Le blogue de musique

Le blogue de musique - Auteur
  • Le blogue de musique

    Émilie Côté échange avec ses lecteurs sur les musiques de toutes sortes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 22 septembre 2012 | Mise en ligne à 14h55 | Commenter Aucun commentaire

    Découvert à Pop Montréal, Soft Moon

    Photo: Alain Décarie, Collaboration spéciale, La Presse

    Photo: Alain Décarie, Collaboration spéciale, La Presse

    ÉMILIE CÔTÉ

    Nos oreilles sont encore en beau lendemain de veille musical, avec l’extraordinaire soirée de musique à laquelle nous avons eu droit vendredi soir, à Pop Montréal.

    Notre premier spectacle de la soirée était sans doute le plus couru du festival: l’illustre David Byrne et la belle Annie Clark de St. Vincent réunis à l’Église Saint-Jean-Baptiste, eux qui viennent d’unir leur art sur un album intitulé Love The Giant.

    Brillamment entourés d’une dizaine de musiciens dont une importante section de cuivres, Byrne et Clarke ont réservé au public un spectacle généreux, créatif et irrésistiblement chorégraphié et mis en scène. En d’autres mots, c’était magique.

    Le public a eu droit à des titres de Love the Giant mais aussi des pièces respectives des deux artistes. Au rappel, David Byrne a fait danser la foule avec Burning Down The House, alors que St. Vincent a profité du lieu sacré pour entonner The Party, accompagnée de l’orgue de l’église et des musiciens positionnés tout au long de l’allée centrale.

    Les spectateurs étaient aux anges. Nous aussi.

    vic

    ***

    À 22h30, la soirée était encore jeune. Nous avons pris le chemin du Cabaret du Mile-End, juste à temps pour le spectacle de notre chanteur androgyne kitsch montréalais préféré, Jef Barbara. Quel personnage de scène, avec ses vestons de fille scintillants. Et chapeau à son talentueux guitariste dont les solos ajoutent de la profondeur et du tonus aux chansons pop, new wave et délicieusement eighties de Barbara.

    À 23h30 suivait sur scène un pilier de la nouvelle-garde musicale française (et le boss du label de Jef Barbara). C’était un rare privilège pour le public montréalais de voir chanter le fameux Bertrand Burgalat de Tricatel avec son look de “p’tit monsieur”. Dans son genre musical, Burgalat est l’un des rares artistes pouvant prétendre faire de la “chanson”. Les bons grooves électro-pop de sa musique reposent sur des textes bien écrits ponctués de jeux de mots brillants et subtils.

    Bertrand Burgalat avec Jef Barbara (photo fournie par Tricatel)

    Bertrand Burgalat avec Jef Barbara (photo fournie par Tricatel)

    Après minuit, nous avons fait le saut à la Sala Rossa où le spectacle de Soft Moon affichait complet. Des promoteurs de spectacles (dont ceux d’evenko) étaient dans la salle pour le groupe de San Francisco qui fait beaucoup jaser en vue de son album Zeros, qui sortira le 30 octobre et qui fait suite à un premier disque qui a connu un grand succès critique.

    Soft Moon donne dans le rock post-punk et new-wave. Son univers sonore n’a rien de nouveau, suivant les traces sombres de Joy Division, mais l’ensemble est solide, enveloppant et extrêmement bien maîtrisé.

    Comme dit l’adage, c’est à surveiller.


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité