Philippe Cantin

Archive du 13 février 2011

Dimanche 13 février 2011 | Mise en ligne à 10h34 | Commenter Commentaires (38)

Il s’appelle David Desharnais

David Desharnais a inscrit son 5 e but de la saison. (Photo: Bernard Brault, La Presse)

David Desharnais a inscrit son 5 e but de la saison. (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Faudra peut-être s’y habituer. Dans le vestiaire du Canadien après la victoire de samedi contre les Maple Leafs, c’est autour de David Desharnais que les journalistes se sont regroupés. Le petit attaquant a de nouveau montré son grand talent avec des jeux magiques.

Quelques instants plus tôt, on avait senti beaucoup d’émotion sur le visage de Desharnais lorsqu’il a salué la foule en tant que première étoile du match. Il a pris tout son temps pour lancer des rondelles aux spectateurs, voulant manifestement étirer le plaisir. La foule l’acclamait et tout cela était très beau à voir.

Quelques minutes plus tard, Desharnais a admis vivre un rêve.

« C’est un feeling incroyable. Parfois, je ne réalise pas trop ce qui se passe. Je me sens de plus en plus à l’aise sur la patinoire. Je fais des jeux que je réussissais dans la Ligue américaine. Ce n’était que mon 20 e match, il y a toujours place à l’amélioration. Ce devrait aller encore mieux au 100 e ! »

Sur le premier but du Canadien, Desharnais a attrapé la rondelle de sa main gauche, avant de la rabattre sur la patinoire et de la refiler  à Benoît Pouliot, qui a marqué d’un bon tir. Ce ne sont pas tous les joueurs qui possèdent cette coordination. « J’ai simplement réagi, a-t-il expliqué. Lorsque la rondelle est dans les airs, tu la remets à terre ! »

Voilà, c’est pas plus compliqué que ça… pour un joueur doué.

Lorsque le Canadien a rappelé Desharnais plus tôt cette saison, je n’étais pas certain qu’on lui accorderait une véritable chance de se faire valoir. Une conversation avec Pierre Gauthier m’avait rassuré. Le DG du Canadien parlait de lui comme d’un membre à part entière de l’équipe, et non pas d’un joueur de remplacement durant une semaine ou deux.

On le sait, Desharnais n’est pas imposant physiquement. Il s’ajoute à la trop longue liste de petits attaquants du Canadien : Brian Gionta, Scott Gomez, Michael Cammalleri… Compte tenu de l’allure des matchs dans la LNH ces jours derniers, on se demande un peu comment le Canadien tiendra le coup d’ici la fin de la saison.

Après le match de samedi, j’ai demandé à Jacques Martin s’il craignait que Desharnais ne perde de son efficacité dans le dernier droit en raison de sa taille. « Pas du tout ! a-t-il vivement répondu. Je n’ai aucune inquiétude à ce sujet. Il n’a pas froid aux yeux et ne craint pas le trafic. J’ai entièrement confiance. »

Souhaitons que Martin voie juste. Parce qu’il faut bien l’admettre : Desharnais joue du hockey super excitant.

Lire les commentaires (38)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2011
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archives

  • publicité