Le blogue de musique

Jeudi 2 juillet 2015 | Mise en ligne à 12h34 | Commenter Aucun commentaire

Mdou Moctar au Québec

mdou

Mdou Moctar, le fameux guitariste touareg d’Agadez, au Niger, se trouve au Québec pour quelques semaines.

Jeudi soir, le film qui lui est consacré, Akounak Tedalat Taha Tazoughai, sera présenté au Centre PHI, suivi d’une prestation et d’une discussion avec le musicien qui passe dans le tordeur psychédélique et électronique des sons traditionnels de musique du désert.

Réalisé par Christopher Kirkley, l’auteur du blogue Sahel Sounds, le film se veut “une adaptation libre de Purple Rain (1984) de Prince, à laquelle ont été ajoutés un peu de The Harder They Come (1972) et une saine dose de l’ethnofiction de Jean Rouch”.

Voir la bande-annonce du film:

Après un premier spectacle le 21 juin dernier dans le cadre de Suoni Per II Poppolo, Moctar se produira à la Sala Rossa, dimanche soir.

De mon côté, je ferai une virée samedi à la Taverne de Saint-Casimir, près de Trois-Rivières, pour aller le voir sur scène dans un contexte pour le moins particulier.

Cela promet:

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 17 juin 2015 | Mise en ligne à 11h15 | Commenter Un commentaire

Le feu de Fauve

En donnant dans la chanson rap romantique exacerbée, le collectif français Fauve propose un univers hors-norme alors que beaucoup de ses compatriotes donnent seulement une french touch à des modes passées.

Le collectif alimente également le mystère en refusant d’apparaître à visage découvert dans les médias. Il faut le voir sur scène.

Et c’est justement sur scène que les chansons de Fauve explosent.

Rôdé au quart de tour, le spectacle offert tard mardi soir au Métropolis flirtait tantôt avec la rage de Rage Against The Machine, tantôt avec la fougue mélodique de Louise Attaque, ou encore avec la sensibilité suave de The XX et les rythmes dansants world de Vampire Weekend.

En plus des musiciens gonflés à bloc, il faut souligner le feu ardent qui anime sur scène le chanteur Quentin Postel (à qui on pardonne d’avoir multiplié les jurons québécois sur scène, mais prière de ne pas recommencer ce cliché!). Avec son polo et ses lunettes qui lui donnent un air anonyme, ce dernier bondissait sur scène avec intensité. Il ne s’est pas gêné pour allumer des cigarettes à l’occasion, et de rappeler que Fauve, en visite pour une quatrième fois au Québec, s’attache profondément à Montréal. “Vous êtes accueillants…c’est super touchant.”

Construites souvent à partir de la même structure (ce qui pourrait être redondant dans le futur), les pièces des deux albums de Fauve (Vieux frères -Partie 1 et 2) transforment des ballades spoken word fleur bleue en séance de défoulement dance-rock-rap. L’intensité du groupe a eu bien entendu un effet contagieux sur les spectateurs du Métropolis, notamment pendant 4000 Îles et Haut les coeurs.

Un très bon spectacle et un groupe dont l’évolution est prometteuse. Fauve donne envie d’être jeunes, passionnés et amoureux. Écoutez le clip de Les hautes lumières pour vous en convaincre.

Quelques mots sur Feu! Chatterton, qui précédait Fauve. Le quatuor a démontré comment la confiance scénique et le lyrisme français peuvent augmenter l’intérêt d’un groupe, qui, pourtant, surfe sur un rock quelque peu remâché. Celui des Interpol, Joy Division et Nick Cave en ce qui le concerne. Héritier de Gainsbourg et Bashung, le chanteur-poête Arthur Teboul a assuré son rôle de dandy autour de musiciens en transe avec leur instrument.

Efficace, mais pas encore tout à fait à point.

Grand Blanc lançait la soirée de rock français au Métropolis. Un conflit d’horaire a fait en sorte que nous n’avons attrapé que la fin du spectacle. Mais on devrait revoir le groupe à Montréal. Lisez l’entrevue de mon collègue Alain Brunet.

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

pola

Commençons par les artistes francophones qui ont réussi à se démarquer auprès des quelque 200 jurés provenant des quatre coins du pays.

Louis-Jean Cormier, Pierre Kwenders et Jean Leloup se retrouvent dans la longue liste de 40 albums en lice pour le prix Polaris, qui récompense chaque année le meilleur album canadien (sur une simple considération artistique).

Le Québec est également représenté par Milk & Bone, Patrick Watson, The Barr Brothers, Braids, Colin Stetson & Sarah Neufeld et Elizabeth Sheperd.

Parmi les nombreux albums canadiens de la dernière année qu’il était prévisible de voir faire la longue liste, citons ceux de Drake, Alvvays, METZ, Cold Specks, Jazz Cartier, New Pornographers, Caribou, Viet Cong, Whitehorse, Arkells, Rich Aucoin, BADBADNOTGOOD & Ghostface Killah, et Death From Above 1979.

Au total, 197 albums ont été soumis lors du premier vote des 196 membres du jury.

La courte liste sera dévoilée le 16 juillet à Toronto, et le gala couronnera un grand gagnant d’une bourse de 50 000$ le 21 septembre.

En attendant, c’est le temps de découvrir les nommés de la longue liste sur une liste d’écoute mise en ligne par l’équipe du prix Polaris. http://spoti.fi/Polaris

Voici tous les artistes/albums de la longue liste du Prix de musique Polaris 2015:

Absolutely Free – Absolutely Free
The Acorn – Vieux Loup
Lydia Ainsworth – Right From Real
Alvvays – Alvvays
Arkells – High Noon
Rich Aucoin – Ephemeral
BADBADNOTGOOD & Ghostface Killah – Sour Soul
Bahamas – Bahamas Is Afie
The Barr Brothers – Sleeping Operator
Braids – Deep In The Iris
Steph Cameron – Sad-Eyed Lonesome Lady
Caribou – Our Love
Jazz Cartier – Marauding In Paradise
Jennifer Castle – Pink City
Cold Specks – Neuroplasticity
Louis-Jean Cormier – Les grandes artères
Death From Above 1979 – The Physical World
Drake – If You’re Reading This It’s Too Late
Frazey Ford – Indian Ocean
Tobias Jesso Jr. – Goon
B.A. Johnston – Shit Sucks
Pierre Kwenders – Le dernier empereur Bantou
Lee Harvey Osmond – Beautiful Scars
Jean Leloup – À Paradis City
METZ – II
Milk & Bone – Little Mourning
Tre Mission – Stigmata
The New Pornographers – Brill Bruisers
Joel Plaskett – The Park Avenue Sobriety Test
Buffy Sainte-Marie – Power In The Blood
Elizabeth Shepherd – The Signal
Siskiyou – Nervous
Colin Stetson and Sarah Neufeld – Never were the way she was
Various Artists – Native North America (Vol. 1): Aboriginal Folk, Rock and Country, 1966-1985
Viet Cong – Viet Cong
Patrick Watson – Love Songs For Robots
The Weather Station – Loyalty
White Lung – Deep Fantasy
Whitehorse – Leave No Bridge Unburned
Young Guv – Ripe 4 Luv

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité