Le blogue de musique

Le blogue de musique - Auteur
  • Le blogue de musique

    Émilie Côté échange avec ses lecteurs sur les musiques de toutes sortes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 19 juillet 2012 | Mise en ligne à 9h09 | Commenter Aucun commentaire

    Rêvasser musicalement au parc avec Andrew Bird et Philippe B

    birdpetit2

    ÉMILIE CÔTÉ

    Il faisait beau, la cigale chantait et Andrew Bird n’était pas le seul à siffler puisqu’il était entouré des oiseaux du parc Lafontaine.

    Avec les foules monstres des festivals des dernières semaines, la soirée intime au théâtre Verdure auquel les mélomanes indie-rock étaient conviés avait quelque chose d’unique, mercredi soir.

    Nous dirions même magique, car la tête d’affiche était le violoniste virtuose Andrew Bird, dont le sifflement d’oiseau est la marque de commerce, de même que les sons organiques qui font respirer ses excellents albums.

    Rares sont les spectacles de rock indépendant d’envergure programmés au théâtre de Verdure. C’était du moins une première pour le promoteur evenko.

    C’était un essai fort réussi, malgré que Bird soit un artiste dont la force de la musique prévaut sur le contact qu’il établit avec le public. Mais de voir des centaines de spectateurs écouter ses chansons religieusement avait quelque chose de paisible et réconfortant. C’était une soirée parfaite pour rêvasser musicalement au coucher du soleil. Des couples se collaient et d’autres avaient amené leurs enfants. Le public était silencieux, savourant le moment.

    Andrew Bird a commencé seul sur scène en enregistrant un loop qui allait l’accompagner. Puis ses musiciens sont venus le rejoindre. Le public s’est laissé bercer au son des pièces de son nouvel album, Break It Yourself, dont Give it Away, Fatal Shore et Lusitania (chantée en duo avec Annie Clark de St. Vincent sur son album).

    Bird a aussi interprétées des pièces de ses disques précédents, dont la magnifique A Nervous Tic Motion of the Head to the Left, Tables and Chairs et une demande spéciale imprévue d’un spectateur, Action Adventure.

    Bird passait du violon à la guitare, ou utilisait son violon comme un ukulele. Son guitariste, son bassiste et lui se sont également réunis autour d’un micro pour un segment folk-bluegrass-country.

    Au risque de se répéter, Andrew Bird n’est pas l’un de ses artistes très portés vers le public, mais quand on est un virtuose-folk de sa trempe, il suffit d’un sifflement pour charmer la foule.

    Philippe B en première partie

    Philippe B se produisait en première partie avec le Quatuor Molinari. Dans ce magnifique spectacle-concept qui ne cesse d’avoir des supplémentaires, le chanteur reprend l’intégral de son album Variations Fantômes.

    Mais sur scène,  les échantillonnages des Vivaldi, Schubert et Tchaikovsky se transforment en des arrangements organiques et sublimes de cordes. Pour reprendre son expression, Philippe B chante même parfois « sans son armure », c’est-à-dire sans sa guitare.

    Le théâtre de Verdure était tout désigné pour écouter solonellement des pièces aux textes troublants de vérité de cœur brisé comme Nocturne #632 ou L’amour est un fantôme.

    « Jouer dehors est un luxe », a dit Philippe B à la foule, reconnaissant d’avoir la chance de jouer avec un artiste anglophone international.

    Pour le public aussi, sa présence était un luxe.


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité