Éric Moreault

Articles taggés avec ‘samouraïs’

Lundi 3 décembre 2012 | Mise en ligne à 14h52 | Commenter Un commentaire

Mécènes et samouraïs

Il faut saluer une bonne initiative quand elle nous apparaît. Ainsi, les Prix d’excellence des arts et de la culture décernent maintenant un prix Mécène. Son premier récipiendaire est Christian Goulet, qui est président du CA du Musée de la Civilisation et de celui du Trident. En plus d’être très occupé à vaquer à ses obligation professionnelles. Le Prix lui a été remis, entre autres, parce qu’il consacre beaucoup d’énergie au rapprochement entre le milieu culturel et celui des affaires. Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais de ce modèle sur ce blogue.

Les gens qui redonnent à la culture une partie de la fortune qu’ils ont amassée contribuent à l’épanouissement social, en plus de fournir un exemple inspirant. C’est après avoir visité l’exposition Samouraïs, au splendide Musée de Pointe-à-Callière, à Montréal, que la chose m’a frappé. Au fond, les mécènes sont, à leur façon, comme les samouraïs qui obéissaient à un code d’honneur. Le bushido était basé sur sept valeurs: la loyauté, l’honneur, le courage, la droiture, la sincérité, le respect et la bienveillance, en plus de demander un sens de l’esthétisme très développé et une spiritualité bien exprimée.

Une des armures qui font partie de la collection de Richard Béliveau, exposée au Musée de Pointe-à-Callière jusqu'en mars.

Une des armures qui font partie de la collection de Richard Béliveau, exposée au Musée de Pointe-à-Callière jusqu'en mars.

Le meilleur exemple n’en est-il pas, d’ailleurs, Richard Béliveau, qui prête une partie de sa prestigieuse collection au Musée pour former l’exposition Samouraïs? Ce dernier peut ainsi l’offrir à un large public. C’est une autre forme de mécénat. Rien n’obligeait le réputé chercheur sur la prévention et le traitement du cancer à partager publiquement ses œuvres d’art japonaises. Ça en est, des œuvres d’art, croyez-moi.

J’y ai suivi ma douce un peu pour lui faire plaisir, je ne l’ai pas regretté. J’ai été fasciné, bien sûr, par les 19 armures complètes de samouraïs, 33 masques et 25 casques, la richesse de leurs ornements et le savoir-faire millénaire des artisans qui ont réalisé ces pièces. Mais j’ai aussi admiré la passion d’un homme pour la culture japonaise, au point de lui consacrer autant d’argent et d’énergie. C’est, à n’en point douter, un enseignement et un art de vivre.

Espérons que l’exemple de MM. Goulet et Béliveau saura en inspirer d’autres.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité