Le Big blogue de Londres

Archive de la catégorie ‘Histoire’

Lundi 2 avril 2012 | Mise en ligne à 10h25 | Commenter Commentaires (5)

Un village britannique dans le Sud-Atlantique

Il y a trente ans aujourd’hui, l’Argentine envahissait les îles Malouines, à 480 km de ses côtes. Comme je l’explique dans mon article de ce matin, les tensions sont à couper au couteau entre les deux nations. Et le regain d’intérêt des Argentins pour la poignée d’îles n’est pas que patriotisme. Il ne fait plus de doute que la région est riche en pétrole. Jusqu’à 60 milliards de barils. L’exploitation commencera d’ici cinq ans, à la barbe des Argentins.

Le problème avec la position de l’Argentine, c’est que le droit à la décolonisation tant brandi par Cristina Kirchner, est intenable sans l’assentiment des “Falklanders”, les habitants des îles. Et ils sont aussi britanniques que les résidents de Sheffield ou Birmingham. Les boîtes téléphoniques sont rouges, leurs supermarchés sont les mêmes que ceux dans la mère patrie et le climat est aussi pourri. Même s’ils se lèvent et se couchent sur les vestiges du colonialisme britannique, ce n’est pas eux qui vont demander à être “libérés”.

Un seul insulaire, James Peck, a demandé la citoyenneté argentine. Elle lui fut remise en personne par Kirchner, qui ne pouvait laisser passer une telle occasion.

Le droit d’un peuple à l’autodétermination semble le point final de la dispute entre les deux nations, malgré toutes les remarques baveuses de David Cameron. Aussi injuste que cela puisse paraître, il semble que l’Argentine a attendu 150 ans de trop avant de se réintéresser aux Malvinas.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 8 avril 2011 | Mise en ligne à 8h29 | Commenter Commentaires (11)

La barbarie du colonialisme

Ndiki Mutua et Paulo Nzili ont été castrés par les forces coloniales britanniques au Kenya dans les années 50. Ils étaient soupçonnés d’être des rebelles Mau Mau. Wambugu Wa Nyingi a eu à peine plus de chance. Il a été battu jusqu’à en perdre connaissance. Jane Nuthona Mara de son côté, a été victime d’abus sexuels “épouvantable”. Chères lectrices, regardez ailleurs si vous avez l’âme sensible: un des sévices consistait à insérer une bouteille contenant un liquide bouillant dans le sexe.

Le grand-père même de Barack Obama, Hussein Onyango Obama, avait été incarcéré à l’aube de l’insurrection Mau Mau, en 1949.

Les quatre Kényans mentionnés plus haut sont à Londres ces jours-ci pour obtenir réparation au nom d’un millier de survivants des atrocités. Le Foreign Commonwealth Office espère que le juge de la Haute Cour ne créera pas un précédent, cela ouvrirait la porte à tous les survivants des brutalités de l’impérialisme britannique. Le FCO rejette toute responsabilité légale, alléguant qu’elle a été transférée à la république kényane au moment de l’indépendance en 1963.

Les anciens prisonniers ne demandent pas la lune: des excuses et un fonds d’aide sociale. Un refus serait une nouvelle atteinte à leur dignité.

Malheureusement, on sent peu de repentance de la part de la Grande-Bretagne. Vrai, David Cameron a avoué cette semaine que le royaume était à l’origine de beaucoup de maux dans le monde. Mais en même temps, les Britanniques se ruent vers les îles Malouines, cet archipel au large de l’Argentine, pour exploiter leurs richesses pétrolières. Malaise.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Jeudi 13 août 2009 | Mise en ligne à 9h56 | Commenter Commentaires (53)

Pardonner aux vieux criminels?

lockerbie_1210206c.jpg

Voici une question intéressante: Devrait-on libérer les vieux prisonniers quand ils sont à l’article de la mort? Devrait-on leur donner le privilège de mourir près des leurs, même quand ils ont privé eux-mêmes des gens de revoir leurs proches vivants? Deux vieux prisonniers, dont les crimes ont fait parler le monde entier, ont été relâchés ou le seront bientôt par la justice britannique. Tout d’abord, Ronald Biggs, un des auteurs du “hold-up du siècle”, a été amnistié vendredi dernier. Il souffre de pneumonie et ne peut plus parler ni marcher. L’homme de 80 ans a rejoint sa femme, Veronica et son fils, Michael. M. Biggs n’avait tué personne, mais le vol de 2,6 millions de livres sterling en 1963 avait été le début d’une longue cavale de 36 ans.

Puis, aujourd’hui, la rumeur court que la seule personne reconnue coupable pour l’explosion en plein air du vol Pan Am 103, en 1988, le Lybien Abdelbaset al-Megrahi, sera relâché la semaine prochaine. Son cancer de la prostate est en phase terminale. Ses docteurs disent qu’il n’en a plus pour longtemps. Certains proches des 270 passagers, dont beaucoup de Britanniques, sont outrés alors que d’autres doutent toujours de sa culpabilité. Al-Megrahi clame son innocence depuis le début. Beaucoup croient qu’il n’a été qu’un pion pour le colonel Khadafi.

Quoi qu’il en soit, qu’en pensez-vous? Est-ce que cela dépend de la gravité du crime? Si Charles Manson, par exemple, devait être à l’article de la mort, devrait-il être relâché?

Pour ma part, j’ai tendance à penser que faire preuve de charité dans ces cas-ci est plus noble moralement. Je me demande aussi quels sont les bienfaits pour la société de mettre des humains dysfonctionnels en cages. Ce n’est clairement pas dissuasif et les criminels récidivent la plupart du temps lorsque libérés. J’avais lu en 2006 un article étonnant sur une prison “ouverte” sur une île en Norvège où les prisonniers étaient réhabilités grâce à des programmes spéciaux mais aussi grâce à leur contact avec la nature. Ça peut sembler utopique et fleur bleue mais le système actuel, où les prisons sont en quelque sorte des écoles de crime, ne fonctionne pas et coûte excessivement cher.

Lire les commentaires (53)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité