Le Big blogue de Londres

Archive de la catégorie ‘WikiLeaks’

Vendredi 22 juin 2012 | Mise en ligne à 10h36 | Commenter Commentaires (5)

Suspense à l’ambassade

Coup de génie ou pure folie? Julian Assange a joué son va-tout mardi dernier en se réfugiant à l’ambassade équatorienne de Londres, où il a demandé l’asile politique. Il a pris tout le monde par surprise. Même ses amis proches n’étaient pas au courant. Une semaine plus tôt, la cour suprême avait refusé de réexaminer son dossier. La cour européenne des droits de l’homme était la dernière chance d’Assange pour bloquer son extradition en Suède, où il est recherché pour une affaire d’agressions sexuelles.

De toute évidence, il croyait n’avoir aucune chance.

Pourquoi a-t-il choisi l’ambassade de l’Équateur? Parce qu’il a interviewé son président Rafael Correa à son émission sur une chaîne russe. Apparemment, cela a bien cliqué entre les deux américanophobes. Correa a terminé l’entrevue en lui disant: “Bienvenue dans le club des persécutés.”

Julian Assange fait sans doute une surdose de dulce de leche pendant que sa demande d’asile est à l’étude. Sa seule chance est un accord entre l’Équateur, la Grande-Bretagne et la Suède sur sa situation, a expliqué un expert à la BBC. Le fondateur de WikiLeaks est certain que son extradition vers la Suède ne serait qu’une escale avant d’atterrir dans une geôle aux États-Unis. Le FBI aurait un touffu dossier de 48 000 pages sur sa personne.

En se terrant dans l’ambassade, l’Australien de 40 ans a brisé les conditions de sa liberté et sera arrêté dès qu’il mettra le pied dehors -à moins d’un arrangement entre l’Équateur et la Grande-Bretagne.

Il peut toujours mettre à exécution un des cinq stratagèmes imaginés par le chroniqueur Tim Dowling pour s’échapper incognito. Du genre, commander une pizza et repartir déguisé en…livreur de pizzas.

On sait jamais.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Lundi 17 octobre 2011 | Mise en ligne à 11h05 | Commenter Commentaires (10)

Les indignés vont à la cathédrale

Occupy-London-Stock-Excha-007

Nous avons eu les émeutes étudiantes à Whitehall et Parliament Square à l’automne 2010. La manif contre les coupes budgétaires en mars dernier. La grève des enseignants et fonctionnaires en juin. Les émeutes à travers le royaume en août.

Et maintenant, l’occupation du parvis de la cathédrale Saint-Paul, devant la Bourse de Londres, inspiré du mouvement à New York. Le pays est la proie d’une mobilisation sociale jamais vue depuis trente ans.

Les manifestants, qui ont érigé une centaine de tentes, jurent qu’ils ne quitteront pas les lieux avant Noël.

Jusqu’à présent, l’ambiance est bon enfant. Des travailleurs de la City ont même échangé quelques mots courtois avec les “indignés”. Et les policiers, loin de vouloir les chasser, semblent plutôt coopératifs.

Une bonne nouvelle, non? Espérons qu’ils tiendront le coup et que des opportunistes ne s’approprieront pas les lieux.

Les occupants ont reçu la visite surprise de Julian Assange de WikiLeaks, qui désirait sans doute faire mousser les dons à son organisation. Son discours fut assez anodin, sauf pour sa dernière phrase: “Ce mouvement ne vise pas la destruction mais la construction de la loi.” Remarquez que la foule répète ses paroles pour les gens à l’arrière qui ne pouvaient comprendre. C’est accidentellement assez comique. Cela me fait penser à une certaine scène de “Life of Brian” des Monty Python.

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






Mercredi 21 septembre 2011 | Mise en ligne à 13h23 | Commenter Commentaires (4)

Une autobiographie non autorisée d’Assange

Julian-Assange-007

Décidément, le sort continue de s’acharner sur Julian Assange. Nous venons d’apprendre dans la dernière heure que la maison d’édition Canongate publiera demain son autobiographie sans son autorisation. Le fondateur de WikiLeaks avait signé un contrat avec l’éditeur britannique à l’hiver dernier dans le but avoué d’amasser de l’argent pour payer ses frais d’avocats. Je vous le rappelle, sa lutte judiciaire contre son extradition vers la Suède n’est pas terminée. La Cour d’appel devrait rendre sa décision bientôt.

Or, Assange avait changé d’idée après avoir pondu une première version de ses mémoires. Il craignait qu’elles ne servent de munitions aux États-Unis, qui rêvent de mettre le grappin sur lui. Canongate insiste que le contrat tient toujours parce que l’Australien n’a pas rendu l’avance de 500 000 livres sterling qu’il avait touchée.

Le grand blond doit être absolument furieux. Réputé pour son caractère belliqueux, Julian Assange n’est pas doué pour garder ses amis. Il a accusé The Guardian au début du mois d’avoir publié le mot de passe donnant accès aux fameux câbles diplomatiques dans le livre “Assange’s war on secrecy”, signé par deux de ses journalistes. C’était l’explication d’Assange pour avoir publié les télégrammes en entier, sans censurer les noms d’informateurs et de diplomates qui sont peut-être en danger aujourd’hui.

Personne n’aurait cru que ce mot de passe était encore bon mais apparemment, il l’était. Les câbles circulaient déjà sur internet avant leur publication officielle par Wikileaks.

Ange ou démon? Ce Julian Assange est de plus en plus difficile à saisir.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité