Jean-François Plante

Lundi 4 mai 2015 | Mise en ligne à 12h31 | Commenter Commentaires (3)

L’Océanic par la grande porte

CoupePresident2015

En croisant les Remparts de Québec en grande finale des séries de la coupe du Président, l’Océanic de Rimouski est déjà assuré de participer au tournoi de la coupe Memorial à la fin du mois de mai, mais la troupe de Serge Beausoleil entrera dans le championnat canadien du hockey junior majeur par la grande porte.

Après avoir remporté le trophée Jean-Rougeau en saison régulière, l’Océanic va ajouter le trophée le plus convoité de la saison dans la LHJMQ: la coupe du Président.

Les Remparts ont enfin trouvé les ingrédients nécessaires pour faire lever le gâteau depuis deux rondes. Après une première ronde ardue contre les Screaming Eagles du Cap-Breton, ils ont réalisé deux coups de balai contre les Islanders de Charlottetown (privé de son gardien numéro un) et les Wildcats de Moncton (équipe qui a eu de la difficulté contre les clubs du Québec toute la saison), mais la récréation est terminée. Oui, Zachary Fucale a retrouvé ses repères, l’attaque des Remparts peut remplir un filet, mais les troupiers de Philippe Boucher n’ont pas encore affronté un club aussi hermétique sur le plan défensif. L’Océanic étouffe toutes les attaques et le vieux cliché veut que les défensives gagnent des championnats.

L’Océanic a construit son équipe à partir de l’arrière. Ils ont deux gardiens numéro un et le meilleur groupe de six défenseurs de la ligue. Serge Beausoleil ne regrettera pas d’avoir fait l’acquisition de Louis-Philip Guindon aux Fêtes. Depuis qu’il a remplacé Philippe Desrosiers avec un score de 2-0 en faveur des Olympiques au début de la première période du troisième match de la série quart de finale, Guindon a été intraitable. Il a accordé six buts en sept matches!

Qui avait la meilleure offensive de la LHJMQ cette saison?

Ce n’était pas celle des Remparts. C’est plutôt les Foreurs de Val-d’Or qui avaient l’habitude de gonfler les moyennes de buts alloués des gardiens adverses. Je veux bien croire qu’ils étaient fatigués après avoir disputé une série de sept matches avant de se mesurer aux Rimouskois, mais les Foreurs ont été blanchis deux fois en quatre matches contre Rimouski.

Petit secret (ou un gros, c’est selon). Dans le vestiaire des Olympiques, avant de connaître leurs adversaires du premier tour des séries dans la dernière journée d’activités de la saison régulière, certains préféraient jouer contre Québec plutôt que Blainville-Boisbriand. Il faut dire que les choses ont changé depuis ce temps. À l’époque, Zach Fucale était chancelant. Anthony Duclair ne s’était pas encore mis en marche et la défensive des Remparts était jugée suspecte. Ce n’est plus le cas maintenant, mais je préfère la défensive de Rimouski.

Les joueurs les plus explosifs sur le plan offensif se retrouvent du côté de Québec à mon avis, mais l’Océanic a plus d’équilibre dans son attaque. Les Rimouskois ont également de gros bonshommes qui pourront freiner les ardeurs de certains. Pour gagner, les Diables rouges devront s’imposer sur le plan physique. Il y a des joueurs de Rimouski qui n’affectionnent pas trop le jeu rude. Les Remparts sauront-ils les faire reculer? Pas sûr.

RIMOUSKI en 5

Résultats des prédictions de la demi-finale: 2 en 2
Résultats des prédictions depuis le début des séries: 12 en 14 (86 %)

Note: Je me suis trompé avec Halifax qui a battu Shawinigan en prolongation dans le 7e match (j’avais dit Shawinigan en 7) et avec Moncton qui a eu raison de Chicoutimi en première ronde. Voyez que je ne croyais pas trop aux chances des Wildcats pendant les séries de 2015…

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Mardi 28 avril 2015 | Mise en ligne à 11h09 | Commenter Commentaires (4)

L’état des troupes

À 19 ans, le capitaine Alexandre Carrier devrait être le joueur clé des Olympiques en 2015-16.

À 19 ans, le capitaine Alexandre Carrier devrait être le joueur clé des Olympiques en 2015-16.

Il y a une semaine, les joueurs des Olympiques sont passés dans le bureau des entraîneurs pour la dernière fois de la saison.

On appelle ça les «exit meetings». Certains y sont passés pour la dernière fois parce que leur stage junior est terminé. D’autres y sont passés pour la dernière fois parce qu’ils ne feront pas partie des plans du club la saison prochaine. Certains pourraient servir de monnaie d’échange afin d’aller chercher un gardien de moins de 20 ans. D’autres pourraient servir à renflouer la banque de choix au repêchage à sec dans les premiers tours des séances de 2015 et 2016. Benoît Groulx aime rappeler qu’il a quatre choix dans les cinq premières rondes en 2015, mais il n’aura pas de choix de première, troisième ou de quatrième ronde. Bref, il a deux choix de deuxième ronde et deux autres en cinquième ronde.

Le club aura des décisions à prendre d’ici septembre prochain. Beaucoup de vétérans sont admissibles à un retour, mais il faudra faire place à du sang neuf. Des joueurs repêchés cette année — les choix de 2e ronde par exemple — et ceux des dernières années pourront intégrer l’alignement. Pourquoi pas un agent libre ontarien ou américain? Il y a longtemps que les Olympiques n’ont pas mis le grappin sur une perle échappée quelque part dans le système.

Avant de vous laisser pour quelque temps, voici le portrait des vétérans qui quittent le navire et ceux qui peuvent revenir.

Reste à voir qui sera leur coach et leur directeur général. Si Benoît Groulx quitte le navire, il semble qu’Alain Sear soit tenté de prendre le job de «GM», mais sa décision n’est pas arrêtée. «Je remets tout en question, dit le président. Serai-je de retour? Est-ce que je vais partir? Est-ce que je serai directeur général? Je vais étudier cela et prendre la meilleure décision pour moi et pour l’équipe», m’a-t-il dit la semaine dernière.

Vous connaissez ma position par rapport au poste de DG. J’y reviendrai lorsque nous arriverons à la rivière, mais j’ai encore frais en mémoire le désastre du «comité hockey» des années 2008 à 2010 pendant l’absence de Groulx. Idéalement, c’est un véritable homme de hockey qu’il faut placer dans ce fauteuil. Les clubs qui gagnent des championnats dans la LHJMQ sont tous gérés par des anciens joueurs de la ligue ou de la LNH. Ou dans le cas de Serge Beausoleil à Rimouski, un ancien gagnant du championnat canadien midget AAA comme entraîneur-chef.

Ils sont partis

- Âge de l’an prochain entre parenthèses
* de retour à moins de signer contrat à deux volets LNH

1) Louick Marcotte (21)
2) François Brassard (21)
3) Mickaël Beauregard (21)
4) Valentine Zykov (20)

Avenir incertain à Gatineau

1) Anthony Beaulieu (20)
2) Nicolas Lachance (20)
3) Marc Beckstead (20)

De retour à moins d’échanges

Attaque

1) Yan-Pavel Laplante (20) *
2) Tommy Veilleux (20) *
3) Jake Coughler (19)
4) Joey Richard (19)
5) Mitchell Lundholm (19)
6) Andrew Abou-Assaly (19)
7) Jonathan Bourcier (19)
8) Yakov Tenine (18)
9) Alex Dostie (18)
10) Alexandre Alain (18)
11) Alexandre Landreville (18)
12) Félix Paquet (18)
13) Joey Brennan (18)

Défense

1) Élie Bérubé (20)
2) Alexandre Carrier (19)
3) Marc-Olivier Crevier-Morin (19)
4) Jonathon Masters (19)
5) Alex Breton (18)
6) Matt Sartoris (17)
7) Gabriel Bilodeau (17)

Gardien

0) aucun vétéran de retour à moins de Lachance, à 20 ans.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article

 

Lundi 27 avril 2015 | Mise en ligne à 11h39 | Commenter Commentaires (3)

Une saison en montagnes russes

Defaite-olympiques

Pas déçu de dire bye-bye à la saison 2014-15 des Olympiques.

Elle aura été éprouvante sur la glace autant qu’à l’extérieur. Du découragement associé aux défaites à répétition à l’effet grisant d’une série de victoires, le club a tout vécu cette saison.

Nous avions pourtant eu un mauvais présage dès le premier jour du camp d’entraînement quand Benoît Groulx a annoncé que Jean-Simon Deslauriers, une des pièces maîtresses de la brigade défensive, a annoncé sa retraite du hockey à l’âge de 19 ans.

Après cette journée, Marc-Olivier Crevier-Morin est tombé au combat avec des problèmes de dos. Invité au camp du Canadien de Montréal, il a dû déclarer forfait. La saison n’était même pas encore commencée que les Olympiques devaient se débrouiller sans deux défenseurs de leur top-5… Crevier-Morin est revenu au jeu brièvement en novembre. Sa saison n’aura durée que 15 matches…

Pendant le camp, Jake Coughler s’est disloqué la clavicule. Il allait rater près de 4 mois d’activités sans compter qu’Alexis Pépin se remettait d’une opération à l’épaule qui l’a gardé loin de la glace dans le premier mois de la saison.

Après deux matches, c’est la saison de Mitchell Lundholm, qui a pris fin. Le géant américain de 6’5’’ avait connu un bon camp, mais il s’était blessé pendant celui-ci. Il a essayé de jouer avec une épaule séparée, mais il a dû se résigner à l’opération.

Au quatrième match, c’est la recrue Félix Paquet (6’4’’) qui était mis K.-O. pour la saison avec une blessure au genou.

Bref, quand ça va bien…

Toutes ses blessures auront au moins permis au Gatinois Alexandre Landreville de s’illustrer et de se débarrasser de son statut de joueur affilié très rapidement. À la ligne bleue, les blessures auront forcé Benoît Groulx à aller chercher une police d’assurance à moindre coût. Alex Breton a été acquis en retour d’un choix de 11e ronde et il a su se rendre utile. Il a 17 ans, mais il a un flair offensif certain.

Malgré les blessures, les Gatinois ont occupé le premier rang de leur division pendant un moment. Avec le temps, les autres clubs les ont rattrapés. Les Olympiques ont essayé de s’accrocher, mais une longue glissade s’est amorcée en décembre à peu près au même moment où Benoît Groulx a quitté pour s’occuper d’Équipe Canada junior.

Yakov Trenine a été blessé pendant la séquence. Les Olympiques n’arrivaient pas à garder la tête hors de l’eau. Pendant que Groulx était sur un nuage avec l’équipe nationale médaillée d’or, son club souffrait énormément au point de se caler jusqu’en 17e place. À son retour, malgré plusieurs transactions pour amener des vétérans, les Gatinois étaient menacés d’une exclusion des séries pour la première fois en 31 ans.

Groulx a ensuite été très malade tout comme Valentine Zykov et Mickaël Beauregard. Le club a continué à perdre. Sans leur entraîneur-chef, les Olympiques n’a gagné que deux matches sur 16…

Groulx avait alors indiqué qu’un régime militaire représenterait sa planche de salut. Ça passait ou ça cassait.

Ç’a passé finalement! Les Gatinois ont fini la saison avec une fiche de 12-1-2 pour se hisser jusqu’en 14e position. Chemin faisant, ils avaient eu raison des meilleures équipes de la ligue: Rimouski, Moncton, Québec, etc. Tout ça malgré l’épisode de grossière indécence du Boston Pizza et une plainte d’agression sexuelle sur un événement survenu à Québec en 2013. Cette plainte a été retirée, mais le dossier du Boston Pizza traîne toujours.

Dans la tempête, les joueurs des Olympiques avaient retrouvé leur confiance. Aussi, les blessés étaient revenus. (à part ceux dont l’année était terminée: Anthony Beaulieu, Crevier-Morin).

Cette confiance retrouvée a permis aux Gatinois de surprendre l’Armada de Blainville-Boisbriand au premier tour des séries. François Brassard, le troisième gardien numéro un de l’équipe après Anthony Brodeur (libéré) et Brandon Whitney (blessé sérieusement), aura été le joueur le plus utile de la série.

Il n’a pas transporté ce jeu dans la deuxième ronde contre l’Océanic de Rimouski. Éliminés en cinq matches, les Gatinois ont été battus par plus fort qu’eux. L’Océanic avait aussi été touché durement par les blessures durant la saison, mais ils pouvaient enfin compter sur tous leurs effectifs au deuxième tour des séries. J’aurais aimé voir les Olympiques se défendre avec les Deslauriers, Crevier-Morin et Beaulieu dans cette série même si j’ai été impressionné par le jeu du jeune Gabriel Bilodeau.

Après la série, Benoît Groulx m’a indiqué que François Brassard avait été le meilleur gardien junior qu’il a dirigé dans sa carrière. «Et de loin», a-t-il ajouté. En plaçant une main au-dessus de sa tête, Groulx a indiqué que Brassard était bon à ce point quand il jouait à ce niveau. Il a ensuite baissé sa main au niveau de sa poitrine. «Le problème, c’est qu’il est capable de jouer à ce niveau aussi. La journée où il va être capable d’amener sa meilleure game sur une base constante… Il sait ce qu’il lui faut pour aller chercher cette constance et j’espère qu’il y verra. Mais nous n’avons pas perdu à cause de lui. Nous aurions perdu quand même s’il avait été aussi solide que contre l’Armada. La série aurait simplement été un peu plus longue.»

Les Olympiques ont complété les séries dans le top-8 de la ligue, mais pour la quatrième année de suite, ils n’ont pas atteint le carré d’as. Pour l’organisation qui vise toujours une place dans le top-4, c’est un échec. Son malheur aura toutefois d’avoir sombré dans le bas du classement et de finir en 14e place. En santé, cette équipe se comportait comme un club du top-6. Malheureusement, en séries, tu n’affrontes pas des équipes de bas de classement comme c’est le cas en saison. Les Gatinois sont tombés sur la meilleure équipe de la ligue au deuxième tour. À mon avis, ils ont perdu contre les champions de la coupe du Président.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité