Le Big blogue de Londres

Archive de la catégorie ‘Économie’

Mardi 27 novembre 2012 | Mise en ligne à 11h00 | Commenter Commentaires (8)

Welcome Mr Carney!

Bank-of-Canada-governor-M-010

Je croyais que l’embauche d’un Canadien allait être accueilli avec réserve, sinon perplexité, par la presse britannique. Quoi? Un Britannique ne faisait pas l’affaire pour diriger la banque centrale? Ni même un résidant de Londres, capitale financière du monde?

Au contraire, les chroniqueurs économiques tressent les lauriers de Mark Carney, 47 ans, qui déposera ses valises en compagnie de sa femme anglaise en juillet prochain pour prendre la relève de Mervyn King. Ce dernier a dirigé la Banque d’Angleterre comme un mandarin ces dernières années, selon des sources citées par le Financial Times. Il fût blâmé pour ne pas avoir prédit la crise financière qui a éventuellement provoqué la nationalisation partielle ou totale de trois banques britanniques en 2008: Royal Bank of Scotland, Lloyds et Northern Rock.

Que Mark Craney attache sa ceinture, chacune de ses décisions sera scrutée à la loupe. Il n’y a pas de presse plus féroce au monde que celle des Anglais. Le Guardian lui reproche déjà de ne pas avoir convaincu le ministre des Finances britannique, George Osborne, d’élargir son mandat. Avec un salaire de 624 000 livres sterling (environ un million de dollars), il devra s’habituer à recevoir des flèches au quotidien.

Ailleurs, on lui déroule le tapis rouge. “La Grande-Bretagne a besoin de vous”, écrit l’éminent Martin Wolf dans le FT. Son embauche est un coup de maître, selon The Economist, qui compare sa venue en Grande-Bretagne au transfert de Lionel Messi, le meilleur joueur de foot au monde, à l’équipe londonienne d’Arsenal.

Par la bande, le recrutement de Carney redore le blason d’un pays qui est souvent tourné au ridicule chez les Britanniques. “Un vieille blague parmi les journalistes voulait qu’un article qui comprenait le mot “Canada” dans la première phrase ne serait jamais lu”, rappelle The Guardian. Eh bien maintenant, les Britanniques sont au courant que le Canada fut à peine écorché par la dernière crise alors qu’ils en bavent toujours. Parfois, ça paie d’être “plate”.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Jeudi 5 juillet 2012 | Mise en ligne à 8h23 | Commenter Commentaires (9)

Le banquier tricheur

Excusez le pléonasme dans le titre. Cette année, on dirait que pas une semaine ne passe sans qu’une grande banque britannique ne se trouve dans l’eau bouillante. Un des directeurs les plus honnis de la City a remis sa démission mardi dernier: Bob Diamond de Barclays, quatrième banque au monde en terme d’actifs. La banque a reçu une amende de 460 millions de dollars pour avoir tenté de manipuler le Libor, un index des taux d’intérêt pour les prêts interbancaires qui déterminent indirectement ceux offerts aux entreprises et particuliers. Seize banques britanniques déterminent ces taux chaque jour.

De 2005 à 2009, Barclays a publié des taux plus bas que son coût réel de financement, question de donner l’impression que ses finances étaient robustes et ainsi, rassurer le marché.

Ah mais ce n’était pas de leur faute, s’est défendu Bob Diamond. Suite à sa démission, il a publié un courriel datant de 2008 qui indique que des ministres étaient inquiets des taux élevés de Barclays en comparaison au reste du secteur.

Diamond affirme qu’il n’était pas au courant de la manipulation des taux Libor avant le mois dernier. Encore un autre chef d’entreprise qui se prétend victime. C’est le codirecteur des investissements, Jerry Del Missier, qui aurait agi de son propre chef.

Bob Diamond ne convainc personne, surtout pas les députés qui l’ont interrogé hier (voir la vidéo ci-dessus).

Les parlementaires ne font plus trembler les banquiers depuis longtemps, et surtout pas depuis que l’État a puisé dans ses coffres pour sauver des banques de la faillite en 2008.

Les agences de notation par contre…Moody’s a annoncé qu’elle pourrait revoir à la baisse la cote de Barclays suite à ses ennuis.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Mercredi 27 juin 2012 | Mise en ligne à 12h31 | Commenter Commentaires (2)

Y a-t-il un capitaine à bord?

Une des citations les plus célèbres de Margaret Thatcher est la suivante: “The lady is not for turning.” Certes, la dame de fer n’aimait pas changer son fusil d’épaule, pour le meilleur et pour le pire.

L’actuel ministre des Finances n’a de toute évidence pas les nerfs d’acier de Thatcher.

George Osborne vient de faire marche arrière une cinquième fois sur des mesures qu’il avait annoncées dans son Budget en mars. Et honnêtement, cela commence à affecter sa réputation. Dans la politique britannique, on ne change pas d’idée comme de chemise sans devenir la risée de la chambre des Communes. Même si le virage en cause était une question de gros bon sens.

Comme l’explique l’excellent reportage de Newsnight ci-dessus, George Osborne a annoncé qu’il annulait une hausse de 3% sur la taxe d’essence. Devant la pression populaire, il a également biffé ces derniers mois une taxe de vente sur les pâtés de viande, un plafond d’exonération fiscale de 50 000 livres sterling pour les dons caritatifs, une taxe sur les rénovations d’églises et une taxe sur les maisons mobiles.

Un ministre à l’écoute de son peuple? Plutôt indécis et incompétent selon la presse britannique.

Peut-être est-ce aussi un aveu de défaite: le plan A, l’austérité à tout prix, plombe l’économie plutôt que de la relancer. Cet argent qui restera dans les poches des familles et dans les coffres des oeuvres de charité et des églises pourrait aider à relancer un tant soit peu la consommation domestique.

Ce que je trouve vraiment lâche de George Osborne par contre, c’est d’avoir jeté dans la gueule de Jeremy Paxman une jeune ministre pour expliquer son dernier virage à date. Dans la vidéo ci-dessus, la pauvre se fait varloper dès les premières minutes de l’entrevue, vers 6min20.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2008
    L Ma Me J V S D
        avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité