Le blogue de musique

Archive, octobre 2015

Vendredi 23 octobre 2015 | Mise en ligne à 12h52 | Commenter Aucun commentaire

Leon Bridges au Corona: du pur bonheur

La semaine avait été hautement stressante, mais tous nos soucis se sont évaporés jeudi soir au Corona avec le spectacle du seul et unique Leon Bridges.

Accompagné de cinq musiciens et d’une choriste, le jeune Texan dansait avec son air candide en chantonnant ses hymnes au bonheur sans fin Coming Home, Lisa Sawyer et Better Man.

Cliché de le formuler ainsi, mais juste, Leon Bridges a une vieille âme soul, une voix langoureuse et apaisante, et un charme juvénile. Sa musique cause du bien, réchauffe les coeurs et crépite avec un son d’époque réconfortant.

Pendant le spectacle, il était bon de se retourner pour regarder la foule. Il y avait des sourires plein les visages et des hanches dansantes.

Pas de doute: Leon Bridges suit remarquablement bien la tradition soul avec un je-ne-sais-quoi unique à lui.

Écoutez son album Coming Home si ce n’est pas déjà fait.

Et lisez notre entrevue avec Leon Bridges publiée jeudi.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 16 octobre 2015 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Aucun commentaire

À surveiller: Jesse Mac Cormack

jesse

Alors qu’il était sous notre radar, Jesse Mac Cormack se trouve sous contrat avec Secret City Records, le label de Patrick Watson et The Barr Brothers, a-t-on annoncé cette semaine.

Auteur-compositeur, Jesse Mac Cormack est aussi un réalisateur. Cet automne, il est derrière les nouveaux albums de Rosie Valland et Emily & Ogden (elle aussi représentée par Secret City Records).

Le musicien montréalais a dévoilé un nouveau clip pour sa chanson Too Far Into, tirée de son deuxième EP qui a pour titre Crush. Le clip a été présenté en primeur sur les Inrocks. Il faut dire que Jesse Mac Cormack suscite l’intérêt en Europe. Il s’y produira en première partie de Lou Doillon et Sophie Hunger.

Cet automne, il réchauffera aussi la salle pour Folly & The Hunters en plus d’avoir droit à un spectacle-vitrine réservé aux membres de l’industrie pendant M Pour Montréal.

Enfin, il se produira en plateau double avec Elliot Maginot pendant le festival Montréal en lumière. Mais vous devriez entendre parler de lui d’ici là.

Voici son clip en question:

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 15 octobre 2015 | Mise en ligne à 12h01 | Commenter Commentaires (2)

Dead Obies au Centre PHI

Photo officielle du groupe

Photo officielle du groupe

Les gars de Dead Obies nous avaient avertis la semaine dernière en entrevue. Les chansons de leur deuxième album sont plus accrocheuses.

Selon ce que nous avons entendu mercredi au Centre PHI, certaines pourraient même jouer à la radio. Surtout la deuxième (dont le titre de travail est Waitin’) interprétée lors du premier de trois spectacles qui serviront à la production “d”un album studio interprété et enregistré en spectacle et qui sera échantillonné par la suite”.

Les nouvelles pièces de Dead Obies sont plus mélodiques qu’explosives. Yes Mccan, Jo RCA, Snail Kid, O.G. Bear et 20some rappent davantage à tour de rôle et moins en superposant leur voix. Un peu à la manière des featuring. Quant aux beats de VNCE, ils assument leur côté pop et R&B.

VNCE a tricoté d’habiles échantillonnages de cuivres. Et des refrains accrocheurs qui rappellent des hymnes classiques du hip-hop dont une répétition de Aweilles Aweilles Aweilles qui évoque immédiatement Hey Ya! d’Outkast.

D’autres titres -nos préférés- avaient le côté sombre et gonflé à bloc des pièces phare de Montréal $ud, dont une où VNCE chante.

Le public connaissait déjà les titres Jelly, Lil’$, Moi pis mes homies et Oh Lord, qui met en valeur la voix grave de O.G. Bear. (Elles sont en ligne ici.)

Dead Obies s’est inspiré des pensées de Guy Debord sur la société du spectacle pour son deuxième album. La musique et le visuel s’articulent autour de la notion de spectacle et de la confusion entre le vrai et le faux.

Mercredi soir, les membres du groupe se produisaient derrière et devant un voile où se succédaient des projections. Rappelons que des clips et des courts métrages documentaires sont tournés pendant les trois spectacles au Centre PHI, notamment en collaboration avec le vidéaste GPG (Gabriel Poirier-Galarneau) et le photographe John Londono.

Sur scène, Dead Obies était accompagné de deux choristes féminines et de musiciens du collectif d’improvisation musicale Kalmunity.

Il sera intéressant de voir quel sera le résultat final des chansons entendues hier sur l’album qui sortira en mars. Des voix seront doublées en studio avec des overdubs et de l’échantillonnage.

Quoiqu’il en soit, Dead Obies veut manifestement élargir son public. Et à voir les nombreux items de sa collection de vêtements dérivés, Dead Obies semblent vouloir créer un branding autour du groupe.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2015
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives