Le Big blogue de Londres

Archive, juin 2012

Jeudi 28 juin 2012 | Mise en ligne à 14h07 | Commenter Commentaires (11)

La photo du jour

article-2165320-13CFA685000005DC-734_634x474

Elle orne la plupart des manchettes aujourd’hui. La presse britannique est en émoi devant cette poignée de main historique entre la reine et l’ancien commandant des forces de l’IRA nord-irlandais, Martin McGuinness. L’homme de 61 ans a possiblement le sang d’un cousin d’Élisabeth II, Lord Mountbatten, sur les mains. Selon des experts, Martin McGuinness était toujours aux commandes de l’organisation lorsqu’elle a posé une bombe sur le yacht de Louis Mountbatten, à 20 kilomètres de la frontière de l’Irlande du Nord.

La famille royale était le symbole par excellence de l’oppression britannique aux yeux des membres de l’IRA.

La poignée de main est un geste miséricordieux extraordinaire de la part de la monarque, s’exclame le Daily Mail.

Aujourd’hui vice-premier ministre de l’Irlande du Nord, McGuinness est un personnage extrêmement controversé. Terroriste pour les uns, faiseur de paix pour les autres (il a signé un accord de paix avec les unionistes protestants en 1998), le Nord-Irlandais fait bonne figure dans cet acte de réconciliation.

Mais il a toujours refusé de dévoiler les noms des assassins aux familles des victimes de l’IRA. Peut-être a-t-il fait la paix avec les unionistes et la reine mais a-t-il fait la paix avec les cadavres dans son placard?

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Mercredi 27 juin 2012 | Mise en ligne à 12h31 | Commenter Commentaires (2)

Y a-t-il un capitaine à bord?

Une des citations les plus célèbres de Margaret Thatcher est la suivante: “The lady is not for turning.” Certes, la dame de fer n’aimait pas changer son fusil d’épaule, pour le meilleur et pour le pire.

L’actuel ministre des Finances n’a de toute évidence pas les nerfs d’acier de Thatcher.

George Osborne vient de faire marche arrière une cinquième fois sur des mesures qu’il avait annoncées dans son Budget en mars. Et honnêtement, cela commence à affecter sa réputation. Dans la politique britannique, on ne change pas d’idée comme de chemise sans devenir la risée de la chambre des Communes. Même si le virage en cause était une question de gros bon sens.

Comme l’explique l’excellent reportage de Newsnight ci-dessus, George Osborne a annoncé qu’il annulait une hausse de 3% sur la taxe d’essence. Devant la pression populaire, il a également biffé ces derniers mois une taxe de vente sur les pâtés de viande, un plafond d’exonération fiscale de 50 000 livres sterling pour les dons caritatifs, une taxe sur les rénovations d’églises et une taxe sur les maisons mobiles.

Un ministre à l’écoute de son peuple? Plutôt indécis et incompétent selon la presse britannique.

Peut-être est-ce aussi un aveu de défaite: le plan A, l’austérité à tout prix, plombe l’économie plutôt que de la relancer. Cet argent qui restera dans les poches des familles et dans les coffres des oeuvres de charité et des églises pourrait aider à relancer un tant soit peu la consommation domestique.

Ce que je trouve vraiment lâche de George Osborne par contre, c’est d’avoir jeté dans la gueule de Jeremy Paxman une jeune ministre pour expliquer son dernier virage à date. Dans la vidéo ci-dessus, la pauvre se fait varloper dès les premières minutes de l’entrevue, vers 6min20.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Lundi 25 juin 2012 | Mise en ligne à 10h57 | Commenter Commentaires (9)

L’arroseur arrosé

Quand un humoriste fait un bon gag sur l’évasion fiscale, on rit. Quand cet humoriste pratique lui-même l’évasion fiscale, euh, c’est moins drôle. Comédien, scripteur et animateur de télé, Jimmy Carr a fait fortune grâce à son humour caustique. Rarement poli, il s’est déjà moqué des amputés de guerre, des enfants atteints du syndrome de Down…et des banques qui paient seulement 1% d’impôt (voir la vidéo ci-dessus).

Or, il aurait lui-même sauvé des millions de livres sterling en adhérant à un programme d’évasion fiscale entièrement légal grâce à un tour de passe-passe. Si j’ai bien compris, il s’est fait embaucher par un employeur bidon, K2, basé dans l’île britannique de Jersey. Son salaire a été transféré dans un fonds géré par le faux employeur qui lui a alors retourné la somme moins une commission. (Si un comptable parmi vous peut mieux expliquer le stratagème, allez-y!)

Jimmy Carr est devenu le souffre-douleur national pendant quelques jours, goûtant pour une fois à sa propre médecine acerbe. Il s’est excusé sans retenue pour son “erreur de jugement”.

N’en manquant pas une, David Cameron a vivement condamné la “faute morale” de l’humoriste. Pas un mot sur des donateurs des Tories, et surtout pas sur son beau-père, dont une propriété en Écosse appartient officiellement à une compagnie enregistrée au Bahamas, un paradis fiscal reconnu. Son propre père, Ian Cameron, aurait aussi transféré de l’argent au Panama et à Genève pour échapper à Mr Taxman.

Et il y a une semaine, au G20 à Mexico, le premier ministre britannique invitait les riches français à traverser la Manche une fois que leur taux d’imposition s’établirait à 75%, comme le souhaite le nouveau président François Hollande. Malaise…

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité