Jean-François Plante

Mardi 15 avril 2014 | Mise en ligne à 9h15 | Commenter Commentaires (9)

La débandade

Zachary Fucale avait dit avant le début de la série que les gardiens allaient faire la différence dans cette série. Sa prestation dans les trois matches à Gatineau a consolidé deux victoires à son équipe.(Photo Patrick Woodbury).

Zachary Fucale avait dit que les gardiens allaient faire la différence dans cette série. Sa prestation dans les trois matches à Gatineau a consolidé deux victoires de son équipe.(Photo Patrick Woodbury).

«Hey toé. T’avais dit que les Olympiques gagneraient en six…»

Quelques-uns parmi vous m’ont remis ma prédiction sur le nez après l’élimination des Olympiques en cinq petites parties contre les Mooseheads d’Halifax. Certains avaient même l’air choqué!

Je suis désolé d’avoir créé de faux espoirs. Cette victoire des Olympiques contre les Mooseheads, j’y croyais. Benoît Groulx y croyait et quelques leaders de l’équipe y croyaient, mais ces leaders n’étaient pas nécessairement les joueurs les plus importants de l’équipe en 2013-14. Même vous, les partisans, y avez cru. Sinon, nous n’auriez sans doute pas été 3900 âmes dans le «Vieux Bob» vendredi soir dernier malgré un déficit de 3-1.

OK, c’était le seul hockey des séries à l’affiche dans la région. C’était aussi vendredi. Mais on sentait un engouement certain à Robert-Guertin.

Dans cette série, j’ai sous-estimé la force de frappe des Mooseheads. Jonathan Drouin était définitivement dans une classe à part. Zachary Fucale a effectué les arrêts clés aux moments où les Olympiques menaçaient de renverser la série dans le quatrième match. Le défenseur Mackenzie Weegar a été une bête. Il quittait rarement la patinoire dans les moments cruciaux de la rencontre. Puis à cinq contre quatre, Nikolaj Ehlers a été du poison.

Les Mooseheads ont été capables de rivaliser avec les Olympiques sur le plan de la robustesse. Ils étaient plus costauds et encore plus rapides que j’avais prévu. Leur expérience acquise lors des dernières coupes du Président et Memorial a été un avantage indéniable. Quand ils ont perdu le troisième match, il n’y a pas eu de vent de panique. Le momentum n’avait pas basculé.

J’avais été aveuglé par leur rendement en saison régulière. Parce qu’ils ont évolué dans une division extrêmement faible, j’ai cru que leur classement avait été gonflé. Je me souvenais du match à Gatineau en début de saison où Martin Reway avait déclassé Jonathan Drouin. Or, il faut se souvenir que Drouin revenait du camp du Lightning de Tampa Bay et qu’il venait de vivre une amère déception après avoir été retranché. Il a mis du temps à retrouver sa motivation. Cette motivation était bien vivante dans la série contre les Olympiques.

J’ai aussi été berné par la facilité avec laquelle les Olympiques ont disputé de la deuxième meilleure équipe des Maritimes en première. Si les Screaming Eagles avaient vaincu les Mooseheads trois fois en saison régulière — sans compter les six victoires des Wildcats contre Halifax — je me disais que les Olympiques pourraient le faire quatre fois dans une série où ils affronteraient enfin de l’adversité.

Pour l’emporter, les Gatinois devaient gagner au moins un match à Halifax. Ce n’est pas arrivé.

Émile Poirier et Martin Reway devaient poursuivre sur leur lancée de la première ronde. Reway a récolté quatre points. Poirier en a récolté deux. Drouin? 14 points…

Les Olympiques devaient aussi se tenir loin du banc des punitions. Ce n’est pas arrivé.

Frustrés de ne pas pouvoir contenir les joueurs élites des Mooseheads, les meilleurs joueurs des Olympiques ont passé leur série au banc des punitions pendant que Drouin et compagnie remplissait le filet.

À deux, Émile Poirier (9) et Vincent Dunn (7) ont offert 16 avantages numériques aux Mooseheads. À cinq contre cinq, les deux équipes ont marqué sept buts chacun dans cette série. Halifax en a compté 13 en avantage numérique contre quatre pour Gatineau.

Résultat? Une débandade en cinq parties.

Nous aurons l’occasion d’y revenir au cours des prochains jours. Les joueurs vont vider leurs casiers mardi. Je vous reviens bientôt.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 11 avril 2014 | Mise en ligne à 10h40 | Commenter Aucun commentaire

Tommy et son tournoi

Tommy Tremblay est maintenant capitaine des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Benoît Groulx devrait l'inviter à parler aux joueurs avant le match de ce soir!

Tommy Tremblay est maintenant capitaine des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Benoît Groulx devrait l'inviter à parler aux joueurs avant le match de ce soir!

Ce n’est jamais facile de tirer de l’arrière 3-1 dans une série éliminatoire, surtout contre les champions en titre.

Cependant, j’ai déjà vu les Olympiques se relever d’un tel déficit par le passé. En 2010, ils l’ont fait contre le Junior de Montréal au premier tour des séries. En 2011, ils l’ont fait contre Québec en quarts de finale.

Chaque fois, les joueurs avaient refusé d’agiter le drapeau blanc. Ces deux formations des Olympiques croyaient en leurs chances. C’était primordial.

Quand je suis arrivé à l’aréna hier, je m’attendais de voir des joueurs aux visages abattus. Ce n’est pas ce que j’ai vu. Au contraire, Simon Tardif-Richard a même dit qu’il s’attendait à voir l’équipe disputer son plus gros match de l’année. Il a assuré que malgré les blessures de guerre (Taylor Burke et Alexis Pépin sont des cas incertains ce soir), l’équipe avait encore beaucoup d’énergie pour aller au front.

Quand tu n’y crois plus, tu n’as aucune chance. Les Olympiques m’ont donné l’impression qu’ils y croyaient hier surtout qu’ils ont disputé cinq bonnes périodes sur six contre les Mooseheads.

Le coloré Tommy Tremblay avait de la graine de capitaine même s’il était un adjoint à Hubert Labrie. Il avait le don d’improviser des discours pour rallier la bande dans le vestiaire. Il avait trouvé une façon originale de parler du déficit de 3-1 des Olympiques dans leur série contre les Remparts en 2011.

«Il faut prendre ça comme un tournoi de hockey. Ce soir, nous devons gagner les quarts de finale. Ensuite, il faut gagner la demi-finale et la finale. Nous l’avons tous fait pendant notre hockey mineur! Nous sommes capables de le faire ici.»

Et ils l’avaient fait.

Alors, ce soir, les Olympiques disputent un match des quarts de finale contre les Mooseheads. MacKenzie Weegar disait justement que ça faisait du bien aux siens de rencontrer de l’adversité dans cette série parce que ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas vécu pareille situation. Une deuxième victoire des Olympiques ajouterait un peu à cette adversité n’est-ce pas?

Et puis après tout, il me semble qu’Émile Poirier est dû pour un gros match. C’est peut-être son dernier à Guertin. À sa place, je ne courrais pas le risque. J’essaierais de finir ça en beauté!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Vendredi 11 avril 2014 | Mise en ligne à 9h45 | Commenter Commentaires (3)

Si seulement…

Photo: Patrick Woodbury. Le gardien Zachary Fucale a fait la différence en effectuant des arrêts clés pendant les avantages numériques des Olympiques dans le match #4.

Photo: Patrick Woodbury. Le gardien Zachary Fucale a fait la différence en effectuant des arrêts clés pendant les avantages numériques des Olympiques dans le match #4.

Si seulement les Olympiques avaient pu profiter de leurs avantages numériques — surtout celui de 5 minutes en début de rencontre — dans le match numéro quatre de mercredi, l’enjeu du cinquième et dernier match présenté à Guertin dans cette série ce soir serait bien différent.

Les Olympiques tirent de l’arrière 3-1 contre les Mooseheads, mais s’ils avaient été plus efficaces sur les unités spéciales mercredi, ça pourrait être 2-2 et ils auraient pu mettre beaucoup de pression sur les champions en titre ce soir.

Benoît Groulx a indiqué que son avantage numérique était trop prévisible. Vrai, mais les joueurs de la première vague font beaucoup de jeux compliqués, dont plusieurs à haut risque qui peuvent occasionner des revirements. Martin Reway a d’ailleurs été obligé de prendre une punition pendant la pénalité majeure de Brandon Vuic au début du match de mercredi pour récupérer une erreur causée sur un revirement.

Il reste que la série est 3-1. Les Gatinois sont au bord du précipice dans une série chaudement disputée, du moins, dans les deux matches que nous avons vus à Gatineau.

À part les unités spéciales qui jouent en faveur des Mooseheads — un gros merci à Zachary Fucale qui a éteint quelques feux là-dessus — il faut maintenant reconnaître que les champions de la coupe Memorial misent sur le meilleur attaquant, le meilleur défenseur et le meilleur gardien de la série.

Martin Reway s’était toujours bien défendu contre Jonathan Drouin dans leurs affrontements depuis deux ans. J’avais espoir de voir le Slovaque tenir tête à Drouin à nouveau dans cette série, mais jusqu’à présent, Drouin a été le joueur dominant.

En défensive, MacKenzie Weegar est tellement bon qu’il n’a presque pas quitté la glace pendant la troisième période de mercredi. Son utilisation m’a fait penser à celle de Nicolas Deslauriers pendant les séries de 2011. Ça n’enlève rien à Alexandre Carrier qui dispute une série impeccable, mais il vient d’avoir 17 ans. Weegar, 19 ans, est une menace constante en offensive.

Devant le filet, Zachary Fucale a été à la hauteur même s’il a souvent été laissé à lui-même dans la seule défaite des siens. Robert Steeves a été bon, surtout dans le troisième match, mais le premier but accordé dans le quatrième match a fait mal aux siens.

Quand les joueurs dominants en attaque, en défensive et devant le filet font partie de la même équipe, le coefficient de difficulté augmente pour l’adversaire.

Benoît Groulx l’a expliqué hier, son avantage, c’est la profondeur. Il roule à quatre trios et six défenseurs pendant que Halifax roule «à trois trios, des fois deux et demi et à cinq défenseurs, des fois moins.»

La clé est là pour les Olympiques. Ils sont au pied du mur, mais s’ils peuvent gagner ce soir et étirer la série, une équipe pourrait être plus fatiguée que l’autre dans le prochain match ou les prochains matches. Il a fallu dépenser beaucoup d’énergie pour sortir avec une victoire dans les deux premiers matches présentés à Guertin cette semaine. Ça devrait être le cas encore ce soir. Les Mooseheads en sont conscients et voudront abattre les Olympiques le plus rapidement possible.

S’ils veulent gagner la série, les Gatinois devront profiter de leurs attaques massives pour ensuite avoir les Mooseheads à l’usure.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité