Jean-François Plante

Vendredi 21 novembre 2014 | Mise en ligne à 12h19 | Commenter Aucun commentaire

Fin du ménage à trois

Martin Brodeur à l'entraînement avec son fils, Anthony. Un grand moment dans la saison des Olympiques. Photo: Patrick Woodbury, LeDroit.

Martin Brodeur à l'entraînement avec son fils, Anthony. Un grand moment dans la saison des Olympiques. Photo: Patrick Woodbury, LeDroit.

Le ménage à trois est terminé à Gatineau.

Anthony Brodeur a été placé au ballottage et réclamé par les Voltigeurs de Drummondville.

En le soumettant au ballottage, les Olympiques ont permis au gardien de 19 ans de se trouver une équipe sans attendre l’ouverture de la période des transactions plus tard en décembre. La situation va lui permettre de jouer immédiatement.

Les Voltigeurs ont déjà un gardien de 19 ans de premier plan en Louis-Philip Guindon. Son adjoint, Joe Fleschler, est aussi âgé de 19 ans. En réclamant Brodeur, Drummondville se retrouve donc avec trois gardiens de 19 ans. Guindon sera-t-il monnayé aux Fêtes? Il a certainement une bonne valeur sur le marché. Si le Drakkar de Baie-Comeau demandait deux choix de première ronde et deux autres choix de deuxième ronde pour Philippe Cadorette (information dévoilée par Mikaël Lalancette de TVA Sports cette semaine) au dernier repêchage, Guindon doit certainement valoir au moins un premier choix et peut-être même un deuxième choix.

Les Voltigeurs régleront leurs affaires d’ici quelques semaines.

À Gatineau, l’arrivée de Brandon Whitney a sonné le glas pour Anthony Brodeur. Il était clair que Whitney allait obtenir la majorité des départs devant le filet des Olympiques. Brodeur avait perdu son poste de #1 et dans une année déterminante pour son avenir. L’arrivée d’un gardien de 20 ans de premier plan n’allait certainement pas aider sa cause.

Les Olympiques savaient qu’il y avait de l’intérêt pour ses services ailleurs dans la ligue. Ils lui ont fait part de la possibilité de l’accommoder. Il aurait pu rester à Gatineau comme gardien #2, mais Brodeur voulait obtenir un nouveau départ ailleurs. Rien n’est gagné pour lui à Drummondville. Il devra démontrer à l’équipe qu’il peut les aider à finir la saison. D’ailleurs, les Olympiques n’obtiendront aucune compensation à l’ouverture du marché des transactions.

Anthony Brodeur était un joueur populaire dans le vestiaire des Olympiques. Sa venue a aussi permis au club de s’entraîner pendant toute une semaine avec une légende du hockey quand son père est venu faire un tour à Guertin.

Son départ devrait permettre à Whitney de se sentir plus à l’aise. Les Olympiques ont voulu donner un test ultime à Brodeur vendredi dernier à Rimouski. S’il avait fait le travail, le club aurait pu se montrer plus patient avec lui, mais il a accordé trois buts sur quatre lancers en six minutes de jeu. Ce match aura poussé Brodeur vers la sortie.

Débarqué à Gatineau en grande pompe à l’été 2013, Benoît Groulx l’avait été présenté comme son éventuel gardien numéro un dès la première conférence de presse. Après une première saison intéressante et un très bon mois de septembre à son retour du camp des Devils du New Jersey, Brodeur a connu des ratées aux mois d’octobre et novembre où il a eu de la difficulté à compléter ses matches. Avec sa «patience» légendaire pour ses gardiens, Groulx a bougé très rapidement quand Brandon Whitney est devenu disponible suite au retour de François Tremblay à Victoriaville.

Un ménage à trois, ça se tolère quand les trois gardiens font partie des plans. La situation peut toutefois s’envenimer quand il y a une personne de trop. Dans ce cas-ci, il était évident que Whitney était devenu le nouvel homme de confiance de Benoît Groulx et que Nicolas Lachance avait plus le profil d’un gardien substitut.

Brodeur est une très bonne personne. Je lui souhaite de retrouver sa confiance à Drummondville.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 19 novembre 2014 | Mise en ligne à 13h35 | Commenter Commentaires (2)

Série Canada-Russie: où est Yakov?

Francois Laplante/FreestylePhoto/Getty Images

Francois Laplante/FreestylePhoto/Getty Images

Zachary Fucale a eu le numéro des Russes dans le premier match de la Série Subway Canada-Russie, version LHJMQ, mardi soir à Bathurst.

Le gardien des Mooseheads a protégé l’avance de deux buts des siens malgré une domination de 22-1 des Russes au chapitre des tirs dans les dernières 20 minutes de la partie!

Des critiques ont commencé à faire surface à son égard dans une saison où ses statistiques sont loin de ressembler à celles des deux dernières campagnes où il évoluait derrière une machine de hockey.

On dira bien ce qu’on voudra, il reste que l’espoir du Canadien de Montréal possède une qualité essentielle recherchée par toutes les équipes de hockey. Quand c’est le temps de faire le gros arrêt ou quand c’est le temps de disputer un gros match, généralement, il ne l’échappe pas.

Comme mardi. Équipe LHJMQ l’a emporté 3-1 même si la Russie a dominé le match 41-18 au chapitre des tirs.

La troupe de Benoît Groulx a été opportuniste dès les premières minutes de jeu. Après, elle s’est contentée de protéger cette avance.

Les Russes ont donc éprouvé toutes les difficultés du monde à régler le cas de Fucale. Pourtant, sur la photo ci-haut, qui est ce Russe qui avait réussi à déjouer le gardien canadien à sa seule visite au centre Robert-Guertin cette année?

Yakov Trenine. Où était-il mardi? Pourquoi ne sera-t-il pas à Rimouski jeudi?

«Bonne question. C’est assez incroyable»,  a répondu Benoît Groulx au sujet de l’absence de son #32 chez les Olympiques.

Peut-être parce qu’il n’a que 17 ans? Il reste qu’il a déjà accumulé 30 points en 25 matches cette saison. C’est la même chose qu’Evgeny Svechnikov des Screaming Eagles du Cap-Breton qui était dans l’alignement hier. C’est quatre points de plus que Maxim Lazarev, aussi des Screaming Eagles, qui était aussi de la partie d’hier.

Ivan Barbashev (38 points, 23 matches) et Vladimir Tkachev (16 points, 13 matches), des Wildcats de Moncton, ont également été retenus par l’équipe russe, sauf que Tkachev a dû déclarer forfait en raison d’une blessure.

Est-ce parce que ces quatre joueurs évoluent dans les Maritimes et qu’ils étaient plus près de Bathurst et Rimouski?

Malgré son talent évident, Trenine n’avait pas été retenu par la Russie au Championnat du monde U18 cet été. On parlait alors de «politique» pour justifier son exclusion. Parle-t-on encore de la même affaire ici?

En tout cas, content de voir que les éléments de la LHJMQ ont soutiré une victoire mardi parce que la Ligue de l’Ouest a perdu ses deux duels et l’Ontario a divisé son programme double. Il y a quelques années, j’avais suggéré dans un blogue que cette tournée commence dans l’Ouest canadien au lieu de toujours se mettre en marche dans l’Est. Je trouvais qu’il était injuste pour les représentants de la LHJMQ d’affronter les Russes en début de tournée alors qu’ils étaient frais et dispos. Les équipes de la Ligue de l’Ontario et de la LHOUest avaient ensuite le beau jeu d’affronter une équipe fatiguée à traverser le pays.

Hier, on a bien vu que les Russes ont manqué de jambes dans les deux premières périodes. Ils avaient joué lundi soir à Kingston. Le lendemain, ils étaient à Bathurst. Enfin, un avantage pour les joueurs du circuit Courteau!

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Lundi 17 novembre 2014 | Mise en ligne à 11h57 | Commenter Un commentaire

Deux points signés Whitney

930124-nouveau-gardien-buts-olympiques-brandon

Les dimanches se suivent et se ressemblent pour les Olympiques de Gatineau.

Il y a une semaine, un gardien (Philippe Cadorette) leur a volé deux points au classement. Sept jours plus tard, c’est leur propre gardien (Brandon Whitney) qui a volé deux points au Phoenix de Sherbrooke. D’un dimanche à l’autre, ce sont les gardiens qui ont eu la plus grande influence sur le résultat final.

Il y avait longtemps que les Olympiques n’avaient pas eu une prestation de la sorte de la part d’un de leurs gardiens. En repoussant les 28 tirs du Phoenix dans une victoire de 1-0, Brandon Whitney a signé son 12e blanchissage en carrière dans la LHJMQ. C’était aussi, la première fois en 10 matches que les Gatinois accordaient moins de quatre buts dans une rencontre…

Benoît Groulx a été sans équivoque dans son entrevue d’après-match.

«Brandon a été excellent dans les 10 premières minutes de jeu. Ça avait l’air tellement facile pour lui. Il a fait comprendre à toute l’équipe que nous avions une chance de gagner avec lui devant notre filet. Nous avons joué avec acharnement pendant le reste du match. Quand tu joues sur la route, qu’il te manque neuf joueurs réguliers et que ton gardien numéro un te donne une performance de la sorte, ça rapproche une équipe.»

C’est pour cette assurance que Groulx a bougé plus rapidement que prévu pour obtenir les services d’un gardien d’expérience il y a deux semaines. Les Olympiques n’avaient pas une commande facile ce week-end alors qu’ils avaient près de 10 joueurs blessés pour affronter deux puissances de la LHJMQ.

Bon, l’Océanic était aussi privé d’éléments clés vendredi. Notamment, le défenseur Samuel Morin et les Gatinois Vincent Dunn et Michaël Joly n’étaient pas dans l’alignement, mais quand Anthony Brodeur a cédé trois fois sur quatre tirs en six minutes de jeu, son équipe s’est retrouvée en mauvaise posture trop rapidement.

C’était la première victoire de Whitney en quatre apparitions (trois départs, une relève), mais chaque fois qu’il a joué, il a donné une chance à son équipe de gagner. Il a été très bon à son premier départ contre Charlottetown (défaite de 4-1, mais 1-1 jusqu’en troisième période) où il avait été laissé à lui-même. Il a tenu l’équipe dans le coup dans la défaite contre Baie-Comeau (défaite de 4-2, dernier but dans un filet désert) et le pointage a été de 4-4 contre Rimouski une fois qu’il a remplacé Brodeur (en arrière 0-3).

Soudainement, avec son jeu blanc, Whitney est de retour avec des statistiques souhaitées par un gardien numéro un. Depuis son arrivée à Gatineau, il accorde 2,84 buts par match avec un pourcentage d’efficacité de ,904.

Quant à Brodeur, c’est évident qu’il n’affiche plus la même confiance qu’à son retour du camp des Devils du New Jersey. Il est rendu à accorder 3,72 buts par match avec un pourcentage d’efficacité de ,876.

Qu’est-ce que l’avenir lui réserve? S’il veut rester à Gatineau pour être le second de Whitney, c’est ce qui va se produire. S’il pense pouvoir se faire justice ailleurs, Benoît Groulx tentera de l’accommoder. Brodeur tient son avenir entre ses mains, mais il ne sera pas le numéro un à Gatineau tant que Whitney y sera. Pour gagner un match 1-0 avec neuf joueurs réguliers hors de l’alignement, il a fallu un effort spectaculaire de Whitney hier. Deux fois, il a stoppé des échappées. Les deux points d’hier sont signés Brandon Whitney.

Sur une autre note, est-ce juste moi où le jeune Alex Breton semble à son aise à la ligne bleue des Olympiques. Le club a joué à cinq défenseurs dimanche et j’ai remarqué Breton pour les bonnes raisons. Même Matt Sartoris a connu un match encourageant hier. Benoît Groulx a d’ailleurs tenu à leur lever son chapeau après la victoire presque inespérée contre le Phoenix.

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité