Philippe Cantin

Philippe Cantin - Auteur
  • Philippe Cantin

    Après dix ans à la direction de l’information de La Presse, Philippe Cantin retourne à ses premières amours et reprend la couverture sportive.

  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 29 janvier 2011 | Mise en ligne à 13h54 | Commenter Commentaires (20)

    La formidable évolution du hockey aux États-Unis

    USAs

    Raleigh - Dans le cadre du match des étoiles, le patron de USA Hockey, la fédération américaine, a rencontré les journalistes ce matin. Dave Ogrean est un type énergique, qui se bat avec vigueur pour le développement de son sport aux Etats-Unis.

    Ogrean reconnaît que la LNH et Gary Bettman ont souvent été blâmés pour avoir accordé une concession à plusieurs villes du sud des Etats-Unis où le hockey éprouve de ennuis à s’enraciner.

    “Mais pour le développement de notre sport, ce fut fantastique, a-t-il affirmé. Cette saison, 20 p. cent des joueurs de la LNH sont Américains. Ils sont originaires de 25 États différents. Il n’y a pas si longtemps, nous joueurs venaient presque tous du Minnesota, du Michigan et du Massachusetts. Quelques uns avaient aussi grandi dans l’État de New York. L’évolution a été fantastique.”

    Les initiatives pour mousser la popularité du hockey mineur aux États-Unis sont nombreuses. De nouveaux programmes sont mis sur pied et on sent beaucoup de dynamisme chez les dirigeants de la Fédération américaine. En avril 2012, le Championnat du monde de hockey féminin sera présenté à Burlington, au Vermont. L’aréna ne compte que 4 000 sièges mais les promoteurs prévoient un gros succès. La tenue de l’événement, disent-ils, constituera un atout supplémentaire dans la progression de ce sport.

    “On voue envie, les Canadiens, a ajouté Ogrean. On aimerait bien qu’aux Etats-Unis, tous les enfants reçoivent aussi un cadeau de Noël lié au hockey avant l’âge de 8 ans!”

    Ogrean espère que la LNH participera aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014.  ”Gary Bettman et Donald Fehr connaissent bien la position de notre Fédération à ce sujet. Le hockey est un sport international et les meilleurs joueurs doivent être aux Olympiques.”

    N’en doutez pas: l’influence américaine au sein de la LNH, déjà prédominante, continuera de gagner en intensité. Il sera intéressant de surveiller comment cette réalité influencera les tentatives de Québec et de Winnipeg d’obtenir de nouveau une concession de la LNH.

    Une clé de l’équation demeure la vigueur de notre devise. Aussi longtemps que le dollar canadien se maintiendra à parité avec le billet vert de l’Oncle Sam, des chances de succès existent. Mais une dépréciation marquée entraînerait assurément des conséquences négatives.  Si la plupart des analystes financiers croient improbable pareil scénario dans les prochains mois, il reste très hasardeux d’effectuer des prédictions à plus long terme.

    -0-0-0

    Le Bureau des gouverneurs de la LNH donnera bientôt son accord à la vente des Sabres de Buffalo à Terry Pegula, un milliardaire américain qui a fait fortune dans l’industrie du pétrole et du gaz naturel. Il a récemment vendu sa compagnie 4,7 milliards à Royal Dutch Shell.

    Ce dossier a progressé ce matin lors d’une réunion tenue à Raleigh. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les partisans des Sabres, qui verront ainsi l’avenir de leur équipe assuré.

    Pegula est un formidable apôtre du développement du hockey aux Etats-Unis. En septembre dernier, il a effectué un don de 88 millions à l’Université Penn State, afin qu’elle bâtisse un nouvel aréna et mette sur pied un programme de hockey masculin digne de la Division I, la plus élevée du sport universitaire américain. Oui, 88 millions !  Il s’agit du plus important don jamais consenti à Penn State.

    Cet engagement de M. Pegula, qui vit en Floride, fournit une autre illustration de la vigueur du hockey chez nos voisins du sud.


    • Bravo M.Cantin!

      Il est facile de constater votre passion pour l’écrit et il en est très bien ainsi. Continuez de nous informer à ce rythme infernal lol.

    • Je comprends bien qu’il y a une évolution Monsieur Cantin, mais comment peut-on alors expliquer la baisse des assistances dans la LNH et des assistances dérisoires dans certains marchés? Je ne suis pas certain que l’évolution soit aussi convaincante que vous le dites, surtout lorsque les matchs sont diffusés sur Versus et qu’ils rejoingnent un nombre plutôt limités d’auditeurs. En fait, la LNH peut dire un gros merci aux Québécois et Canadiens dispersés partout aux États-Unis qui remplissent les arènas lors de la visite de leur équipe canadienne fétiche. Je trouve votre vision un peu rose par rapport à la réalité! J’aimerais dégager le même optimisme que vous sur ce point.

      En fait, je parlais davantage du développement des joueurs. Le don du futur proprio des Sabres à l’Université Penn State constitue une démonstration de cet engagement. Cela dit, vous avez parfaitement raison de signaler que plusieurs villes américaines ont des difficultés inquiétantes au niveau des assistances. À ce chapitre, la LNH n’est pas sortie du bois. Voilà sans doute une chance pour Québec et Winnipeg.
      Philippe

    • Le mécénat sportif est une valeur peu diffusée du côté québécois. C’est un peu plus développé du côté du Canada anglais.

      Le nombre de joueurs repêchés provenant de la Californie en est une preuve tangible. Le hockey au Québec est devenu un sport pour les fortunés. Combien de talent ne sera pas détecté? Dommage.

    • Le pire…c’ est que nous finançons (partage des revenus!)la reussite des USA au détriment de notre propre hockey….Quand ils décident de prendre le contôle….Les Amaricains n’ ont pas leur égal….On devrait ¨flusher¨leurs dirigeants,leur monopole et avoir un partenariat avec l’ Europe….La bataille serait plus égale…et équitable…Merci

    • L’évolution au USA, c’est grace à Mario Lemieux.

    • effectivement ! Les américains forment les meilleurs joueurs de la NHL

    • C’est évidemment difficile, voire impossible, de supplanter le football, baseball et basketball dans l’intérêt de la population américaine, mais il y a plusieurs marchés importants et un bassin de joueurs qui augmentent sans cesse. Je ne pense pas que le hockey professionnel en Floride, Caroline, Arizona soit une bonne idée, sutout au détriment de certaines villes canadiennes.

      Le hockey collégial américain est bien structuré et profite des rivalités sportives qui existent déjà. Contrairement au soccer, le hockey est très spectaculaire par sa rapidité et son intensité. La Coupe Stanley ajoute du prestige. La popularité du sport va venir avec le temps, surtout si la neige continue à faire partie du paysage un peu plus au sud qu’à la normale.

    • Effectivement le hockey c’est très bien developpé depuis les 20 dernières années aux USA, mais c,est tout simplement le cercle du Minnissota, Mass et Michigan qui s’est agrandi pratriquement le long des frontières du Canada, donc chez nos voisins c,est aussi un sport de leur états nordiques. Il n’y a pas grand clubs de hockey mineur en Floride, Arizona, Géorgie, Tennessee,Caroline et Texas autres que professionels.

      Mais pendant combien de temps les équipes rentables de la LNH vont accepter, surtout celles au Canada, de subventionner toutes ces équipes du sud qui n’ont jamais fait de profits, dans le fond c’est moins de profits pour les rentables. Je suis à peu près certain qu,avec des équipes à Québec et Winnipeg et même une à hamilton ou dans le grand Toronto cela ne ferait que d,avoir trois autres équipes rentables, du moisn qu’elles feraient leurs frais.

    • oh que oui ca pogne, surtout dans le sud des états-unis……voyons donc

    • J’enseigne le hockey dans la region de Washington depuis 1998 et l’evolution dans les rangs mineurs est remarquable. Il y a 12 ans, la CBHL (Capital Beltway Hockey League) avait environ 4-5 clubs de niveau AA. Maintenant, il y en a au dessus de 15, sans compter les 2-3 organisations AAA. Il ya a plusieurs joueurs que j’ai coache au niveau Peewee qui joeuent en division 1 de la NCAA, dans la USHL, dans la ECHL ou au noveau midget AAA de l’Atlantic Youth Hockey League (dont provient John Carslon des Caps).
      Cependant, outre les organisations reconnus comme le Compuqre, LIttle Ceasars, Belle Tire, Chicago MIssion, mes deux organisations favorites pour le hockey mineur sont les St-Louis Junior Blues dont presques tous les niveaus sont diriges par d’anciens joueurs de la NHL, et les Florida Everblades, une organisation qui reussit toujours a classer plusieurs de ses jeunes equipes parmi les 20 premiers aux USA malgre un tres petit bassin de joueur. Si ca vous interesse, le lien suivant illustre un peu la multiplication des organisations mineurs aux USAs. Aussi, le tournoi annuel Nike Bauer, a Chicago est super interessant. On peut y voir beaucoup de futurs ‘est en quelque sorte comme le tournoi PW de Quebec mais sur plusieurs niveaux.

      www.myhockeyrankings.com

      Merci de ces commentaires, une contribution intéressante au débat.
      Philippe

    • Le sport sert aux Étatsuniens d’identification à leur coin de pays… Le sport d’élite leur sert aussi à faire de hautes études. Études qui sont drôlement plus coûteuses qu’ici.
      .
      Les Étatsuniens ont un autre avantage : Les équipes de la LNH ont, quoi, 4 ans pour signer un joueur universitaire? Ça laisse beaucoup plus de temps qu’avec un junior. C’est économique.
      .
      Dernier point. Tant que la LNH continuera de permettre un arbitrage inconstant pour ne pas dire médiocre (une façon d’arbitrer par période, une autre qui dépend du type de saison : régulière ou séries; bref…), ne sévira pas sévèrement contre les coups vicieux, ne protégera pas mieux ses vedettes, le hockey va demeurer un sport mineur au niveau des sports-spectacles aux É-U. Il sera pratiqué, les preuves sont là, mais il ne sera pas un sport grand public.

    • Monsieur Cantin,

      Je veux bien vous croire lorsque vous parlez de l’évolution du hockey aux USA. Il est vrai que de plus en plus de joueurs (et des bons à part ça), viennent des “States”. Exemple: Paul Stasny, Patrick Kane, Zach Parise, Ryan Miller, etc.). Il n’en demeure pas moins que plusieurs concessions américaines dans la LNH ont de sérieux problèmes au niveau des assistances. On n’a qu’à penser à New York (Islanders), Atlanta, Carolina, et Phoenix (qui n’est pas encore “sorti du bois”).

      C’est beau d’essayer de stabiliser ces franchises; toutefois, la LNH ne peut continuer à perdre autant d’argent avec celles-ci. Si Québec sait positionner ses pions (et que le maire Labeaume arrête de jouer au “bébé pleurnichard” face au Fédéral), on peut espérer un jour, que les Nordiques reviendront dans la LNH, pour notre plus grand plaisir à tous et de celui… des “fans” du CH.

      Ah les mémorables “party” du Temps des Fêtes”d’autrefois avec des matchs aller-retour Nordiques-Canadiens. On s’engueule, on s’investive et après on prend une bonne bière et on bouffe de la tourtière.Allez les fans du CH, avouez que ça vous manque.

      Bon match demain.

      Gilles Morissette
      Québec

    • Gary Bettman a gagné en quelque sorte son pari.

      Il se construit plus d’arénas dans l’état du Minnesota que dans tous le Canada au complet. Le Texas est en pénurie d’heures de glaces pour son hockey mineur et la Californie a fait repêcher 2 joueurs en première ronde cette année.

      Sans oublier que per capita c’est le Minnesota (encore) qui produit le plus de joueurs de hockey professionnels en Amérique.

      Ils sont plus de 300 millions, alors si on en intéresse seulement que 10% on dépasse la population du Canada.

      Si on veut assurer la pérennité et la croissance de «notre» sport, on doit encourager le développement chez nos voisins.

      Martin

    • Un don de 88 millions !!! Pendant ce temps, dans le Québec de Charest , Marois et de la CSN,cassé, pauvre (qui se pense riche), surtaxé (mais les Québécois semblent aimer les taxes), tout croche (mais les Québécois pensent qu’ils ont un bon système de santé et d’éducation), nous avons toutes les peines du monde à construire un aréna pour la ville de Québec… Il faut dire qu’avec les politiciens deux de piques que nous avons, cela ne me surprend pas.

    • On a vraiment toutes les chances de son coté quand on a un propriétaire comme M. Pegula. C’est bien différent du dossier de Québec. Je ne crois pas du tout au projet de Québec de la façon dont les chose se déroulent depuis le début de cette saga. Les citoyens du grand Québec vont se faire avoir encore une fois. Y a t’il un M. Pegula au Québec? Malheureusement, NON!

    • @americanophile
      Il s’agit d’un don privé et non gouvernemental, c’est comme si Jean Coutu ou la famille Saputo donnerait 80 millions à l’UDM ou à McGill. Les gouvernements et les syndicats n’ont rien n’avoir là dedans. La différence c’est que M.Pegula donne son argent et laisse Penn State l’administrer, ici M.Péladeau offre de l’argent pour Québec, mais veux contrôler et récolter les profits.

    • Si on compare avec la situation qui prévalait il y a 20 ans, c’est toute une différence, en effet. À ne pas confondre avec la santé financière des équipes et la cohue aux guichets. Les dollars loisirs se font rares de nos jours, aux USA comme ailleurs. Quant à une équipe de la LNH à Québec ou ailleurs au Canada, la seule et unique clé à ce succès est la vigueur du huard. Pas de parité, pas d’équipe. Imaginez : on a la parité et pas de nouvelles équipes. Qu’est-ce que ce serait sans?

    • Je trouve tjrs drole d’entendre des gens dirent qu’on voit bien que le hockey ne fonctionne pas aux États-Unis. Pour partir d’aussi loin que la LNH partait, ca prend quelques générations avant d’assoir une base de fan solide. Ce sont les Patrick Kane de ce monde qui sont les premiers enfants de l’ère Gretzky-LA a envahir le monde du hockey. Si la LNH continue a pousser en ce sens, les enfants des enfants deviendront des fans et la base se renouvellera.

      Mais ceux qui croient qu’on aurait du voir un amour du hockey comme au Canada après 20 ans vivent d’utopie.

      Et arrêter de me dire que le hockey ne fonctionne pas en Floride, le baseball ne fonctionne pas en Floride. Les Rays avec l’équipe la plus puissante de la MLB attirait a peine 15 000 personnes. Ca prend une présence des Marlins en série pour que les gens commencent a y aller.

      Ce n’est pas le hockey qui ne fonctionne pas en Floride, c’est le sport en général

    • Right on! Je suis un peu tanné de toujours dire que Bettman a tout faut. La preuve les USA sont de plus en plus dangereux dans les compétitions internationales. On ne revire pas une situation en claquant des doigts et on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs.

    • Le hockey n’est pourtant pas des les sports les plus populaire au USA, il est même loin!
      Foot Us en 1er, Baseball, basket NBA, basket universitaire, foot us universitaire…
      Même le soccer devient plus populaire que le hockey !!
      Au Canada oui c est indéniable mais ailleurs pfuittt en Russie il est deuxième ! Mais loin derrière le soccer le foot.
      Et à l’échelle mondial c’est tout petit. Le cricket et le hockey sur gazon sont 80x plus populaire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité