Philippe Cantin

Philippe Cantin - Auteur
  • Philippe Cantin

    Après dix ans à la direction de l’information de La Presse, Philippe Cantin retourne à ses premières amours et reprend la couverture sportive.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 20 janvier 2015 | Mise en ligne à 10h17 | Commenter Commentaires (27)

    Patience = 66 millions

    Max Scherzer se joint aux Nationals de Washington

    Max Scherzer se joint aux Nationals de Washington

    Au printemps dernier, les Tigers de Detroit ont proposé une prolongation de contrat de six ans d’une valeur de 144 millions à leur as lanceur, Max Scherzer. Convaincu de toucher plus d’argent un an plus tard comme joueur autonome, il a refusé.

    La décision a étonné. Comment un gars célébrant bientôt ses 30 ans pouvait-il refuser pareil gros lot ? Une simple malchance au cours des mois suivants, comme une blessure au bras, aurait compromis son pouvoir de négociation.

    Au bout du compte, Scherzer a eu raison de croire en sa bonne étoile. Lundi, il a signé un contrat de 210 millions pour sept ans avec les Nationals de Washington. La moitié de son salaire sera différée, mais sa patience lui aura valu 66 millions additionnels.

    Les chiffres du baseball sont  tout de même un peu fous.


    • Oui il a 30 ans, mais il a lancé moins de manches que Kershaw et presque moins que Madison Kyle Bumgarner

    • Et vous, monsieur Cantin, cette attente de près de deux mois entre le présent commentaire et votre dernier sur ce blogue (01–11-14) ça vous a procuré quoi?

    • Dans un tel contexte, le retour des Expos est carrement utopique!

    • Le retour des Expos… faut vraiment etre naif ou en manque de sujet pour croire a ca !

      J’ai hate de voir le premier journaliste qui va ecrire que la Caisse de Depot devrait investir dans un stade…

    • Mauvaise signature, donné 30 millions a un lanceur quand tu possèdes déjà 4 partants. le D.G aurait du prendre cette monnaie pour signer 2 releveurs et 1 voltigeurs et peut être un avant champs, pitoyable gestion. Washington avait le championnat de division en poche avant la signature et ce n’est scherzer qui apportera une bague de série mondial.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Même en différant la moitié de son salaire dans le futur, c’est quand même 15 millions par année pour jouer au baseball!!! C’est effectivement assez crazy ces chiffres. J’aime mieux que les Expos restent là où ils sont. Même si je m’ennuie du baseball, je ne m’ennuie pas de ces dépenses exorbitantes..

      Bon retour sur ce blogue M. Cantin. Espérons vous lire plus souvent.

    • Ce serait bien beau, bien agréable de revoir les expos mais dans quel contexte économique?
      Tant qu’à revoir partir tout joueur qui doit signer ailleurs ”le gros contrat” le moment venu, et comme partisans d’être en beau maudit de constater les dégâts, j’aime mieux alors passer mon tour. Je l’ai déjà vécu entre 1994 et 2004, une fois c’est assez.

    • Le sport professionnel vit sur une autre planète, point. Les salaires des joueurs sont démentiels, peu importe le sport. Mais, une fois cela dit, ça rime à quoi?

      On se reclut dans son coin en boudant son plaisir?

      La vérité c’est que s’ils se payent des salaires aussi imposants, c’est qu’il y a toujours du monde qui souhaitera payer pour voir ce genre de spectacle.

      Évidemment, lorsque vous comparez les faramineux contrats qui sont octroyés à l’élite du baseball majeur avec ceux de la Ligue nationale de hockey, il y a un important fossé. Mais, ce fossé est simple à comprendre. Pour l’un, on parle d’un sport populaire et d’une industrie de 9 milliards de dollars ou chaque équipe est actuellement rentable dans son propre marché, notamment grâce à la péréquation et au partage des revenus de télé et radiodiffusion et des nouveaux médias.

      Alors que le deuxième se sort à peine de deux importants lock-out, s’obstine à maintenir plusieurs marchés moribonds et mise pratiquement toutes ses billes sur ses sept équipes canadiennes pour la faire vivre. La valeur du huard importe donc abondamment pour quantifier sa colonne de profit annuel.

      Certaines défaitistes prétendent que le « prochain propriétaire des Expos n’aura pas la capacité de payer de gros salaires ». Et, pourquoi donc ?

      Certains diront sans connaître les structures économiques du sport professionnel que sans plafond salarial la MLB à Montréal est vouée à l’échec. N’oublions pas que le plafond salarial n’est pas la solution à tous les maux. La MLB est économiquement parlant davantage en santé que la NHL et la NBA réunie. Deux sports majeurs qui prônent le plafond et le plancher salarial.

      Il n’y a pas de plafond salarial, mais le partage des revenus est nettement supérieur à certaines ligues nord-américaines. Si vous jugez le baseball majeur avec sa réalité économique de l’époque des Expos, vous prouvez que vous n’avez pas suivi l’évolution de ce sport ces dernières années. Les droits de télédiffusion et l’apparition des multiplateformes ont changé considérablement la donne. Des équipes comme les Royals, les Pirates, les A’s et les Rays ont tous réalisé de bons profits ces dernières années, en plus d’être très compétitif malgré de « petite » masse salariale.

      Eh oui, vous avez bien lu, les A’s et les Rays sont rentable dans leur marché actuel!

      Maintenant, comment les néo-Expos pourraient-ils survivre dans le baseball majeur d’aujourd’hui?

      En fait, l’héritage des Expos nous aura permis de comprendre que la taille de la masse salariale n’a pas autant d’importance qu’on veut bien nous le faire croire!

      La raison en est bien simple, dans bien des cas les contrats gargantuesques sont accordés en conséquence des succès passés d’un joueur. Or, comme le veut l’adage, le passé n’est pas garant du futur.

      La manière que fonctionne le système dans la MLB, chaque équipe détient les droits exclusifs d’un joueur lors de ses six premières années de carrière, au bout de la troisième année complète dans les majeurs, un joueur a droit à l’arbitrage salarial, tout en restant la propriété de l’équipe.

      Or, c’est justement lors des six premières années d’une carrière que les joueurs sont les plus productifs!

      Et, à cette période de leur carrière, la plupart des joueurs gagnent des salaires plutôt « raisonnables » selon les « normes du marché », tout en étant souvent davantage productifs que les joueurs dans la trentaine aux salaires mirobolants.

      Ainsi donc, une équipe gérée intelligemment peut s’en tirer joyeusement dans ce système!

      Néanmoins, d’aucuns se demandent quoi faire avec les super vedettes dans ce système particulier ! Eh bien, c’est bien simple, la plupart du temps les grandes vedettes, comme l’était Guerrero dans le temps des Expos, se voient acheter leur autonomie.

      L’équipe s’assure de conserver les droits d’un joueur au-delà de ses six premières années et évite d’avoir à passer par l’arbitrage salarial. En contrepartie, si vous mettez sous contrat un jeune joueur à long terme, vous payez plus cher ses premières années en espérant que son développement et sa progression continue de polir. Si c’est le cas, vous aurez le joueur vedette dans votre équipe dans son « prime » et bien souvent, à un coup moindre de sa valeur sur le marché!

      Mais, c’est aussi une industrie de l’image dont la base est de vendre du rêve et de l’espoir. Montre une image de gagnant et vend de l’espoir et ton stade sera rempli. Vends de l’austérité et une image de gagne-petit et les gens te fuiront!

      Risque calculé

      Du coup, il ne s’agit pas toujours d’essayer d’obtenir la meilleure aubaine en terme de qualité prix dans la Ligue, mais de montrer à son public que l’équipe fait tout en son pouvoir pour demeurer compétitif et attrayante chaque année.

      L’équipe doit compter sur des super-vedettes pour vendre des abonnements saisonniers et des commandites. Les amateurs ont besoin de se sentir proches de leur équipe. En conservant ses meilleurs atouts, une organisation facilite le travail de ses départements de vente et de marketing.

      Il ne faut pas se leurrer non plus, la carrière d’un athlète professionnel n’est pas éternelle, son efficacité et son talent ne le sont pas également. De ce fait, souvent dans le sport professionnel comme en affaire vaut mieux vendre un an trop tôt qu’un an trop tard!

      Pour vous donner un exemple probant, prenez le cas Albert Pujols. Les Cards ont payé 104, 040, 436 $ pour les onze premières années de la carrière du puissant premier-but. Certains diront que c’est cher payé, mais l’on parle ici d’une vraie super vedette. Ainsi que possiblement les onze meilleures années de sa carrière!

      En ce sens, les Cards ont pris la bonne décision de ne pas surenchérir pour conserver les droits de leur icône!

      Depuis qu’il est à Anaheim, Pujols a surtout connu des saisons en dent scie, en plus d’être marquée par des blessures.

      Il est toujours un premier-but de qualité et est encore capable de dominer, mais à 24 M$ cette année, je passerais quand même mon tour!

      À moins d’être Barry Bonds et d’être encore meilleurs sur son retour d’âge, les Angels vont payer 2.44 fois plus (jusqu’à 254 M$ pour 10 ans) que les Cards pour la dernière moitié de sa carrière, qui risque fortement d’être moins florissante que ses premières années!

      Le faramineux contrat de Pujols lie les mains des Angels pour plus d’une décennie. Par contre, s’il y a un joueur du côté de la troupe à Mike Scioscia à qui l’on devait donner un contrat à long terme, c’est bien le jeune Mike Trout!

      Il risque d’être bon encore longtemps le jeune Trout et les Angels se sont assuré de le garder dans leur giron lors de ses meilleures années d’athlètes.

    • La masse salariale dans la MLB ne rythme pas nécessairement avec succès. Voici les clubs qui ont été en séries l’an passé et leur rang au niveau de la masse salariale;

      Américaine

      Baltimore: 18e rang, 90,8 M$
      Detroit: 3e rang, 169,5 M$
      Los Angeles (Angels); 7e, 145 M$
      Kansas City: 21e, 87,5 M$
      Oakland: 28e, 65,9 M$

      Nationale

      Washington; 6e rang, 150,4 M$
      Saint-Louis; 13e rang, 111,2M$
      Los Angeles (D); 1er rang, 264 M$
      Pittsburgh; 27e rang, 67,7 M$
      San Francisco: 5e rang, 153 M$

    • @the_greatest

      Des propos remplis de pertinence écrits avec une belle plume, c’est un délice pour le lecteur. Merci d’avoir pris le temps de partager tes connaissances.

    • En effet, merci à The_Greatest pour ce commentaire bien étayé et réfléchi.

      Nous avons rarement droit à cela de la part des journalistes sur le payroll de La Presse qui sont pour la plupart sur le pilote automatique. Plus concentré à ne parler que de la composition possible du 4e trio ou à savoir si Saku Koivu boudait ou non Mike Riberio il y a 10 ans!!!

      Il y a tellement de niaiseries que se dit par les journalistes “expert”, c’est surprenant que ceux qui se démarquent comme The_Greatest n’aient pas déjà été embauchés par les médias sportifs de masse… quoi que… on a une grosse tendance à niveler vers le bas au Québec…

    • Très bon texte the_greatest, merci.

    • On parle d’un blogue. M. Cantin lance une idée et vous jasez. Et moi je vous lis mais l’à on s’écarte du sujet, oui the_greatest a un bon texte mais ici c’est un blogue.

    • @SirAlex2 : des commentaires comme ceux de @the_greates , j’En prendrai des dizaine sur un blogue que des commentaires à 2 lignes sans argumentaire qu’on retrouve souvent. Sans rancune.

    • Avec un tel effort pour mettre des phrases pour lancer un blogue, et la facilité de lancer un petit sujet comme ça en quelques phrases, je vais de ce pas envoyer mon C.V. à La Presse

      Les conditions de travail semblent fort intéressantes…

    • L’idée est lancée M.Cantin, à quand du journalisme de la richesse du texte de the_greatest se retrouvera dans La Presse, LaPresse+ ou LaPresse.ca?

      Peu importe la plateforme et son design, le lectorat souhaite avant tout du contenu de qualité!

      Envoi toi C.V. the_greatest! Embauchez-le, ça presse!

      Ça presse, LaPresse ;)

    • N’oubliez pas que le but premier de La Presse n’est pas de nous informer, mais de faire du profit

    • Ce que The greatest oublie d’expliquer toutefois est est-ce que les amateurs Montréalais vont accepter d’encourager une équipe qui devra se départir de façon régulière de ses éléments vedettes pour les remplacer par des jeunots. L’effet de découragement chez les partisans risque de se faire sentir assez vite D’autant plus que si signer des vedettes à tour de bras n’est pas la panacée pour gagner un championnat , faire le contraire et se maintenir parmi les équipes compétitives n’est guère évident non plus.

    • Il a touché le magot avec les Nationals, mais pourquoi voulait-il nécessairement quitter le Tigers? Peu importe le nombre de millions, il aurait acheté ce qu’il aurait voulu quand même. C’est la qu’on voit que l’argent prime pas mal plus que le sentiment d’appartenance. Outre ce fait, Scherzer demeure un grand lanceur agréable à voir évoluer.

      Quant au retour des Expos, ce n’est pas un manque de sujet, mais plutôt un plaisir de faire rêver.

      Le manque de sujets, TVA s’en occupe.

    • C’est plus que la totalité de la masse salariale que les Expos pourraient s’offrir…

    • @the_greatest
      tl;dr

    • Ce blogue comme l’auteur sont de vrais farces.
      En écrivant une fois par 3 mois et en ayant aucun contenu, vous vivez sur du temps emprunté. Personne dans mon entourage ne vous respecte. Vous êtes le Benoit Brunet de la presse écrite.

    • Incroyable toute la haine et le fiel deverse en si peu de commentaires,j’aimerais comprendre a quel point ca vous soulage vos commentaires haineux sur les gens,les journalistes ,le Quebec,etc,etc.

    • Merci pour votre article informatif et pas trop long. C’est frais et concis. Merci.

      Ne prêtez pas attention aux commentaires déplacés, y répondre c’est donner de l’attention à des canulars cérébraux. Ce personnes sont de véritables insultes à des millions d’années d’évolution.

    • @daigneau, si ce blogue vous déplaît autant, on se demande bien ce que vous faites ici!

    • @ bibianne ~

      Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, l’hôte n’a fourni
      que TROIS entrées sur son blogue au cours des ONZE derniers mois
      mais il est toujours sur la 1ere page de La Presse…

      Il serait temps de le remiser sur une voie de garage
      avec ceux de M.C. Lortie et Patrick Lagacé.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2015
    D L Ma Me J V S
    « nov    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives