Philippe Cantin

Archive du 5 novembre 2012

Lundi 5 novembre 2012 | Mise en ligne à 12h21 | Commenter Commentaires (18)

Mes héros du week-end

Jesse Marsch, un homme de parole.

Jesse Marsch, un homme de parole.

Voici le décompte de mes héros du week-end:

3- Bill Daly et Steve Fehr

Presque incroyable! Des représentants de la LNH et de l’Association des joueurs ont discuté plusieurs heures samedi dans l’espoir de mettre fin au lock-out.

Lorsqu’une négociation est bloquée, se réunir en petit comité peut produire des résultats intéressants. Surtout si les deux protagonistes se respectent, ce qui semble être le cas de Daly et Fehr.

Sans témoins, ils peuvent livrer le fond de leur pensée et indiquer à l’autre partie les limites d’un compromis acceptable.

Des négociations plus formelles devraient avoir lieu demain. Pour la première fois depuis le déclenchement du lock-out, un peu d’espoir apparaît. Mais attendons de voir la suite des choses lorsque Gary Bettman et Donald Fehr se joindront aux pourparlers.

2- Lucian Bute

D’accord, Lucian Bute n’a pas dominé outrageusement son combat contre Denis Grachev. Mais il a gagné et c’est ce qui importe.

L’essentiel pour Bute, c’est de rebâtir sa confiance après son revers contre Carl Froch en mai dernier. Il a posé le premier jalon samedi soir. Il lui reste beaucoup de travail, mais Bute s’est au moins donné une base pour préparer un réel rebond.

1- Jesse Marsch

L’Impact et Jesse Marsch ont convenu d’une séparation à l’amiable. C’est le sujet de ma chronique d’aujourd’hui.

L’entraîneur américain s’est bien débrouillé à la tête d’une équipe de l’expansion. Il a aussi représenté dignement l’organisation jusqu’au bout. La conférence de presse de samedi annonçant son départ n’a pas été facile pour lui. Mais il s’est livré à l’exercice avec panache. Il peut partir la tête haute.

Marsch est un homme de parole. À son arrivée à Montréal, il a promis d’apprendre le français et s’y est ensuite consacré avec énergie.

Au plan sportif, ses relations avec la haute direction et ses joueurs vedettes se sont détériorées. Joey Saputo estime que l’Impact n’a pas livré son plein potentiel. J’ai plutôt l’impression que le président de l’équipe surévalue son effectif.

Le prochain entraîneur demeurera-t-il en poste plus d’une saison? Si l’équipe ne participe pas aux séries éliminatoires, on peut parier que non.

Le danger pour l’Impact, c’est que l’instabilité devienne sa marque de commerce.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2013
    D L Ma Me J V S
    « juin   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité