Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 24 mars 2014 | Mise en ligne à 9h29 | Commenter Commentaires (5)

    Louis Cyr: un choix qui se défend

    Certains commentateurs attendaient Gabrielle ou Le démantèlement comme meilleur film aux 16e Jutra, qui se sont déroulés dimanche soir (mon compte-rendu). Mais il était tout à fait logique que Louis Cyr gagne, comme je l’écrivais sur ce blogue, et que Louise Archambault l’emporte pour la réalisation et le scénario.

    Le film de Daniel Roby est le seul long-métrage qui a fait courir les foules (près de 475 000 entrées) et il a reçu des critiques élogieuses (en route vers ses neuf Jutra). Nous avons tous souligné le soin apporté à la réalisation, assez classique, et la qualité de l’interprétation (j’y reviens). Et la dimension symbolique de ce qu’incarnait et incarne toujours Louis Cyr sur notre inconscient collectif.

    Ce héros plus grand que nature reste, pour plusieurs Québécois, un personnage mythique et une immense source de fierté. En établissant plusieurs records, dont certains n’ont jamais été battus, l’homme fort a remonté le moral de la nation et fait voler en éclat l’image du sous-homme canadien-français, à la fin des années 1800.

    Et il était porté par une grande performance d’acteur. Antoine Bertrand y livre une performance magistrale. Le feu dans les yeux, il incarne toute la force de caractère de Cyr qui lui confère son aura légendaire. J’écrivais dans ma critique, en juillet dernier, qu’on voyait mal comment le Jutra de l’interprétation masculine pourrait lui échapper. J’aurais dû m’en souvenir.

    Dans cette optique, et en ce temps de morosité du cinéma québécois, il ne faut pas se surprendre de cette victoire. Consciemment ou pas, les votants ont voulu favoriser une image positive de notre cinéma — même si Gabrielle (cinq Jutra) est un feel good movie. Le démantèlement, de Sébastien Pilote, est servi par sa magnifique photo (pour laquelle Michel La Veaux a obtenu un Jutra) et une magistrale performance d’acteur de Gabriel Arcand. Mais c’est déprimant (ce qui n’enlève rien à ses grandes qualités).

    Entendons-nous. Il ne faut pas que des Louis Cyr dans notre cinématographie. Et tenter d’en dupliquer le succès est impossible. Le cinéma n’est pas une recette soluble dans l’eau. Sinon, ça fait longtemps que les studios hollywoodiens l’auraient trouvée, comme le rappelait Micheline Lantôt à la table ronde auxquels nous participions samedi matin. L’évènement se déroulait dans le cadre de la 3e remise du prix collégial du cinéma québécois.

    C’est d’ailleurs Vic + Flo ont vu un ours de Denis Côté qui a été choisi comme meilleur film québécois (il n’était même pas sur la liste des Jutra). Un choix intéressant, radical. Mais les quelque 600 cégépiens qui ont participé aux délibérations ont un profil de cinéphile — ils ne sont pas représentatifs de la moyenne des ours.

    Reste qu’au bout du compte, notre cinématographie agit comme un miroir. Et c’est peut-être parce que les Québécois n’aiment pas trop le reflet de ce qu’ils aperçoivent qu’ils boudent nos films. Ce n’est pas une raison réclamer des changements radicaux dans les scénarios et tomber dans le populisme (Vincent Guzzo sort de ce corps). Mais il faut continuer à y réfléchir à la lumière des résultats des Jutra.


    • Les membres de l’académie ont voulu nier (consciemment ou non) les propos de m. Guzzo sur les films déprimants et probablement aussi qu’ils voulaient avoir un diffuseur majeur pour l’année prochaine. Je n’ai pas écouté le gala car ces galas sont trop long et le duo d’animateur ne m’inspiraient pas confiance.

    • Bonjour Monsieur Moreault,

      Bon film, sans plus en ce qui me concerne (nous avons quitté avant la fin…)
      J’ai été plus touchée par Le démantèlement et Gabrielle.

      Le nombre d’entrées au box office n’est pas nécessairement gage de succès d’un film.

      Petite question pour vous: les passes de cinéma offertes par le distributeur à ses employés et autres institutions de financement (on ne les nommera pas), sont-elles comptabilisées dans le box office? Parce qu’on nombre qu’on distribue…ça peut fausser la donne!

      Normalement, non. Mais il y a toujours des gratuités, même au théâtre ou dans les spectacles.
      ÉM

    • Il est drôle de voir les commentateurs/chroniqueurs/critiques du cinéma défendre le choix de Louis Cyr comme lauréat du meilleur film, par des arguments qui se défend plutôt mal. Je le fais en tout respect, je vous considère comme l’un des meilleurs critiques au Québec.

      Je le dis et vais le redire, Louis Cyr est un bon film, mais pas un film qui ne mérite pas tous les prix qu’il a gagnés, surtout celui du meilleur film et ceux des interprétations masculines. C’était des bons choix de casting, leur interprétation de leur personnage respectif était honnête, mais sans plus.

      J’ai dû mal à accepter que pour revamper et essayer d’intéresser la moyenne des ours au cinéma d’ici, les gens du milieux piles sur leurs principes que le meilleur doit gagner. Si cela s’était produit aux Canadian Screen Awards ou aux Oscars, vous seriez probablement les premiers à crier au scandale et au populisme. Bref, soyez conséquents. C’est un peu comme si on aurait donné l’Oscar du meilleur film à Hunger Games 2 ou Iron Man 3.

      Certes, le cinéma québécois est en crise et doit trouver des moyens de se réinventer. Je ne crois pas que récompenser le film le plus populaire fait parti des solutions. C’est louable, mais ce n’est pas ce qui va arrêter l’hémorragie. Est-ce que la solution de faire un gala mixte avec des prix que le public pourrait décider des vainqueurs (à la manière du Gala Artis) pour certains prix dont meilleur film, acteur et actrice et donner le reste selon la manière traditionnelle. Une autre serait d’intégrer au Gala Artis des catégories de cinéma quitte à faire un gala hors-d’onde. Bien hâte de voir les côtes d’écoute de ce gala.

      PS: message à Guillaume Cyr, voir un film québécois en salle ou en DVD ou sur illico ou à Super Écran, c’est voir un film québécois. Un film, ça reste un film, peu importe la plate-forme.

      On sait très bien que tout ça est subjectif. Perso, j’ai trouvé Le démantèlement très moyen. Je comprends le raisonnement, mais c’est pousser un peu loin que de comparer Louis Cyr à Hunger Games 2 ou Iron Man 3, qui sont des produits. Louis Cyr n’est pas un excellent film, mais un très bon, nul doute. Et rien à redire sur l’interprétation. Pour ce qui est du meilleur film, encore une fois, tout ça est très subjectif: le mien était Vic + Flo ont vu un ours, qui n’était même pas en nomination. Alors… Je ne crois pas que les votants aient pillé sur leurs principes. Je crois qu’ils étaient fiers de Louis Cyr. Pas tant son succès que ce qu’il incarne. Et ça, ça compte pour beaucoup.
      Pour ce qui est du parallèle avec les Oscars, on va juste rappeler que c’est Argo, un film très moyen, qui a gagné le meilleur film l’an passé (et oui, j’avais dénoncé le patriotisme de mauvais aloi derrière ce choix).

    • Le démantèlement aurait été mon choix, mais Louis Cyr est l’exemple du film que l’on recherche au Québec en rejoignant à la fois les critiques et le public. Il est dommage qu’il a été le seul film à avoir eu un public…

    • J’avoue que le choix d’Argo était discutable, mais le film est meilleur que Louis Cyr. Mais, comme vous dites, tout est subjectif. Par contre, vous êtes d’accord que cette manœuvre (volontaire ou non) est un coup d’épée dans l’eau dans l’espoir de sauver la fréquentation en salles de films produits ici.

      En passant, on a le même problème au niveau du cinéma canadien.

      Même chose pour le cinéma français, qui est en crise.
      ÉM

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité