Le Big blogue de Londres

Archive, octobre 2012

Mercredi 31 octobre 2012 | Mise en ligne à 11h16 | Commenter Commentaires (5)

Pause musique

Place à un de mes billets préférés de l’année, celui des nominations du prix Mercury du meilleur album britannique. C’est toujours l’occasion pour moi de gorger mes oreilles de nouveaux sons, de voir quel artiste ou groupe sont passés sous mon radar de mélomane.

Pas une grande cuvée cette année, pas de formations comme les XX qui cartonnent à l’étranger ou qui détonnent par leur son unique.

Mais quand même quelques noms à souligner. En ce moment, je me passe en boucle “Life’s a beach” des Django Django, dont l’album éponyme est en lice. Un joyeux mélange de rock surf, de psychédélique et de new wave.

Toujours dans le rock, Alt-J et Field Music ont produit deux galettes fort remarquées cette année. Le premier aurait donné naissance au folk-step (fouillez-moi) avec ses rythmes étonnants, ici saccadés, là satinés. Il faut voir la géniale vidéo de “Breezeblocks”, ci-dessus. Le second offre une pop progressive et intemporelle, nettement plus exigeante. Les critiques ont salué la virtuosité des musiciens sans vraiment être emballés.

Les Maccabees, curieusement peu populaires de l’autre côté de l’Atlantique, pourraient bien être récompensés pour leur troisième opus, “Given to the Wild”. À mon avis, tellement peaufiné qu’il en a perdu sa saveur.

Les juges du Mercury pencheront-ils pour des valeurs plus classiques? Si c’est le cas, deux artistes seraient favorisés: Lianne La Havas et Michael Kiwanuka, énormément populaires à la radio cette année, et avec raison. Avec leurs gentilles gueules et leur penchant pour le rétro, les programmateurs auraient été fous de se passer d’eux.

Mais à votre place, je mettrais mon vingt livres sterling sur Plan B et l’explosif “Ill Manors”. C’est en quelque sorte un cri de rage du rappeur, qui a de toute évidence été inspiré par les émeutes de l’été 2011 dans son quartier de naissance, l’Est de Londres. “Get away with murder in the schools; Use four letter swear words coz we’re cool; We’re all drinkers, drug takers; Keep on believing what you read in the papers; council estate kids, scum of the earth”

Hyper actuel, peut-être trop. Mais ô combien percutant.

Voici “Ill Manors” de Plan B

“Default” de Django Django

“A New Town” de Field Music

“Pelican” des Maccabees

“Forget” de Lianne La Havas

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Mardi 30 octobre 2012 | Mise en ligne à 12h47 | Commenter Commentaires (4)

Rien ne va plus pour “Berlu”

Vous le savez sans doute déjà, Berlusconi a été condamné à quatre ans de prison, une peine aussitôt réduite à un an, vendredi dernier pour fraude fiscale. En réaction, “l’homme aux 33 procès” a crié sur toutes les tribunes qu’il fallait faire quelque chose contre “la dictature des juges” en Italie. Il a aussi tenté de faire diversion en remettant en question l’appui de son parti, le Peuple de la Liberté, à Mario Monti, le technocrate qui l’a remplacé pour faire le ménage dans les finances du pays. Pris de panique, le Cavaliere s’ennuie sans doute de l’immunité judiciaire dont il jouissait alors qu’il était chef du gouvernement.

Seulement, son parti n’est plus prêt à le suivre. Inquiéter les marchés est la dernière chose dont l’Italie a besoin en ce moment et c’est exactement ce que provoqueraient des élections anticipées.

Du côté de la population, on ressent une “écoeurantite”. La Sicile, un bastion traditionnel de Berlusconi, a basculé à gauche lors d’élections régionales dimanche. Même le parti de l’humoriste Beppe Grillo (sur la vidéo ci-dessus) a devancé le candidat du Parti de la Liberté, qui a seulement raflé 12% des voix. Une vraie raclée.

L’ancien premier ministre avait indiqué mercredi dernier qu’il ne se représenterait pas aux élections nationales prévues en avril prochain. Mais avec Berlusconi, on en n’est pas à une surprise près.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Mercredi 24 octobre 2012 | Mise en ligne à 12h07 | Commenter Commentaires (20)

Quand Conrad Black se fâche

Il y en a un qui a mangé de la vache enragée cette semaine. Est-ce la cuisine anglaise qui a rendu Conrad Black si belliqueux devant Jeremy Paxman et Adam Boulton? En tout cas, il a démontré qu’il était nullement impressionné par les deux journalistes vedettes. Black, membre des Lords et ancien propriétaire du Daily Telegraph, est en Grande-Bretagne pour faire la promotion de son nouveau livre intitulé “Conrad Black – A Matter of Principle”.

Dès que les journalistes abordaient ses condamnations devant la justice américaine, où il a été reconnu coupable d’avoir floué ses actionnaires, il s’emportait et se posait en martyre.

À Adam Boulton (ci-dessus), il lui a demandé :”Quel est votre nom encore?”, avant de le traiter de “jackass” (votre traduction est aussi valable que la mienne). Une franchise et une arrogance qui font de l’excellente télévision.

Mais ce n’est rien en comparaison à son entrevue avec Jeremy Paxman (ci-dessous), qui a un ego au moins aussi gros que l’ancien magnat de presse. Le vieux renard ne s’est pas laissé impressionné par les insultes que lui envoyait Conrad Black. “Je suis fier de ne pas avoir perdu la tête…et de pouvoir endurer une discussion comme celle-ci sans me lever et défoncer votre visage.” “Allez-y”, lui a dit Paxman. “Non, je ne crois pas en la violence”, lui a répondu le Canadien avec un regard d’acier.

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2009
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité