Philippe Cantin

Philippe Cantin - Auteur
  • Philippe Cantin

    Après dix ans à la direction de l’information de La Presse, Philippe Cantin retourne à ses premières amours et reprend la couverture sportive.

  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 29 janvier 2011 | Mise en ligne à 21h19 | Commenter Commentaires (36)

    LNH: deux équipes en difficulté

    Gary Bettman

    Gary Bettman

    Raleigh - La santé financière de la LNH est excellente, soutient Gary Bettman, le commissaire de la LNH.

    Lors d’un point de presse tenu en début de soirée samedi, M. Bettman a déclaré que malgré la récession économique des trois dernières années, son circuit affiche des résultats encourageants. “Nos revenus de commandite sont en hausse de 32 p. cent, a-t-il déclaré. Et pour une sixième année consécutive, nous atteindrons un niveau record de revenus.”

    Les revenus de la LNH sont estimés à 2,7 milliards annuellement. Cela dit, même si M. Bettman a dressé un portrait positif de la situation, il est clair que deux concessions sont toujours en difficulté: les Coyotes de Phoenix et les Thrashers d’Atlanta.

    Depuis décembre dernier, on croyait le cas des Coyotes réglé. L’acheteur intéressé, Matthew Hulsizer, doit devenir propriétaire de l’équipe grâce à une entente avec la ville de Glendale, où est situé l’aréna des Coyotes. Le conseil municipal a autorisé le versement d’une somme de  197 millions à l’intention de M. Hulsizer afin qu’il puisse acheter la formation. Ce montant sera en partie réuni grâce à une vente d’obligations d’une valeur de 100 millions,  qui devait être complétée le 31 décembre dernier. La Ville compte se rembourser en prélevant les frais de stationnement à l’aréna.

    En retour de cette énorme subvention, M. Hulsizer assumera les risques financiers considérables liés à l’exploitation de cette équipe, qui semble perpétuellement dans le rouge.

    Un possible recours judiciaire contre la Ville de Glendale par un groupe voué à la défense des intérêts des contribuables rendrait cependant les investisseurs nerveux. Cette nouvelle a aiguisé l’intérêt des amateurs de hockey de Winnipeg, qui souhaitent le retour des Jets dans la capitale du Manitoba. Bettman a voulu calmer leurs attentes, disant croire que la transaction serait finalisée au cours des deux prochaines semaines et que les Coyotes demeureraient à Phoenix.

    “Il n’existe pas de date butoir, a-t-il précisé. Mais ne vous-y trompez pas: le temps presse. Cette situation ne peur avoir une durée indéfinie.”

    À Atlanta, les propriétaires des Thrashers ont déposé un recours de 200 millions contre la firme d’avocats les ayant conseillés en 2005. Ils estiment que le libellé d’un contrat rédigé à cette époque les a empêchés de vendre l’équipe au cours des six dernières années.  Durant cette période, les pertes cumulées des Thrashers ont été de 130 millions et la valeur de la concession a chuté de 50 millions, selon la poursuite. La firme d’avocats visée par la plainte estime avoir accompli son travail correctement et entend se défendre vigoureusement en cour.

    D’autre part, les Thrashers sont à la recherche de nouveaux investisseurs. Les propriétaires affirment ne pas vouloir déménager l’équipe.

    Les querelles mettant en cause les proprios des Thrashers alimentent la chronique depuis plusieurs années. Pendant ce temps, l’équipe peine à attirer des foules considérables.  Cette concession se retrouve dans de bien mauvais draps et l’ampleur des pertes révélée par la poursuite le démontre éloquemment.

    Comme l’explique mon collègue Richard Labbé,  Bettman a conseillé la prudence aux gens de Québec et de Winnipeg, répétant qu’il ne pouvait leur promettre une équipe de la Ligue nationale.

    À court terme, le dossier des Coyotes de Phoenix est redevenu le plus chaud. Le mois de février s’annonce crucial pour l’avenir de cette concession.  Cette interminable saga devra un jour connaître son aboutissement.


    • Vrai pour Phoenix et Atlanta. Mais aussi pour les Islanders qui perdent de l’argent à chaque année. Les gradins y sont vides. Idem pour Miami (Panthers). C’est pas le Perou à Nashville. Ca va mieux à Tampa, mais ca demeure fragile. Et surveillez bien Ottawa l’an prochain car avec leur pietre saison, les billets de saison ne se vendront pas. Bref, il y a trop d’équipe dans la NHL. Et à Québec et Winnipeg, ca ne sera pas rentable. Trop petits marchés.

    • si 16 équipes ont profité des redevances et que les 8 équipes canadiennes font leurs frais….. ça veut dire que 8 équipes US font leurs frais…
      qui sont-elles???
      Philadelphie, Pittsburgh, Rangers, Détroit, Chicago, Minessota, San José et Los Angeles?????
      Mettons….

      Québec pourra jaser d’une équipe en 2020… pas avant….
      Fait que, on arrête de virer fou…

    • Monsieur Cantin,

      Il s’agit des THRASHERS d’Atlanta, une espèce d’oiseau, et non Trashers, des éboueurs !

      Merci! Je corrige.
      Philippe.

    • Je mettrais effectivement plus d’espoir dans les Coyotes ou les Thrashers que dans les Islanders ou le Lightning.

      J’ignore s’il s’agit purement d’une coïncidence, mais les équipes qui ont gagné la Coupe Stanley au moins une fois ne déménagent pas. La dernière équipe ayant gagné la Coupe Stanley à avoir soit déménagé soit disparu, c’est l’équipe des Maroons. Et Montréal a toujours une équipe, donc c’est un cas un peu spécial. Aucune ville de la LNH ayant gagné la Coupe Stanley n’a pas d’équipe en ce moment. Il y avait Ottawa, mais ce fut “rectifié” en 1992.

      Québec a gagné la Coupe Stanley et n’a plus d’équipe, mais c’était avant la LNH.

      Coïncidence?… Il y a peut-être un certain élément d’orgueil (pour la ligue) là-dedans…

    • pendant ce temps là Atlanta a droit a sa deuxième concession

    • @morlou

      Je ne saurais dire mieux. Mais en année de folie de campagne électorale, nos politiciens veront-ils cette triste réalité, ou cederont-ils à la folie de ce Colisée Vidéotron pour satisfaire le peuple avec du “pain et des jeux”?

      pas sur, et qui va se prendre les factures du Colisée et de l’équipe déficitaire, oui, nous con-tribuables…

    • Pile ou face.

      Seatle ou Québec?

    • Les partisans seront présents à Québec, personne n’en doute mais quand on considère les données dans l’ensemble, a-t-on plus de garanties aujourd’hui quant à leur survie versus à l’époque?Versus Atlanta?

    • Bettman c’est comme Bernie Ecclestone il fais des menaces du chantage juste pour avoir la plus grosse mise.

      Il serais assez fou pour vendre un club a des Arabes,

      les perdants vont etre les gens de Quebec qui vont payé bien trop cher pour leur club, qui de plus va etre un club de fond cave comme les anciens Nordique.

    • M. Bettman : «Ce n’est pas parce qu’une ville fait construire un aréna qu’elle obtient ensuite une équipe. On ne fait pas ces promesses-là. Je le rappelle, nous n’avons aucunement l’intention de déménager une équipe, et nous ne songeons pas non plus à procéder à une expansion.”

      Est-ce assez clair?

      Pour ceux qui font des affaires, ça veut dire “vous dansez seul, don’t call me I’ll call you”.

      Est-ce qu’on construit un entrepôt COSTO à Victoriaville si le président de Cotsco dit PUBLIQUEMENT qu’il n’a aucunement l’intention de procéder à une expansion?

      Si une seule pelletée de terre s’arrache AVANT la confirmation de la NHL, c’est que les élites québécoises sont encore plus incompétentes que tout ce que j’imaginais.

      Avant qu’un horde de fans de Québec ne me tombe dessus, je rappelle que j’adorerais qu’une équipe soit déménagée à Québec, pas un aréna vide, que je suis économiste, spécialisé en analyse coûts-bénéfices de projet de ce type, que je crois à la viabilité d’un club à Québec et que je m’oppose à son financement public, littérature scientifique à l’appui sur l’inexistence de retombées positives d’une telle infrastructure.

      Cette déclaration de M. Bettman devrait, dans un monde sain, calmer tous les propagandistes du projet, MM. Réjean Tremblay, Albert Ladouceur et consorts, qui fabulent des sophismes à pleine page sur ce projet de société.

      Je rappelle que le MTS Centre de Winnipeg a été construit il y a 7 ans déjà pour 135$M et qu’il abrite … un club de la AHL. Depuis, le prix pour un tel aréna a presque triplé.

    • Le problême,c’ est le monopole qu’exerce la LNH…Le nouveau Colisée sera batît,pas pour les 50 ou 60 soirées de hockey annuelle,mais plutot pour les 300 autres soirées de spectacle,La venue du Hockey Européen pour Québec est la clé pour relancer les Nordiques .Une ligue pour faire compétition a ces Amaricains est devenue nécessaire.L’ Europe est a la portée de main maintenant,il est temps de les considerer comme nos voisins….Merci

    • Encore une fois, on donne une tribune pour le Québec bashing.
      Québec a besoin d’un nouvel aréna pour plusieurs raisons, dont le hockey. Mais également pour le spectacle. Le Colisée a 62 ans, on voit les différentes couches de peinture, a des équipements préhistoriques et a besoin d’être remplacé. Et à Québec, ils n’ont pas la chance de compter sur une communauté anglophone pour tout payer (comme Bell et Molson ici). S’il n’y avait pas tant d’anglos à Mtl, je ne sais pas qui aurait bâti le Centre Bell, ni même l’ancien Forum. En 2000, quand le Canadien était en vente, aucun homme d’affaire francophone ne s’est manifesté. Cette fois-ci, seulement Péladeau.
      Le MTS Center est un bon exemple qu’un tel centre n’est pas juste pour le hockey:
      http://www.mtscentre.ca/press_releases/content.php?press_id=352

    • Les citoyens doivent sérieusement remettre en question le système politique qui permettrait une telle aberration de dilapidation de fonds publics sans aucune garantie (clairement dit par la LNH) dans un contexte d’endettement, de déficit et de hausse de taxes et impôts, accompagné d’une réduction marquée de la qualité des services.

    • je crois qu a l époque les Nordiques faisaient de l argent , juste pas assez pour marcel je me moi aubut

    • Je crois bien que le message de Gary Bettman s,adresse autant aux gens de Winnipeg et Québec que de ceux de Phoenix et Atlanta, il me semble bien que dans ces propros il n’y a pas de promesses pour aucunes de ces villes. Mais la LNH va prendrfe des décisions dans le meilleur de ses intérests, donc il n’y a rien de couler dans le ciment. Donc dans ses dires il y a autant de rêvres pour certaines comme des craintrs pour les autres.

      Maintenant j’ai énormément apr`cier votre billet de ce matin concernant les joueurs post-lock-out, comme vous avez parfaitement raison, il est très claire dans mon esprit même si j,ai 70 ans sonné que nous sommes devant un choque des générations qui est très rafraissant, mais c,est également vrai pour les directions des équipes également.

      Nous n,avons qu’à constater lesquelles sont en assention et lesquelles stagnes ou régresses, er bien souvent c’est que la transition post-lock-out ne s,est pas effectué, tant leur style de gestion que dans leur style de hockey, pour moi c’est le problème majeur du CH, mais j,ai de l’espoir avec Geoff Molson d,ailleurs sont ménage administratif est bien entammé.

    • @austerlitz

      Bien exprimé

      Ma déception dans ce débat viens du fait que l’on peut être d’accord avec un projet et en même temps exiger de la rigueur. Les politiciens que ce soit M.Labeaume, Charest , Duceppe ou madame Marois sont pour ce projet, à quel prix ce n’est pas important ils ont la vision d’une élection même si les conséquences de cette décision portera sur 30-40 ans. Vraiment désolant que l’on envisage de faire de ce Colisé le cas où la subvention au privé aura été la plus importante en pourcentage du projet, comment les payeurs de taxes peuvent accepter cela?

    • @Morlou

      Trop petit marché Québec?
      1,1 million d’habitants à moins d’une heure du Colisée

      15,000 personnes pour voir les Remparts dimanche passé, et un autre 15,000 pour voir la Série Québec-Montréal
      30,000 fans en une journée!

    • Bonjour M. Cantin

      Très heureux de vous revoir à la section des sports de La Presse. Où étiez-vous passé pendant toutes ces années? Concernant les difficultés financières des équipes du «sunbelt» américain, je pense que l’on doit se pencher sur la stratégie d’expansion de Bettman pour essayer de vendre le hockey aux américains.

      Je comprends que la stratégie de Bettman était de s’implanter dans les villes représentant les principaux marchés de télévision. À cet égard, seul Houston semble avoir été laissé de côté. Par contre, je n’ai jamais compris pourquoi la NHL a complètement ignorée de s’implanter dans les villes américaines ayant des affinitées naturelles avec le hockey. Les villes en question sont : Seattle, Portland, Milwaukee, Cleveland et Indianapolis. Ces villes ont toutes des affinitées avec le hockey et auraient constituées d’excellents marchés. On dira que Cleveland a déja eu son équipe et que ça n’a pas fonctionné mais soyons sérieux, on aurait pu dire la même chose pour Minneapolis-St.Paul. Avec des propriétaires crédibles, ça fonctionnerait assurément.

      Dans toutes les villes d’expansion, une seule outre Minneapolis, se situe dans un territoire ayant certaines affinitées avec le hockey. Il s’agit de Columbus situé dans le mid-west. Si cette organisation arrive à mettre une équipe gagnante sur la patinoire, ce sera un succès sur le plan financier. Pour les autres villes, ce sera plus difficile. Miami, Tampa Bay, Nashville, Atlanta, Raleigh-Durham et Phoenix sont essentiellement des n’ayant aucune base en termes de culture de hockey sur laquelle on pourrait bâtir. Quoique les choses semblent bien aller en Caroline et s’améliorer à Nashville. Mais doit-on procéder à des ventes de billets à des prix dérisoires pour attirer des spectateurs ?

      Bref, mon analyse de la situation, bien qu’incomplète, me laisse croire que la variable la plus importante est le nombre d’amateurs de hockey potentiels dans une ville, pas le nombre de la population totale. C’est pourquoi je suis d’avis que la NHL auarait du s’implanter dans des marchés ayant des chances de réussite plus élevées d’abord et ensuite tenter de s’implanter dans ce que l’on appelle les «untapped markets » ou marchés vierges.

      Quant au retour du hockey au Canada, je crois que ce sera inévitable à court ou moyen terme. Les circonstances ne sont plus les mêmes qui prévalaient lors du départ des équipes de Winnipeg et Québec. Le dollar canadien est maintenant au pair avec le «greenback», l’économie canadienne est beaucoup plus robuste que celle de nos voisins du sud et il y a maintenant le fameux plafond salarial qui permet à des petits marchés de compétitionner.

      Bref, si Québec et Winnipeg ne sont pas Toronto en ce qui à trait au bassin corporatif (Montréal est également loin, très loin derrière Toronto dans ce domaine) il serait certainement possible avec un bon plan d’affaires de faire revivre des équipes dans ces deux villes. Dans le cas de Québec, n’oublions pas notamment, que le revenu disponible par habitant y est plus élevé dans la vieille capitale qu’à Montréal et que le taux de chômage y est nettement inférieur. L’économie de la ville de Québec ne repose plus uniquement sur la fonction publique comme auparavant. L’économie de cette ville s’est diversifié de façon étonnante (assurances, infotech, sciences de la santé etc) depuis le départ des Nordiques. Sans être devenu un «corporate hub», je suis plutôt optimiste que l’on pourrait réussir à faire vivre de nouveau une équipe à Québec avec un propriétaire aux reins solides financièrement. À cet égard, le plan de convergence de M. Péladeau me semble crédible et plausible. Pour le dossier de Winnipeg, avec la famille Thomson dans le décor, je crois qu’on pourrait difficilement trouver des propriétaires aux poches plus profondes.

      On verra bien ce que la ligue nationale fera. Chose certaine, la ligue ne pourra éternellement se permettre de compter plusieurs équipes perdant chacune des dizaines de millions par année. Quoiqu’il en soit, je pense que les amateurs au Québec et au Canada auraient beaucoup plus de plaisir à prendre part à la renaissance des rivalités Canadien-Nordiques ou Jets-Flames, Jets-Oilers (pour peu que l’on assiste pas aux débordements des années 80 dans le premier cas) que de suivre les péripéties du Canadien, ou des Flames face aux Coyotes de Phoenix ou aux Predators de Nashville.

      Encore une fois, je suis bien content de vous voir de retour M. Cantin.

    • Plusieurs semblent penser que les Islanders ne bougeront pas. Pourtant, à l’inverse des Coyotes, de Nashville ou d’Atlanta, les Islanders se trouvent dans une ville où il y a déjà une équipe. Voire deux, si on compte les Devils voisins. Dès lors, déplacer les Islanders n’affecterait que moyennement la couverture américaine nationale que Bettman veut donner à la LNH. Si l’on considère que les fans de cette équipe se comptent sur les doigts d’une main, qu’en conséquence l’équipe tend à s’endetter et que Wang n’est pas le propriétaire le plus respecté de la ligue, il y a lieu de croire que cette équipe est une des candidate à un déménagement.

      La perte des Coyotes, Predators ou Thrashers, pour Bettman, possède l’immense défaut de diminuer géographiquement l’implantation de la LNH aux États-Unis. Pas celle des Islanders.

      Je crois qu’il ne faut pas éliminer cela de l’équation.

      Après, de là à dire que ça s’en vient à Québec, il y a bien sûr encore beaucoup d’incertitudes (mais pas beaucoup plus que pour d’autres villes candidates à une franchise de la LNH).

    • @peauline

      Ce chiffre est plus élevé à Ottawa, et l’on envisage des pertes à court terme.

    • Deux équipes seulement ? Soyons sérieux. Miami, Long Island, Nashville et Tampa ne nagent sûrement pas dans l’argent. J’aimerais bien savoir aussi comment New Jersey et Colorado génèrent de l’argent avec des gradins à moitié vides ? Si Bettman ne réussi pas l’été prochain à augmenter les revenus de télé avec un gros réseau américain il ne pourra se passer de Québec et Winipeg.

      Une équipe à Québec c’est maintenant viable avec un nouveau Colisé , une saine administration et un contrat de TV avec Videotron-TVA.

      Le seul obstacle selon moi est la venue de Donald Fehr. S’il fait tomber le plafond salarial adieu Québec et Winipeg mais aussi adieu une bonne dizaine d’équipes.

    • @ grimlock,

      Ça fait un peu années 60 votre commentaire. Les francophones ne sont plus les valets de services des anglophones du Golden Square Mile. Les anglophones habitant Montréal sont des Québécois comme tout le monde. D’ailleurs, je vous ferai remarquer qu’en 2000, pas un seul investisseur local (francophone comme anglophone) ne s’est porté candidat pour acheter le Canadien. C’est un Américain (George Gillett) qui est venu sauver le Canadien et ainsi empêcher un déménagement, ce qui n’était pas inimaginable à l’époque compte tenu des circonstances. Le Canadien fut la seule des équipes canadiennes a avoir un propriétaire non canadien depuis le début des années 2000. Rappelez-vous qu’en 2000, le dollar canadien valait environ 0.65 à 0.70. Auriez-vous acheter une entreprise sachant que vos revenus sont dans une devise valant seulement 70 % de la devise dans laquelle vos dépenses sont libellées ? Il fallait être presque fou et seul Gillett a prit ce risque. Je rappelle que les salaires (principale dépenses d’une équipe de la NHL) des joueurs des équipes canadiennes sont payés en dollars américains.

    • @sebastien24
      J’étais membre de la direction de notre salle de rédaction. Merci de votre accueil! Je suis très heureux d’être de retour à la chronique sportive.
      Vos propos sont très intéressants. D’ailleurs, le débat à ce sujet suscite plusieurs commentaires pertinents que je lis avec intérêt. Les points de vue sont bien étayés et cela rend la conversation profitable et agréable.
      Bon dimanche à tous,
      Philippe

    • Il est drôle de voir que le sujet est vu par le mauvais bout de la lorgnette… Québec, LNH ou pas, a besoin d’un amphithéâtre du 21e siècle, autant pour la tenue d’événements sportifs que de spectacles, ou événements divers, dont certains seraient tenus à Québec si l’infrastructure existait, mais qui se rabattent sur Montréal pour cette raison. Quand on a investi 20 millions pour mettre à jour le Palais Montcalm, 45 millions pour agrandir et moderniser le Centre de Congrès, 25 millions pour le Centre de foires, ou étiez-vous tous?
      Il s’agit d’une infrastructure nécessaire, et si on peut y attirer une équipe de la LNH, pourquoi pas? Je suis assez vieux pour me souvenir de l’époque pré-Grand Théâtre et du peu d’événements culturels d’envergure que Québec pouvait accueillir…

    • Il me semble que de négliger les marchés naturels pour Gary Bettman ouvre la porte a un scénario sac Popcorn. Juste pour vous faire sourire, pourquoi pas une division nord-américaine de la KHL. Québec ,Winnipeg, Hartford (Brass Bonanza), Hamilton et meme Halifax et une autre ville américaine. On aurait un bon produit intéressant, télévisé et international. Ça ferait mal à la NHL et Bye Bye Gary.

    • moi j’pensais que vous parliez des 2 équipes de MTL-QUÉ héhé

    • s.v.p ne pas comparer les assistances au macht de la série Mtl Québec ou les billet son donnés les macht des Rempart billet entre 10 et 25$ pis un macht de la NHL ou les loge son entre 75000$ et 150000$ par année les meilleur billet son a 150$ du billet sa fait pas crédible.

      les billets les moin chère au centre Bell son 25$ je crois pis y en as pas beaucoup.

    • Et les billet a 25$ du centre belle son commandité zone molson ex et zone saputo

    • Le nouveau Président Association des joueurs, Donald Ferh est redoutable, il veut faire sauter le plafond salarial, ne veut pas de petits marchés qui vivotent.

      Ferh pourrait faire changer bien des choses si il y a un autre lock-out et Quebec et Winnipeg sans plafond salarial est impossible.

      Je suis de Québec, je demeure sceptique au retour des petits marchés.
      De plus le dossier du Colisée est un fouillis.

    • @peauline
      Combien coûtent les billets pour ces deux événements? Es-ce comparable avec une équipe qui doit engendrer environ 70 millions de dollars par saison?

    • En replique à Peauline, les 15 000 fans dont vous parlez y sont parce qu’ils aiment le hockey, mais aussi parce que le billet d’entrée ne coute pas 150 $ pour une bonne place dans l’arena. Et ces même fans ne deboursent pas une somme astronomique pour un billet de saison des Remparts. Toutefois, un club de la LNH, c’est une autre histoire. Québec n’a pas un bassin suffisant de corporations ou de fans richissimes pour que ca puisse être viable à moyen ou long terme, surtout si le club ne performe pas sur la patinoire.

    • @treblig56
      Nécessaire vous dites?C’ est un moteur économique…Moutarde,relish,assiette,fourchette,plombiers,electriciens,uniformes,statinnements,transport en commun,imprimeurs,déneigeurs,placier,musiciens,balayeurs,bière,télé,paperman dans l’ urinoire….ect….Tout le monde est gagnant!
      @zboy
      Le tout se jouera lors de la prochaine convention collective….Si Bettman et Fehr ne s’ entendent pas en 2011-12….La LNH ¨craquera¨…Scrountch!

    • Oups…Salutations a zboy…mon commentaire (covention collective)s’ adressait plutôt a ray007….

    • À la suite des propos qu’il a tenu hier, il est maintenant plus clair que jamais que tant et aussi longtemps que Gary Bettman sera la DICTATEUR de la LNH, il n’y aura pas d’autres équipes de la LNH au Canada: que ce soit Québec, Hamilton ou Winnipeg.

      Le DICTATEUR Bettman n’a qu’une chose en tête: maintenir les équipes en difficulté là où ils sont…ou encore…les déménager dans d’autres villes américaines comme Las Vegas, Houston, Oklahoma City, Seattle, Kansas City.

    • Personnelement, je n’ai rien contre l’idée d’un nouvel amphitheatre à Québec.

      C’est tous l’aspect “aréna batit pour la NHL” qui m’achale et qui ressemble plus à une carte politique et populiste.

      Il est plus profitable, selon Bettman, pour la ligue d’avoir une équipe aux États-Unis, peu importe les revenu par match, justement à cause des demandes des commanditaires et les réseaux de télévision du fait que ça augmente la visibilité du sport au sud de la frontière.

      Il n’a pas besoin de plus d’argent de la région de Québec qui achète déjà de toute façon des produits NHL et les produits des commanditaires à cause de leur présence de la ligue.

      Encore une fois, tout cela est selon Gary Bettman. Mon avis ? Bettman n’a pas la passion du hockey, ce n’est qu’un homme d’affaire qui croît que ce n’est pas quelques fefans à Québec ou Winnipeg qui vont changer grand choses. Ça fait déjà 7 ans que Winnipeg veux une équipe de la NHL et ce n’est pas encore arrivé, pensez-vous vraiment que super Régis Labeaume va venir changer les plan de Bettman ?

    • @ sebastien24

      Excellent commentaire et de plus, très intéressant !

      Même M.Cantin auquel je m’empresse de saluer à mon tour, vous à fait, un jolie compliment, tout à fait, bien mérité !

      J’en connais un , le 123, qui doit se sentir, tout petit et moins intélligent devant votre brillante intervention !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2011
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité