Le Big blogue de Londres

Archive de la catégorie ‘Religion’

600181-kateri-tekakwitha

Avec la canonisation de Kateri Tekakwitha, le pape a tendu la main aux Premières Nations d’Amérique du Nord. Un acte de prosélytisme. Mais sans doute aussi un geste de rédemption envers les 150 000 enfants autochtones canadiens qui ont été arrachés de leur famille et gavés de catéchisme dans les pensionnats catholiques pendant un siècle. Un programme d’acculturation immonde.

L’emphase avec laquelle le cardinal Ouellet et le pape lui-même ont louangé les Amérindiens cache sans doute un désir de racheter les fautes du passé. Le cardinal québécois parlait de “noble race” à un service spécial samedi soir. Une expression, qui je l’avoue, m’a fait sursauter. Fait inusité, la cérémonie a commencé avec un rite de purification amérindien ancestral, la fumigation. Quelques femmes habillées traditionnellement ont éventé de la fumée d’encens vers les fidèles alors que le cardinal et les évêques canadiens se tenaient immobiles. Une belle délicatesse.

Benoît XVI est allé jusqu’à bénir les autochtones d’Amérique du Nord sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Et les évêques canadiens que j’ai rencontrés ne cessaient de rappeler leurs souffrances. L’archevêque d’Edmonton Richard Smith a fait un parallèle entre les cicatrices sur le visage de Kateri, séquelles de la petite vérole, et celles, intérieures, des membres des Premières Nations.

L’archevêque de Winnipeg a été un peu plus franc. “Il y a un gros problème de racisme envers la communauté. Cet évènement est notre seconde chance pour mieux faire les choses”, m’a dit monseigneur James Weisgerberger.

Remarquez que les autochtones que j’ai rencontrés au cours du week-end étaient en général âgés de 40 ans et plus. Est-ce que la canonisation de Kateri fera courir les plus jeunes dans les églises? C’est sans doute un miracle hors de portée pour la sainte amérindienne.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






Mercredi 7 mars 2012 | Mise en ligne à 13h01 | Commenter Commentaires (26)

Paranoïa sur le mariage gai

David Cameron tente d’adoucir l’image de son parti, avec plus ou moins de succès, depuis qu’il en a pris les rênes en 2005. C’est ainsi qu’il a annoncé en septembre dernier qu’il approuvait le mariage gai. “Nous sommes en consultation pour légaliser le mariage entre homosexuels”, avait-t-il annoncé à la conférence annuelle des conservateurs sous le regard fier de sa femme Samantha Cameron.

La rébellion s’organise alors qu’on attend la publication d’un rapport qui posera les jalons d’une légalisation du mariage gai d’ici 2015. Le primat de l’Église catholique britannique a déclaré dimanche dernier que ce serait “pure folie” et une “subversion grotesque d’un droit humain universel”. Justement, le droit de se marier n’est pas universel tant qu’il ne s’applique pas à une partie de la société. À l’heure actuelle, les homosexuels peuvent seulement devenir “partenaires civils”.

L’indignation est généralisée dans l’église catholique et l’Église anglicane. Même certains ténors de la presse de gauche appellent à la prudence face à un changement à la loi.

En comparaison, les appuis sont beaucoup plus discrets.

Ça ne regarde pas bien pour David Cameron, qui pourrait être rabroué par la vieille garde de son parti. Peut-être que le changement devra passer par la justice, comme ce fut le cas au Canada.

Lire les commentaires (26)  |  Commenter cet article






Jeudi 9 juin 2011 | Mise en ligne à 12h51 | Commenter Commentaires (35)

Quand l’archevêque se mêle de politique

P29rf

“Nous sommes engagés dans des politiques radicales pour lesquelles personne n’a voté.” Qui a dit ça? Le chef de l’opposition? Un chroniqueur politique? Non, l’archevêque anglican de Canterbury, Rowan Williams. Il a vertement attaqué les coupes et les réformes de la coalition menée par David Cameron en éducation et en santé. “À tout le moins, il y a une anxiété compréhensible à propos de ce qu’il y a de démocratique dans un tel contexte”, écrit-il dans l’hebdomadaire centre-gauche New Statesman.

Cette intervention peut faire sursauter. De quoi se mêle le patriarche de l’Église anglicane? Même si on est d’accord avec ses opinions, beaucoup plus libérales et modérées que n’importe quel cardinal catholique de votre choix, est-ce raisonnable de sa part?

L’archevêque n’est pas seulement un homme religieux aux yeux de bien des Britanniques. C’est un intellectuel, un penseur pour les uns, un polémiste arrogant pour les autres. Comme l’explique Robert Pigott de la BBC, il se voit comme la conscience de la nation, le défenseur de la mère monoparentale et de l’assisté social, qui seront les plus durement touchés par le plan d’austérité.

Ses intentions sont peut-être nobles mais doit-on accepter cette ingérence pour le simple fait qu’il parle au nom de millions de gens sans voix?

Lire les commentaires (35)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité