Le Big blogue de Londres

Archive de la catégorie ‘culture pop’

Jeudi 1 décembre 2011 | Mise en ligne à 12h33 | Commenter Commentaires (29)

“On devrait exécuter les grévistes”

Notre vieil ami Jeremy Clarkson, animateur de l’émission Top Gear, devait s’ennuyer mortellement pour dire une sottise pareille. Le trublion de la télévision britannique, qui a déjà traité les Québécois de nazis de la langue, ce vieux macho à la testostérone en trop, dis-je, a donné son opinion sur les deux millions de Britanniques qui ont fait la grève mercredi pour protéger leurs pensions. “Je les sortirais de leur maison et les ferais fusiller devant leur famille”, a-t-il déclaré à la BBC.

Ce n’est pas tout. “Je veux dire, comment ose-t-il faire la grève quand ils ont des pensions dorées garanties pendant que le reste de nous devons travailler pour gagner notre vie?” Du vomi populiste. Jeremy Clarkson gagne environ trois millions de dollars par année. Les syndiqués du PCS, dont j’ai interviewé le directeur général hier, touche en moyenne 8500 dollars par année à la retraite.

Le plus grand syndicat, Unison, envisage une action en justice. La BBC a reçu 5000 plaintes à date. Un tsunami. La télévision d’État en a vu d’autres avec Clarkson et sa langue de vipère. Mais je crois que cette fois-ci, elle ne passera pas l’éponge.

Je me réfère à un autre incident où son ancien animateur vedette, Jonathan Ross, avait laissé des messages vocaux indécents, en compagnie de Russell Brand, chez l’acteur Jeremy Sachs. Ross avait été suspendu sans salaire et lâché par la BBC au bout d’un an.

Je ne serais pas étonnée que la BBC, qui se contorsionne sans cesse pour plaire au grand public, en fasse de même pour Clarkson.

Lire les commentaires (29)  |  Commenter cet article






Jeudi 24 novembre 2011 | Mise en ligne à 10h24 | Commenter Commentaires (32)

La pub qui fait pleurer les Brits

Les pubs de Noël qui réussissent encore à toucher le coeur des consommateurs cyniques et endurcis que nous sommes devenus sont rares. Celle-ci, de John Lewis, a fait couler une tonne d’encre -et des litres de larmes- depuis sa première diffusion il y a deux semaines. Elle a été vue 2,7 millions de fois sur YouTube. Un vrai phénomène.

La pub, qui a coûté six millions de livres sterling (!), est on ne peut plus classique. Un garçon compte les jours jusqu’à Noël, mais pas pour les raisons qu’on soupçonne. Des vedettes et des chroniqueurs ont admis avoir pleuré en voyant la scène finale.

La famille, l’amour, le partage, les enfants, tous les ingrédients sont là pour faire vibrer nos cordes sensibles. Vous avez peut-être remarqué la facture rétro des images, qui semblent avoir reçu le traitement hipstamatic. Les vêtements et les meubles sont d’une autre époque, celle des années 70 ou 80. Le garçon tue le temps en jouant à la balle et en se balançant dans la cour. Aucune télé, aucun iPhone en vue. Ce garçon, c’est celui de notre enfance idéalisée. De nos souvenirs embellis par le temps.

Heureusement qu’il existe des chroniqueurs comme Charlie Brooker pour nous ramener sur terre. “Quiconque sanglote devant cette merde pleure littéralement des points de quotient intellectuel hors de leur corps.” Merci Charlie.

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






Mercredi 23 novembre 2011 | Mise en ligne à 5h32 | Commenter Commentaires (13)

De Vinci, plus populaire que Rihanna

leonardoexhbition415

Il est mort depuis cinq siècles mais il est aujourd’hui plus populaire que la chanteuse la plus sexy de la planète. Les billets pour l’exposition à guichets fermés sur Léonard de Vinci, à la National Gallery de Londres, se revendent 15 fois plus cher sur le marché noir. L’Evening Standard a vu passer des billets à 250 livres sterling sur des sites de revente, soit le double qu’il en coûte pour le concert de Rihanna.

Et qui se souviendra de Rihanna dans cinq siècles?

La National Gallery, l’équivalent du Louvre londonien, a réussi un tour de force en obtenant le prêt de neuf toiles du maître de la Renaissance, et c’est tout à son honneur. Il a fallu cinq ans de patientes négociations pour soutirer ces joyaux, jalousement gardés par les musées propriétaires. Seulement 15 tableaux sont attribués au savant. C’est l’occasion d’une vie de voir autant de ses chefs d’oeuvres réunis dans un même endroit.

Les Londoniens l’ont compris. Ils font la queue pendant des heures chaque matin pour mettre la main sur les 500 billets que le musée libère quotidiennement.

Si vous êtes de passage à Londres d’ici le 5 février, campez devant le musée s’il le faut pour mettre la main sur un billet. J’ai dû admirer pendant une bonne demi-heure les yeux marrons de La Belle Ferronnière. Aucun autre peintre a su mieux rendre la complexité d’un regard.

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité