Éric Moreault

Archive de la catégorie ‘Spectacles’

Lundi 1 octobre 2012 | Mise en ligne à 12h28 | Commenter Aucun commentaire

Québec peut devenir complètement cirque

Flip Fabrique a présenté son premier spectacle, fort réussi et fort courru, à la Caserne Dalhousie.  PHOTO Le Soleil Jean-Marie Villeneuve

Flip Fabrique a présenté son premier spectacle, fort réussi et fort couru, à la Caserne Dalhousie. PHOTO Le Soleil Jean-Marie Villeneuve

J’ai eu la chance de voir, hier, un spectacle de cirque rafraîchissant, inventif, poétique et très prometteur: Attrape-moi. Flip Fabrique est une troupe de Québec promise à un très bel avenir. Le seul problème, c’est que je ne suis pas sûr qu’on va pouvoir les voir souvent dans la capitale. Pas seulement parce que le succès va les rattraper. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de salle pour ça. Pas encore. Le Diamant devrait y remédier. Espérons.

Le théâtre s’invite de plus en plus au cirque. Attrape-moi en était une belle preuve puisque le spectacle est basé sur les retrouvailles d’une gang d’amis au chalet dix ans après avoir gradué. La mise en scène d’Olivier Normand, amusante et pleine d’inventivité, permettait de faire les liens entre les numéros, mais aussi d’illustrer la trame narrative sans que ce soit trop appuyé. Je pense à ce très beau numéro de sangles où Hugo Ouellet Côté survole ses collègues qui consultent un album photo de leurs séjours passés. Touchant. Les touches d’humour aussi parsemées un peu partout. Nos six acrobates-jongleurs n’hésitent pas à recourir aux clowneries, tout en était d’une diabolique habileté. J’ai été épaté. Mes trois enfants et ma blonde aussi, qui avaient des étoiles dans les yeux et le sourire ravi.

Mais ça reste d’abord et avant tout du cirque contemporain. Les représentations d’Attrape-moi avaient lieu à la Caserne Dalhousie où, de toute évidence, la troupe était à l’étroit même si ses membres s’en sont tirés avec beaucoup d’éclat. Ce qui pose les limites de présenter des numéros de cirque dans des salles de théâtre — lors des représentations de Traces, des 7 doigts de la main, à la Bordée, les acrobates devaient parfois s’élancer à partir des coulisses! Vous me direz que le Cirque du Soleil se déplace avec son chapiteau ou se produit au Colisée. D’accord. Mais je préfère un cirque de proximité, à dimension humaine, qui mise autant sur les émotions que la performance. Pas ces espèces de fourre-tout tape-à-l’œil devenu trop gros. Mais je m’égare.

Donc, nous avons ces six jeunes doués issus de l’École de cirque de Québec qui veulent marcher dans les pas des 7 Doigts ou du cirque Éloize. Mais on se demande bien où on pourra revoir ce spectacle à Québec. C’est là que le Diamant pourrait être utile. Robert Lepage mentionnait d’ailleurs que le plateau à l’européenne de ce nouveau théâtre à place D’Youville permettrait d’accueillir du cirque.

Les gens de Québec ont le goût du cirque. À chaque fois qu’un spectacle est présenté ici, il fait salle comble. Ce serait bien d’en avoir plus. Je verrais bien un petit festival sur le modèle de Montréal complètement cirque. Qu’est-ce qui empêcherait, d’ailleurs, de profiter du séjour des troupes à ce festival pour les inviter à se produire dans la capitale? Et pourquoi pas pendant le Festival d’été de Québec — ce sont les mêmes dates —, qui pourrait diversifier son offre de spectacles?

Qu’est-ce que vous en pensez?

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 29 août 2012 | Mise en ligne à 11h45 | Commenter Aucun commentaire

Foo Fighters et Black Keys pour éveiller les consciences

Que diriez-vous d’assister à un show formidable pour des peanuts et d’appuyer une bonne cause? Partant? Vous avez la possibilité aujourd’hui (29 août) de voir (et d’entendre) Loco Locass, Malajube, Galaxie et David Giguère pour 10 $. Les profits seront remis à Jeunes musiciens du monde. C’est bien. Mais il y a bien mieux.

Hugh Evans, 29 ans, a réussi à convaincre la Ville de New York de lui laisser présenter un concert bénéfice à Central Park avec Neil Young and Crazy Horse, Foo Fighters, les Black Keys, Band of Horses et K’naan. Gratuit en plus. Enfin presque. Ceux qui veulent un des 54 000 billets pour le 29 septembre doivent s’inscrire à globalcitizen,org, mais aussi poser un geste pour combattre la pauvreté dans les pays en développement.

Cet activisme 2.0 a séduit Patrick Carney, le batteur des Black Keys. «J’ai jamais entendu parler d’un truc du genre. Ça semble approprié. [...] Si nous devions vendre des billets, je ne sais pas ce que nous aurions accompli, mais sensibiliser les gens à l’organisation, les impliquer d’une certaine façon, vaut plus que de générer une couple de millions de dollars», a-t-il déclaré au New York Times.

Hugh Evans n’a pas choisi cette date au hasard: des milliers de délégués convergeront vers New York pour l’assemblée d’ouverture aux Nations Unies. Il espère ainsi bâtir un mouvement qui fera pression sur les dirigeants des pays riches pour ajouter un autre 500 M$ dans la lutte à l’éradication de la pauvreté et de maladies comme la malaria et la polio.

Vraiment intéressant. Car, en général, les concerts bénéfice ne génèrent pas de grosses sommes et servent surtout à soulager la bonne conscience de ceux qui y participent, tant sur qu’en avant de la scène… Il s’agit peut-être d’une voie d’avenir pour une meilleure distribution des richesses et pour convaincre les gens de s’impliquer dans de bonnes causes.

Sans perdre de vue qu’il y a aussi des gens dans le besoin tout près de nous. Karkwa a ainsi récemment prêté sa chanson Marie tu pleures à la Fondation Mélio, qui s’occupe annuellement d’environ 5000 enfants qui n’ont pas gagné à la loterie de la vie. Touchante attention.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 24 juillet 2012 | Mise en ligne à 10h10 | Commenter Commentaires (7)

Le promoteur Labeaume

Pour plusieurs, l'attente fait partie de l'expérience d'un spectacle à grand déploiement, comme à Roger Waters, samedi dernier. PHOTO Le Soleil Andréanne Lemire

Pour plusieurs, l'attente fait partie de l'expérience d'un spectacle à grand déploiement, comme à Roger Waters, samedi dernier. PHOTO Le Soleil Andréanne Lemire

De toute évidence, Régis Labeaume s’ennuie des années où il était président du Festival d’été de Québec. Je veux bien qu’un maire veille au développement économique de sa ville, mais de là à vouloir jouer au promoteur de show rock… Son histoire de «plan B» pour remplacer les plaines d’Abraham est tirée par les cheveux. Il salive plutôt sur les revenus potentiels pour la Ville en location d’emplacement.

Vous en doutez? Un passage de sa conférence de presse sur sa volonté de configurer l’ancien hippodrome et futur stationnement du Colisée nouveau pour recevoir des spectacles m’a particulièrement frappé.

Le changement d’orientation de l’amphithéâtre, maintenant est-ouest plutôt que nord-sud, était justement pour laisser de l’espace à un tel «site événementiel», a expliqué M. Labeaume. «Moi, j’ai fait une commande. J’ai dit aux architectes et aux ingénieurs : “Je veux ça, organisez-vous pour”. Ils vont revenir avec ça et on va vous montrer ça en septembre», a dit M. Labeaume. «Je veux ça, organisez-vous pour»? C’est pas sérieux. Régis Labeaume commence à être atteint du syndrome Jean-Drapeau. Qu’est-ce que vous en pensez?

Je suis d’accord avec Daniel Gélinas et vous. Le site des plaines d’Abraham, un agora naturel, est magique. Quand on y pénètre, on est gagné par la nature du lieu, son ampleur, sa beauté naturelle. Puis la fébrilité nous envahit, l’excitation de participer à une célébration nous fiche un sourire idiot aux lèvres. Quand les lumières s’éteignent, le rush d’adrénaline est la meilleure des drogues. J’ai vu Metallica, en 1994, et Lollapalooza, en 1996, à l’hippodrome. Y avait rien de magique, là, je vous jure (même si les shows étaient bons, la question n’est pas là).

Un petit mot en terminant sur l’âge et les shows rock, dont traite mon collègue François Bourque. Les plaines, à l’arrière du Manège militaire, sont naturellement inclinées, pour ceux qui ne veulent rester debout tout au long. Sans tomber dans l’âgisme, y a toujours bien des limites. Pas besoin d’en rajouter. Il y a en masse de spectacles à l’intérieur tout au long de l’année.

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité