Éric Moreault

Archive de la catégorie ‘cinéma’

Vendredi 31 juillet 2015 | Mise en ligne à 6h00 | Commenter Aucun commentaire

Le film de la semaine: Le regard du silence

L’acte de tuer (The Act of Killing, 2012) a valu à Joshua Oppenheimer une reconnaissance internationale et une nomination aux Oscars. Mais il a surtout stupéfié ceux qui ont vu le documentaire par l’approche de son sujet — les bourreaux du génocide indonésien recréaient à la caméra les atrocités commises en 1965. Le regard du silence (The Look of Silence) vient compléter ce formidable devoir de mémoire avec le point de vue des victimes…

Il n’est pas nécessaire d’avoir vu le premier tableau du diptyque pour apprécier Le regard du silence. Oppenheimer remet les choses en contexte — le million de communistes éliminés par des escadrons de la mort. Mais, surtout, il nous montre Adi en train de regarder des extraits de L’acte de tuer, avant sa sortie, en 2012.

L’Indonésien de 45 ans y voit les tyrans raconter, souvent en riant, comment ils ont trucidé leurs victimes, en général, et Ramli, en particulier, sur les berges de la Snake River, lieu de sépulture de 10 500 innocents. Adi est né deux ans après la mort de son frère Ramli. Les plans de réaction du frère cadet — sa dignité meurtrie, sa douleur silencieuse — sont profondément remuants.

Adi va se servir de son métier d’ophtalmologue pour confronter les tueurs en posant, patiemment, les questions inconfortables. Toute la force du documentaire est concentrée dans cette situation insoutenable : les familles des victimes côtoient au quotidien les assassins. Ce sont, souvent, des voisins. Et même un oncle, une découverte presque insoutenable…

Cinquante ans après les faits, personne n’a été condamné. Si certains bourreaux parlent volontiers, c’est qu’ils ont un sentiment d’impunité — «nous avons obéi aux ordres» — et qu’ils n’éprouvent, de ce fait, ni remords ni regrets. Mais aussi parce que les témoins de ces atrocités ne veulent pas briser le silence entourant ce tabou. «Le passé, c’est le passé…»

Si L’acte de tuer n’était pas tant le portrait d’un génocide que celui du traumatisme qui hantait une nation 50 ans après les faits, Le regard du silence n’est pas plus une œuvre de victimisation. Il démontre, au contraire, l’incroyable courage d’un homme dans sa soif de vérité, mais, aussi, son empathie.

Adi a couru des risques incroyables (il y a des menaces à peine voilées) — l’équipe de production aussi, le nom des techniciens indonésiens est anonyme au générique. Ce qui rend l’œuvre encore plus forte, toutefois, c’est son profond humanisme et son profond respect de la dignité des victimes. Il faut voir avec quelle pudeur, tout en étant très proche, Oppenheimer filme le quotidien des parents d’Adi (ils sont nonagénaires — au moins).

Il faut saluer la détermination (et le courage) du réalisateur américain à documenter ce génocide et d’en avoir fait des films bouleversants, soit, mais nécessaires. Son diptyque est à ranger au panthéon de la cinématographie mondiale dans le même rayon que Nuit et brouillard d’Alain Resnais (1956) et Shoah de Claude Lanzmann (1985).

Le regard du silence a obtenu le Grand prix du jury au Festival de Venise, l’an passé, en plus de nombreux autres prix, tous très mérités.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 28 juillet 2015 | Mise en ligne à 12h38 | Commenter Aucun commentaire

Vallée en ouverture du TIFF: la bonne affaire!

Demolition, avec Jake Gyllenhall, sera présenté en ouverture du TIFF

Demolition, avec Jake Gyllenhall, sera présenté en ouverture du TIFF

Le Festival de cinéma de Toronto (TIFF) a réussi une bonne affaire en choisissant Demolition de Jean-Marc Vallée pour ouvrir sa 40e édition. Le TIFF s’est planté l’année passé avec Le juge de David Dobkin, un film mièvre. Je n’ai pas vu le long métrage de Vallée, mais, au moins, il s’agit d’un réalisateur québécois qui a une signature et le Festival pourra bénéficier de la présence de deux vedettes — Jake Gyllenhall et Noami Watts — sur le tapis rouge. Sicario de Denis Villeneuve, présenté en compétition au Festival de Cannes, a aussi été retenu.

Pour l’instant, on sait que six films canadiens seront à l’affiche du TIFF, dont les nouveaux Atom Egoyan (Remember, avec Christophe Plummer) et Deepa Metha (Beeba Boys). On saura la semaine prochaine, lors d’une conférence de presse distincte, quels seront les autres réalisateurs québécois qui feront un détour par Toronto entre le 10 et le 20 septembre. J’y serai en début de festival.

Sinon, on sait que Le martien de Ridley Scott (avec Matt Damon), The Program, le biopic de Stephen Frears sur Lance Armstrong, Spotlight de Tom McCarty et The Danish Girl de Tom Hopper ont aussi été retenus ainsi que plusieurs longs métrages présentés à Cannes, dont la Palme d’or Dheepan de Jacques Audiard La programmation révélée ce matin est par là.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 21 juillet 2015 | Mise en ligne à 15h20 | Commenter Commentaires (30)

Les 100 meilleurs films US — vus de l’extérieur

Chinatown (Roman Polanski, 1974) fait partie de la liste des 100 meilleurs films américains.

Chinatown (Roman Polanski, 1974) fait partie de la liste des 100 meilleurs films américains.

La domination de l’industrie cinématographique hollywoodienne est telle que ce sont massivement des critiques américains qui portent un regard sur sa production, ce qui manque parfois, on s’en doute, de perspective. La BBC a eu la riche idée de sonder 62 critiques internationaux (Américains compris) pour déterminer une liste des 100 meilleurs films américains de tous les temps. Et il y a certains résultats étonnants.

Qui aurait pensé que le fameux Autant en emporte le vent (Victor Fleming, 1939) soit 97e? Ou encore plus surprenant, qu’Apocalypse Now (Francis Ford Coppola, 1979) soit en 90e, après Le roi lion (Roger Allers and Rob Minkoff, 1994) 86e, La nuit des morts-vivants (George A Romero, 1968) 85e, et Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991) 81e????

Évidemment, il y a certains constats qui ne sont guère surprenants à cette liste. L’hégémonie de l’homme blanc — à l’exception de Spike Lee, Steve McQueen et Charles Burnett — saute aux yeux: ne cherchez pas la femme.

La dominance du concept du réalisateur comme auteur: Hitchcock, Wilder, Kubrick et Spielberg ont chacun cinq films dans les 100. En fait, 10 cinéastes occupent 41 entrées. Ça manque de diversité, même s’il y a un bon mélange de films populaires et plus pointus.

Évidemment, on peut se demander ce qui fait L’empire contre-attaque (Irvin Kershner, 1980) en 76e place alors qu’on n’y retrouve pas Johnny s’en va-t-en guerre (Dalton Trumbo, 1971), Babel (Alejandro González Iñárritu, 2006), Fight Club (David Fincher, 1999), Le silence des agneaux (Jonathan Demme, 1991), Impitoyable (Clint Eastwood, 1992), Beauté américaine (Sam Mendes, 1999), Edward aux mains d’argent (Tim Burton, 1990)… Et aucun film de Steven Soderbergh ou des frères Coen? Come on, c’est pas sérieux.

Cela écrit, les 20 premières positions sont très solides et reflètent un sentiment assez général autant dans la critique que les historiens du cinéma. Qu’en pensez-vous?

AJOUT: Une autre liste, complètement différente, déterminée par des acteurs…

100. Ace in the Hole (Billy Wilder, 1951)
99. 12 Years a Slave (Steve McQueen, 2013)
98. Heaven’s Gate (Michael Cimino, 1980)
97. Gone With the Wind (Victor Fleming, 1939)
96. The Dark Knight (Christopher Nolan, 2008)
95. Duck Soup (Leo McCarey, 1933)
94. 25th Hour (Spike Lee, 2002)
93. Mean Streets (Martin Scorsese, 1973)
92. The Night of the Hunter (Charles Laughton, 1955)
91. ET: The Extra-Terrestrial (Steven Spielberg, 1982)
90. Apocalypse Now (Francis Ford Coppola, 1979)
89. In a Lonely Place (Nicholas Ray, 1950)
88. West Side Story (Robert Wise and Jerome Robbins, 1961)
87. Eternal Sunshine of the Spotless Mind (Michel Gondry, 2004)
86. The Lion King (Roger Allers and Rob Minkoff, 1994)
85. Night of the Living Dead (George A Romero, 1968)
84. Deliverance (John Boorman, 1972)
83. Bringing Up Baby (Howard Hawks, 1938)
82. Raiders of the Lost Ark (Steven Spielberg, 1981)
81. Thelma & Louise (Ridley Scott, 1991)
80. Meet Me in St Louis (Vincente Minnelli, 1944)
79. The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
78. Schindler’s List (Steven Spielberg, 1993)
77. Stagecoach (John Ford, 1939)
76. The Empire Strikes Back (Irvin Kershner, 1980)
75. Close Encounters of the Third Kind (Steven Spielberg, 1977)
74. Forrest Gump (Robert Zemeckis, 1994)
73. Network (Sidney Lumet, 1976)
72. The Shanghai Gesture (Josef von Sternberg, 1941)
71. Groundhog Day (Harold Ramis, 1993)
70. The Band Wagon (Vincente Minnelli, 1953)
69. Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio, 1982)
68. Notorious (Alfred Hitchcock, 1946)
67. Modern Times (Charlie Chaplin, 1936)
66. Red River (Howard Hawks, 1948)
65. The Right Stuff (Philip Kaufman, 1965)
64. Johnny Guitar (Nicholas Ray, 1954)
63. Love Streams (John Cassavetes, 1984)
62. The Shining (Stanley Kubrick, 1980)
61. Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick, 1999)
60. Blue Velvet (David Lynch, 1986)
59. One Flew Over the Cuckoo’s Nest (Miloš Forman, 1975)
58. The Shop Around the Corner (Ernst Lubitsch, 1940)
57. Crimes and Misdemeanors (Woody Allen, 1989)
56. Back to the Future (Robert Zemeckis, 1985)
55. The Graduate (Mike Nichols, 1967)
54. Sunset Boulevard (Billy Wilder, 1950)
53. Grey Gardens (Albert and David Maysles, Ellen Hovde and Muffie Meyer, 1975)
52. The Wild Bunch (Sam Peckinpah, 1969)
51. Touch of Evil (Orson Welles, 1958)
50. His Girl Friday (Howard Hawks, 1940)
49. Days of Heaven (Terrence Malick, 1978)
48. A Place in the Sun (George Stevens, 1951)
47. Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
46. It’s a Wonderful Life (Frank Capra, 1946)
45. The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford, 1962)
44. Sherlock Jr (Buster Keaton, 1924)
43. Letter from an Unknown Woman (Max Ophüls, 1948)
42. Dr Strangelove (Stanley Kubrick, 1964)
41. Rio Bravo (Howard Hawks, 1959)
40. Meshes of the Afternoon (Maya Deren and Alexander Hammid, 1943)
39. The Birth of a Nation (DW Griffith, 1915)
38. Jaws (Steven Spielberg, 1975)
37. Imitation of Life (Douglas Sirk, 1959)
36. Star Wars (George Lucas, 1977)
35. Double Indemnity (Billy Wilder, 1944)
34. The Wizard of Oz (Victor Fleming, 1939)
33. The Conversation (Francis Ford Coppola, 1974)
32. The Lady Eve (Preston Sturges, 1941)
31. A Woman Under the Influence (John Cassavetes, 1974)
30. Some Like It Hot (Billy Wilder, 1959)
29. Raging Bull (Martin Scorsese, 1980)
28. Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994)
27. Barry Lyndon (Stanley Kubrick, 1975)
26. Killer of Sheep (Charles Burnett, 1978)
25. Do the Right Thing (Spike Lee, 1989)
24. The Apartment (Billy Wilder, 1960)
23. Annie Hall (Woody Allen, 1977)
22. Greed (Erich von Stroheim, 1924)
21. Mulholland Drive (David Lynch, 2001)
20. Goodfellas (Martin Scorsese, 1990)
19. Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976)
18. City Lights (Charlie Chaplin, 1931)
17. The Gold Rush (Charlie Chaplin, 1925)
16. McCabe & Mrs Miller (Robert Altman, 1971)
15. The Best Years of Our Lives (William Wyler, 1946)
14. Nashville (Robert Altman, 1975)
13. North by Northwest (Alfred Hitchcock, 1959)
12. Chinatown (Roman Polanski, 1974)
11. The Magnificent Ambersons (Orson Welles, 1942)
10. The Godfather Part II (Francis Ford Coppola, 1974)
9. Casablanca (Michael Curtiz, 1942)
8. Psycho (Alfred Hitchcock, 1960)
7. Singin’ in the Rain (Stanley Donen and Gene Kelly, 1952)
6. Sunrise (FW Murnau, 1927)
5. The Searchers (John Ford, 1956)
4. 2001: A Space Odyssey (Stanley Kubrick, 1968)
3. Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958)
2. The Godfather (Francis Ford Coppola, 1972)
1. Citizen Kane (Orson Welles, 1941)

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité