix potable au repêchage.

Il a ajouté que l’Américain Matt Dillon (17 ans), repêché l’an dernier, pourrait s’amener au prochain camp d’entraînement. Il aurait connu une excellente saison aux États-Unis. L’équipe compte aller le voir jouer bientôt.

Il espère que les ennuis de santé de Crevier-Morin seront derrière lui. Il voudrait aussi voir Sartoris commencer à jouer régulièrement. «On a vu l’utilité de Samuel Morin pour Rimouski dans la dernière série. Sartoris ne sera peut-être pas Morin, mais il ne sera pas loin. Son conditionnement physique faisait défaut pendant la saison. Son éthique de travail était déficiente. Il est beaucoup mieux maintenant. Les gens ne l’ont pas vu, mais il a fait des progrès énormes dans les derniers mois à l’entraînement. En plus, il est très dur.»

Devant le filet, Groulx admet que son club est vulnérable et sans relève.

«Nicolas Lachance pourrait être notre gardien à 20 ans. Ça reste à voir. Nous avons Ryan Coughlin (18 ans) et Rowan O’Brien (18) qui sont sur nos listes. Max Prawzik (18 ans), gardien américain, est engagé ailleurs.» Ce dernier vient de gagner le championnat de sa ligue. Coughlin a été un gardien numéro 2 dans le midget AAA à 17 ans. O’Brien a été un numéro 2 dans la Ligue junior A des Maritimes.

«Nous n’avons aucune profondeur à cette position. Notre meilleur candidat aujourd’hui, c’est Lachance. Coughlin et O’Brien peuvent être invités au camp, mais ils ne nous ont pas montré cette année qu’ils étaient prêts, mais des fois, ça change vite d’une année à l’autre.»

C’est une tout autre histoire au centre.

Yakov Trenine, Alex Dostie et Alexandre Alain auront 18 ans l’an prochain et ils ont tous eu énormément de temps de glace cette saison.

«C’est un endroit où nous sommes très solides.»

Groulx a immédiatement enchaîné en réitérant son objectif de grossir l’équipe. Le mouvement a été entamé la saison dernière, mais ça n’a pas rapporté fruits cette année.

«Nous avons acquis Joey Richard (6’2), Mitchell Lundholm (6’5), Anthony Beaulieu (6’5), Marc-Olivier Duquette (6’2). Nous avons repêché Félix Paquet (6’4). Matt Sartoris (6’5) et Loïc Parent (6’2). Nous avions été chercher Turner Fraser (6’5).  C’est un virage que nous avions entrepris pour entourer nos joueurs de talent. Nous avons été malchanceux.»

Lundholm, Crevier-Morin, Beaulieu, Turner et Paquet n’ont pas fini l’année…

«Quand tu regardes Rimouski, sur leurs 3e et 4e lignes, ce n’est que de gros bonshommes. L’an prochain, j’aimerais essayer Lundholm au centre. Il arrive à 19 ans. Paquet a dû se faire opérer une deuxième fois au jeu. Il ne sera pas disponible avant la fin du camp. J’aimerais qu’on soit patient avec lui. J’ai aimé son potentiel dans le peu de temps que nous l’avons vu. Il pourrait être un joueur important de 3e ou 4e trio en plus d’être un spécialiste pour tuer des punitions.»

Les Olympiques pourraient avoir jusqu’à 20 joueurs de retour la saison prochaine et ça fait dire à l’entraîneur-chef que l’équipe sera forte.

«Alexandre Carrier a été exceptionnel, spécialement en jouant en moyenne 31 minutes par match. Élie Bérubé a été tout aussi efficace. Yakov Trenine a été notre meilleur joueur avec Valentine Zykov après les Fêtes. Contre Rimouski, il était essoufflé à la fin. Contre Blainville, il a mis Danick Martel et Nikita Jevpalovs dans sa petite poche. Il a été un joueur de centre de 17 ans qui a joué contre les meilleurs trios adverses. Il a performé et il a fait la différence pour notre club en jouant contre un des meilleurs clubs de la ligue.»

Les Olympiques bénéficieraient aussi des retours de Tommy Veilleux et Yan-Pavel Laplante à 20 ans. Ils n’ont pas encore signé leurs contrats avec leurs équipes de la LNH.

Côté européen, les Olympiques repêcheront tôt en raison de leur classement. Un joueur a été ciblé. Benoît Groulx n’a pas voulu dire s’il s’agissait d’un attaquant ou d’un défenseur, mais il croit que le joueur visé pourrait avoir un impact similaire sur l’équipe à celui de Trenine cette année.

Au repêchage de la LHJMQ, les Gatinois n’ont pas de choix en première, troisième et quatrième rondes. Ils parleront deux fois en deuxième et cinquième rondes. C’est Christian Caron qui aura l’entière responsabilité du repêchage puisque Groulx admet n’avoir vu qu’un seul match midget AAA cette année.

Comme quoi, il n’envisage pas vraiment un retour chez les Olympiques!

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 23 avril 2015 | Mise en ligne à 10h41 | Commenter Aucun commentaire

Saison rocambolesque

Estrades vides Olympiques(blogue)

La dernière saison des Olympiques de Gatineau n’a pas été de tout repos pour les entraîneurs et l’administration du club.

Les blessures ont commencé dès le camp d’entraînement et n’ont pas lâché avant le mois de février. Même là, Marc-Olivier Crevier-Morin, Anthony Beaulieu, Mitchell Lundholm et Félix Paquet n’ont jamais pu revenir au jeu. En début de février, le club était 17e au classement général même s’il avait sacrifié un peu de son avenir pour s’améliorer via le marché des transactions à la période des Fêtes. Il a fallu un revirement à 180 degrés pour permettre au club de participer aux séries pour la 31e année consécutive.

Aux guichets, les partisans n’ont pas répondu. Une douzaine de matches ont été joués sous la barre de 2000 spectateurs même si parfois, on annonçait une foule supérieure en raison des billets donnés qui n’avaient pas trouvé preneurs. L’an dernier, c’était arrivé seulement 2 fois. L’année précédente, une seule fois. Les partisans ont bien répondu au premier tour des séries contre l’Armada, mais il faut dire que la rivalité naturelle entre les deux clubs, la présence de plusieurs joueurs locaux dans les deux équipes et la grande médiatisation de TVA Sports, RDS et du Journal de Montréal ont contribué à mousser le produit sur la glace dans cette série. Au deuxième tour, les Olympiques n’ont pu rivaliser avec la série Canadien/Sénateurs et les partisans sont venus en bien petit nombre. Deux foules de moins de 2000 spectateurs, c’est du jamais vu en deuxième ronde pour les Olympiques.

Hors glace, l’équipe a été éclaboussée par deux histoires de moeurs distinctes.

Il y a eu l’histoire du Boston Pizza, qui n’est pas encore terminée du côté de la Police de Gatineau. Celle-ci fait enquête sur une plainte d’action de grossière indécence. La LHJMQ a complété son enquête interne, mais attend le dénouement de l’enquête policière avant de divulguer ses conclusions et/ou ses conséquences.

À la suite de cette histoire, une jeune femme de Trois-Rivières a décidé de porter plainte sur un incident que serait survenu dans un hôtel de Québec la saison précédente. La présumée victime allègue qu’elle aurait été agressée sexuellement par quatre membres des Olympiques. La police a ouvert une enquête, mais n’a pas retenu la plainte.

Benoît Groulx n’a pas voulu revenir sur les incidents dans notre rencontre de fin de saison lundi. Quand je lui ai demandé si la dernière saison avait la plus difficile de sa carrière, il a répondu «non.»

«En ce qui me concerne, nous avons vécu une belle saison où nos joueurs ont réalisé qu’une saison durait 68 matches où rien n’était jamais perdu. Suffit d’y croire et de travailler pour que ça rapporte constamment. Cette saison va avoir renforcé mentalement tous les joueurs qui ont porté nos couleurs en sachant qu’aujourd’hui, la plus grande faiblesse d’un joueur de hockey, c’est l’aspect mental. Ils ont tous à faire face aux médias sociaux et à plein de défis que les autres joueurs dans le temps n’avaient pas à affronter. Ils sont facilement déconcentrés par tout ça. Ils ont appris à se faire confiance entre eux, à ne pas abandonner. Je pense que ça va leur servir à tous dans leur cheminement.»

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2013
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité